>
>
Test de Freedom Wars (PS Vita)

TEST. Freedom Wars

Liberté illusoire
Par Yann Bernard - publié le
Image

Avec son univers de désolation futuriste, sa direction artistique inspirée et ses joutes virevoltantes, Freedom Wars semble sortir des tranchées où luttent inlassablement les hordes de chasseurs de monstres. Mais cette offensive conjointement menée par Shift et Dimps s'avère-t-elle suffisamment solide pour devenir un renfort de poids dans la bataille du mobiludisme digital entreprise par la PS Vita ? A moins que la guerre ne soit perdue d'avance, comme le suggère l'arrêt des productions d'envergure destinées à la portable de Sony...

Un monde en ruines a fortiori surpeuplé, où les humains se déchirent pour des ressources quasiment épuisées, telle est la sombre toile de fond de Freedom Wars. D'autant que dans les Panopticons, autrement dit les sociétés utopiques qui ont remplacé les États, le simple fait d'exister constitue déjà un crime. Toute vie a en effet un coût pour la collectivité, si bien que chaque nouveau né est condamné d'emblée à un million d'années de prison. Ces "coupables" doivent donc se rendre utiles pour que leur peine soit allégée, dans l'espoir d'accéder à la liberté somme toute très relative dont bénéficient les "citoyens". Car sous ce régime totalitaire, la surveillance est permanente, et la moindre dérive sanctionnée par un allongement de la période de réclusion. Certes le cadre post apocalyptique et le héros frappé d'amnésie en guise de préambule manquent d'originalité, mais il n'est pas habituel d'écoper d'une punition rien que pour avoir eu l'audace de se reposer ou de parler sans autorisation - des occupations évidemment non productives pour la communauté. Pas le temps de s'appesantir sur la dimension philosophique, ou même sarcastique, de telles restrictions, il faut rapidement obtenir des droits, à commencer par la permission de quitter sa cellule. Une émancipation progressive qui passe par l'accomplissement de missions.

Gare à ne pas trop papoter au bar, bande de feignants !

Mecha grappling

Justement, les conflits perpétuels entre les Panopticons donnent lieu à une multitude d'activités, en particulier le sauvetage de citoyens. Ces privilégiés sont la proie des "ravisseurs", d'immenses créatures cybernétiques que l'on affronte aux côtés d'autres coupables et de leurs androïdes respectifs, également sujets au kidnapping. Les ravisseurs n'ont de cesse de capturer de pauvres innocents dans leurs entrailles, dont les coupables tentent ensuite de les extirper, ironie du sort... Pour y parvenir, ils disposent d'armes de mêlée et de pétoires plus ou moins massives, sans oublier la "ronce", l'outil essentiel sur lequel repose la singularité du gameplay de Freedom Wars. Cette espèce de lasso permet de s'accrocher non seulement aux parois des murs pour les escalader ou se déplacer plus vite, mais aussi aux ennemis, une mécanique à l'origine de pirouettes vertigineuses qui pallient l'impossibilité de sauter, à laquelle on ne tarde pas à s'habituer. Et une fois notre gigantesque méchanoïde solidement harnaché, le grappin peut servir à le déséquilibrer pour le rosser copieusement à terre, voire à s'y agripper histoire de le découper pièce par pièce ! Malgré quelques soucis de caméra, ces manoeuvres se révèlent exaltantes, pour ne pas dire franchement jouissives, surtout qu'elles ont en prime un intérêt non négligeable en termes de ressources.

Selon l'objectif, il faut parfois se concentrer sur la libération des citoyens.

Le nerf de la guerre

Les objets collectés sur le champ de bataille s'ajoutent en effet aux récompenses octroyées à l'issue d'une mission, souvent dépendantes du temps mis pour les terminer. C'est là que se manifeste principalement la notion morale de Freedom Wars, puisqu'on a le choix de garder ou de donner chacun des éléments de ce butin. Or les plus précieux se destinent théoriquement à son Panopticon d'adoption, ce qui incite au détournement des ressources, synonyme d'années de servitude supplémentaires. Toutefois ces trésors aident aussi à accélérer l'avancée, en fabriquant un équipement plus élaboré grâce aux usines de production où travaillent les citoyens ralliés à sa cause. Sans s'étendre davantage sur la nature alambiquée du système d'artisanat ou des menus, il subsiste que l'évolution repose clairement sur la récolte de matériaux et le levelling de l'arsenal, une approche qui mène à enchaîner frénétiquement les missions. L'intrigue, pourtant si prometteuse, se dilue donc lentement au fil du temps, jusqu'à se retrouver au second plan, à l'instar des années de pénitence qui planent au dessus de la tête du héros, finalement pas si importantes. Idem pour la direction artistique, le character design s'effaçant derrière l'aspect générique des protagonistes. Et les formes assez classiques que prennent ces contributions à la prospérité du Panopticon soulignent encore cette nature répétitive.

Les androïdes ont un rôle de soutien, et accessoirement de surveillance.

