>
>
Metroid : une saga en perpétuelle évolution

Metroid : une saga en perpétuelle évolution

Tout ce qu'il faut savoir sur les aventures de Samus Aran
Par Aymeric Lallée - publié le
Image

Chaque épisode de la saga a quelque chose de particulier dont nous allons vous parler ici. Mais avant de commencer, je ne peux pas faire l'impasse sur l'histoire originelle, et originale, de la série. Voici donc les premières informations sur le monde dans lequel évoluent Samus Aran, les Pirates de l'Espace et les Metroid. Un trio récurrent qui fera le succès de la série.

Historique :

Dans un univers futuriste (on parle des années 2000...) dans lequel toutes les races extraterrestres apprennent, tant bien que mal, à se connaitre, le chaos règne. Afin de mettre un peu d'ordre dans tout cela, la Fédération Galactique voit le jour et toutes les races profitent mutuellement de leurs technologies respectives pour maintenir la paix et survivre. Les Chozos (des sortes d'hommes-oiseaux), sans doute la race la plus avancée partagent leur savoir avec les autres et protègent, d'une certaine façon, la Fédération Galactique. En marge de ce mouvement naissent les Pirates de l'Espace, un empire d'humanoïdes belliqueux en avance technologiquement sur leur temps et qui terrorisent la bordure extérieure de l'univers connu. La lutte entre les pirates et la Fédération est équilibrée jusqu'à la disparition inexpliquée des Chozos, apparemment éradiqués par une force inconnue. Les recherches mènent à une légende parlant d'un élu, capable de sauver l'univers et armé des pouvoirs des Chozos. Depuis lors, aucune manifestation des Chozos n'est constatée dans l'univers et la guerre entre la Fédération et les pirates repris de plus belle. Les terroristes continuaient de piller les colonies de la Fédération et s'attaquent à K-2L, une planète colonisée par des humains. Le carnage est total (Ridley, le chef des pirates tue d'ailleurs les parents de Samus, Rodney et Virginia Aran) et seul un bébé survit à l'assaut (oui, oui, c'est elle, Samus !). Il est alors recueilli par deux Chozos rescapés. Il le forme à la manière des guerriers extraterrestres. Pendant ce temps, la Fédération Galactique confie le problème des Pirates de l'Espace a des soldats spécialisés, les chasseurs de prime. Ces champions de différentes races de la Fédération tentent, en vain, de régler leur compte aux pirates. Dans leur quête de fortune, ces derniers s'attaquent, un jour, à un vaisseau de recherche dans les confins de la galaxie. Ils y découvrent une forme de vie inconnue, les Metroid. Capable de se multiplier et doté d'une incroyable intelligence, cette espèce serait responsable de la disparition de plusieurs races extra-terrestres et aurait décimé la population de la planète SR388 (en fait, les Metroids seraient une création des Chozos et auraient pour objectif d'empêcher la prolifération d'un autre organisme, le parasite X.). Considérés comme un fléau par la Fédération et comme une arme de poids par les pirates, les Metroid deviennent l'enjeu de la saga. Quelques années plus tard, un chasseur de prime du nom de Samus Aran émerge au sein de la Fédération Galactique et profite de pouvoirs étranges et d'une armure unique, apparemment héritée des Chozos eux-mêmes... Il s'agit, bien sûr, du bébé sauvé par les Chozos sur K-2L. 


 

Metroid : 6 août 1986 sur Famicom Disk Sytem

Contexte historique :

Après plusieurs tentatives pour éradiquer les Pirates de l'Espace, apparemment sans succès, la Fédération décide d'envoyer son meilleur atout, Samus Aran, alors connue comme une sorte de cyborg pour annihiler les pirates et les Metroid sur la planète Zèbes, leur lieu de retranchement et monde anciennement habité par les Chozos.

Profitant d'une jouabilité simple mais efficace, un bouton pour sauter, un autre pour tirer, ce premier Metroid est une réussite à la fois technique et ludique. Il introduit un système de progression particulier. Un obstacle infranchissable ? La solution se trouve quelque part ailleurs dans la zone que vous explorez sous la forme d'un pouvoir supplémentaire pour l'armure de Samus. A vous de le trouver. Ce système de progression s'avère récurrent dans la série et sert l'aspect exploration du titre puisque l'on doit constamment faire des aller-retour pour explorer et rechercher des bonus. Il permet aussi de revenir en arrière dans certains niveaux pour découvrir des objets cachés et inaccessibles jusque-là. Notons aussi que ce Metroid introduit le système de points de vie, quasiment absent des jeux de plate-formes de l'époque. Côté technique, et malgré ces temps reculés (nous sommes sur NES), les graphismes de Metroid font preuve de variété et offre une palette de couleur en accord avec l'atmosphère suffoquante d'un univers futuriste tel qu'on le connait dans les films lorsque le héros explore une planète alien inconnue et primitive. Outre une difficulté élevée, Metroid mélange adroitement plate-forme, aventure, exploration, tir et ambiance lourde pour un titre incontournable bourré de surprises, tant dans le jeu lui-même que dans son scénario. D'ailleurs, ce n'est qu'à la fin que l'on apprend, avec stupeur, que Samus, qui sort victorieuse de sa lutte contre les pirates, est en fait, une femme, cachée sous son armure !

Metroid 2 - Return of Samus : 1991 sur Game Boy

Contexte historique :

La Fédération Galactique demande cette fois à Samus d'aller sur SR388, la planète originelle des Metroid pour les détruire une bonne fois pour toutes. En effet, la Fédération et les races qui la constituent ont une peur bleue des Metroid à cause de leurs capacités évolutives et de leur possible responsabilité dans la mort de plusieurs types d'extra-terrestres. Voilà donc notre héroïne repartie pour sauver l'univers. Cet opus est un des plus connus par les fans du premier volet puisqu'il vous propose d'aller affronter des Metroid adultes. Déjà qu'ils étaient très difficiles à battre dans le premier jeu alors qu'ils n'étaient qu'en forme larvaire, cette nouvelle mission a de quoi faire peur...


Même si cet épisode est loin d'être bâclé, il fut moins bien accueilli que le premier. D'abord parce que malgré des graphismes réussis pour de la Game Boy, l'ambiance musicale, si particulière dans le titre d'origine, n'est pas aussi bonne qu'avant. Ensuite, beaucoup de décors se ressemblent et il n'y a pas de cartes dans le jeu. Se perdre est donc relativement facile et sera sans doute fatale à ce second volet. Néanmoins, cet épisode unique apporte certaines bases que l'on retrouvera plus tard dans la saga. Samus peut désormais s'accroupir et tirer en même temps, sa Morph Ball pose des bombes et permet de sauter certains obstacles. Sous cette forme, il est aussi possible d'adhérer aux murs pour progresser. Du côté des innovations, on trouve les points de sauvegarde, le rayon plasma, les bottes spatiales qui lui donnent cette manière si spéciale de sauter etc. Sachez d'ailleurs qu'au fur et à mesure de l'aventure, la lave qui bouche les accès aux galeries de la planète disparait, pour libérer l'accès à de gigantesques dédales labyrinthiques. Bref, des tonnes d'idées qui seront reprises plus tard dans d'autres épisodes.

23 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (23)