>
>
Monétisation des vidéos de Call of Duty sur YouTube : "La fête est finie" selon des YouTubeurs

Monétisation des vidéos de Call of Duty sur YouTube : "La fête est finie" selon des YouTubeurs

Par Romain Mahut - publié le
Image

Pendant plusieurs années, YouTube a été perçu comme un eldorado par les gamers vidéastes, et plus particulièrement par les joueurs de Call of Duty. Un récent changement dans le mode de fonctionnement du site de partage de vidéos risque cependant de bouleverser leurs habitudes. 


À lire aussi : Call of Duty WWII : YouTube réagit-il mieux qu'avec Infinite Warfare ?


Alors que des vidéos traitant de jeux Call of Duty étaient autrefois sources de revenus considérables pour les YouTubeurs, parler des jeux de guerre édités par Activision peut désormais mener à la démonétisation pure et simple d'une vidéo.

En effet, une nouvelle réglementation récemment mise en place par YouTube permet aux annonceurs de choisir de ne pas afficher leurs publicités sur des vidéos affichant des images potentiellement choquantes. Parmi les thématiques concernées par cette nouvelle politique se trouvent la violence, les catastrophes naturelles, les tragédies, la guerre, le sexe ou encore la drogue. 

Immédiatement, les conséquences de cette nouvelle réglementation se sont faites sentir. Dans une vidéo postée au début du mois d'avril dernier, PewDiePie déclarait qu'environ "un tiers de ses vidéos avait été démonétisées."  Mais des suites de l'annonce de Call of Duty WWII, il semblerait également que les YouTubeurs proposant des contenus sur ce jeu sont particulièrement touchés car il montre des images de guerre. 

Les YouTubeurs Call of Duty particulièrement touchés

Le YouTubeur "PrestigeIsKey,"  qui dispose d'une chaîne à plus d'1,1 million d'abonnés, donne un exemple précise des conséquences de cette nouvelle politique. Une vidéo de Call of Duty WWII ayant reçu 95.000 vues après 24 heures n'a généré que 10,85 dollars alors qu'une vidéo de 2min30 dans laquelle il parle de lait périmé lui a permis de gagner 40,99 dollars.

Il explique par ailleurs qu'il n'a pour l'instant pas réussi à obtenir de réponses de YouTube quant à ces changements radicaux. Il demande en revanche à ce que YouTube fasse la distinction entre les vidéos montrant des images réelles et celles présentant des images de jeux vidéo vis-à-vis des options données aux annonceurs en matière d'affichage de publicités sur YouTube. Comme le rapporte le site GamesIndustry, le YouTubeur déclare qu'il devra se résigner à trouver un "travail à temps plein" si les choses ne rentrent pas dans l'ordre.

 L'exemple donné par le YouTubeur "TmarTN" (près de 3,3 millions d'abonnés sur YouTube) est encore plus saisissant. Une vidéo montrant sa réaction à l'annonce de Call of Duty WWII ayant reçu 250.000 vues n'a récolté que 27 dollars en revenus publicitaires. Pour le vidéaste, cela correspond à "une diminution de salaire de 90%." Histoire de marquer les esprits, il n'hésite pas à affirmer que les changements apportés par YouTube vont "briser des carrières, briser des hobbies, et briser des rêves de milliers de personnes." 

Pour le YouTubeur "402Thunder402" aux 700.000 abonnés, le constat est simple. Selon lui, "la fête est finie." Le créateur de contenus explique que malgré une augmentation de 53% des vues sur ses vidéos le mois dernier, ses revenus ont chuté de 49%. 

La fin de la ruée vers l'or ?

Si la situation n'évolue pas dans le sens de vidéastes, il est possible de s'attendre, au moins en Amérique du Nord dans un premier temps, à une diminution radicale du nombre de YouTubeurs jeux vidéo "professionnels." Pour tenter de faire face à ce phénomène, et de limiter la casse financière, certains d'entre eux se tournent déjà vers Twitch ou encore Patreon (Patreon est un service de financement participatif via lequel les internautes peuvent choisir de verser régulièrement de l'argent à leurs créateurs de contenus préférés). 

À l'heure actuelle, YouTube n'a pas donné de solution claire au problème. La filiale de Google précise simplement que les YouTubeurs disposent d'un outil de réclamation s'ils estiment que leur vidéo a été démonétisée injustement. YouTube explique également que les créateurs de contenus doivent bien s'assurer que la miniature, le titre et la description de leurs vidéos reflètent correctement le contenu de leur vidéo (certains YouTubeurs refusent d'ores et déjà d'utiliser le titre de Call of Duty WWII dans leurs vidéos par peur de la démonétisation). 

Pour info, ce changement de politique opéré par YouTube est lié au mécontentement des annonceurs face à l'affichage de leurs publicités sur des vidéos contenant des discours à caractère raciste. Cette affaire découle entre autres de la polémique provoquée par le contenu jugé antisémite de certaines vidéos de PewDiePie. 

Que vous inspire cette situation ? Pensez-vous qu'elle pourrait mener à une recrudescence des YouTubeurs amateurs parlant de Call of Duty ou vous attendez-vous simplement à ce que le nombre de vidéos associées à des jeux "adultes" diminue ? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous.

La rédaction vous recommande

Top ventes

Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 329,99 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 329,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,00 €
Pack Fnac Console Microsoft Xbox One S 1…
Neuf : 299,99 €
Console de jeux Sony PS4 Slim 1 To + Hor…
Neuf : 369,99 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
donnée non spécifiée
Neuf : 52,99 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 499,99 €
Console Nintendo Switch Splatoon 2 Noire…
Neuf : 354,99 €
Mario Kart 8 Deluxe Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 47,89 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go Noire
Neuf : 259,99 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 179,99 €
Arms Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 44,99 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 899,00 €
Console PS4 Pro Sony 1 To + Jeu Tekken 7
Neuf : 439,99 €
Super Mario Odyssey Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 59,99 €
51 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (51)