CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Blabla

Mon père me dit souvent : « t'es bien comme ta mère, quand une idée dans la tête, tu l'as pas ailleurs ». Cher papounet, je vais mettre des actes sur ce dicton familial. Il y a quelques mois, je vous disais que le jeu vidéo était traité trop techniquement par la presse et que personne chez les généralistes n'osait se mouiller sur le plan éthique quand un jeu ne se contentait pas d'être bon ou mauvais sur sa technique, mais allait également tâter maladroitement la propagande. Il est temps aujourd'hui de remettre ça sur le tapis avec quelques exemples qui ne se limiteront pas au médiocre Medal of Honor que j'évoquais dans ce premier billet. Je vais parler de trois jeux, aujourd'hui. Trois titres qui devraient m'aider à vous faire comprendre, pour ceux qui en doutent encore, que CE N'EST PAS JUSTE DU JEU VIDÉO. Enfin quand je dis que je vais en parler, je vais en réalité laisser la presse française en parler à ma place. On va donc jouer à un jeu. Je vais vous montrer ce qui est dit dans le récapitulatif de chaque critique de quatre gros sites français qui seront Jeuxvideo.com, Gamekult, Gameblog et Jeuvideo.fr ; j'ajouterais (par honnêteté tout de même) des passages sur ce qui est critique sur le plan politique ou éthique si cela a été signalé dans le test et ensuite, je vais ajouter quelques précisions sur le contenu politique ou éthique en question.

------------------------------------------------------------

 

Commençons par Ride To Hell : Retribution. Sorti cette année en Juin, le jeu n'a eu aucune publicité et avant même de démarrer, je tiens à dire que je fais une grosse erreur en en parlant car ce titre aurait du rester dans l'anonymat le plus complet. Des quatre sites que j'ai choisi pour ce billet, seuls deux en ont parlé (c'est tant mieux) et voici en substance ce qu'ils en ont dit :

Test de Jeuxvideo.com

 

Test de Jeuxvideo.fr

Comme on peut le voir, le titre est mauvais du début à la fin. Attardons-nous un peu sur le pourquoi ; JV.com nous parle d'un jeu dont toutes les caractéristiques techniques sont navrantes, des mécaniques de jeu à leur application manette en main, en passant par la musique ou l'histoire. De son côté, JV.fr note, en plus de ces considérations techniques, « Vulgaire jusqu'à en être catastrophique ». Quand on plonge un peu plus dans le test, une partie me semble toucher au vrai problème du titre : « Les apparitions féminines fortement siliconées ne servent qu'à ajouter un peu de charme à ce mélange guignolesque : on a donc droit à des scènes de sexe cinématiques où les personnages enchaînent les poses lascives tout habillé. Même le dernier des Joy osait montrer un bout de téton ; on devra ici se contenter du manque de courage de développeurs à l'agonie qui veulent le gras sans le sexe, le buzz et l'argent du buzz. Pathétique et avilissant au possible pour les donzelles, présentées comme des catins faibles qui succombent au moindre excès de testostérone ».

Je féliciterais ici Maxence d'avoir eu le bon goût de signaler le caractère parfaitement avilissant des séquences de sexe de Ride To Hell : Retribution. Pour avoir moi-même essayé le titre, je peux vous assurer que c'est le truc le plus dégueulasse en matière de sexisme que j'ai pu voir, tous jeux vidéos confondus. Parce que ce que n'exprime sans doute pas assez clairement Maxence dans ces quelques lignes, c'est qu'on ne parle pas des boucing effect de Ninja Theory, ou des armures féminines de MMO qui rapetissent au fur et à mesure qu'elles montent en puissance. On ne parle pas de fan service débile. On parle de séquences de sexe où, après avoir tué des mecs dans un des TPS les plus nuls jamais créés, le joueur verra tous les personnages féminins coucher avec le ''héros'', et pour en rajouter une couche à cette débilité déjà bien crasse, dans la même pièce où les cadavre fumants gisent au sol.

Permettez moi alors de revenir sur une autre partie des deux tests : malgré sa promptitude à signaler le côté dégradant de ces séquences, on notera tout de même que Maxence trouve le moyen de d'ajouter que c'est dommage qu'il n'y ait pas de tétons apparents. Ce à quoi, JV.com en la personne de Logan a répondu de manière bien plus beauf et qui se passe de commentaires, je pense : « Car oui, outre la trame principale évoquée un peu plus loin, vous pourrez dénicher quelques missions annexes comme celle où il faut sauver des donzelles en détresse. S'ensuivra alors automatiquement une scène où Jake couchera avec la gourgandine sauf que pour des questions de classification, les belles garderont leurs vêtements durant l'acte. N'espérez donc pas entrapercevoir le moindre téton. Bref, au final, le tout est plus ridicule qu'émoustillant, à l'image de tout le reste du jeu ».

 

 

Splinter Cell : Blacklist est un sujet plus casse gueule à la fois pour moi et pour les critiques que je vais citer. Je tiens à préciser que j'ai essayé le titre dans sa version 360, suffisamment pour voir qu'il semble y avoir une suite solide à Conviction sur le plan du jeu, mais pas assez pour savoir si le pitch est aussi manichéen et dangereux idéologiquement qu'il semble l'être. Bref, voici les récapitulatifs de nos quatre participants sur le titre d'Ubisoft sorti cette année :

 Test de Jeuxvideo.com

 

 Test de Jeuxvideo.fr

 

Test de Gamekult

 

 

Test de Gameblog

 Comme je le dis en introduction pour ce titre, le débat est beaucoup plus complexe. La bataille entre interventionnisme et isolationnisme aux États-Unis est un débat qui a tenu bon depuis que le pays est né. De nombreux experts en politiques internationales, en histoire, en diplomatie auraient des choses très intéressantes à développer sur le sujet. De ce que j'ai vu (et je tiens vraiment à rappeler que je n'ai vu que les premières missions du jeu) Blacklist ne prend aucun gant avec le sujet et met en clair : les terroristes soutiennent le non-interventionnisme (ils veulent que les américains retirent leurs troupes de tous les pays où ils sont stationnés) et comme ils sont terroristes ce sont les méchants. Autant je n'ai rien à dire sur la seconde partie de la phrase ; pas besoin d'avoir un doctorat en sciences politiques ou en philosophie pour comprendre qu'utiliser la terreur pour imposer une idée, c'est vraiment faire n'importe quoi. En revanche, je reste estomaqué par le fait que le jeu ne remette pas en cause le caractère potentiellement (c'est ouvert à débat) ''juste'' de leur cause. La série a toujours été coutumière du fait d'opposer aux États-Unis des nations d'Asie, d'Amérique du Sud ou des Balkans (voire Ex-URSS qui s'ignore). Sans ressortir les éternelles épouvantails (ou alors sous une autre forme) on a eu des scénarios qui portaient à débat mais qui restaient à mon sens assez équilibrés.

Je ne donnerais pas d'avis personnel et définitif sur celui de Blacklist, mais je trouve que le pitch a de quoi faire grincer des dents tant les quarante dernières années des États-Unis peuvent se montrer riches en exemples d'interventions ratées ou camouflées sous diverses formes. Mon idée n'est pas de faire un cours d'anti-américanisme, mais simplement de montrer que la question est complexe quand une oeuvre de fiction s'y attaque. Le dernier film de Katheryn Biguelow, Zero Dark Thirty a soulevé pas mal de débat sur son traitement de l'intervention qui a mené à la mort d'Ousama Ben Laden, par exemple. De même Ben Affleck a eu à subir des critiques sur la façon dont l'Iran est représentée dans Argo. Qu'on soit pour ou contre la façon dont cela est traité, ou qu'on aime le film ou pas, ça m'est égal ; ce qui est important, c'est que c'est une part entière de la critique du film.

Trente secondes de recherches et vous tombez sur l'état actuel de la présence militaire américaine dans le Monde. De quoi au moins entamer un début de réflexion sur le jeu et la légèreté ou le je-m'en-foutisme avec lequel il aborde le sujet.

