>
>
Test de Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste (DS)

Test : Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste (DS)

L'oeuvre de la consécration ?
Par Yann Bernard - publié le
Image

L'union sacrée de Level-5 et du Studio Ghibli, autrement dit la collaboration entre un des grands studios vidéoludiques nippons du moment et le plus fameux atelier d'animation japonaise, qui l'eut cru ? Malgré quelques réticences parmi les pontes de la maison de Totoro, ce rêve fou est pourtant devenu réalité à travers Ninokuni, littéralement « le Second Monde ». Restait à déterminer si cette incroyable somme de talents engendrerait la pure merveille escomptée, ou se transformerait en vilain cauchemar...

Testé à partir d'une version import japonaise

Cette ambitieuse aventure débute sur double écran, Level-5 ayant finalement décidé de scinder Ninokuni en deux itérations : Shikkoku no Madoushi prévue dès l'origine sur DS et Shiroki Seihai no Joou destinée à la PS3. Forcément la mouture de salon (à paraître courant 2011) offre un rendu plus proche des films de Ghibli, mais on aurait tort de considérer le cru portable comme un simple hors d'oeuvre. D'emblée, les séquences animées donnent le ton. S'il subsiste quelques artefacts de compression vidéo, la beauté étincelante de ces scènes rappelle immanquablement les oeuvres d'Hayao Miyazaki. Non pas que Level-5 ait à rougir de ses précédentes prestations en la matière, Professeur Layton et Inazuma Eleven en tête. Toutefois l'illustre coup de pinceau du Studio Ghibli donne davantage de profondeur et, paradoxalement, de candeur à ces personnages. L'impression d'assister à un court-métrage estampillé « Djibili » est renforcée par la partition de Joe Hisaishi.

Le coup de pinceau de Ghibli…

Musique maestro !

Car ici non plus, on n'a pas lésiné sur les moyens, un véritable orchestre symphonique interprétant la plupart des musiques. J'insiste, pas de vulgaires synthétiseurs, il s'agit de vrais instruments en métal, crin et en bois. Et pour une fois, leurs sonorités très pures ne souffrent pas d'une compression à outrance. Encore heureux, tant le contraire aurait été indigne du retour de l'immense Hisaishi San sur la scène vidéo ludique. Le thème de la carte dans Tengai Makyou II : Manji Maru avait en effet marqué les esprits, ou plutôt les oreilles grâce au Super CD-Rom² de la PC Engine. Avec Ninokuni, notre homme peut faire l'étalage de toute la virtuosité qu'on lui connaît, en alternant les morceaux épiques et les harmoniques contemplatives. Tout juste regrette-t-on que certaines compositions semblent un peu brèves, de sorte que la boucle tourne trop rapidement. Faut-il y voir une conséquence de ses habitudes cinématographiques ou de l'espace limité de la cartouche ?

On penche pour la seconde, une hypothèse confirmée par le peu de dialogues « parlés ». Dommage, compte tenu de la qualité exceptionnelle des doublages, décidément trop rares à l'instar des séquences animées. Ils n'en restent pas moins amplement suffisants pour poser le décor, et quel décor ! Conscient des limitations techniques de la DS, Level-5 a restreint l'usage de la 3D aux déplacements sur la carte et aux personnages, « cel-shadés » en l'occurrence. Les environnements reviennent à notre 2D bien aimée, tellement mieux adaptée à la finesse du trait de ces sublimes tableaux. Surtout que de multiples artifices ont été mis en oeuvre afin de les rendre vivants. Subtiles animations par-ci, parallaxes par là, ces décors varient constamment les points de vue, certains occupant les deux écrans. Ninokuni peut carrément se targuer de faire de l'ombre à Dragon Quest IX, certes technologiquement un chouïa plus abouti, mais aussi moins affirmé artistiquement parlant.

…immédiatement reconnaissable.

Watashi wa Oliba

Bon, maintenant que l'on a fait le tour de la vitrine du propriétaire, poursuivons cette dissection méthodique de notre RPG avec sa moelle, c'est-à-dire son scénario. Sortez les mouchoirs, puisque l'histoire débute par la mort ô combien tragique de la mère du héros, Oliver. Pleurant à chaudes larmes sur la poupée de chiffon qu'elle lui avait offerte, le garçonnet ranime un intriguant farfadet prénommé Shizuku, qui sommeillait jusque là sous le tissus. Et ce truculent nabot - avec une lanterne en guise de piercing nasal - lui révèle l'existence d'un monde parallèle, où sa chère maman pourrait bien être ressuscitée. Seulement pour s'y rendre, Oliver devra apprendre la magie, grâce à un mystérieux grimoire...

