Premium
Billets discrets
Signaler
Critique de jeu (Jeu vidéo)

Je n'ai pas vraiment fait mystère des problèmes que j'avais avec le scénario de Red Dead Redemption (doux euphémisme), et particulièrement des incohérences dans le caractère de John Marston. Aujourd'hui, je viens partager avec vous une intéressante théorie, développée originellement ici dans ce post The "real" John Marston, qui permet de voir le jeu d'un tout autre oeil. Il s'agit bien sûr d'une théorie, qui n'a qu'un nombre limité d'échos dans le jeu lui-même, mais je la trouve assez satisfaisante.

Ceci est donc une adaptation du texte de Michael "Sparky" Clarkson linké ci-dessus. Spoilers importants.


Le Far West est une période mythique. Pas uniquement dans le sens où tout le monde la connait, grâce aux nombreuses histoires qui l'ont prise pour décor, mais aussi parce que la perception que l'on en a a justement été influencée par toutes ces fictions. La réalité a ainsi été beaucoup romancée, à commencer par les westerns hollywoodiens qui dépeignaient d'héroïques fins tireurs s'attaquant aux bandits, ou de gentils colons en lutte contre les sauvages indiens. Le cinéma des années 70 lui a donné une allure plus crade, moins noble, moins manichéenne aussi, mais cela reflète sans doute plus l'évolution du cinéma de l'époque qu'une attention accrue à la réalité de l'Ouest. En ce sens, l'Ouest tel que l'on connait, et tel qu'il est dépeint dans Red Dead Redemption, tient plus de la légende qu'autre chose. On peut alors se demander si John Marston lui-même ne serait pas un mythe, une légende imaginée en grande partie par son fils Jack.

Il n'est pas dur d'imaginer que Marston soit le fruit de l'imagination de quelqu'un, étant donné les contradictions notables qui existent dans son comportement. Violent et brutal dans le gameplay mais pourtant docile, coopératif, voire passif à la moindre suggestion que l'on va l'aider. C'est un hors la loi élevé par des hors la loi et, à une époque ou la femme était bien peu considérée, il a aussi des vues féministes apparemment bien plus modernes. Au dela de ça, ses actions sont clairement surhumaines. Il démantèle tous les gangs de New Austin, laissant derrière lui des centaines de cadavres, puis traverse la frontière, décime alors à lui seul la majorité des rebelles révolutionnaires, et change ensuite de camp pour tuer la moitié de l'armée mexicaine. Enfin, il mate une insurrection indienne, et extermine encore plusieurs dizaines de militaires avant de rendre son dernier souffle.

Le joueur est naturellement censé prendre cela au pied de la lettre, comme l'indiscutable réalité. On en conclut donc que la faute revient aux scénaristes, pour lesquels le média jeu vidéo peut très bien s'accomoder de telles invraisemblances. Le jeu vidéo n'est alors pas beaucoup plus qu'une machine à accomplir des fantasmes de toute puissance. Après tout, les joueurs râlent  bien quand les alliés sont à peine à moitié aussi efficaces qu'eux... 
La particularité par rapport à d'autres jeux vidéo néanmoins, et notamment GTA IV, est que le jeu change le contrôle à la fin, nous faisant diriger Jack. Il est donc clair que le joueur ne joue pas que John. Mais l'a-t-il jamais joué ?

Dans l'une des dernières scènes, Jack est plongé dans la lecture d'un roman qui conte l'histoire d'un homme poursuivant l'assassin de son père. On peut évidemment voir ça comme un présage insistant lourdement sur la destinée familiale, mais il est intéressant de voir la place que la fiction a dans le rapport de Jack au monde (son père ne manque d'ailleurs pas de lui faire remarquer qu'il s'enferme trop dans les livres, dans une allusion à peine voilée aux jeux vidéo). On note d'ailleurs que lors de l'épilogue, Jack préfèrera le destin romanesque plutôt que la rédemption qu'aurait souhaité ses parents. Il choisit ainsi la légende plutôt que la réalité. On s'interroge alors : aurait-il pu imaginer son père comme étant l'une de ses légendes ?

Étrangement, les débuts de John dans l'histoire sont d'ailleurs assez peu glorieux. Il se fait abattre à Fort Mercer de manière peu honorable, et ses tâches au ranch de Bonnie ne nécessitent pas non plus des compétences hors du commun. Il est intéressant de noter que Bonnie est le seul personnage de l'histoire que Jack rencontre, et donc à même de lui rapporter une version des faits exacte. Et ces faits ne sortent pas vraiment de l'ordinaire. Il y a bien sûr le sauvetage de Bonnie par John, mais John est épaulé par le shérif et tous ses adjoints lors de cette mission, sa responsabilité est donc peut être moindre que celle qu'on observe dans le jeu. L'Ouest ayant toujours magnifié la légende de ses héros, peut être Bonnie en a t-elle rajouté sur l'exploit de John. En dehors de cet incident, Jack n'a de toute façon aucun moyen de connaitre précisément les événements de la vie de son père. Tous ceux qui y ont pris part sont morts ou partis depuis longtemps.

Les seules sources d'informations auxquelles il a accès sont en fait les journaux. Ceux-ci relatent évidemment tous les événements contemporains au périple de John dans les différentes contrées du jeu. Ceux-ci ne mentionnent pourtant presque jamais son nom, bien que chaque personne dans le jeu semble le connaitre, et qu'il semble être impliqué dans chacune des situations rapportées. S'il était réellement un acteur majeur de l'histoire, et que les gens le reconnaissaient si bien, les journaux passeraient-ils son identité sous silence ? Peu probable, étant donné la propension des journaux à mettre en avant toute sorte de héros locaux. On peut penser que Jack, avec tous ces journaux à disposition, une image idéalisée de son père, et pas mal de temps à revendre, a pu imaginer que celui-ci était impliqué dans toutes ces histoires.

Que John ait participé à tout ce qui a lieu à son époque dans la région dans le jeu défie toute cohérence et crédibilité, mais si son fils peut s'inventer des prétextes pour relier tous ces éléments, pourquoi ne pas leur accorder du crédit ? Si son père était au Mexique en même temps que son idole Landon Ricketts, pourquoi ne pas imaginer qu'ils s'y sont rencontrés ?

En définitive, John Marston était peut-être un vaurien qui expédiait ses missions le plus vite possible, sans aider personne, s'arrêtant seulement pour retrouver les prostituées du bordel du coin. Vu l'époque et le passé de Marston, cela serait en tout cas peu surprenant. Personne n'aurait passé des semaines à aider un escroc, un pilleur de tombes, combattu des deux côtés de la révolution mexicaine, et tué des milliers de bandits dans une région qui semble n'abriter qu'une centaine d'habitants. Surtout pas une personne telle que John. Le surhomme que l'on dirige pendant le jeu doit sortir de l'imagination fertile d'un garçon qui a perdu trop tôt un père qu'il admirait sans jamais vraiment l'avoir compris.

Red Dead Redemption dépeindrait ainsi la légende d'un homme du Far West. Si l'on écarte cette hypothèse, sa noblesse d'âme et son agilité sont si extrêmes qu'elles en confinent à l'absurde. On pourrait se contenter de supposer que lorsque le jeu s'arrête sur Jack près des tombes de sa famille, on passe simplement à un autre membre de la famille, et qu'il n'y a rien à lire de plus. Mais il est plus fascinant, et plus satisfaisant, d'imaginer que nous avons été près de ces tombes tout le jeu durant avec Jack, ce qui justifierait que le monde qu'il parcourt est le même que celui dans lequel nous dirigeons John. Nous n'étions donc pas en 1911, en train de vivre les derniers moments de l'Ouest. Nous étions en 1914, l'Ouest était bel et bien mort et enterré. Sa légende elle, ne faisait que commencer.

Voir aussi

Jeux : 
Red Dead Redemption
Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Commentaires

BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Ça va spoiler !




Je pense plus simplement que Jack Marston est une astuce très terre-à-terre de Rockstar. Ça permet à la fois de tuer le héros tout en laissant la possibilité au joueur, comme dans tous les open-world, de continuer le jeu après la fin du scénario.

C'est d'ailleurs pour cette raison qu'on a aucune vraie mission avec Jack, sa vengeance se déroulant à travers des missions secondaires de manière plutôt anecdotique. C'est aussi pour cette raison que, malgré que dix ans soient passés, Blackwater n'a pas évolué d'un poil.
upselo
Signaler
upselo
Comme dit dans l'article, c'est pas mon imagination, mais merci ^^
Chaos
Signaler
Chaos
Bravo pour l'article, j'apprécie ton imagination fertile, mec. ;)
benbass
Signaler
benbass
Ho le joli mindfuck.
J'avoue que ça gomme un paquet d'incohérence , mais ce n'est pas nouveau dans les jeux vidéo ce genre de probleme. Par exemple : le héro qui tue 12 milles personnes et qui finit par ne pas tuer le boss final car "c'est pas la peine , je vaux mieux que ça" (SplinterCell convict , Uncharted2).
C'est le jeu vidéo qui veut ça.

Et je trouve meme que cette théorie va tres bien avec la mort de John. Il a fait tout ce que Ross voulait mais l'agent le tue quand meme ?
La réponse logique qui me vient est que Jack a inventé l'aventure de son pere , alors qu'en faite , John etait toujours recherché par les fédéraux et peut-etre meme en cavale...
Comme Leo1707 , j'aurais adorer que Rockstar y pense ou au moins laisse planer le doute. :)
Leo1707
Signaler
Leo1707
@ Numerimaniac: je préfère comme Upselo ce qui est vraiment conscient de la part des développeurs. Si le jeu poussait logiquement à cette théorie OK, mais là non.

Tu dis : " il ressort, de façon spontané ". Mais, je ne suis pas d'accord. Il n'y a rien de spontané. Qui a pensé à cette théorie spontanément en prenant le contrôle de Jack ? Personne, je pense, avant d'avoir lu cette théorie. Encore une fois cette théorie et là pour effacer les incohérences de l'histoire. Ça me convient, mais j'aurais aimé, de moi-même, y penser lorsque que j'ai finie le jeu il y a deux semaines. Rockstar ne fait rien pour nous pousser à croire que c'est vrai.

PS : désolé pour les fautes de frappes de mon dernier message.
Numerimaniac
Signaler
Numerimaniac
Oh, je ne dis pas l'inverse, il y a évidemment des choix conscients. Mais dans la recréation des mondes virtuels, le jeu vidéo agit comme un miroir de notre société, dans la caricature (au noble sens du terme, c'est à dire en mettant en évidence tel ou tel aspect). Et comme c'est particulièrement complexe, tout n'est pas sous contrôle direct. C'est tout à fait humain et naturel.
upselo
Signaler
upselo
A titre perso, je suis tout de même bien plus intéressé par les choix conscients des développeurs que la sensibilité qu'ils laissent échapper. Et je pense qu'il y a bien plus de choix conscients, de réflexion dans la confection d'un jeu vidéo que tu le laisses entendre.
Numerimaniac
Signaler
Numerimaniac
@ Kokoro, Leo1707 : il n'est pas besoin de "penser" le jeu pour voir l'œuvre finale distiller des idées, un message. Il y a une grande part d'inconscient ou de semi-conscience dans un processus créatif où il ressort, de façon spontanée, quelque chose d'ancrée au plus profond de soi. Attention, cela ne veut pas dire que c'est un "hasard". Les influences et les idées de l'équipe doivent être très nombreuses et c'est en créant le jeu qu'elles ressortent naturellement.

Si je me permets cette remarque, c'est parce que le jeu vidéo est un média complexe (d'autant plus dans les mondes ouverts) et que cette part inconsciente est ce qui est le plus fascinant dans l'élaboration d'un jeu vidéo (bien plus qu'ailleurs où il est toujours possible penser son œuvre dans sa totalité). Par exemple, il suffit de voir les FPS pour comprendre le changement progressif des idées sur les conflits modernes au fur et à mesure du temps. Ce n'est pas un processus conscient, mais tout cela existe. :)
Oxilion
Signaler
Oxilion
ce que j'aime avec ce genre de jeu , c'est la reflexion que l'on a une fois qu'on a lâché la manette.
Et ce billet me permet d'entrevoir tout plein de choses que j'avais zapé!
Leo1707
Signaler
Leo1707
suite:

Mais l'équipe de Rockstar a telle pensée à cette théorie en créant le jeu: j'en doute , mais si c'est vrai... Je pense plutôt que c'est une théorie faite après avoir fait le jeu pour essayer de rendre crédible toute l'histoire. Une sorte de colmatage des incohérences pour rendre le tout crédible et finalement bien pensé. cette phrase appuis m'a pensée: " Mais il est plus fascinant, et plus satisfaisant, d'imaginer...".

En tout cas, cette theorie me convient, mais n'y ayant pas pensé durant le jeu (comment y penser ?) ça ne change finalement pas grand chose à ma déception concernant l'histoire. Car ce n'est qu'une theorie imaginer de toute pièces. Si à la fin du jeu, Jack, devant la tombe de John et d'Abigail, nous avait dit: "Voila c'etait la vie de mon pere..", cette theorie aurait mieux collée et là on pourrait penser que c'etait le choix des créateur.

J'aime les théorie, mais je préfère ce qui est vrai et déjà dit dans un jeu. j'airais aimé que Rockstar nous pousse à cette conclusion.

Cela ne fait donc qu'atténuer un peu ma déception, en me disant que c'est peut-être logique et vrai. Un jour Rockstar s'expliquera peut-être, mais il n'en ont pas besoins...

Merci encore Upselo pour cet article qui m'a fait reflechir sur le jeu

PS: fichu com qui se coup, j'ai du tout réécrire !!!
upselo
Signaler
upselo
@Kokoro : ah mais ça j'en suis parfaitement conscient ^^ !

@Pyra : c'est marrant les avis sont partagés : parce que c'est la seule mission que ne peut pas faire Jack (ce qui prouverait soit que Jack n'en a pas connaissance et donc il n'est pas derrière les événements du jeu ou qu'au contraire comme il l'a inventé c'est normal qu'il ne puisse la faire). Les quêtes Strangers rentrent mal dans la théorie quoi qu'il en soit.
Pyramid Head
Signaler
Pyramid Head
Il y a l'homme mystérieux que l'on croise plusieurs fois dans le jeu et qui semble en savoir beaucoup sur John (personnification de son destin, de la mort ?...) j'ai un peu oublié le contenu de ses répliques mais il y aurait peut-être moyen de relier ça à cette théorie.
Leo1707
Signaler
Leo1707
Merci pour cet article.

Cette théorie change ma vision du jeu, car ça concorde (dans les grandes lignes) avec ce qui se passe dans le jeu.

Jack à très bien pu idéaliser son père, en faire un surhomme et lui attribuant tous les mérites lus dans les journaux. Bonnie, peut elle, aussi idéalisé John étant peut-être amoureuse de lui (en tout cas je pense). Etc
Kokoro
Signaler
Kokoro
Très intéressante cette théorie, mais j'ai du mal à croire que Rockstar ait pensé à tout ca en faisant le jeu...

Billets discrets

Par upselo Blog créé le 10/12/09 Mis à jour le 16/12/13 à 00h33

Ajouter aux favoris

Édito

Un blog ou vous pourrez trouver des critiques et des analyses qui essaient de discuter du game design, de la narration, et de tout ce que j'estime important dans les jeux vidéo :) Je m'efforce de développer des avis approfondis, les textes seront donc longs et n'hésiteront pas à spoiler si nécessaire pour discuter de ce qui en vaut la peine. Vous êtes prévenus désormais, bonne lecture !

Les commentaires et réactions à mes billets sont particulièrement appréciés.

Je participe également au site merlanfrit.net

Archives

Favoris