Pourtant, dans tous les récapitulatifs, c'est un sujet complètement survolé. Au mieux parle-t-on de l'histoire pour nous dire qu'elle est chichement narrée. Pour avoir lu les tests complets, on en apprend pas plus, voire on ne se pose pas la question. Mimic nous dit par exemple : « En possession de la Blacklist (liste des activités secrètes et des agents US infiltrés à l'étranger) des fous furieux, se faisant appeler Les Ingénieurs, réclament le retrait des troupes de l'Oncle Sam postées dans le monde, "sans quoi il va y avoir des morts". Alors même si je suis fan de ce genre d'atmosphères tendues, inutile de vous dire que c'est du déjà vu et que malgré les efforts palpables de Ubisoft Toronto pour proposer une narration convaincante, notamment au sein de l'équipe qui entoure Sam, aucun rebondissement ne vous fera chuter de votre canapé ». C'est le seul moment où l'on évoque le sujet dans le test. JV.com et Gamekult ne font guère mieux et le sujet est systématiquement ramené à une courte phrase de synopsis et à une note sur le fait que la narration n'est pas terrible.

Encore une fois, c'est JV.fr qui va se démarquer avec la phrase suivante : « Fiction politico-militariste usée jusqu'à la corde, l'histoire de Blacklist ne fait qu'effleurer un sujet moralement complexe, et restera campé dans sa bêtise : aux implications humaines du conflit Amérique vs. "bad guys" - dont les revendications sont totalement caricaturales - , le récit préfère les petits enjeux superficiels de série B ». La note ne s'en ressent pas et à la rigueur le débat n'est même pas là pour ce billet, mais au moins le sujet est entrouvert ne serait-ce que brièvement.

 

 

Là on touche au vrai cas, problématique par excellence. Le premier jeu était mauvais, mais à un point tel qu'il avait peu de chance que l'on puisse tomber dessus ; le fait qu'il soit d'une débilité sans nom et d'un machisme qui dépasse l'entendement ne faisait qu'enfoncer le clou si l'on peut dire. Splinter Cell Blacklist en revanche est le cas typique du jeu qui flirte avec un sujet à débat mais s'arrange pour être suffisamment bon techniquement pour que tout le monde se foute de savoir s'il le fait bien ; comme 95% des shooters sortis sur cette génération. Oui à l'époque PS2, les shooters étaient moins dans le moderne et plus dans l'historique ou le fantaisiste, avec des approches plus documentaires et moins Fox News. Call of Juarez : The Cartel en revanche, c'est de la merde idéologique qui n'aurait jamais du sortir mais on passe complètement à côté de ça, parce que personne n'y fait attention. Voici les récapitulatifs sur le titre :

Test de Jeuxvideo.com

 

Test de Jeuxvideo.fr

 

Test de Gamekult

 

Test de Gameblog

Encore une fois, rien ne semble avoir particulièrement choqué les différents testeurs sur le plan narratif, si ce n'est le fait que c'est stéréotypé et plutôt raté. Maintenant, si je vous dis que le jeu fait passer les latinos et les noirs pour des voleurs de femmes ? Intrigant, n'est-ce pas ? La totalité des ennemis du jeu sont de ces deux ''minorité ethniques'' ; je le sais pour avoir joué au jeu en coopération. Le jeu se passe à la frontière avec le Mexique...soit (encore que). Là où ça devient de la propagande extrêmement dangereuse, c'est quand il est affirmé, dans le cadre certes d'une fiction mais qui prend pour base une guerre (oui quand on a 60000 décès officiels et 100000 officieusement à cause d'un conflit entre forces armées policières et trafiquants de drogue, on parle de guerre) qui se déroule toujours actuellement, que les Mexicains viennent aux États-Unis pour voler des femmes et les revendre au Mexique dans le cadre d'un réseau de prostitution. Je passerais rapidement sur la débilité absolue de cette idée, qui est l'objet d'une mission de libération ; c'est aussi con que de dire qu'en Europe on vient kidnapper des femmes en France ou en Angleterre pour les revendre dans un réseau de prostitution des pays de l'Est. Ça n'a strictement aucun sens ! Mais bref...

Le fait est que cette contre-vérité est un outil narratif dans le jeu pour stimuler le joueur à abattre des dizaines de mexicains et de noirs. Au passage, ça contribue à créer une confusion et un amalgame parfaitement dégueulasse et raciste qui consiste à montrer ces deux ''minorités ethniques'' comme un poison pour les États-Unis qu'on vient purger à la source. Il y a d'ailleurs un truc que je n'ai pas tilté à propos du jeu avant de voir un épisode de Extra Credit à son sujet récemment ; c'est que l'un des succès du jeu nous récompense pour avoir abattu un certain nombre d'ennemis (succès que je n'ai pas débloqué lors de ma partie, puisque apparemment il est buggué) ; il se trouve que, comme par hasard, il s'agit du seul niveau de tout le jeu à n'avoir que des noirs comme adversaires. Transcrit de but en blanc : on vous donne un succès pour avoir abattu x noirs dans un niveau.

