Deadliest Warrior : Legends sur Xbox 360, le test de BlackLabel

Publiez votre test
Signaler
BlackLabel
8
BlackLabel X360

La plume est plus courte que l'épée

On tranche des bras, on casse des jambes, on raccourcit un type d'une tête, on plante des javelots dans la tronche, yeah ! Si tu saignes abondamment, tu meurs vite. Qui n'a jamais rêvé de voir s'affronter Alexandre le Grand et Jeanne d'Arc ? Ben... Personne, parce que c'est tellement con comme casting que personne n'y a probablement pensé avant ce studio. En fait y'a Civilization je crois qui a aussi le don des rencontres historiques improbables.

C'est con Deadliest Warrior, mais sympathiquement con. Ça fait combien d'années qu'on casse des bras qui se cassent pas (Tekken) ? Qu'on donne des coups d'épée qui tranchent rien (Soul Calibur) ?

Y'a pas grand-chose à dire de plus. Préférez la version boîte qui contient les DLCs sur la galette, et marrez-vous un bon coup avec un des rares jeux de combats qui remplacent les listes de combos interminables par des contrôles simples et complets, le timing serré par de la stratégie. Ça s'assimile vite par n'importe qui, et après c'est pas l'apprentissage qui fait la différence, c'est la jugeote. Coupez un bras, et barrez-vous comme un chacal pendant que l'autre agonise en vous courant après ; le bonheur !

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Deadliest Warrior : Legends

tous les tests