Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Par Matthieu Meignan Blog créé le 22/02/10 Mis à jour le 12/01/14 à 20h00

Joueurs de tous poils, entrez si vous l'osez...

Ajouter aux favoris
Signaler
Un Jour, Un Jeu

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, en ce jour de la Saint Valentin, je vais vous parler de l'un des couples les plus connus de l'histoire vidéoludique et je vais en profiter pour réhabiliter un jeu qui a eu une mauvaise presse au moment de se sortie de façon assez injuste, je vais vous parler de Final Fantasy VIII. Le soft est sorti sur PlayStation le 11 février 1999 au Japon, le 9 septembre 1999 aux USA et le 27 octobre 1999 en Europe. Edité et développé par Squaresoft (actuel Square Enix), c'est la dream team de la série qui s'y colle : Hironobu Sakaguchi, Yoshinori Kitase, Tetsuya Nomura et Nobuo Uematsu, que du beau monde en somme. Pour FFVIII, les personnages deviennent réalistes, par opposition au design cartoon des personnages de Final Fantasy VII. La mauvaise presse dont le jeu était victime venait surtout d'une histoire assez convenue (une histoire d'amour japonaise bien niaise, admettions-le) et du personnage principal, Squall Lionheart, autiste à souhait (on passe son temps à lire ses pensées, c'est dire à quel point ses lèvres paraissent scellées...) Néanmoins, le jeu s'est très bien vendu, puisque c'est la seconde meilleure vente d'un jeu Final Fantasy avec 8.1 millions d'exemplaires, juste derrière Final Fantasy VII avec ses 9.7 millions d'exemplaires vendus. 

 

Squall and Rinoa Dance - Final Fantasy VIII

 

Ce RPG japonais prend place dans un monde imaginaire et immense (la carte du monde est gigantesque dans mes souvenirs), Squall menant son groupe dans un relatif silence, avec pour chacun des personnages un background très travaillé et l'on suit les protagonistes avec beaucoup d'intérêt grâce à ça. L'innovation de ce jeu en matière de gameplay est, à mon sens, la disparition des points de magie, ce qui fit scandale à l'époque. Pour utiliser des magies, il fallait les voler, tout du moins au début du jeu. Graphiquement, Final Fantasy VIII demande le meilleur d'elle-même à la PlayStation, qui le lui rend bien avec des cinématiques de toute beauté, des musiques symphoniques et entraînantes à souhait qui accompagnent très bien l'action à l'écran. Le couple incarné par Squall Lionheart, autiste à souhait (il n'était pas rare que le joueur que je suis ait envie de lui coller des tartes en boucle) et Linoa Heartilly (ou Rinoa Heartilly selon les pays), un peu innocente (voire un peu cruche, mais c'est un avis tout personnel) évoluait tout au long du jeu et Squall finira par se dégeler lentement mais sûrement, et ce couple est devenu emblématique au fur et à mesure des années.

 

 

Final Fantasy VIII OST - Roses and Wine

 

Cet opus de la série est le premier auquel j'ai joué pour une question purement logistique, à savoir que c'est le premier que j'aie pu trouver dans le commerce, alors que je cherchais fébrilement à acquérir FFVII. On m'avait prêté le jeu (je ne l'ai acquis que plus tard) et malgré le fait que le jeu de rôle en tour par tour avait tendance à me gonfler, comme je l'ai déjà expliqué sur le blog, FFVIII a failli me réconcilier avec ce genre de jeu. Failli seulement parce que ce système de vol des magies m'a un peu freiné dans mon enthousiasme. Ajoutez à cela la complexité des points d'expérience inhérents aux personnages mais aussi à leurs invocations, et vous avez le duo de features qui a presque réussi à me faire poser la manette. Mais je me suis accroché fermement à l'histoire des personnages, qui sont très liés entre eux avec ce background très travaillé et finalement je suis arrivé au bout au prix de quelques efforts. Je suis allé au bout de l'histoire mais je n'ai pas du tout la prétention d'avoir fini le jeu à 100%, loin de là. Pour moi, Linoa et Squall représentent l'archétype du couple japonais que les créateurs nippons nous dépeignent depuis des années. FFVIII, si décrié, est un bon Final Fantasy malgré tout ce que la critique a pu lui reprocher à l'époque. C'est un jeu culte que je vous conseille si vous voulez passer en revue la série des Final Fantasy.

 

A demain pour un nouveau jeu.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

 Utori

 

PS : N'oubliez pas que dans les commentaires de cet article, vous pouvez me suggérer des jeux que vous voudriez voir apparaître dans cette rubrique. 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Oyez, oyez, braves gens, vous êtes ici de plein gré pour la plupart. Détendez vous, vous êtes ici pour la découverte, des jeux, de la musique, des humeurs de son hôte aussi. L'important dans la vie, c'est de sourire et de profiter de certains petits bonheurs. Le jeu vidéo, ça peut aussi être cela.

Archives

Favoris