 

------------------------------------------------------------

Je ne sais pas ce qui me m'effraie le plus : de penser que les sujets que j'évoque ici n'ait été ne serait-ce qu'abordé brièvement, par une pauvre phrase dans le texte, parce que les testeurs ne les ont même pas vu, ou qu'ils n'en parlent pas parce qu'ils s'en moquent et que ça n'a actuellement aucune place dans un ''test'' de jeu vidéo. Putain de merde, on parle d'un jeu qui aborde un sujet très complexe politiquement sans aucun tact et aucune volonté d'en faire quelque chose et de deux autres titres qui sont au-delà de la connerie et carrément dans la haine raciale ou le sexisme de très bas étage ! Et tout ce que les testeurs trouvent à dire, c'est que c'est mal raconté ou que c'est pas assez graveleux. Mais sortez-vous la tête du cul bon sang !!! Vous êtes censé être la première ligne de défense. Tout le monde n'est pas équipé pour capter ce que j'ai mis ici en avant au premier run, mais c'est aussi pour ça que vous êtes là, pour vous assurer que ça ne passe pas comme une putain de lettre pleine d'anthrax à la poste. Et là j'accuse les journalistes de jeu vidéo, mais soyons clair, les joueurs aussi vont devoir se mettre un coup de pied au cul assez vite et revoir à la hausse leur préoccupations dans des jeux comme les shooters modernes qui ne prennent pas une seconde de réflexion pour délivrer un propos qui ne soit pas raciste, sexiste ou propagandiste avant même d'être incohérent et con. Pfffffiou...je vais en rester là pour ce billet, avant de devenir encore moins châtié, en rappelant encore une fois que ÇA N'EST PAS QUE DU JEU VIDÉO.

Ajouter à mes favoris Commenter (63)

Commentaires

Loundra
Signaler
Loundra
D'accord, lors prenons l'exemple du dernier jeu cité : Call of Juarez : The Cartel. Qu'auraient du dire les testeurs ? Quel genre de résumé ? Et je pose sincèrement la question.
Ityfalik
Signaler
Ityfalik
@Loundra : Il y a une nuance entre donner un avis personnel et soulever une question que pose l'histoire du jeu. La plupart des critiques cinéma ne s'ampoulent pas de militantisme dans leurs textes et arrivent tout de même à soulever des questions, sinon politiques, du moins rattachées aux thématiques développées dans le film.
Loundra
Signaler
Loundra
J'ai pas pris un bon exemple avec le livre c'est vrai. Mais tu n'es pas d'accord sur le fait que les testeurs n'ont pas à donner leur avis personnel ? (je parle avis politique dans ce cas là biensur !)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Loundra: tu me parle de synopsis. Je te parle de critique.
Loundra
Signaler
Loundra
Je comprend que les testeurs ne parlent pas du sous entendu du scénario-politico d'un jeu vidéo, quand celui ci en traite un.
Je veux dire par là que, par exemple, tu veux acheter un livre, tu lis le résumé et tu te fais une idée du contenu, bah pour moi les test de jeux sont pareils. Les testeurs donnent leur avis général du jeu, pas de précision. Aux joueurx de savoir comprendre et faire la part des choses. Mais je comprend parfaitement ton avis !
yassa
Signaler
yassa
"Se contenter d'une lecture orientée du monde arabo-musulman"
Je me contentais, justement, de rester dans le contexte abordé par la personne à laquelle je répondais.

"( et les écoles ne sont pas mitraillées uniquement par les talibans, de nombreux afghans sont intégristes sans etre talibans)"
Cela changerait-il la nature de l'acte?

"Historiquement, le "terrorisme" est un point de vue ( qui dépend beaucoup du camp des vainqueurs, d'ailleurs". Oui, je sais, c'est choquant, mais c'est comme ca."
Oui, en effet, c'est un fait: L'histoire est écrite par les vainqueurs, jusqu'à ce que...

"Prenons un exemple simple : la seconde guerre mondiale.
Actuellement, ceux que nous appelons résistants ont été pendant 3 ans dans les journaux considérés comme terroristes."
Ils s'attaquaient tout de même plus souvent aux infrastructures militaires allemandes et à leurs hommes, qu'aux lieux fréquentés par les civiles...Non? (même si je sais que certains bars, entre autres, fréquentés par les allemands furent pris pour cible)

"Au pire, si tu veux utiliser un exemple de terrorisme bas du front, utilise les integristes chrétiens qui font sauter des centres anti-IVG aux states. La, au moins, tes propos marcheront un peu."
Et voilà! Pourquoi toujours en revenir aux État-Unis? Pourquoi ne pas donner en exemple l'attentat perpétré par des cathos fraaannnçais au cinéma St Michel, ou bien encore celui du métro à Paris en 1995?
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Captain: le problème c'est que t'as pas ou peu de "contre-mesure". Pratiquement aucun jeu (genre à part Spec Ops the Line qui me vient à l'esprit) ne fait de critique de ça, ou n'utilise pas cette méthode. La proportion block-buster america fuck-yeah / engagés (ou critique ou autre) est largement à l'avantage du cinéma et le jeu vidéo n'a pratiquement rien à l'inverse pour justement mettre un contrepoint à cet état de fait. Et la raison principale à ça c'est que pour la presse et les joueurs "on s'en fout c'est que du jeu vidéo" et ça donne des dérives un peu nauséabonde comme on en voit sur les exemples que j'ai mis là mais qui ne sont pas des exceptions. Je dirais rien sur Splinter Cell: Blacklist (encore que) si ça n'était qu'une facette des jeux parlant de la guerre; sauf que c'est le visage complet des shooters/action/infiltration. No brainer.
Captain Panda
Signaler
Captain Panda
De la récupération politique ou autre propagande sont légions dans le jeu vidéo et au cinéma. Si vous avez vu "World War Z", vous avez un très bon exemple de propagande sur pas mal de sujets. Le jeu vidéo touchant des millions de joueurs aujourd'hui, je ne suis pas étonné de voir les mêmes mécaniques utilisées au cinéma pour nos jeux.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Ityfalik: merci pour la précision (c'était immonde) j'ai corrigER. :lol:

@Max: Pourtant, MGS3 arrive à développer un propos sur qui est l'ennemi pour un soldat et il s'est très bien vendu et à été acclamé par le public et la critique (enfin il me semble). Le tout en faisant du fantastique par dessus les faits historiques de la guerre froide. Je comprends très bien où tu veux en venir, mais pour partir de cet exemple, je suis pas sûr que tout le monde en jouant à MGS2 ou 3 capte tout ce que Kojima met en avant (avec talent ou un peu moins de réussite ça va dépendre des moments et des sujets, genre la fin de MGS2 beaucoup trop dense à mon goût). Pourtant l'expérience reste bonne pour le joueur qui s'en fout, tout en étant bonne pour celui qui s'intéresse au propos.

Ce que je veux avant tout défendre régulièrement (parce que c'est pas la première fois que je tourne autour du sujet dans des maigres billets de ce genre) c'est que divertissement et intelligence du propos ou au moins recherche du propos, ça n'est pas antinomique. Tu peux avoir plusieurs degrés de lectures...bon après pour ça faut un minimum du talent. :3
max97110
Signaler
max97110
Sinon, pour les jeux crétins, je tiens à signaler que la raison pour laquelle le scénario ne vole pas haut, c'est qu'en général, il ne faut heurter personne ( à commencer par le jeune américain qui est le principal acheteur de jeux vidéo et qui lui n'a pas envie de se faire chier à réfléchir, encore moins s'il faut réfléchir à de la vraie politique fiction. "les terroristes sont méchants , il vaut mieux tous les tuer " , c'est comprehensible pour tout le monde, et "tout le monde veut etre un héros qui sauvent les gens des vilains ".
Paske bon, faut avouer, 98 % des jeux qui se basent sur de la politique fiction moderne sont mauvais, et c'est principalement à cause de ca et c'est pareil pour un énorme monceau de films , de livres, de sites, etc etc... Une fiction, plus elle est manichéenne et plus elle sera grand public ( sinon, Clancy et autres n'aurait pas vendu des bouquins par tankers entiers )
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Super article mon sebounet !! *_*

