Premium

Central Perk

Par ChandlerMurielBing Blog créé le 31/10/11 Mis à jour le 22/11/11 à 12h31

Bienvenue à vous Ô chers internautes, insomniaques ( oui vous n'êtes pas seuls ), geeks ou simple bloggeurs lambda, dans le célèbre Central Perk de la meilleur série de tout les temps : Friends !

Au programme de tout et de rien, humeurs, débats, critiques, enfin rien de bien original en fait.

Ajouter aux favoris
Signaler

Tout d'abord, commençons par le commencement : L'origine du mot

 

 

Le mot puise son origine dans une des époques de la langue allemande allant approximativement de 1050 à 1350. Cette époque porte le nom de « Moyen haut-allemand »  (merci tonton wiki au passage). Cela donne donc « Geck » qui désigne un fou, un espiègle. A cette époque et plus généralement au Moyen-âge et à la Renaissance, le mot était souvent utilisé et lié à l'univers du cirque, du carnaval, des foires (un fou de carnaval, un monstre de foire etc...) et trouves des dérivés gardant la même racine dans toutes les grandes langues de l'époque (Gicque en patois, Gille en français, Gecken ou Gek en néerlandais...).

 

Voyons ensuite : l'évolution de son sens au fil du temps 

 

 C'est au début du 20e siècle qu'aux Etats-Unis le terme va évoluer dans son sens brut pour désigner les gens marginaux, décalés voir bizarre. Puis par la suite certains auteurs célèbres, comme Truman Capote, vont utiliser le terme dans leurs œuvres en l'assimilant à des gens solitaires, fous et d'apparences négligées. Dans les années 60 le mot va subir une nouvelle évolution avec notamment l'apparition des calculettes et des ordinateurs. Il fait maintenant référence à des gens plutôt repliés sur eux-mêmes, forts en math et intellos. Le doctorant en science de l'information David Peyron explique d'ailleurs : «Au départ, le terme vient de l'américain freak, monstre de foire » et « Dans les lycées, c'étaient les intellectuels mis de côté. Des intellos en sciences et nouvelles technologies. Comme ils étaient isolés, ils se sont réfugiés dans des mondes imaginaires ». Cette définition me parle déjà bien plus du haut de mon jeune âge que celle qui est maintenant associé au mot (on y reviendra plus tard). Enfin dans les années 80/90 on parlait de Geek pour désigner les gens mordus d'informatique et de programmation informatique, qui y passaient la majeure partie de leur temps, au dépend d'une quelconque vie sociale.

 

Et aujourd'hui : qu'en est-il ?

 

A partir des années 2000, la signification du mot s'est plutôt généralisée sans toutefois perdre sa notion première. Le Geek n'est plus forcément un passionné d'informatique qui excelle en mathématiques, il peut maintenant désigner un passionné de comics, de science-fiction, d'héroïc fantasy, d'électronique, de High-tech, de jeu vidéo ou, comme à la base, d'informatique. On note qu'il y avait toujours cette notion de passion  ( encore aujourd'hui, même si la banalisation du terme et le manque de connaissance de l'opinion publique à son sujet le raréfie ), d'intérêt et de curiosité ( parfois extrême ). Le terme perd par contre quelques aspects plus ou moins péjoratifs tels que la marginalité, l'absence de vie sociale, le rapport à l'intelligence logique propre aux mathématiques...  Certains diront que c'est bien et les puristes diront l'inverse. Personnellement je suis d'avis mitigé.

 

Pour conclure : Le constat :

On constate donc, qu'au fil des années, le terme « Geek » s'est banalisé et s'est ouvert à la masse. Aujourd'hui, se proclamer geek est une tendance « hype ». La modification du sens du mot ne permet plus de distinguer le vrai geek de la kikoolol qui après avoir passé son mercredi après-midi sur facebook va rédiger un statut du type « j'ai geeké  tout l'aprem ct tr0 cool mdr  je sui tro une geek , lol » ! La caricature est volontaire mais elle est loin d'être en marge de la réalité.

Personnellement, je n'ai rien contre le fait que le terme est évolué et soit débarrassé de tout son côté péjoratif et méprisant. Ce qui me pose problème en revanche, c'est le fait qu'il soit utilisé à tort et à travers pour tout et n'importe quoi, juste parce que c'est devenu tendance. Alors qu'un bon tiers ( et je suis gentil ) des gens qui l'utilisent n'en connaissent absolument pas son sens premier, son histoire et ses références. D'ailleurs la plupart de ces gens assimilent le terme « geek » à celui de « nolife ». Or ce n'est pas la même chose !  Au final, vous me direz qu'il ne s'agit que d'un mot et qu'il est inutile d'en faire des tonnes pour savoir qui est vraiment geek ou non, et ce n'est pas faux. Après tout, un vrai geek et sa communauté ( la notion de communauté est d'ailleurs très forte chez les geek : le fait de se réunir et de se retrouver ensemble pour partager une même passion, c'est quelque chose de fort. Peu importe que cette passion soit marginalisé par les médias comme le JV à une époque ) sauront faire la différence et c'est sans doute bien ça le plus important. D'ailleurs, de toute façon, il serait maintenant impossible de corriger le tir, au vue de la banalisation dont le mot fait état. Et ce, de la même façon que pour le terme de « Hacker », qui lui aussi a son histoire, ses propres références, codes et valeurs et qui ,au jour d'aujourd'hui, à force de récupération médiatique et banalisation du terme par la masse, a perdu une bonne partie de son sens premier ( au point qu'on associe les script kiddies à des hackers... quel blasphème tout de même ! )

Sur ce, amis geeks ou non, bonne continuation ;)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

SebNiners
Signaler
SebNiners
Ce qui m'agace fortement pour ma part ce sont ceux qui se revendiquent "Geek" (mais qui ne le sont pas au sens premier du terme) et jettent l'opprobre sur les gens qu'ils qualifient de "nolife" ou "nerdz".
Shinz
Signaler
Shinz
Quand t'étais Geek il y a un peu plus de 10 ans c'était limite honteux, maintenant le Geek on l'admire... Autre évolution !

Archives