1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    TEST de la Aukey KM-G16 : Un petit prix pour un clavier qui assure l'essentiel

TEST de la Aukey KM-G16 : Un petit prix pour un clavier qui assure l'essentiel

Par Nerces - publié le
Image

Une fois n'est pas coutume, nous ne testons pas le dernier modèle de chez Corsair ou Logitech. Nous ne vous proposons pas un article sur un clavier performant mais hors de portée de nombreuses bourses. Le KM-G16 est proposé à moins de 40 euros de quoi s'équiper sans se ruiner... si le produit est de qualité bien sûr !

Aukey est une société chinoise que vous ne connaissez peut-être pas, mais que l'on trouve particulièrement en vue chez des revendeurs comme AliExpress ou Amazon. Elle se distingue généralement par des produits relativement simples qui mettent de côté les fonctionnalités les plus originales, mais dont la principale qualité est le prix. Le KM-G16 parvient ainsi à être encore un peu moins cher que ses prédécesseurs KM-G6 et KM-G12 / G14.

Design sobre et élégant, mais un peu cheap

Au sortir de son carton, le KM-G16 ne paie logiquement pas de mine. Afin de garder une tarification contenue, Aukey ne pouvait logiquement pas partir dans quelque chose de très original pourtant le design de son clavier semble « propre ». Le produit est intégralement noir et s'il n'est pas question de se baser sur une structure métallique comme on peut en trouver sur les modèles plus ambitieux, l'ensemble parait relativement fiable, moins flexible que d'autres produits low-cost. Ainsi, malgré sa relative finesse, le clavier ne peut être tordu en le tenant par les extrémités.

Nous parlions de sa « finesse », c'est que le KM-G16 est un clavier pleine largeur plutôt compact. Ainsi, nous l'avons mesuré à moins de 44 centimètres de long pour un peu plus de 12 cm de large. Le châssis dépasse très légèrement des touches pour venir les encadrer et on ne peut donc pas parler de structure frameless, mais le design général reste assez moderne. Les touches ne donnent pas l'impression d'être « enfoncées » dans la base du clavier comme ça peut être le cas sur d'autres modèles. Des touches qui sont donc au nombre de 105 dans une configuration AZERTY tout ce qu'il y a de plus standard.

Il est bon de souligner que ces touches sont simples à retirer, mais il ne faudra pas renouveler l'opération très souvent : leur fixation semble fragile, les plastiques pas forcément très solides, mais rien de vraiment anormal sur un produit à ce prix. Pour le reste, il n'y a pas grand-chose à signaler tant les fonctionnalités de ce KM-G16 sont limitées. Il n'est pas question d'avoir du sans-fil ou un USB pass-through. Le câble USB est de longueur standard (1,8 mètre), mais n'est pas détachable et il n'est pas le moins du monde « souple » comme ces câbles-cordelettes signés Razer par exemple.

De manière assez compréhensible, Aukey n'a pas alourdi la note distribuant un repose-poignets avec son clavier. Plus gênant cependant, en retournant le KM-G16, on voit que les pieds sont tout ce qu'il y a de plus simples : un seul niveau d'inclinaison est ainsi possible. Heureusement, il n'y a rien à redire sur la stabilité de l'ensemble et sur l'efficacité des patins qui évitent que le clavier ne bouge pendant les parties les plus acharnées, pourtant le poids de 760 grammes ne jouait pas forcément pour son maintien.

Switchs réactifs, mais terriblement bruyants

Parties acharnées qui nous amènent à parler de l'une des rares fonctionnalités « avancées » de ce clavier. Aukey a effectivement intégré un verrouillage de certaines touches. En appuyant sur la touche FN et la touche Windows, on enclenche ce verrouillage qui permet de désactiver les touches Windows et éviter certains désagréments en cours de partie. Autre bon point, Aukey utilise des contacteurs, certes low cost, mais globalement assez efficaces : il s'agit de modèles chinois conçus par l'un des clones les plus connus de Cherry, Outemu.

