1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Tests de jeux vidéo
  4. >
    Test de Maid of Sker (PS4)

TEST de Maid of Sker : Voyage horrifique au Pays de Galles

Par Jonathan Bushle - publié le
×

Maid of Sker vient de s'échouer sur le disque dur de notre PS4. Mais vous pourrez aussi le retrouver sur tous les supports du moment. L'occasion de s'essayer à ce titre horrifique qui nous propose d'explorer les moindres recoins d'un inquiétant hôtel squatté par quelques vieilles légendes horrifiques Galloises, monstre du Loch Ness en moins. Et oui, il est écossais, celui-là.

Wales Interctives, vous connaissez ? C'est un petit studio Gallois à l'origine de nombreux jeux plus ou moins narratifs sortis sur la dernière génération de consoles, avec plus ou moins de succès. Ici, ils nous proposent le petit Maid of Sker, un jeu d'aventure à tendance horrifique, que l'on pourrait parfois ranger dans la catégorie du Walking simulator et avec encore une fois une véritable actrice sur la pochette du jeu. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Bienvenue !

Iron Maid of Sker

Inspirés d'une histoire vraie, les faits de Maid of Sker prennent place en 1897 et nous proposent de suivre les aventures de Thomas, un musicien parti pour Sker, au sud-ouest du Pays de Galles suite à la réception d'une lettre d'Elizabeth, sa dulcinée, lue avec des textes français et des doublages anglais à l'accent so british. Dans ce courrier, sa chère et tendre lui explique qu'elle est séquestrée par son père, qui veut utiliser ses talents de chanteuse pour faire d'elle le symbole de la réouverture de son hôtel, comme sa mère l'était avant elle. Bien évidemment, l'occulte et ses dangers vont très vite invités à la fête pour notre plus grande terreur.

Dès son arrivée sur la côte, à la décente de son train, notre cher Thomas constate tout de suite que malgré les panneaux publicitaires célébrants la réouverture des lieux, tout semble à l'abandon depuis des années. Murs défraîchis, pelouse sauvage, l'endroit semble, dès le départ, hanté. Et ce ne sont pas les quelques apparitions spectrales ou les coups de téléphone d'Elizabeth en mode Silent Hill, qui nous demande de retrouver quatre cylindres de boites à musique, qui vont venir nous rassurer lors de l'exploration des environs. Ni les inquiétants golgoths aveugles qui rôdent dans les parages, avec leur chef, qui a emprunté son costume au Mr.X de Resident Evil 2.

Moche mais fort heureusement aveugle !

Skerface

L'aventure vous conduira à mettre en lumière les agissements de la famille d'Elizabeth, et la vérité vous sera servie dans une note manuscrite, trouvée au bout de 45 minutes de jeu : on a vu des secrets et des twists mieux gardés ! Malgré tout, on prend plaisir à découvrir l'hôtel Sker, ses salles de sauvegarde et ses mystères, et on a envie d'en voir le bout, qui nous proposera deux conclusions différentes, au bout de la petite poignée d'heures (trois ou quatre) qu'il vous faudra pour terminer l'aventure.

Il y a un autre des aspects de l'hotel Sker qui sera lui aussi très séduisant : ses superbes décors. En jachère certes, mais magnifiques tout de même. La fôret du début, en journée, très contemplative sur le premier quart d'heure de jeu, donne le ton. La belle époque est là et possède toujours un charme fou. Des extérieurs du début, on passera vite à d'autres, mais une fois la nuit tombée. L'entame du jeu est très linéaire, se fait parfois sans aucune carte, et l'exploration des alentours, avec des grottes, un cimetière ou d'inquiétants jardins s'opère de façon plutôt décérébrée. Ce n'est qu'une fois rentré à l'hôtel pour la suite et fin de Maid of Sker, avec une clef essentielle, que l'on errrera un peu plus et choisir l'ordre dans lequel remplir nos objectifs. Et oui, la suite est moins scriptée, et on pourra se perdre dans les dédales de l'hôtel Sker, conçu pour piéger ses locataires, un peu comme un certain manoir Spencer, auquel on ne pourra s'empêcher de penser au fil de nos découvertes. L'architecture des lieux est plutôt réussie, même si au final, au vu format du jeu, on en aura plutôt vite fait le tour !

Retient ton souffle, Thomas !

Sker Island

Enfin vite fait, le mot est grand. Dans Maid of Sker, on se déplace à pas de loups. En marchant, accroupi, parfois en sprintant. Mais souvent doucement. Thomas ne peut pas se défendre, a la capacité de franchissement d'une huître et l'aisance d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, et les ennemis qui peuplent les lieux sont aveugles, mais sensibles aux sons. Attention aux objets qui vous entourent et qui pourraient vous trahir. Aussi, mécanique plutôt originale et nouvel ennemi, il faudra souvent retenir sa respiration sous peine d'être repéré, notamment dans les zones poussiéreuses, ou votre toux vous rendra aussi visible et indésirable que dans une rame de métro bondée en pleine épidémie de COVID-19. Certaines salles proposent des petites énigmes ou il faudra attirer les ennemis en activant un mécanisme bruyant pour libérer le chemin, mais le tout reste assez basique.

Malheureusement, le tout peine à convaincre là où il avait pourtant une carte à jouer : la peur. Si cette dernière se ressent très bien au niveau de l'ambiance, côté action, c'est autre chose. Les fuites sont bien souvent risibles. Tout comme les coups de vos adversaires, et l'animation de mort est ratée, et nous sort de l'horreur de la chose. L'I.A. des poursuivants, totalement aveugles, mais qui semblent aussi parfois sourds, rend la chose assez basique et simpliste. Ces monstres ne font vraiment pas peur. Et si un passage se révèle trop corsé, on pourra utiliser la bombe sonore que l'on trouvera lors de notre aventure. Malgré celan on passe un plutôt bon moment en compagnie de Maid of Sker, tout en disant tout du long que cela aurait gagné à être jouable en réalité virtuelle.

Bon
7
Maid of Sker vous propose d'explorer l'hôtel gallois qui donne son nom au jeu, perdu dans les contrées les plus reculées du Pays de Galles en 1897. Thomas y est à la recherche de sa dulcinée prise au piège, et devra résoudre quelques énigmes tout en échappant à des hordes de possédés aveugles. L'ambiance fait mouche, la direction artistique est léchée, avec une histoire en filigrane mais prenante, et un univers bien travaillé. Côté exploration, c'est plaisant, puisque l'hôtel, un vrai dédale, nous offrira aussi une visite plus linéaire des environs. Mais dès lors qu'il est question d'action, c'est la déception. La mécanique qui consiste à retenir sa respiration fonctionne bien, mais l'I.A. des ennemis (aveugles dans le scénario, parfois sourds dans le gameplay) et leurs animations rend le tout un peu désuet. On apprécie l'atmosphère, mais au final, quand vient l'affrontement, on tremble rarement. Très rarement. C'est un peu dommage, mais si vous êtes fans du genre, Maid of Sker et son hôtel hanté pourraient avoir de quoi vous séduire...
par
+ On aime
  • Une ambiance prenante.
  • Quelques visuels très réussis.
  • L'exploration de l'hotel Sker.
- On n'aime pas
  • L'I.A. des ennemis, risible.
  • Ça ne fait pas vraiment peur...
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur PS4
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Maid of Sker - 18 images (cliquez pour zoomer)

Bienvenue ! Moche mais fort heureusement aveugle ! Retient ton souffle, Thomas !

La rédaction vous recommande

3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)