Ce pitch à mi-chemin entre L'Histoire Sans Fin et Le Voyage de Chihiro débouche sur une épopée à la structure globalement classique. De l'évolution des moyens de locomotion au passage obligé par le casino, Level-5 y va de tous les poncifs du genre, non sans une certaine complicité avec le joueur. Inutile de rappeler que le studio s'est chargé des derniers Dragon Quest en date... Cependant à l'image de la célèbre saga, l'écriture n'est pas avare en coups de théâtre et autres péripéties, notamment celles qui jouent sur les interdépendances d'une dimension à l'autre, façon Chrono Cross. Et la contribution du studio Ghibli se manifeste à travers le formidable Character Design, une pléiade de personnages bien plus travaillés que ceux que l'on a coutume de rencontrer. Car ce conte ne s'adresse pas qu'aux enfants, en témoignent sa conclusion aigre douce et les diverses interprétations qui en découlent.

Ce genre de décors se passe de commentaires.

Une invitation à la lecture

La trouvaille fondamentale de Ninokuni réside toutefois dans ce fameux grimoire, complément indispensable du jeu. Cet objet de papier et de carton, d'excellente facture en prime, renferme en effet la liste des runes. Comme bien d'autres avant lui, il s'agit de dessiner des symboles qui correspondent à différents sorts. Lévitation, boule de feu ou portail entre les deux mondes, ces magies sont pour certaines utilisables lors de combats, mais servent avant tout à résoudre des énigmes. L'expertise de la fabrique des Professeur Layton dans la discipline n'est plus à démontrer, même si dans ce cas précis, un soin tout particulier a été porté sur le rôle de « Guide Book » du livre. Ce dernier cache ainsi la réponse à moult devinettes, noyées parmi les récits de légendes.

Une belle parade au piratage usitée depuis des lustres, si ce n'est que cette fois, consulter régulièrement le bouquin introduit une expérience inédite de lien entre le matériel et l'immatériel. Indubitablement, ce grimoire constitue un trésor d'informations absolument vitales pour l'avancée, et même un trésor tout court : une table de traduction des idéogrammes de « l'Astram » (une langue inventée pour l'occasion), un atlas des vastes contrées de cet univers, un recueil des objets doublés de conseils d'alchimie, sans oublier le bestiaire ! Tous les monstres que l'on croise peuvent en effet être recrutés, en interprétant des mélodies à leur goût, comme on charme un serpent. Tiens donc, n'y aurait-il pas du Pokémon - ou plus exactement - du Dragon Quest V derrière tout ça ?

Une rune très utile pour déverrouiller des coffres, entre autres. A ce sujet, on a rarement à se plaindre de la reconnaissance d’écriture.

Imagine moi un Imagine...

Oui et non... Si les personnages principaux prennent part aux hostilités, leur fonction se résume plutôt à du soutien, bien que les invocations d'Oliver comptent parmi les attaques les plus dévastatrices. Par exemple, seule la jeune blondinette Maru est capable d'amadouer les bestioles. Du coup, ce sont davantage ces créatures qui se chargent de rosser leurs congénères, au tour par tour, dans le plus pur style "DraQue". On les nomme d'ailleurs « Imagines », une appellation expliquée par leur vocation à évoluer en formes distinctes selon nos choix, à mesure qu'ils gagnent de l'XP. Il est également possible d'en capturer des versions déjà plus matures, une aubaine pour la collectionnite. Cette activité recèle une richesse inattendue, chaque Imagine étant plus ou moins unique.

Comprenez qu'au sein d'une même race, les statistiques, les aptitudes, les affinités/faiblesses élémentaires et par-dessus tout le nombre de slots d'équipement varient. Dans ces conditions, il va sans dire que dégotter la perle rare n'a rien d'une mince affaire. D'autant qu'il faudra les bichonner pour couronner le tout, en les gavant de délicieux mets récoltés ou concoctés grâce au facétieux « démon de la lampe d'alchimie ». Une entreprise de longue haleine qui s'étend largement au-delà de la quête centrale. En outre, l'option sans fil permet de se mesurer à ses amis, ou de leur envoyer des Imagines. Perspective qui s'étend au Nintendo Wi-Fi, avec de sacrées terreurs à télécharger exclusivement en ligne.

Lors des combats, on peut modifier la position des personnages vers l’avant ou l’arrière sur une grille de 3x3…

L'histoire sans fin ?

D'autre part, l'ultime challenge de ce périple se trouve dans une tour colossale où crèchent les pires monstruosités. Evidemment, l'élevage de bestiaux suffirait à garantir une solide durée de vie à Ninokuni. Or le programme des réjouissances ne s'arrête pas là. Soigner les coeurs blessés au fil de l'aventure suscite de très nombreuses missions annexes (une bonne centaine), répertoriées à la guilde du coin. Et ici encore, des missions téléchargeables supplémentaires sont (et continueront d'être) proposées en ligne, une recette dont l'efficacité n'est plus à prouver pour rassasier les aventuriers boulimiques. Seul bémol car il en faut bien un, ces tâches ne sont pas ouvertes à la coopération, alors que l'on aurait tant aimé partager un tel bonheur.