Aukey a opté pour les modèles « blue » du constructeur. Nous n'en savons pas plus sur les courses d'activation / totale, mais la force nécessaire pour l'activation du switch est de 60 g, ce qui paraît plutôt élevé et cela se ressent à l'usage. Cela dit, en cours de partie, cela ne pose pas de problème particulier... même s'il ne faut pas s'attendre à la même réactivité que sur un Corsair K65 RGB Mini par exemple, mais le KM-16 n'est pas là pour ça. Pour la majorité des joueurs, de tels switchs seront acceptables à condition de supporter les nuisances sonores.

En effet et c'est sans doute le plus gros défaut de ce produit auquel on peut pardonner beaucoup d'écarts : il est terriblement sonore. De base, il emploie des contacteurs dits « clicky » qui se font donc entendre à la moindre pression. Plus gênant, l'ensemble de la structure du KM-G16 agit comme une caisse de résonance. En plus du cliquetis consécutif à chaque activation, il faut faire avec un écho qui renforce la gêne. Le joueur pourra s'en accommoder, ce sera plus dur pour son entourage.

Aukey signale un anti-ghosting complet que l'on retrouve, mais se garde d'évoquer le key rollover : il est limité à 12 touches, ce qui est suffisant pour 99,9% des joueurs. Terminons par un mot sur le rétroéclairage : il est sur 6 couleurs avec une couleur - fixe - par ligne du clavier. De rares effets sont disponibles et tout se règle avec des touches de raccourcis. On regrette que le résultat ne soit pas plus agréable, surtout pour un usage « sérieux » : l'effet bariolé n'est pas du meilleur goût et les caractères secondaires sont moins bien illuminés et certaines LED paraissent un peu faiblardes.

x x x x x
    EN RÉSUMÉ    
   

PETITE PHRASE PUNCHY QUI RÉSUME TOUT EN CAPS

Vous vous en doutez, nous n'avons pas les mêmes attentes pour un clavier à moins de 40 euros que pour un modèle à 70, 100 ou même 120 euros comme on en voit de plus en plus souvent avec les modèles destinés aux joueurs. Il existe pourtant des joueurs qui ne peuvent / veulent mettre autant d'argent... Le KM-G16 leur est tout désigné, mais le bilan est en réalité plus contrasté.
Côté réactivité et fonctions essentielles, il n'y a pas grand-chose à reprocher à Aukey qui propose un modèle correct. Hélas, cela implique aussi de faire avec un produit particulièrement bruyant qui dispose d'un rétroéclairage limité et un aspect général qui inspire moyennement confiance : les touches ne paraissent pas très solides et le rétroéclairage d'une touche était déjà « hésitant ». Le KM-G16 fera donc correctement le job, mais difficile de dire pendant combien de temps.

   
x x x xxxx x x x
     ON A AIMÉ :    ON N'A PAS AIMÉ :    
   
  • Un prix plancher qui pousse à être indulgent
  • Contacteurs Outemu
  • Blue réactifs
  • Verrouillage des touches Windows
  • Anti-ghosting complet
 
  • Rétroéclairage pas tout à fait homogène
  • Switches « clicky » très bruyants
  • Impression générale un peu « cheap »
  • Pas de RVB : une seule couleur par touche
   
x x x x x
    FICHE TECHNIQUE :    
   
  • Prix : 35 euros environ
  • Poids : 760 grammes
  • Dimensions : 434 x 128 x 36 millimètres
  • Connexion : filaire (câble USB-A 1,8 mètre)
  • Disposition : AZERTY, 105 touches
  • Commandes spéciales : aucune
  • Anti-ghosting : Oui, complet
  • Nkey rollover : non, 12 touches maximum
  • Contacteurs : Outemu blue « clicky »
  • Rétroéclairage : 6 couleurs, une pour chaque ligne Garantie : 2 ans
  • Où Acheter : Aukey
   
         

Galerie photo - 3 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande