Be Awesome. Be a Geek.
Signaler
Geek

La plupart de mes lecteurs savent que je ne suis pas le plus grand des fanatiques de la marque à la pomme. Mon recul sur cette entreprise, qui semble être devenu la raison de vivre de millions de personnes, ne m'empêche pas de m'attrister de la disparition de son fondateur, et ce même si je considère comme indignes et superflues les multiples effusions dont il a fait l'objet. Ainsi, j'avoue regretter le décès d'un des pionniers de l'informatique, lui qui inventa notamment le concept d'ordinateur personnel.

Même si les révolutions apportées par Apple et son génial visionnaire peuvent déranger, elles n'en sont pas moins bien réelles. Entrée des ordinateurs dans tous les foyers, succès de la musique payante en ligne, intuitivité des appareils électroniques, principe de l'application... Les exemples sont nombreux et sont la preuve de l'inventivité d'un homme qui a su comprendre avant les autres les véritables attentes des consommateurs. Par ses inventions successives (Apple computer, Macintosh, iMac, iPod, Macbook, iPhone et iPad,  Steve Jobs a fait d'Apple la première entreprise du monde (par sa cotation boursière). Alors, même si on n'apprécie pas l'homme, dont les valeurs et les méthodes sont comparables à celle des pirates d'antan, on ne peut qu'admirer l'oeuvre.

Cependant, au lendemain de la disparition de son leader historique, la question même de la survie d'Apple se pose. En effet, on peut légitimement se demander quelle sera la prochaine innovation qui, après l'iPad, viendra soutenir la croissance de l'entreprise. Combien de temps les différentes itérations de l'iPhone et de la tablette la plus vendue au monde pourront continuer d'intéresser les consommateurs ? Car si l'on regarde de plus prêt le rythme d'innovation d'Apple depuis sa création, on se rend compte que la firme de Cupertino s'est évertué à proposer un nouveau produit tous les 5 ans environ.

Apple computer

1976

Macintosh

1984

Power Macintosh

1994

iMac 1998

iPod

2001

iPhone

2007

App Store

2008

iPad

2010

Apple dispose donc d'environ quatre ans avant que ses Mac-addicts, avides de nouveauté, ne commencent à sortir de la transe provoquée par la sortie de l'iPad. La question est donc de savoir si M. Jobs avait déjà imaginé sa prochaine innovation avant de nous quitter. Si tel est le cas, Apple dispose d'un répit relatif jusqu'en 2020. Cependant, la proximité des annonces de l'iPhone et de l'iPad peut laisser penser que la direction d'Apple avait décidé d'accélérer le rythme des sorties de ses innovations pour soutenir une croissance rapide du chiffre d'affaires. De ce fait, elle allégeait le planning de production des produits non-annoncés.

Cette inquiétude sur la capacité d'Apple à renouveler ses produits actuels est d'autant plus pertinente que les produits en question représentent la plus grande partie du chiffre d'affaire de la société et qu'ils sont de plus en plus concurrencés.  En effet, l'iPhone et l'iPad représentaient près de 70% du revenu d'Apple en 2010 et il semble que cette part ne fasse que s'accentuer. Il apparaît donc qu'Apple ne peut s'appuyer sur les produits à revenu stables que sont les ordinateurs personnels et iTunes pour se maintenir à moyen et long terme.

 Répartition du chiffre d'affaires d'Apple par catégorie en 2010 / Répartition du chiffre d'affaires d'Apple par produit en juin 2011

Ces graphiques nous montrent bien à quel point la croissance de l'entreprise est fondée sur le chiffre d'affaires généré par les innovations et donc à quel point ces dernières sont primordiales pour l'avenir de la firme de Cupertino.

Sans véritable innovation combien de temps l'iPhone et l'iPad maintiendront-ils leur niveau de vente face à la concurrence ? Même si l'iPhone 4S bat tous les records de préventes, on ne peut douter du fait que sans un vrai renouveau, ses ventes s'éroderont face aux attaques de produits de qualité équivalente et moins chers comme le Samsung Galaxy S2. Les futurs téléphones de Nokia équipés de Windows 7 sont également de redoutables adversaires qui devraient inquiéter Tim Cook, nouveau capitaine à la barre du navire Apple.  Le marché des tablettes est également une menace pour Apple. Preuve en est des ventes extraordinaires réalisées par le TouchPad d'HP lorsque celui à vu son prix sacrifié. On peut ainsi penser que le Kindle Fire d'Amazon, déjà précommandé à plus de 250 000 exemplaires, viendra grignoter la part de marché d'Apple.

Face à ces menaces bien réelles, l'équipe de Tim Cook pourra-t-elle maintenir le cap ? Apple peut-il survivre à son fondateur ? L'histoire semble montrer que non. En effet, lors de son départ forcé en 1985, l'entreprise avait progressivement décliné jusqu'à risquer la faillite en 1997, poussant même le magazine Wired à supplier ses lecteurs de prier pour le salut de la marque.

Couverture de Wired magazine de juin 1997

Ce n'est que le retour de Steve Jobs en 1996, puis sa nomination au poste de CEO qui sauveront Apple de la liquidation judiciaire. C'est en remettant à l'ordre du jour une politique d'innovation perpétuelle que le créateur de l'entreprise arrivera à réanimer ce à quoi il avait donné naissance près de 20 ans auparavant.  L'iMac puis l'iPod seront les fers de lance de la renaissance de la firme de Cupertino, produits portés par un marketing unique qui fidélisera des millions de consommateurs.

A ce jour, aucun élément ne me fait penser qu'il en sera différemment cette fois. Des rumeurs, nombreuses, courent sur le fait que cette fois Steve Jobs a préparé son départ et que des personnes compétentes et visionnaires sont prêtes à reprendre les rênes. On peut y croire, on peut en douter. Pour ma part je vois, pour le moment, plus de pluie que de soleil dans l'horizon d'Apple.

Sans ses innovations Apple n'est plus une entreprise essentielle aux consommateurs puisque tous ses produits ont déjà leurs équivalents sur le marché. L'équipe de Tim Cook devra donc remplacer au pied levé Steve Jobs ou bien voir son entreprise sombrer lentement mais surement.

 

Suivez-moi sur Twitter.

Ajouter à mes favoris Commenter (27)

Commentaires

Rockolarea
Signaler
Rockolarea
En effet, et du coup la date n'est pas la bonne du tout ! Merci.
upselo
Signaler
upselo

Nul ne s'inquiète de voir Microsoft ou Google innover ou non à l'avenir, et elles sont en moins bonne posture qu'Apple.

Si si ça inquiète de voir Google innover ou non, même si on ne parle pas de mort imminente non plus.

@ Nonoche : Tu ne vois pas l'App Store comme une innovation majeure alors que c'est l'argument principal de l'iPhone et de l'iPad par rapport à la concurrence ?

Il parle de l'Apple Store, pas de l'App Store. Tu as mis Apple Store (boutique physique) dans ton listing d'innovations d'Apple.
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
@ Nonoche : Tu ne vois pas l'App Store comme une innovation majeure alors que c'est l'argument principal de l'iPhone et de l'iPad par rapport à la concurrence ?

@ Upselo : Effectivement je me rends compte que mon titre est un peu troll :P Je voulais lancer le débat et ça n'a pas manqué ;)
Nonoche
Signaler
Nonoche
@Rockolarea : C'est faux et c'est facile à démontrer. Pour la première fois depuis la mise sur le marché de l'iPhone, les ventes de l'iPhone 4 n'ont pas baissé à l'approche de la présentation de l'iPhone 4S, ce qui démontre que l'appareil a atteint un statut d'objet de consommation de masse (d'autant plus que l'iPhone 4 a eu le cycle de vie le plus long de tous les iPhones).

D'autre part, les "innovations" que tu as comptabilisées comme élément marqueur tous les cinq ans sont plus que contestables (les Apple Store, vraiment? Je peux en acheter un où?)

Même si elle n'innove plus (ce qui reste un gros "si", résumer le travail des quelques 50.000 employés d'Apple à la seule œuvre de Steve Jobs, aussi visionnaire fut-il, est quelque peu exagéré), elle a atteint une masse critique et dispose d'une inertie considérable. L'iPad continue de se vendre comme des petits pains et la concurrence ne trouve toujours pas de moyen d'intéresser le public. Cette seule plateforme (en comptant les 30% qu'Apple touche sur la vente de chaque application), lui promet plus de ressources que le Macintosh ne lui en a fourni depuis 1984.

Nul ne s'inquiète de voir Microsoft ou Google innover ou non à l'avenir, et elles sont en moins bonne posture qu'Apple. Envisager sa "disparition" est, encore une fois, parfaitement grotesque.
upselo
Signaler
upselo
Le "sans doute" du titre est quand même complètement injustifié.
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
La réponse est simple : les résultats actuels d'Apple (excellents comme tu le montre bien) sont fondés principalement sur une politique d'innovation régulière. Si cette politique ne se poursuit pas dans les années à venir, le momentum actuel retombera comme un soufflé.
Nonoche
Signaler
Nonoche
Ce qui me sidère, c'est qu'on puisse formuler de telles inquiétudes alors que non seulement tous les indicateurs sont au beau fixe, mais qu'en outre cette suite de superlatifs dépasse l'entendement. Pour mémoire :

- à l'heure où j'écris ces lignes, c'est la première capitalisation boursière au monde (377 milliards de dollars, contre 370 pour Exxon Mobil)
- Apple dépasse en chiffre d'affaire ET en bénéfices aussi bien Microsoft que Google, Nokia, Dell, HP, etc
- au dernier décompte, elle dispose de 76 milliards de dollars en cash
- sur le marché US, Apple est le 3ème vendeur d'ordinateurs derrière HP et Dell (en excluant l'iPad) : 13 % de parts de marché pour le Mac, dont la croissance a dépassé celle du PC depuis 21 trimestres consécutifs (cinq ans!)
- les Apple Store sont les magasins qui rapportent le plus au mètre carré, toutes catégories confondues.
- l'iPad bat tous les records de rapidité d'adoption, c'est un raz de marée qui commence à faire de l'ombre aux ordinateurs (HP abandonne le marché de la tablette ET du PC à cause de l'iPad, les netbooks d'Acer et d'Asus souffrent sévèrement, Windows 8 intègre Métro…) En deux ans cette branche rapporte plus que toute autre pour Apple et préfigure de l'avenir de l'informatique. On le trouve dans les cockpits d'avions de ligne, les hôpitaux, les écoles, 98 % des sociétés du Fortune 500…

Je ne vois personne formuler ces inquiétudes pour Exxon Mobil, Microsoft, Google, ou toutes les autres sociétés qui sont derrière Apple. Au regard de ces chiffres exceptionnels, bien au delà de beaucoup d'autres entreprises, je trouve incompréhensible qu'on formule de pareilles inquiétudes. Qu'est-ce que ça serait si elle n'était pas en aussi bonne santé! Si Apple est en danger, que dire alors de toutes les sociétés qui sont loin derrière…
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
Tes arguments sont recevables et justifiés. J'estime que les miens aussi (car ils sont également basé sur des chiffres et sur des faits du passé).

On verra bien ce qui se passera. En tout cas j'espère que l'avenir donnera tort à mon titre ;)
Nonoche
Signaler
Nonoche
"La disparition de Steve Jobs signera sans doute celle d'Apple" me semble amplement présumer du futur, ce qui est d'autant plus mal à propos qu'Apple est dans une situation enviable et enviée. En juin 2006, Nintendo avait 9,7 milliards de dollars de réserves, et elle est toujours là. Apple dispose de près de huit fois plus d'argent (sans même compter ses atouts comme un réseau international de magasins en propre, parmi tant d'autres).

Avec des "si", on pourrait mettre Paris en bouteille. Rien ne dit en effet qu'Apple ne perdra pas son "Midas touch", ou qu'une autre société inventera une nouvelle technologie qui prendra toutes les autres de court, Apple y compris. Rien ne dit non plus que ce sera le cas, si ce n'est de pures spéculations sans le moindre fondement.

Pour l'heure, les faits incontestables, c'est qu'Apple pourrait difficilement se porter mieux qu'actuellement. Elle fait du très bon travail, et les résultats sont à l'avenant. Elle dispose d'un trésor de guerre colossal qui lui permet amplement de voir venir : pour peu qu'elle commette une erreur, elle aura les moyens de changer le cap.

Au vu de ces chiffres impressionnants, parler aujourd'hui de la "disparition" d'Apple ne me semble pas sérieux, et pour tout dire grotesque.
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
@ Nonoche : Regarde après 2006 on disait que Nintendo avait le plus gros trésor de guerre de l'histoire du jeu vidéo, qu'ils pouvaient vivre 10 ans sans sortir le moindre produit, et moins de 4 ans après les premières inquiétudes apparaissent déjà, les résultats sont en bernes, les actionnaires sont mécontents et Iwata présente des excuses pour la 3DS. Tout ça pourquoi ? Parce que Nintendo n'as pas réussi à sortir une nouvelle console aussi innovante qu'avait pu l'être la Wii ou la DS mais plutôt des itérations de ces dernières.

Je dis simplement que si Apple se contente de faire la même chose que Nintendo et ne propose que des nouvelles versions de ses produits déjà existants, l'entreprise va droit dans le mur. Par contre, s'il elle est capable d'utiliser ses réserves et ses équipes pour proposer un nouveau produit, ils exploseront encore plus c'est clair. Mais c'est bien là qu'est la question et donc mon doute.

En aucun cas je ne présume du futur mais j'expose certains risques comme ma dernière phrase veut bien le dire "L’équipe de Tim Cook devra donc remplacer au pied levé Steve Jobs ou bien voir son entreprise sombrer lentement mais surement."
Nonoche
Signaler
Nonoche
@ Rockolarea : sept ans de réserves de cash, pas confortable?? Mais tu vis dans quel monde? Cite moi une seule société qui peut se vanter d'un pareil "inconfort" (et je me permets de rappeler qu'il s'agit de sept ans SANS GAGNER UN DOLLAR).

Bon, allez, dans sept ans au plus tôt, "Apple va mourir". On a failli avoir peur.

Si le propos est de dire que tôt ou tard elle finira par disparaître, c'est le lot de toutes les entreprises. Mais d'ici à ce que ça arrive, il y en aura bien d'autres qui auront passé l'arme à gauche et pour lesquelles il est plus pertinent de s'inquiéter.

Apple n'a jamais été dans une situation aussi forte et florissante qu'à l'heure actuelle (elle bat ses records de résultats de trimestre en trimestre, et il y a fort à parier que le prochain sera tout aussi impressionnant). Apple dépasse toutes les estimations sur tous les plans (numéro un mondial du smartphone, deuxième capitalisation boursière au monde, croissance du Mac qui dépasse le reste de l'industrie depuis 5 ans, plus gros bénéfices que HP et Dell réunies, ou que Nokia pourtant numéro un mondial du téléphone mobile, les ventes d'iPad qui écrasent celles de toutes les autres tablettes, etc), et ça ne suffit pas encore pour certains… Dans ce cas, que dire des autres entreprises? Apple est dans une situation non seulement extrêmement enviable, mais en outre elle est solide et pérenne. Elle n'est pas prête de disparaître.
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
Voilà :) Croisons les doigts !
Macehill
Signaler
Macehill
Bah, le coup du 4S, c'est un coup de maître... il se vend comme des petits pains sans rien changé... alors le 5, je sais pas ce que ce sera O.o

mais là je te rejoins, il va falloir qu'il continue à tapper fort dans le domaine de l'informatique :)
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
Voilà, parce que c'est sur qu'en termes d'innovation Samsung ils sont au point mort. Le Galaxy S2 est une copie pure et simple du concept de l'iPhone, avec un OS différent.
Mais c'est là tout mon point, car je dis que le danger pour Apple est justement que l'iPhone et l'iPad sont concurrencés par de telles copies efficaces et que s'ils ne sont pas remplacés par d'autres innovations leurs ventes (essentielles pour Apple) vont décliner rapidement.
Macehill
Signaler
Macehill
Ah mais tu ne parlais pas d'innovation, mais de qualité ! et je n'ai parlé que de qualité :) (fabrication composant toussa toussa)
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
@ Machehill : L'équipe actuelle est plus solide qu'en 1986, c'est indéniable. Mais comme je le disais Tim Cook est un gestionnaire et Ive un designer par un ingénieur. En résumé, il package les idées des autres :) Espérons qu'ensemble ils arriveront à maintenir la politique d'innovation !

Pour ce qui est du Galaxy S2, je pense qu'il est tout à fait comparable à l'iPhone en termes de fonctionnalités et d'efficacité. Travaillant dans l'industrie, j'ai pu tester les deux, et ils sont, dans mon opinion encore une fois, de qualité équivalente à ce niveau. Pour ce qui est du design, effectivement les matériaux utilisés pour l'iPhone sont supérieur. Mais ce n'est pas en utilisant de l'alu à la place du plastique qu'on innove vraiment...
Macehill
Signaler
Macehill
Effectivement (et sans tombé dans le troll)
les circonstances sont aujourd'hui largement différentes... en 1986 il se fait virer par Sculley, qui n'est même pas du secteur, avec l'appuie du conseil d'administration, s'en suivra de mauvaises décisions sur mauvaises décisions jusqu'à la suite que l'on connait...

aujourd'hui, effectivement, sans même que Jobs est laissé de feuille de route, il a su s'entourer... John Ive, Phil Schiller, Tim Cook, Scott Forsal, et Bob Mansfield par exemple pour ne citer qu'eux...

Un mec comme John Ive par exemple est en charge de tout le design industriel des produits de la marque...

ça plus les 76 Mard de cash... non définitivement, on ne peut pas comparer à 86.

Autre chose, tu parle du Galaxy S2, comme d'un téléphone de qualité équivalente et moins cher qu'un iphone.
D'une, je t'invite à aller voir les différents Benchmarks, et de deux, comparer un téléphone en plastique à un téléphone en verre et alu... mouais, pas très objectif...
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
@ Nonoche : effectivement erreur de ma part sur l'Apple 2 sorti en 1977. Je voulais parler de la première version du Power Macintosh développée avec IBM. Merci d'avoir relevé. :)

Par contre je ne suis toujours pas d'accord avec toi sur le fait que 7 ans soit une réserve confortable. C'est une vision à court terme, voire à moyen-terme à la limite, mais c'est justement la question de l'après-réserve qui se pose. Apple aura-t-elle la capacité d'innover pour se maintenir après cette période, c'est ça la vrai question et c'est sur ce sujet que j'ai des doutes.

Encore une fois je ne souhaite pas du tout la disparition d'Apple, je dis juste que beaucoup d'éléments peuvent inquiéter.
Nonoche
Signaler
Nonoche
Apple dispose d'une réserve de cash de 76 milliards de dollars. Si elle devait continuer sur son train de vie actuel, sans gagner un seul dollar, elle aurait de quoi vivre pendant SEPT ANS.

C'est bien gentil de vouloir jouer les cassandres, mais faudrait savoir un tout petit peu de quoi on parle (l'Apple 2 sorti en 1994, non mais lol quoi…)
lejournaldepersonne
Signaler
lejournaldepersonne
iStone

Qui pour succéder à ce monstre sacré de l'informatique en liberté ?
Personne...
Je ne vous le fais pas dire... qui peut mieux faire ? Personne...
Je ne vous ai rien dit mais je vais tout vous dire...
J'ai entre les mains l'invention qui dispense de toutes les inventions...
Qui va réconcilier les fins que l'on vise et les moyens dont on dispose!
L'objet qui se moque de tous les objets ... l'appareil à nul autre pareil...
Je l'ai baptisé : l' iStone... il fallait y songer... stone... le monde est stone!

http://www.lejournal...2011/10/istone/
CHEW1E
Signaler
CHEW1E
Apple risque pas de crever avec des mecs comme Tim Cook et Jonathan Ive, perdre leur place de leader c'est possible mais disparaitre c'est impensable surtout vu le buzz entourant chaque sortit et eur base de fan installée.
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
C'est une des rumeurs dont je parlais. Rien n'a été annoncé ou confirmé...
Vilain-pabo
Signaler
Vilain-pabo
Arrêtez, tout le monde sait qu'il n'est pas vraiment mort ! Il est avec Mickael Jackson et Réné des Musclés sur île cachée r__r
Sanasoke
Signaler
Sanasoke
Apparemment il aurait laisser des brevets pour les 10 ans à venir ^^
jinks
Signaler
jinks
Vous faite pas de soucis pour sa il se pourrais bien que ce bon vieux Steve est garder pas mal de surprise même après ça mort ;)

Be Awesome. Be a Geek.

Par Rockolarea Blog créé le 27/10/10 Mis à jour le 24/10/12 à 11h24

Ajouter aux favoris

Édito

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Après une première année chaotique, il était temps pour moi et pour le blog de passer à une deuxième étape qui, je l’espère, sera plus stable que ces premiers mois de vie du blog. Alternant entre périodes d’activité intense et mort cérébrale, cette première saison de Be Awesome Be a Geek est avant tout pour moi une leçon qui devrait me permettre de vous proposer pour cette deuxième saison un contenu plus régulier, plus travaillé et plus ressemblant à ce que je veux faire de cette modeste aventure.

 

A priori donc, plus de petits articles par-dessus la jambe, plus de périodes d’inactivité prolongées, mais des articles construits, fréquents et, si Dieu le veut, drôles et intéressants. Du sport, du jeu vidéo, de la gastronomie, de la mauvaise foi et des blagues grasses : la vie donc.

 

Archives

Favoris