En somme, on a bien peu de choses à reprocher à Ninokuni. Fruit de ce rapprochement si logique entre Level-5 et Ghibli - en tout cas davantage que celui de Square Enix et Disney par le passé - la naissance d'une oeuvre d'exception semblait écrite d'avance. Alors on pourra fustiger sa relative timidité du côté des innovations. Le studio nippon se contente ainsi d'additionner les concepts éprouvés du genre, y compris ses propres recettes. A l'exception évidemment de l'utilisation du grimoire, promu compagnon de route irremplaçable de cette aventure. Toutes ces composantes, harmonieusement réunies, forment le socle idéal pour accueillir cette épopée à la hauteur des films d'animation estampillés Ghibli. Eh oui, rien que ça. Bizarre soit dit en passant que cette production taillée pour le public nippon ait connu un départ si mitigé. Espérons que cela n'augure pas d'un destin comparable à celui d'Okami, ces deux oeuvres partageant le même degré d'accomplissement artistique et ludique, pas nécessairement synonyme de succès commercial, on le sait. Mission par conséquent accomplie avec brio pour Level-5, qui prend au passage une nouvelle envergure et démontre que le J-RPG peut encore nous émerveiller...

Indispensable Gameblog
Culte
10
Notes de la Rédac (3)
L'union de Level-5 et Ghibli accouche d'un trésor à la hauteur de nos attentes. Si on peut lui reprocher un manque d'innovation, les recettes qu'il reprend et mélange habilement en font un titre d'autant plus agréable à jouer qu'il charme par une plastique irréprochable, un univers enchanteur, de sublimes musiques de Joe Hisaishi, et l'apport incontestable du grimoire bien réel qui sert autant l'immersion que le gameplay, riche et efficace. Un JRPG d'exception, donc, alliant des mécaniques connues, mais éprouvées, avec brio.
par
+ On aime
  • La réalisation et la touche Ghibli
  • Les musiques de Joe Hisaishi
  • L'interaction jeu / grimoire
  • Le système de combat efficace
  • La collectionnite, l'échange Wi-Fi
- On n'aime pas
  • La quête principale un peu courte
  • Les missions jouables uniquement en solo
Donnez votre note
71 notes
8
0
1
1
2
0
3
3
4
0
5
2
6
7
7
22
8
10
9
26
10
Ma collection sur DS
Je l'ai 210
J'y joue 38
Je le vends 0
Je le cherche 13
Vos tests (6)
0 89
I AllcAtrAZz I
Ninokuni est un bon jeu mais sans plus car malgré une belle histoire fantaisiste il y a un probleme de rythme qui fait qu' on a pas envie d'avancer pour ce scénario et le systeme de combat qui est correct mais sans plus qui fait qu' on a pas envie...
7
0 192
-Ash-
Enfin, le messie du JRPG est là. Apres des années d’attentent les joueurs Français peuvent enfin mettre la main sur ce fameux Ni No Kuni. Un ovni si l’on peut dire sur PS3 tant il semblera apportait un vent de fraicheur dans le domaine au vue de...
7
0 163
Shadowslabs
Ni No Kuni : La Vengeance de La Sorcière Céleste sur PS3, développé par Level-5 conjointement avec le Studio Ghibli, distribué par Namco-Bandai sur la console next gen de Sony, que je recommande à tous joueurs fan de RPG, d'aventure, de quêtes en...
10

Galerie photo Ni No Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste - 13 images (cliquez pour zoomer)

Le coup de pinceau de Ghibli… …immédiatement reconnaissable. Ce genre de décors se passe de commentaires. Une rune très utile pour déverrouiller des coffres, entre autres. A ce sujet, on a rarement à se plaindre de la reconnaissance d’écriture. Lors des combats, on peut modifier la position des personnages vers l’avant ou l’arrière sur une grille de 3x3… …un élément tactique d’importance, certaines attaques suivant une ligne verticale, horizontale ou en diagonale. Les ennemis sont visibles sur la carte, ce qui permet non seulement de les éviter, mais aussi de choisir ses proies. L’éclosion d’un Imagine, toujours un grand moment d’émotion… Faire la toilette ou dorloter ses Imagines, ça a du bon, pour peu qu’ils soient d’humeur bien sûr ! Deux formes d’évolution sont ici proposées, avec des aptitudes et des statistiques différentes à la clé. Le bandit manchot fait partie des mini-jeux (parfois surprenants) au programme. Ce lieu mystérieux comporte de nombreuses énigmes, à l’instar du jeu très ardu voire inaccessible aux non japonisants. Le grimoire, un vieux moyen de se protéger des pirates remis ici aux goûts du jour. Ironie du sort, il s’avère très utile pour dénicher le repaire de flibustiers dans le jeu…

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,90 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,68 €
52 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (52)