Frappes chirurgicales

Entre celles vouées à l'extermination, à la conquête de territoires, à la délivrance de citoyens, à leur sauvegarde façon capture de drapeaux, ou à la protection de ses propres ravisseurs, les objectifs paraissent cependant suffisamment diversifiés. Hélas, la plupart de ces tâches consistent à éradiquer les opposants et à sauver leurs victimes, tandis que les rares phases d'infiltration font figure de hors sujet, en raison d'une intelligence artificielle inadaptée. Heureusement les ennemis, à défaut d'être variés, se montrent plus malins au combat, tout spécialement les ravisseurs. Ces énormes créatures sont ainsi dotées de patterns à la fois nombreux et méchamment retors, de sorte qu'une analyse de leur comportement devient vite cruciale. Car pour remporter la victoire, il faut élaborer une tactique visant à exploiter les points faibles de l'adversité, tout en se débarrassant de ses armes les plus dévastatrices. Le tronçonnage des points névralgiques s'inscrit fatalement dans cette démarche, de même que l'usage de techniques et d'un matériel adéquats. En plus des attaques chargées, il existe trois types de ronces distincts : le premier voué à l'agression par le biais de pièges, le second à la défense via la construction de herses, et le troisième qui permet de soigner ses camarades. Ces rôles appellent naturellement un travail collaboratif, idéalement entrepris avec d'autres joueurs.

L'entraide est vitale en multi joueur, a fortiori dans les manoeuvres de diversion.

Camaraderie belliqueuse

Bien que l'IA dirige les troupes de manière très correcte suivant les ordres donnés, il arrive un moment où l'aide de trois vrais cerveaux devient nécessaire, ou du moins salutaire pour poursuivre les opérations jusqu'au bout. Que les bleus se rassurent, la brutale hausse de difficulté tant décriée dans la version nippone n'est plus qu'un lointain souvenir, grâce aux mises à jour intervenues depuis. D'ailleurs, ce laps de temps a aussi été mis à profit pour réaliser une traduction en français, même si les doublages restent cantonnés au japonais. On ne saurait trop s'en plaindre à l'écoute des voix originales, contrairement aux quelques chutes de frame rate toujours d'actualité. Point de lag en revanche lors des parties en ligne, y compris dans les modes PVP qui peuvent accueillir jusqu'à huit participants. La véritable prouesse de Freedom Wars réside néanmoins dans l'intégration harmonieuse de cette dimension multi joueur, puisque les missions sont presque toutes accessibles en coopération. Cette recette éprouvée démontre une nouvelle fois son efficacité dans Freedom Wars, sans que cela ne suffise à pardonner la narration moins aboutie qu'escompté. Ici, on est juste libre de choisir la manière de se battre, comme le répète le mentor de l'équipe, les maps plutôt bien conçues mais peu nombreuses renforçant cette impression d'enfermement sans fin. En conclusion, seuls les guerriers stakhanovistes y trouveront leur compte.

Bon
7
Notes de la Rédac (2)
Où acheter :
Avec sa direction artistique inspirée, son univers intrigant et ses joutes virevoltantes, Freedom Wars semblait disposer de tout l'arsenal pour s'imposer sur le champ de bataille des chasseurs de monstres. Hélas ses ambitions narratives s'étiolent au fil des missions, enchaînées à un rythme stakhanoviste afin de collecter les ressources requises pour la fabrication d'armes toujours plus puissantes. Et le manque de variété de ces tâches, des maps et des ennemis ne fait que renforcer la nature répétitive de tels conflits. Heureusement la férocité et la dimension aérienne du gameplay rendent ces combats extrêmement exaltants, la polyvalence de la ronce permettant de s'adapter aux patterns d'adversaires sans cesse plus retors. Cette teneur stratégique grandissante des affrontement appelle ainsi naturellement à collaborer, une facette multijoueur qui constitue à terme l'intérêt fondamental de cette guerre sans véritable fin.
par
+ On aime
  • La réalisation globalement de bonne facture.
  • Les musiques cybernétiques dans le ton.
  • La coopération bien intégrée au récit.
  • La myriade de fonctions de la ronce, un outil fabuleux !
  • La facette tactique élaborée.
  • La localisation en français soignée.
- On n'aime pas
  • Les petits soucis de caméra.
  • Les baisses de frame rate.
  • L'histoire progressivement oubliée.
  • Le système d'artisanat inutilement tarabiscoté.
  • Peu de maps et d'ennemis différents.
  • Les doublages uniquement en VO (mais de qualité).
Donnez votre note
20 notes
9
0
1
0
2
1
3
0
4
0
5
1
6
0
7
1
8
7
9
10
10
Ma collection sur PSV
Je l'ai 9
J'y joue 3
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Freedom Wars - 12 images (cliquez pour zoomer)

Gare à ne pas trop papoter au bar, bande de feignants ! Selon l'objectif, il faut parfois se concentrer sur la libération des citoyens. Les androïdes ont un rôle de soutien, et accessoirement de surveillance. L'entraide est vitale en multi joueur, a fortiori dans les manoeuvres de diversion.

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,68 €
9 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (9)