>
>
Test de Super Lucky's Tale (Xbox One, PC)

TEST de Super Lucky's Tale : Un jeu qui sent le renard ?

Par Thomas Pillon - publié le

Une fois n'est pas coutume, Microsoft tenait a priori une sympathique exclusivité, qui plus est d'un genre qui - s'il n'est pas complètement tombé en désuétude - se fait de moins en moins présent dans le paysage vidéoludique actuel. Mais pour autant, Super Lucky's Tale mérite-t-il de délaisser les mastodontes de la plate-forme pour endosser ses habits de renard ? Rien n'est moins sûr...

Souvenez-vous, c'était il y a un an à peine : pour aider l'Oculus Rift à prendre son envol, le studio Playful proposait un jeu de plate-forme taillé pour la réalité virtuelle. Lucky's Tale, mettant en scène un joyeux renard, et sonnait alors comme un clin d'oeil à l'homme grâce à qui ce projet avait pu voir le jour : Palmer Luckey. Un peu plus d'un an après, voilà que la mascotte rousse revient déjà faire parler d'elle, sans accessoire cette fois. Et si l'expérience du premier épisode pouvait jouer sur la nouveauté du hardware qui l'hébergeait, que dire de cette suite qui va devoir assurer le show seule en scène ? 

Le jeu prend la forme d'un cartoon bon esprit, et ça fonctionne.

I should be so Lucky

Notre sympathique renard revient donc a priori en pleine forme pour proposer une aventure plus conventionnelle, puisque dépourvue de sa dimension de réalité virtuelle. A l'instar des standards de la plate-forme 3D dont il s'inspire sans rougir, Super Lucky's Tale ne s'embarrasse pas d'un scénario particulièrement élaboré, et ce n'est franchement pas ce qu'on lui demandait. On considérera donc le Livre des Âges trouvée par la soeur du jeune goupil comme un bon moyen de découper la progression en quatre chapitres et autant de mondes. Une progression classique mais efficace, puisqu'elle permet de radicalement changer d'environnement à chaque page tournée. Et si le jeu démarre plus que mollement, les niveaux proposés gagnent vite en complexité et en variété.

Et comme l'opposition zoologique fonctionne toujours bien dans les cartoons et autres productions colorées du genre, ce sont des vilains chats qu'il va falloir ici affronter, sbire après sbire, pour finalement remonter jusqu'au boss des Mistigris. Force est de constater que l'univers coloré fonctionne relativement bien, et plaira à coup sûr aux joueurs en quête d'une sympathique bouffée d'oxygène, ou à nos juvéniles têtes blondes. Bon, ça , c'est quand le jeu ne bugue pas complètement et coupe sans prévenir le son, ne laissant d'autre choix que de redémarrer la console...

Malgré l'alternance de phases et de vues, la maniabilité reste aux fraises...

Il flotte, Georgie

Et si le postulat de départ plaira sans doute à nos joyeux bambins, il n'est cependant pas particulièrement recommandé de les éveiller au genre roi des années 90 avec Super Lucky's Tale, sauf à vouloir les en détourner pour toujours. Car derrière ses tons colorés et sa bonne humeur inébranlable, notre joyeux renard s'avère d'une raideur que l'on retrouve plus volontiers du côté des aïeuls grabataires. Il ne faudra pas avoir eu bien longtemps en mains le jeu de Playful pour se rendre compte de la rigidité amidonnée qui caractérise notre sympathique mascotte.

On retrouve avec Super Lucky's Tale la maniabilité caractéristique des jeux de plate-formes développés à la va-vite après le carton commercial de la PlayStation première du nom. Imprécise, sèche et victime de latences incompréhensible : la palette de mouvements coche toutes les cases qu'il fallait à tout prix éviter. Et que dires des sauts - essentiels au possible dans un jeu de plate-forme, si ce n'est que leur flottement permanent semble recalculer la courbe de déplacement toutes les deux secondes, rendant l'exercice pénible et ô combien rageant.

Les environnements sont colorés et agréables à l'oeil.

14 nuances de carbone

Et comme si cela ne suffisait pas, les environnements pourtant chatoyants et bon enfant se révèlent particulièrement compliqués lorsqu'il s'agit de les explorer avec de tels boulets ferrés aux pattes. Rien de neuf sous le soleil, tant le jeu se contentera de recycler de bout en bout des phases vues et revues dans tous les canons du genre, mais l'imprécision permanente de notre héros rend du coup l'exercice bien plus retors qu'il n'y parait. Ses temps de chargements semblent eux aussi venus du fond des âges, puisque la moindre zone souterraine fera au final rebrousser chemin aux plus téméraires, alors imaginez entre les niveaux...

Super Lucky's Tale aurait pu se contenter d'être simplement générique, empruntant ici et là des idées recyclées mais correctement exécutées, mais par je ne sais quel miracle, tous les emprunts de l'ami Lucky se cassent les dents sur le dur trottoir de la réalité. Jamais inventif dans son gameplay, Playful semble trembler de la main à chaque prélèvement de mécaniques sur un vieux bout de papier carbone. le moindre double-saut réclamant un semblant de précision peut ainsi coûter plusieurs vies, sans parler des collisions plus qu'hasardeuses du côté des ennemis comme des environnements. Et la caméra ! Parlons-en de la caméra : corsetée et contrainte, elle semble toute droit sortie du premier épisode, sans qu'aucune effort n'ai été tenté pour l'adapter à un jeu en trois dimensions. Une véritable faille temporelle, nom de Zeus !

Il faudra parfois écouter les doléances des autochtones.

Same, but different

Il est d'autant plus dommage de voir le jeu se jeter la tête la première dans tant de collets qu'il offre au sein de chaque niveau un sympathique variété d'objectifs. A l'instar d'un Banjo-Kazooie, pour ne citer que l'influence la plus évidente, il y aura bien plus à faire dans chaque environnement de Super Lucky's Tale que de foncer tête la première vers le Trèfle à quatre feuilles final. L'exploration est en effet récompensée de plusieurs manières : trouver les cinq lettres qui composent le mot LUCKY débloquera par exemple un Trèfle supplémentaire, sachant que les lettres collectées le restent une bonne fois pour toutes.

Chaque niveau abritera également des souterrains proposant des phases de pure plate-forme (bancales) ou des puzzles (bidons) dissimulant parfois un Trèfle bonus, qui viendra grossir le compteur nécessaire pour progresser. Malheureusement, cette collecte s'adressera surtout aux acharnés, tant Super Lucky's Tale se laisse explorer comme la bouche d'un patient carié chez le dentiste. Seule la maniabilité aux fraises insufflera donnera un peu de fil à retordre même aux joueurs les plus aguerris, et on les comprend parfaitement.

Moyen
5
Où acheter :
Difficile d'expliquer à qui s'adresse véritablement Super Lucky's Tale : amputée de sa singulière dimension de réalité virtuelle, le jeu de Playful se contente d'être un jeu de plate-forme sans saveur, entassant (très) maladroitement les redites qu'il ne parvient même pas à restituer correctement. Les joueurs aguerris ne seront à aucun moment surpris par ses mécaniques, et se demanderont à raison comment on peut proposer pareille maniabilité en 2017. Quant à vos enfants, sans doute attirés par la dimension colorée et résolument positive, ils ne méritent pas de découvrir le genre à travers cette aventure brinquebalante qui avait pourtant quelques sympathiques intentions en stock.
par
+ On aime
  • Un univers coloré et mignon tout plein.
  • Une difficulté qui augmente progressivement.
  • Des objectifs secondaires dans chaque niveau.
  • Une VF de bonne facture.
- On n'aime pas
  • Une maniabilité crispante et rigide.
  • Une caméra qui refuse le 360°.
  • Des temps de chargement interminables au vu de ce qu'il faut charger.
  • Des problèmes permanents de hitboxes.
  • Des bugs persistants, même après sa sortie officielle.
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur
PC
Je l'ai 0
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Super Lucky's Tale - 6 images (cliquez pour zoomer)

Le jeu prend la forme d'un cartoon bon esprit, et ça fonctionne. Malgré l'alternance de phases et de vues, la maniabilité reste aux fraises... Les environnements sont colorés et agréables à l'oeil. Il faudra parfois écouter les doléances des autochtones.

La rédaction vous recommande

Top ventes

Pack Fnac Console Sony PS4 Slim 1 To Noi…
Neuf : 299,99 €
Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 299,99 €
Super Mario Odyssey Nintendo Switch
Nintendo Switch
Neuf : 49,89 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 299,99 €
Call of duty World War II PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,89 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire + …
Neuf : 299,99 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
Nintendo Switch
Neuf : 51,99 €
Mario Kart 8 Deluxe Nintendo Switch
Nintendo Switch
Neuf : 44,99 €
FIFA 18 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,10 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 259,89 €
Pack Sony Console PS4 Pro 1 To Blanche C…
Neuf : 349,99 €
Casque de réalité virtuelle PC Oculus Ri…
Neuf : 448,80 €
Robot Anki Cozmo Edition Collector
Objet dérivé
Neuf : 179,99 €
Star Wars Battlefront II PS4
PlayStation 4
Neuf : 59,99 €
46 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (46)