1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    TEST du HyperX Cloud Flight S : Un bon casque un poil trop cher

TEST du HyperX Cloud Flight S : Un bon casque un poil trop cher

Par Nerces - publié le
×

Stinger, Alpha, Orbit ou Revolver, la gamme de casque-micro signée HyperX est riche de nombreux modèles. À chaque fois, nous avons su les apprécier à leur juste valeur : produit haut de gamme au rendu remarquable ou produit milieu de gamme à l'excellent rapport qualité / prix, HyperX a souvent de bons, de très bons arguments. Le sans-fil sera-t-il celui du Cloud Flight S ?

Bien sûr, le Cloud Flight S n'est pas le premier casque-micro sans-fil à sortir des usines HyperX. Lancé il y a bientôt vingt ans par Kingston pour porter ses produits "à hautes performances", le fabricant semble toutefois de plus en plus vouloir se passer des connexions filaires. Le Cloud Flight S est ainsi un modèle qui ne peut de toute façon pas fonctionner lorsqu'il est connecté : le câblage, c'est bon pour la recharge... et encore ! En effet, avec ce produit, HyperX met aussi l'accent sur la charge sans-fil Qi et propose d'ailleurs une base de recharge en plus du coût du casque : 170 euros pour le Cloud Flight S et encore 70 euros pour la base de charge sans-fil - capable d'alimenter deux produits (casques, souris...) à la fois - ça commence à "douiller".

Fin, sobre, élégant

Depuis quelques années, de plus en plus de fabricants s'éloignent de l'archétype du casque-micro orienté gaming. Il n'est plus forcément question d'éclairages dans tous les sens et de formes agressives, imposantes. Le Cloud Flight S s'inscrit parfaitement dans cette nouvelle tendance et au premier coup d'oeil posé sur le produit, on perçoit la recherche de la finesse de la part des designers. Le casque est racé, élégant, tout de noir vêtu. Son architecture mise sur une majorité d'éléments en plastique avec une armature principale en métal. Cette dernière se ressent principalement au niveau de l'arceau central, qui profite de surcroît d'un rembourrage sur sa partie inférieure, celle qui sera directement en contact avec le sommet du crâne.

Le Cloud Flight S est un modèle dit "circum-aural" c'est-à-dire que les écouteurs viennent englober l'ensemble du pavillon de chaque oreille. Une telle forme tire deux avantages à nos yeux. D'abord, on profite d'un surcroît d'isolation phonique dans la mesure où l'ensemble est plus « hermétique » qu'avec du "supra-aural ". Ensuite, le confort nous apparaît comme supérieur d'autant que le revêtement des oreillettes est agréable. HyperX ne se moque ici pas du monde puisque les oreillettes sont composées de coussinets en mousse à mémoire de forme et que le tout est recouvert de véritable cuir du plus bel effet. C'est agréable à porter, ne gratte ou ne frotte pas le moins du monde. Un détail tout de même : cela peut échauffer légèrement sur de longues sessions.

En l'absence de télécommande, HyperX a intégré les contrôles de son casque sur les deux oreillettes. Celle de droite dispose de la molette dédiée au volume tandis que celle de gauche intègre à la fois la prise micro, le connecteur de recharge, le bouton de mise sous tension et le bouton dédié à la virtualisation 7.1. Notez bien que la recharge filaire se fait au moyen d'un câble d'un mètre qui ne permet en revanche pas d'utiliser le casque de cette manière : pour profiter du Cloud Flight S, il faut se munir du dongle USB. En revanche, il est parfaitement possible d'utiliser le casque sans son micro, fixé au bout d'une perche aisément flexible d'environ 10 centimètres.

Une belle autonomie et une compatibilité PS4

La technologie sans-fil du Cloud Flight S repose donc sur un petit dongle USB. Il assure une connectivité RF 2,4 GHz fonctionnelle aussi bien sur PC que sur PS4. HyperX dispose bien d'un casque-micro - le CloudX Flight - compatible Xbox One, mais il est dommage qu'un seul produit ne puisse être davantage polyvalent. De plus, rien n'existe pour la Switch. Notons d'ailleurs que même la compatibilité PS4 n'est que partielle : le 7.1 virtual surround est effectivement réservé au monde Windows. Réservés à Windows également, les quatre « boutons » de raccourcis présents sur l'oreillette gauche : pour les configurer, il est même nécessaire d'utiliser le logiciel HyperX NGenuity afin, par exemple, de paramétrer une sourdine sur le microphone.

Le fonctionnement sans-fil est évidemment un atout de poids côté confort. Dommage, HyperX n'a pas jugé bon d'intégrer le Bluetooth à son casque qui compense cependant par une portée RF 2,4 GHz intéressante (autour de 20 mètres) et une bonne autonomie mesurée à plus ou moins 25 heures avec le volume sonore aux trois-quarts. La connexion au dongle se fait de manière quasi-instantanée et on ne déplore pas la moindre latence. Un très bon point. On regrette toutefois que la base de recharge Qi soit facturée en plus du casque-micro : une base qui coûte tout de même plus ou moins 70 euros. Sans qu'il soit question de charge rapide, on apprécie qu'en cinq heures, la batterie soit à 100% et qu'avec 15 minutes de charge on obtienne environ 1 heure d'utilisation.

