Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Extrait
Il est toujours délicat de tenter de résumer Victor Hugo. Romancier, poète, polémiste, Hugo s'est imposé dans le paysage littéraire français de son époque du fait de son talent, c'est indéniable, mais également de la masse de travail abattue. Hugo est grand car Hugo écrit énormément, écrit sur tout et passe les décennies en changeant de visage.
 
Le Hugo romantique de Ruy Blas n'est plus le Hugo polémique de Napoléon le petit et pas encore celui des grandes fresques sociales comme Les Misérables. Le Hugo dont je veux vous parler aujourd'hui est proche du Hugo de Valjean et Cosette. 
 
 
Dans L'Homme qui rit, le romancier s'essaie un peu à la peinture réaliste de la société anglaise de la fin du XVIIème, début XVIIIème. Mais là n'est pas l'unique but d'Hugo. Hugo n'est pas Zola, il ne compile pas ni ne traîne dans les rues de la Goutte d'Or pour retranscrire l'odeur du peuple dans ses romans, Hugo est un éternel romantique, plus amoureux du lyrisme que de l'exactitude des sciences.
 
Du coup, quand Hugo parle du peuple, il ne cherche pas comme Zola à expliquer scientifiquement les conséquences par des causes (le fameux déterminisme qui repose sur l'hérédité et le milieu que Zola détaille dans Le Docteur Pascal) mais à s'emporter contre des conséquences qu'il observe et déplore. Hugo reste un sentimental, sa vision est toujours un peu grossière mais elle est sincère, naïve mais sincère.
 

 

 
Si Zola raillait Hugo dans Le Roman expérimental, il ne faudrait pas jeter trop rapidement la critique politique d'Hugo. En effet, la force du romancier, c'est son emphase. Sa capacité à atteindre par ses mots la grandiloquence. Le discours de Gwynplaine à la chambre des Lords à la fin du roman L'Homme qui rit symbolise parfaitement son goût pour les envolées lyriques, l'alliance du cri de révolte et de sa poésie, parfois jugée ampoulée par certains. 
 
Gwynplaine, orphelin dont le visage a été mutilé (un sourire permanent trône sur son visage) apprend après avoir vagabondé tout en jouant dans une troupe itinérante qu'il est un noble. Accédant au trône en Angleterre, il s'élance à la chambre des Lords dans une défense du peuple, une attaque frontale des hommes politiques qui lui font face (imbus d'eux-mêmes, inefficaces) et une dénonciation de la misère.
 

 

 
La sincérité d'Hugo est sa force même si son discours ne se veut pas technique ni rigoureux. C'est un cri. Un cri que l'on pourrait renouveler tant ces Lords que Gwynplaine tance font penser à nos ventripotents français ou européens. Ces députés européens qui pointent le matin pour toucher leur enveloppe avant de repartir aussi sec se soucient-ils encore du peuple ? Nos députés français qui veulent réformer les régimes spéciaux, toujours à cause de cette sacro-sainte crise et dette nationale, mais jamais en appliquant la rigueur à leur régime font-il encore corps avec le peule qu'ils représentent ? Encore aujourd'hui, il y a de quoi être en colère, à cette époque où la rigueur sévit et détruit, à l'heure où la Grèce en arrive à vendre ses îles, ses ports, à baisser le salaire de ses fonctionnaires. Hugo écrirait probablement, s'il était encore de notre monde, de vibrants plaidoyers pour défendre le peuple. 
 
« - Alors, cria-t-il, vous insultez la misère. Silence, pairs d'Angleterre ! juges, écoutez la plaidoirie. Oh ! je vous en conjure, ayez pitié ! Pitié pour qui ? Pitié pour vous. Qui est en danger ? C'est vous. Est-ce que vous ne voyez pas que vous êtes dans une balance et qu'il y a dans un plateau votre puissance et dans l'autre votre responsabilité ? Dieu vous pèse. Oh ! ne riez pas. Méditez. Cette oscillation de la balance de Dieu, c'est le tremblement de la conscience. Vous n'êtes pas méchants. Vous êtes des hommes comme les autres, ni meilleurs, ni pires. Vous vous croyez des dieux, soyez malades demain, et regardez frissonner dans la fièvre votre divinité. Nous nous valons tous. Je m'adresse aux esprits honnêtes, il y en a ici ; je m'adresse aux intelligences élevées, il y en a ; je m'adresse aux âmes généreuses, il y en a. Vous êtes pères, fils et frères, donc vous êtes souvent attendris. Celui de vous qui a regardé ce matin le réveil de son petit enfant est bon. Les coeurs sont les mêmes. L'humanité n'est pas autre chose qu'un coeur. Entre ceux qui oppriment et ceux qui sont opprimés, il n'y a de différence que l'endroit où ils sont situés. Vos pieds marchent sur des têtes, ce n'est pas votre faute. C'est la faute de la Babel sociale. Construction manquée, toute en surplombs. Un étage accable l'autre. Ecoutez-moi, je vais vous dire. Oh ! puisque vous êtes puissants, soyez fraternels ; puisque vous êtes grands, soyez doux. Si vous saviez ce que j'ai vu ! Hélas ! en bas, quel tourment ! Le genre humain est au cachot. Que de damnés, qui sont des innocents ! Le jour manque, l'air manque, la vertu manque ; on n'espère pas ; et, ce qui est redoutable, on attend. Rendez-vous compte de ces détresses. Il y a des êtres qui vivent dans la mort. Il y a des petites filles qui commencent à huit ans par la prostitution et qui finissent à vingt ans par la vieillesse. Quant aux sévérités pénales, elles sont épouvantables. Je parle un peu au hasard, et je ne choisis pas. Je dis ce qui me vient à l'esprit. Pas plus tard qu'hier, moi qui suis ici, j'ai vu un homme enchaîné et nu, avec des pierres sur le ventre, expirer dans la torture. Savez-vous cela ? non. Si vous saviez-ce qui se passe, aucun de vous n'oserait être heureux. »
 
L'Homme qui rit, Victor Hugo 
 

 

 
Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LeBreviaireDesVaincus

Suivez-nous sur twitter : https://twitter.com/breviairelitt
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives