Premium
Le blog de Tiris, game designer chez Ivory Tower

Le blog de Tiris, game designer chez Ivory Tower

Par Tiris Blog créé le 03/01/10 Mis à jour le 22/03/15 à 23h15

Plongez dans les coulisses du jeu vidéo et de son développement avec Tiris, game designer chez Ivory Tower.

Ajouter aux favoris
Signaler
Sauvegarde (Jeu vidéo)

Si on m'avait demandé avant les années 2000 ce qu'évoquait pour moi le concept de film interactif, j'aurais répondu : Wing Commander IV ! Et contrairement à certaines expériences entre le jeu et le film qu'on nous propose aujourd'hui, WC4 (pour les intimes) était un vrai jeu, un très bon simulateur de combats spatiaux.


Sortit en 1995 (98 en Europe), « Wing commander IV : Le prix de la liberté » est développé par Origin et édité par Electronic Arts. C'est pour moi le dernier « vrai volet » de la série Wing commander (d'ailleurs c'est le dernier jeu à avoir un chiffre dans son titre) et il fait comme Outcast partie du cercle très fermé des jeux que j'ai recommencé plus d'une fois tellement je les ai apprécié.

WC4 avait pour particularité à l'époque de proposer plus de 3 heures de vidéo tournée avec de vrais acteurs dont Mark Hamill, le mythique piéton de l'espace. Résultat, un budget jamais vu à l'époque pour un jeu vidéo de 12 millions de dollars.

Le trailer du jeu fait très blockbuster Américain évidemment.

Mais pour le coup, ce n'était pas pour moi un simple argument marketing ou un plus cosmétique comme peuvent l'être les CG d'un Final Fantasy ou d'un jeu Blizzard. En effet, ces vidéo sont le principal support utilisé par le jeu pour conter l'histoire, hors l'histoire est excessivement importante pour ce jeu que personnellement je catégoriserai directement comme jeu d'aventure plus qu'en tant que simulation spatiale.

En effet, WC4, c'est avant tout une très bonne histoire dont vous allez être l'acteur principal, une histoire qui sera dictée par vos choix jusqu'à la fin qui propose 3 alternatives. Vous vous dirigez dans les branches scénaristiques du jeu en faisant des choix entre 2 actions possibles, choix qui sont souvent présentés comme des petites phrases décrivant votre réaction à un évènement que vous venez de voir lors d'une cinématique.

Les phases "aventure" sur le vaisseau vous permettent de vous promener et de parler avec qui vous le voulez.

Je dis « souvent »  parce que vous aurez aussi des choix à faire en plein milieu d'une mission qui changeront non seulement la mission elle-même mais l'histoire. J'en veux pour exemple le moment du jeu qui m'a le plus marqué (attention, spoiler inside, ne lisez pas la suite de ce ticket si vous comptez faire le jeu un jour) :

Alors que vous êtes un héro de guerre de la confédération, le doute commence à vous envahir suite aux derniers choix de cette dernière, notamment concernant le problème des mondes frontières qui perturbe certains de vos coéquipiers et même Eisen, le commandant du Lexington, votre vaisseau transporteur. En montrant à vos coéquipiers qui doutent que vous aussi vous vous posez des questions, vous allez débloquer une branche scénaristique très vite.

Tout se précipite quand ce dernier déserte à bord d'un petit vaisseau piloté par Maniac, un de vos coéquipiers. Vous êtes directement envoyé à leur poursuite avec Miner et Vagabond (2 coéquipiers pilotes) et devez employer tous les moyens possibles pour les arrêter (quitte à les tuer donc).

Une fois votre cible rejointe, vous comprenez qu'ils ne feront pas demi-tour et que vous allez devoir les descendre. Vagabond vous annonce alors qu'il ne peut s'y résoudre et va déserter également. Si vous avez plus tôt marqué votre soutient à ceux qui doutaient,  vous pouvez choisir à ce moment si vous désertez également ou si vous allez suivre vos ordres !

Une vidéo qui montre le fameux passage de la désertion.

Si vous désertez, vous allez devoir descendre Miner et escorter ensuite Eisen jusqu'à votre nouveau transporteur, l'intrépide, qui sera votre nouveau QG. Sinon, vous descendez vagabond mais Eisen s'échappe. Vous allez alors continuer à faire quelques missions du coté de la confédération avant de vous rendre compte à quel point elle est pourrie et faire le choix de déserter.

Ce choix du moment où vous allez déserter conditionne le fait que vous allez vivre ou non certains évènement et mission, ce que j'ai trouvé génial à l'époque et qui m'a fait recommencer le jeu par la suite, pour tout vivre. Mais en plus d'une simple replay value ajoutée comme on pourrait l'avoir dans les choix de mission d'un Starfox, ça m'a surtout à l'époque permis de vraiment m'approprier l'histoire, d'être fier d'avoir déserté en ne sachant pas si c'était vraiment le bon choix.

Bon on dirait pas là, mais je trouvais le jeu très beau.

Au final, un jeu vidéo se résume souvent à faire de bons choix. Plus l'importance liée au choix est grande, plus le potentiel de fun dégagé est grand je pense, ors sur WC4, les choix étaient très important ! A part les choix qui nous aiguillaient sur les branches scénaristiques dont je viens de parler, le jeu permettait d'ailleurs de choisir pour chaque mission son coéquipier, le vaisseau utilisé et son armement : très fun. Il y avait même moyen de faciliter les missions (ou de les rendre plus compliquées) en faisan des choix comme « par quelle cible commencer », « vais-je détruire un des transporteurs et tuer tut son équipage pour forcer les autres à s'arrêter », etc.

Bon je pourrai encore parler des heures de ce jeu, au moins vous parler du combat en lui même qui était bien sympa, mais j'ai abordé ce qui m'a vraiment marqué et influencé et vu que c'est le but de cette petite rubrique sauvegarde, je clôture ici ce petit ticket en espérant qu'il vous a plu ! 

Voir aussi

Jeux : 
Wing Commander
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Tiris
Signaler
Tiris
@Exus : Ouais, le casting était vraiment impressionnant et ce particulièrement sur l'épisode IV je trouve :o.
Exus
Signaler
Exus
Ce qui était hallucinant c’était les acteurs qui avaient accepter de participer à l'aventure. Un générique à faire rêver pas mal de réalisateurs de films.
Spades
Signaler
Spades
@Cittanova:les Wing Commander sont trouvable très facilement sur les sites d'abandonware tellement cette série est culte. Par contre faut pas oublier que ce jeu est vieux (1996 si je me souviens bien) donc forcement graphiquement c'est spécial et tu risque d'avoir besoin d'un émulateur DOS pour le faire tourner
Tiris
Signaler
Tiris
@Cittanova : Effectivement ^^.
Cittanova
Signaler
Cittanova
Pas , mal , ça donne envie d'y jouer , reste plus qu'à savoir où le trouver ^^ .

"Au final, un jeu vidéo se résume souvent à faire de bons choix. Plus l’importance liée au choix est grande, plus le potentiel de fun dégagé est grand je pense"
C'était donc aussi pour ça qu'avec ton précédent système de points de carac sur wakfu , on devait faire un choix cornélien , à chaque niveau :D !
Spades
Signaler
Spades
ah ce bon vieux Wing Commander, juste le plus grand space opera vidéo ludique de tout les temps, un vrai scénario a chaque épisodes (de la série proncipale), un vrai gameplay, une épopée extraordinaire, Du premier opus jusqu'a Prophecy en passant par Privateer et academy, il n'y a vraiment rien eut a jeter dans cette série. Faudra un jour que j'ose faire le Fan Game fait avec le moteur de FreeLancer 2 (très grand jeu aussi)

Édito

L'univers du jeu vidéo m'a toujours fasciné et a toujours été source de débats passionnants pour moi, en tant que joueur, puis encore plus en tant que game designer.

Après presque 6 années chez Ankama où j'ai eu l'occasion de travailler sur pas mal de jeux et surtout de diriger le développement de Dofus Arena, j'ai rejoins Ivory Tower à Lyon afin de relever de nouveaux défis.

Tenir un blog est un exercice intéressant. En plus d'être un lieu d'échange avec des gens passionnés, cela me  pousse à essayer de toujours mieux structurer mes idées, de vulgariser des concepts parfois très techniques ou d'essayer de rendre intéressant des sujets qui de prime abord ne le sont pas forcément. C'est en fait un exercice de communication parfait pour un game designer.

J'espère que vous vous plairez à lire ce blog autant que j'ai plaisir à l'écrire !

Hervé Gengler Aka Tiris.

 

 

 

 

Archives

Favoris