Un son stéréo équilibré, agréable, mais un micro en retrait

Écartons d'emblée l'effet 7.1 virtual surround. De manière générale, nous goûtons peu ce genre de gadgets qui donnent rarement quelque chose d'efficace. Hélas, c'est une fois encore le cas avec le Cloud Flight S. Oubliez l'espèce d'émulation 7.1 - on ne voit pas bien comment appeler ça - activée avec le bouton 7.1 sur l'oreillette gauche. Problème, même en allant chercher le paramétrage 7.1 dans la configuration Windows, le bilan est très moyen. Dans un film, on peut certes avoir davantage l'impression d'être entouré par le son, mais les effets de spatialisation ne sont pas naturels et dans les jeux on n'est pas loin de la catastrophe avec un manque de précision par rapport... à la stéréophonie. Vous l'aurez compris, les joueurs PS4 ne perdent rien au change.

Heureusement, dès lors que l'on se contente d'un « bête » son stéréo, le Cloud Flight S est davantage à son aise. Sans grande surprise et malgré une réponse en fréquence censée débuter à 10 Hz, les basses sont un peu effacées. En revanche, le reste du spectre est très convaincant et nos oreilles profitent d'un son très homogène, particulièrement équilibré. Pour chipoter, on pourra tout de même souligner des voix qui ont tendance à prendre un peu trop souvent le pas sur les instrumentations : ce sont davantage les aigus qui en pâtissent sans, cependant, que les choses soient vraiment gênantes. Une chose tout de même : alors que nous avons pour habitude de régler assez bas le volume sonore, nous avons été contraints de le monter un peu sur ce test.

Notons également que l'isolation phonique, très bonne, n'est toutefois pas totale. Cela nous convient très bien dans la mesure où nous n'aimons pas être « coupés du monde », mais il faut savoir qu'un environnement extérieur bruyant sera (légèrement) perceptible casque sur le crâne. Enfin, si le rendu audio est globalement convaincant en stéréo, on ne peut pas en dire autant de la captation micro. Bien sûr, elle fera le job et vos partenaires de jeu vous comprendront, mais l'intelligibilité des voix devrait être parfaite à ce niveau de prix et on en est loin. Cela manque de clarté avec une tendance au chuintement un peu regrettable.

x x x x x
    EN RÉSUMÉ    
   

UN BON PRODUIT AU TARIF À REVOIR

Avec son Cloud Flight S, HyperX est moins à l'aise qu'à son habitude. Il s'agit d'un casque-micro de bonne facture qui se démarque notamment par l'équilibre, l'homogénéité de son rendu stéréo. Le fonctionnement sans-fil RF 2,4 GHz est une merveille et les écouteurs sont particulièrement confortables. Problèmes, ces qualités sont en partie contrebalancées par une comptabilité console très partielle (pas de Xbox, pas de Switch), l'impossibilité de se connecter en Bluetooth ou en filaire, et la spatialisation 7.1 complètement inutile. Enfin, la captation assez moyenne du micro et un tarif de 170 euros, nous laissent sur la réserve. En somme, il s'agit d'un bon produit qui mériterait un positionnement tarifaire au moins 50 euros inférieur.

   
x x x xxxx x x x
     ON A AIMÉ :    ON N'A PAS AIMÉ :    
   
  • Sans-fil RF 2,4 GHz efficace 
  • Très bonne autonomie (+/- 25 heures) 
  • Polyvalence PC / PS4 
  • Rendu stéréo de qualité, équilibrée, homogène 
  • Microphone flexible et détachable 
  • Très bon confort général, isolation phonique correcte
 
  • Pas de Bluetooth, pas de mode filaire 
  • 7.1 virtual surround anecdotique 
  • Captation micro pas au niveau 
  • Ne fonctionne ni sur Xbox ni sur Switch 
  • Pas de base charge Qi livrée en bundle
   
x x x x x
    FICHE TECHNIQUE :    
   
  • Prix : 170 euros environ
  • Poids : 320 g
  • Connexion : sans-fil, dongle 2,4 GHz livré
  • Adaptateurs fournis pour se connecter au PC (+ 100 cm) ou aux smartphones (+ 100 cm)
  • Transducteurs : dynamiques, 50 mm avec aimants en néodyme
  • Forme des écouteurs : circum-aural
  • Spatialisation du son : 7.1 virtual surround
  • Réponse en fréquence : 10 Hz - 20 000 Hz
  • Microphone : oui, flexible et détachable
  • Réponse en fréquence du micro : 50 Hz - 18 000 Hz
  • Réduction de bruit : passive
  • Où acheter ?Amazon
   
         

Galerie photo - 4 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande