Grand Theft Auto V sur PlayStation 3, le test de Mingo-May

Publiez votre test
Signaler
Mingo-May
9
Mingo-May PS3

GTA V, ou la baffe dans ta gueule 5.0

C'est rare qu'un jeu fasse autant parlé de lui tout type de médias confondus, et lorsque, quelques jours après la sortie de ce blockbuster annoncé, on voit les chiffres et les volumes de ventes on comprends enfin pourquoi. Mais c'est lorsqu'on y joue qu'on peux réellement appréhender l'ensemble de ses répercutions. Sur un marché où les productions reines sont en général des jeux annualisés, GTA réussi le pari de mettre tout le monde à l'amende. Et en ce qui me concerne, savoir qu'il a fait trembler les éditeurs de COD et de Battlefield, ça me fait bander !

 

Je veux pas faire un "test" a proprement parler de GTA. Déjà j'ai pas le bagage nécessaire pour établir un test bien carré, avec ses rubriques et tout, et je n'ai en plus la temps ! Non, ce sera plus intéressant de vous donner mes impressions de jeu, sur lesquelles j'ai tout de même pas mal de choses à dire. A savoir que j'ai fini le jeu (à 75 %, dont l'histoire principale) en petite semaine, en faisant des session de jeu genre 09h45 - 21h00 / 22h00 - 03h30...G33K


On va commencer par ce qui peux s'apparenter à ma plus grande déception, la map. il est vrai qu'avec tout le rêve qu'on nous a vendu sur le jeu je m'attendais peut-être à trop. Attention toutefois, je ne dis pas que la map est petite, mais je la trouve pas assez dense, voire même pas assez exploitée. En effet bien que les divers environnements soient bien représentés (désert, campagne, ville, montagne, plage etc) je trouve qu'on en fait vite le tour. Je découvre encore des petits chemins, et les missions annexes me font découvrir aussi de petites subtilités de level design intéressantes, mais à certains endroits elle me donne l'impression d'un vide. Contrairement à certains, je n'ai pas eu l'impression de vertige. Qui plus est lorsque je dis que la map n'est pas exploitée, on se retrouve par exemple avec un petit lac au dessus de Vinewood avec un barrage. Celui-ci qui aurait pu être utilisé de mille manières durant les missions, n'est mis à contribution qu'une seule fois, pour une mission durant 2,5 secondes (en exagérant un brin)...De même pour la fameuse partie sous-marine de la map ou finalement si on est pas poussé par un désir d'exploration, on s'y retrouve deux fois et on y voit pas grand chose...Bref, un peu déçu de ce point de vue là.

Le scénario quant à lui est tout simplement excellent. Ouvert par un petit prologue bien loin des contrées de Los Santos (et même qu'on y revient après, et ça c'est cool), on arrive dans une histoire qui a démarrée une décennie auparavant, avec son lot de twists dignes des plus grands films de gangsters et de braquage. Michael, par exemple qui s'est fait passé pour mort durant dix ans, va retomber malencontreusement sur Trevor, son ancien acolyte de braquage...Ce qui va déclenché un tsunami de réaction en chaîne, faisant resurgir le passé des deux personnages. Et au milieu du duo infernal, Franklin, un mec du ghetto qui n'aurait jamais dû se retrouver dans ce bordel, qui va finalement tirer son épingle du jeu et se sortir, grâce aux autres, de l'impasse que représente son quartier.
On retrouve un peu de Tommy Vercetti, un peu de CJ, un peu de de tout ces persos qui nous on permis de nous déchaîner dans tout ces anciens GTA.

Mais au delà du scénario, je tiens à souligner ce qui m'a le plus plu dans ce jeu, c'est la relation entre le trio. Rockstar a fait un travail de maître, concrètement, sur l'écriture et le ressenti des personnages. Les moments les plus forts étant bien sûr quand les trois sont réunis (même si Franklin m'a moins touché que les deux autres). Ces moments là, empreint de nostalgie, de colère, de passion ou encore de rêves partagés sont tout simplement hallucinants de réalisme. Le jeu d'acteur est stupéfiant, la sincérité de l'interprétation est bouleversante et quand bien même nous n'avons pour la plupart rien à voir avec ces personnages, on s'identifie extrêmement facilement à eux, on prends le parti pour l'un ou pour l'autre, mais on ne ressent jamais (du moins pour ma part) le besoin de dégagé un perso du trio tant il manquerait par la suite. Ces trois personnages donnent du corps à une formule un peu usée d'enchaînement de missions. Là où Nico Bellic était intéressant mais lourd sur une trentaine d'heures, le fait de pouvoir switcher permet de ne prendre que le meilleur de chaque personnage, et même d'appréhender le jeu sous différents point de vue. En me citant encore comme exemple, je vois que lorsque j'ai envie de faire un jeu un peu propre, gangster de haut niveau, je me dirige vers le perso de Michael, et à l'inverse lors des moments de rage où j'ai envie de juste foutre le bordel et buter tout le monde, je prends Trevor. Le fait de passer d'une psychologie de personnage à l'autre me permet de casser la polémique, virer l'éthique de mon style de jeu et de me cacher derrière l'appréhension de la vie par le personnage. Et c'est d'ailleurs exacerbé grâce aux petites réflexions des protagonistes. Je me revois avec Trevor volant une caisse, et qu'il réagisse direct à cause d'une station de radio pourrave. Même pas besoin de le faire, le perso l'a fait à ma place ! Classe !!!

En ce qui concerne les missions, je me suis éclaté. Pas une mission m'a fait chier, ou a été trop longue. Le jeu en lui-même respecte les codes GTA, avec en plus les braquages (trop peu présents cela dit) et on est en terrain connu. Mais encore une fois, l'avantage des trois personnages et des switchs pratiquement à volonté fait qu'on peux raccourcir les temps de déplacement, voir la mission actuelle sous un autre angle, préparer ses assauts de manière différentes. Et ce que je trouve encore plus intelligent de la part de Rockstar, c'est la possibilité désormais de rejouer n'importe quelle mission via le menu du jeu. En gros vous êtes notés avec des médailles de bronze, d'argent et d'or en fonction du temps mis à faire la mission, et divers objectifs en rapport. Si vous êtes un aficionados du travail bien fait, vous pourrez alors rejouer une mission que vous avez raté sans avoir à recommencer tout le jeu ! Les missions annexes sont bien sûr comprises aussi dans ce système. Et du fait de la présence des trois personnages sur certaines missions, on peux du coup faire face à une rejouabilité beaucoup plus présente que dans les anciens opus de la saga ! Un must comme idée !

Pour moi, GTA V est vraiment le meilleur épisode de la série, il a son petit lot de défauts, mais il n'ont aucunement gâchés mon temps de jeu. J'ai pesté de ma maladresse, j'ai pesté sur des missions qui tournent mal parce que j'ai fait des conneries, j'ai pesté sur des médailles de bronze, mais c'était toujours de ma faute ! Jamais à cause du jeu. Le scénar est une pépite, la jouabilité est parfaite et sans vraiment de points noirs, le temps de jeu et les possibilités sont énormes et à la hauteur d'un jeu de cet ampleur (même si il a été sur-vendu à cause de la médiatisation extrême dont il a bénéficié). Maintenant, je ne sais pas si je jouerai beaucoup à la version online bien que celle-ci s'annonce incroyable. Mais quoi qu'il en soit, je resterai formel là dessus, GTA V est un must have pour tout gamer qui se respecte car il fait avancer le jeu vidéo dans son gameplay, dans sa critique, dans son écriture et dans sa profondeur. Passer à côté de manière intentionnel serait une erreur car même si on adhère pas à toute la violence qui s'en dégage, rien ne vous oblige à le jouer de manière "dirty".

Je met un petit bémol celà dit sur certaines scènes vraiment borderlines, comme la scène où l'on doit torturer un pauvre pakistanais. J'évite un max les spoils, mais attention à ne pas mettre le jeu entre toutes les mains. Si j'étais père de famille, je ne laisserai pas jouer mon gamin tout seul (voire pas du tout mais c'est une utopie, et ce sentiment d'interdiction rends encore plus attirante la perspective d'y jouer). Il est important de pouvoir faire la distinction entre ce qui fait parti du jeu et le reste. Bien que j'adore l'ensemble, il m'est arrivé d'être choqué par la violence de certaines scène, et je pense qu'il est important de bien garder à l'esprit que le PEGI 18 est présent et pas là pour rien. Il va faire polémique c'est clair, c'est le but, mais il faut aussi que l'ensemble des acheteurs sachent ce qu'ils font.

Du coup, je vous renvoie vers un vrai test, celui de Tiger de Gameblog, tout simplement complet !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Grand Theft Auto V

Pikachoux_bzh
Too big (PS4)
Pikachoux_bzh
6
tous les tests