Premium
Journal d'un Ours Gamer

Journal d'un Ours Gamer

Par Waltrius Blog créé le 22/11/11 Mis à jour le 23/11/13 à 11h15

Plutôt baraque, plutôt pataud, et totalement inoffensif, le joueur de 24 ans que je suis est souvent comparé à un vieil ours. Après 60h de Skyrim, la vérité m'est apparue : A terme, les ours vont dominer le monde. La seule solution pour survivre était de leur vouer un culte sur Gameblog...

Ajouter aux favoris

Édito

Mes identifiants consoles

Code Ami 3DS : 3480 3233 1570

Gamertag : Waltrius

PSN : LuciusWaltrius

 

Suivez moi sur

 

 

Archives

Favoris

Signaler
Mon jeu du moment

J'ai fini récemment Deus Ex HR, et comme j'ai adoré, je voulais faire part du sentiment paradoxal que j'ai ressenti pendant tout ce jeu. Mon avis pourrait se résumer à la phrase suivante : Le jeu est totalement imparfait, on sent qu'il est techniquement daté, que les développeurs n'ont pas pu aller au bout de leur raisonnement (4 ans de développement quand même...) et que le scénario n'est pas aussi complexe que ce à quoi je m'attendais, mais bon sang quel pied !

 

Si on commence par les choses qui fâchent, pour crever l'abcès, on peut dire que le jeu est plus pour moi une ébauche, une promesse, une base sur laquelle il faudra construire. Oubliez les cinématiques en images de synthèse comme dans les trailers, le jeu est graphiquement en retard de 2-3 ans. Il est globalement assez court et je n'ai pas trouvé le nombre de quêtes annexes extraordinaire. La mécanique des augmentations est bien pensée, mais on arrivent à les débloquer trop facilement, et on finit par se retrouver avec un perso « terminator ». Les boss ne sont pas une réussite car trop bourrin (et quand on essaye de faire le jeu en « stealth mode » comme moi, ça casse un peu le truc) Enfin, le scénario : c'est probablement parce que je m'attendais à un scénar de la profondeur d'un MGS que j'ai été un peu déçu. L'histoire est finalement assez « simple » (on reste dans le domaine de la conspiration classique). Même si à la fin, le choix est donné au joueur, javais envie d'aller plus loin, d'approfondir ce monde futuriste.

 

Bon alors en lisant ça, on se dit « ce jeu est naze, trop vieux et pas complètement fini ». Et quelle erreur ce serait de se limiter à ça ! J'ai eu un ressenti de malade en jouant à ce jeu !

 

Je suis d'abord limite « transhumaniste » sur les bords donc le mec qui arrive avec ses augmentations bien visibles et bien classes, je surkiffe. J'ai donc adoré au possible l'ambiance cyber-punk ou cyborgs côtoient  hackers. Si le scénario n'est pas assez profond pour moi, il part sur de bonnes bases : La question de l'éthique et de la pureté de l'Humain. Être augmenté nous déshumanise t-il ? Ou cela nous rend t-il supérieur ? Est-ce un pas de plus dans l'évolution ou la fin de l'Humanité ? Toutes ces questions sont abordées, par divers personnages, divers conflits d'intérêts et d'idées. La chose passe aussi (et c'et d'ailleurs génial) par l'utilisation des augmentations. On se sent incroyablement puissant quand on se met en mode invisible, qu'on arrive derrière un garde et qu'on le tue au corps à corps en sortant des lames de nos bras par exemple, tout en se disant que ce pouvoir n'est plus humain.  Le joueur se retrouve au milieu de ces questionnements et devra choisir sa propre réponse et ça j'ai adoré. Je pourrais faire d'ailleurs tout un article cette question homme-machine tant ces questionnements me passionnent

 

Ensuite le level design est riche, très riche. Plusieurs possibilités s'offrent à vous quand vous arrivez dans une salle, et pas seulement un choix Bourrin/Pas Bourrin. Les augmentations sont toujours très utiles, et renforcent clairement le côté « mon perso à vraiment une tronche ». 

 

En plus de la base scénaristique et du level design, le truc qui casse la baraque, c'est la direction artistique. C'est vraiment LE point fort du jeu. J'ai adoré ces nuances dor et noir qui saturent le jeu en permanence, ces augmentations visibles mais pas nécessairement disgracieuses, ce monde futuriste qu'on imagine pourtant pas si éloigné au rythme ou vont les choses. On est carrément dans du Blade Runner, et c'est bon ! Pour résumer le jeu, au niveau graphique, est techniquement daté, mais artistiquement supérieur à nombre de jeux récents !

Les musiques sont extraordinaires et donnent le ton d'un univers triste, dramatique, et high tech. Par contre, je ne peux que conseiller le jeu en VO, la voix de Jensen étant d'une classe terrible, et surtout bien mieux doublé que dans la VF (qui pique les oreilles en comparaison...)

Ce que je retiens de Deus Ex, c'est qu'au final le jeu a beau avoir nombre de défauts, on en tombe amoureux. J'ai adoré cet univers, ces personnages, cette base scénaristique, cette ambiance très cyber-punk désillusionné et ces questionnements permanents sur « qu'est-ce qu'être humain ? ». Deus HR, c'est pour moi un terreau. Il faut construire un meilleur jeu dessus, sur cette base, et poussez le concept encore plus loin. Cependant, Human Revolution est déjà pour moi un titre culte.

Voir aussi

Jeux : 
Deus Ex : Human Revolution
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Waltrius
Signaler
Waltrius
Oui j'avoue peut-être y avoir été un peu fort sur la durée, qui est pas si mauvaise que ça (surtout comparée à certains jeux actuels hypra court...). C'est probablement parce que je ne voulais pas que ça s'arrête tellement j'ai adoré l'univers. ;)
attila lo re
Signaler
attila lo re
Je ne suis pas trop d'accord sur le jeu "assez court": je ne suis pas très loin dans le jeu (vers la fin du niveau HengSha, avant de prendre la navette pour TaiYong Medical) et j'en suis déjà à 28h de jeu! Quand on plonge ds cet univers et qu'on explore à fond, en faisant le plus de takedown possible, d'exploration, en piratant tout ce qui bouge, etc.. eh ben le jeu est carrément long.
En tout cas je ne m'en lasse pas pour l'instant et je te rejoins totalement sur le reste, c'est un jeu dont on tombe amoureux.
Et ça faisait des années qu'un jeu ne m'avait pas fait ça.
Le background est tout simplement passionnant. L'univers créé par les développeurs est palpable, on a envie de le vivre et d'y rester, juste pour le voyage..