SOCOM : Special Forces sur PlayStation 3, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
6
Nightmare1984 PS3

J'ai glissé chef...!

Après un MAG qui a créé la surprise l’année dernière en devenant directement la référence du FPS online sur PS3, on en attendait beaucoup de Zipper Interactive (les créateurs de la série SOCOM sur PS2) pour leur retour sur la licence qu’ils ont créé il y a de cela maintenant 8 ans. Est-ce que cette attente en valait la peine ?

 

IA-t-il une IA pour sauver SOCOM ?

 

SOCOM Special Forces se décompose en 3 parties distinctes : la campagne solo qui nous narre les péripéties d’un groupe des forces spéciales de l’OTAN devant empêcher des terroristes (le NAGA) de créer une insurrection en Asie du sud-est, le mode coop qui permet de jouer jusqu’à 5 dans des missions tirées de la campagne solo et le mode multijoueur.

On incarne Cullen Gray, commandant des opérations spéciales de l’OTAN, qui devra avec 4 de ses coéquipiers (l’équipe bleue spécialisée dans les armes lourdes et l’équipe or spécialisée pour les attaques à longue distance) d’arrêter un groupuscule terroriste/pirate qui contrôle le détroit de Malacca. Le scénario est assez basique dans l’ensemble mais change des éternels « américains gentils contre le reste des barbus du monde ». Dommage que la mise en scène ne marquera pas les esprits.

La campagne se décompose en 14 missions qui vous prendront entre 8 et 9 heures pour en voir le bout en mode normal. Avant chaque mission on a le droit à un briefing sous forme de carte satellite nous expliquant tous les objectifs à accomplir. Ensuite il faudra choisir 2 armes et 2 styles d’explosifs à emporter. Chose assez étonnante, on ne dispose d’aucune arme de poing ce qui cause un sérieux problème lorsque l’on n’a pas le temps de recharger son arme en combat rapproché. Les missions sont assez classiques et iront du sabotage au nettoyage d’une zone en passant par des missions d’infiltration.

Ces dernières, se déroulant uniquement de nuit, sont l’occasion de varier les plaisirs en incarnant 45 la femme de notre commando. En fait « plaisir » est un bien grand mot car ces missions sont complètement ratées et inutiles à cause d’une IA ennemie carrément à la ramasse. Tant que la barre à gauche indiquant notre furtivité est à zéro on ne craint pas d’être vu par l’ennemi même si ce dernier est à 3 cm de nous, plein face et qu’on soit en pleine lumière. Une astuce : traverser les niveaux en rampant et le tour est joué. Dommage car l’idée était excellente et que de nos jours les jeux d’infiltration ont complètement disparu de nos écrans de contrôle.

L’IA ennemie s’en sort particulièrement bien mieux le jour (doivent manquer de sommeil les terroristes) en se mettant à couvert ou en contournant nos positions. Ce qui ne les empêche pas de jouer les kamikazes de temps à autre…et ce n’est pas l’IA alliée qui va arranger les choses. De mémoire, je n’ai jamais vu une IA aussi pourrie à tel point que ça ruine complètement le jeu en solo ! Nos équipiers confondent souvent tirer sur une cible et aller vers une cible (ce qui peut valoir une mort certaine), se placent jamais à l’endroit que l’on a ordonné et se retrouvent constamment à découvert, se regroupent vers nous automatiquement si on s’éloigne trop loin d’eux ce qui peux faire rater une infiltration derrière les lignes ennemies et empêchent donc toute tactique d’embuscade. Et je ne parle même pas quand ils oublient de soigner un coéquipier à 20cm d’eux mais vont aller soigner un autre qui est à 20m bien à découvert des terroristes.

On peste trop souvent contre nos partenaires ce qui peut rendre les parties frustrantes par moment, surtout qu’il faut obligatoirement finir une mission car les checkpoints ne sauvegardent pas le jeu. Sans compter que SOCOM 4 se veut difficile et on meurt très rapidement. Pour résumer, le solo du titre de Zipper Interactive est une déception que ce soit pour les fans de la première heure qui ne retrouveront plus l’esprit tactique de la franchise et les nouveaux venus qui verront un TPS se cherchant une identité à l’IA foireuse.

 

Le multi : évolution ou régression ?

 

Qu’obtiendrait on si la pseudo IA alliée était remplacée par des joueurs du PSN ? Un mode coop jouable à 5 prenant malgré sa répétitivité. On peut choisir de rejoindre une partie publique ou créer la sienne. Dans ce cas on aura la possibilité d’inviter ses amis, choisir le nombre d’ennemis, la difficulté et le mode de jeu entre tuer les commandants ennemis ou récupérer des informations parmi les 6 maps proposées. Vous l’aurez compris on a vite fait le tour du coop même si ce dernier se révèle particulièrement jouissif. Tout ce que l’on attendait du solo réponds présent ici, à savoir le fait de pouvoir mettre en place de vraies stratégies, des embuscades et un travail d’équipe coordonné. Surtout que le level design est parfait et nous permet de donner libre cours à nos plans d’attaques.

Le gros du jeu est le online jouable jusqu’à 32 joueurs sur plusieurs mode de jeux classiques mais efficaces. Tout d’abord on peut créer son clan dans le menu communauté et voir toutes ses statistiques. Les modes de jeu se divisent en 2 catégories bien distinctes : normal et classique. Ce dernier est ce que le mode hardcore est à COD. La vie ne se régénère pas et si on meurt il faut attendre la fin de la partie. Zipper a prévu de limiter les chargeurs pour éviter qu’il y ait trop de campeurs et nous force à progresser constamment de façon tactique pour éliminer ses adversaires et récupérer sur eux des munitions. Les parties étant plus courtes en « classique », il y a donc plusieurs manches pour remporter la victoire. Il existe 4 types de jeux sans compter leurs variantes.

- Suppression qui est un match à mort en équipe.

- Bomb Squad : Une équipe doit désamorcer des bombes pendant que l’autre doit les en empêcher. Un démineur est désigné au hasard. Possédant une armure qui protège les coéquipiers aux alentours et une arme de gros calibre, il est le seul à pouvoir désamorcer les explosifs. Un mode de jeu où le travail en équipe est la clé de la réussite.

- Last Defense se résume à une capture de zones et Uplink qui doit être le mode de jeu préféré d’annonymous où le but consiste à voler des données informatiques à l’équipe adverse, en gros une capture de drapeau.

Zipper Interactive n’a pas fait dans l’originalité mais grâce au level design des 9 cartes extrêmement efficace les parties deviennent tactiques nous obligeant de travailler en équipe. Car même en mode normal, il suffit de quelques balles pour mourir. A chaque partie on gagne des XP pour débloquer de nouveaux personnages ainsi que de nouvelles armes. Les armes s’upgradent automatiquement à force de les utiliser et possèdent chacun 6 niveaux. Il est dommage cependant que l’on ne puisse pas personnaliser son personnage et préparer ses armes dans le menu au lieu de devoir faire son choix manuellement en pleine partie. Autre défaut et pas des moindres : l’absence de lobby ! Tout comme Warhawk impossible de se rejoindre dans un salon avec son clan ou ses amis avant de partir au front pour défendre ses couleurs. Alors bien sûr il existe le mode « défi de clan » pour jouer entre clan pour les amateurs de compétition, mais cet oubli est totalement incompréhensible de la part des créateurs de la première vraie communauté en ligne sur console, surtout après avoir créé la référence online qu'est MAG. Heureusement qu’un patch est déjà prévu pour pallier à ce problème. (le patch est venu 6 mois après avec tous les bugs qui vont avec…)

 

MAGnifique ou SOCOMplicated ?

 

La série SOCOM n’a jamais brillé par ses graphismes mais force est de constater que Zipper a fait du bon boulot avec leur premier opus next gen. Les décors sont de toutes beautés, mention spéciale à la végétation qui fait partie des plus belles jamais vu dans un jeu vidéo, la profondeur de champ est immense et chaque niveau regorge de détails. Ces derniers sont conçus de façon à pouvoir planifier plusieurs stratégies malgré la relative linéarité de la progression. Les personnages sont bien modélisés et l’aliasing se fait très discret.

Coté sonore on reste dans l’efficace avec des musiques superbes et parfaitement dans le ton et des doublages en français corrects. Les bruitages sont excellents en ce qui concerne l’environnement mais manque de punch lors des fusillades.

La prise en main se fait de manière instinctive et notre personnage se contrôle parfaitement. Par contre le gameplay est ultra simplifié par rapport aux épisodes PS2 avec un système d’ordre limité, l’impossibilité de changer d’angle de vue en caméra à l’épaule et un système de couverture qui ne permet pas de changer de planque sans être à découvert. Le jeu est compatible avec le PS Move et même si avec ce dernier ça reste jouable, cela demandera un bon temps d’adaptation au début.

 

Les plus:

 

- Les graphismes.

- Le level design.

- Les musiques.

- Un jeu complet.

 

Les moins:

 

- L'intelligence artificielle.

- Le gameplay trop arcade.

- La difficulté de jouer avec son clan en ligne.

 

L’impression que l’on a en jouant à SOCOM Special Forces est celle d’une déception que cela soit pour la campagne solo ou le multijoueur en ligne. Ce qui est plus dommage c’est que la réalisation répond présent et qu’on se dit qu’on aurait pu tenir là un grand jeu si Zipper n’avait pas casualisé à l’extrême leur série tactique en oubliant les bases de ce qui faisait le succès de la franchise.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de SOCOM : Special Forces

tous les tests