Ça fait justement quelques temps que je me demandais si des personnes prenaient encore le temps de se poser la question du contexte, question à mon sens fondamentale quand au jugement d'une quelconque création artistique...
max97110
Signaler
max97110
"Où as-tu déjà vu un acte terroriste être perpétré dans l'unique but de sauver des vies?
Les Sunnites qui explosent des chiites? Les chiites explosant des sunnites? Peut-être voulais-tu parler des écoles qui sont mitraillées en Afghanistan par des talibans (dont la plupart ne sont même pas du pays) simplement parce que de jeunes filles y étudient l'écriture et la lecture?
Pour ta gouverne, le terrorisme a pour objectif de répandre la terreur dans les populations, tuant hommes femmes et enfants, et ce aveuglement!"

Ca m'embete de rentrer dans ce propos ............. maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis

Historiquement, le "terrorisme" est un point de vue ( qui dépend beaucoup du camp des vainqueurs, d'ailleurs". Oui, je sais, c'est choquant, mais c'est comme ca.

Prenons un exemple simple : la seconde guerre mondiale.
Actuellement, ceux que nous appelons résistants ont été pendant 3 ans dans les journaux considérés comme terroristes. On peut aussi utiliser les combattants afghans libres ( genre Massoud) ou plein d'autres cas.
De plus, on ne peut pas qualifier n'importe qui et n'importe quoi de terroristes ( et les écoles ne sont pas mitraillées uniquement par les talibans, de nombreux afghans sont intégristes sans etre talibans). Se contenter d'une lecture orientée du monde arabo-musulman , surtout post-septembre, sans connaitre les dessous du XXe siecle, c'est idiot. La moitié des conflits de ce genre ont lieu à cause de problème lié à la décolonisation ou aux saloperies de la guerre froide.

Au pire, si tu veux utiliser un exemple de terrorisme bas du front, utilise les integristes chrétiens qui font sauter des centres anti-IVG aux states. La, au moins, tes propos marcheront un peu.
Ityfalik
Signaler
Ityfalik
Si ce n'est un participe passé hasardeux dans la partie Blacklist ("j'ai essayer"), mais je chipote ^^
Non vraiment, ton article est rudement bien mené, et devrait dés lors servir de manifeste à toute la presse spécialisée.
Ityfalik
Signaler
Ityfalik
Excellent article. Rien à redire.
yassa
Signaler
yassa
"C'est justement là tout le problème. Les Américains aussi sont des terroristes voire même des gangsters, le gouvernement Bush a inventé des armes nucléaires en Irak pour aller piller le pétrole, en jouant sur le drame du 11 septembre et ses 4000 victimes devenues martyr quand il en fait tuer bien plus en Irak et ailleurs. Dans Blacklist comme tu dis la cause est potentiellement juste, et personnellement je vois pas en quoi c'est n'importe de quoi de répondre à la terreur par la terreur. Il s'agit pas d'imposer des idées, mais de sauver des vies humaines."

BlackLabel, je te trouve, comment dire, très extrême dans tes propos.
D'une part, pourquoi dire "les Américains" quand tu ne parles en réalité que du gouvernement Bush. Sommes-nous, nous Français, tous des génocidaires du fait des décisions prises par Mitterrand concernant le Rwanda au début des années 90?
Ils ont été manipulés par leur gouvernement, certes, cela ne fait aucun doute! Mais de là à mettre + de 300 millions de personnes dans le même sac (pourri), il y a une limite que tu franchis allègrement.
(d'ailleurs, je me demande bien comment nous aurions réagit si 2 "longs courriers" s'étaient écrasés sur la Défense...Après un tel traumatisme, il est très facile d'influencer une population aveuglée par la tristesse et la vengeance.)
Ceci dit, je suis entièrement d'accord avec toi sur les réelles raisons de cette seconde guerre en Irak. Nous le sommes tous! Les Américains eux-mêmes le savent (seuls quelques rares spécimens subsistent et veulent toujours y croire mais bon...)
Mais, et c'est là que le bât blesse, c'est le bien fondé que tu trouves dans les actes terroristes!
Où as-tu déjà vu un acte terroriste être perpétré dans l'unique but de sauver des vies?
Les Sunnites qui explosent des chiites? Les chiites explosant des sunnites? Peut-être voulais-tu parler des écoles qui sont mitraillées en Afghanistan par des talibans (dont la plupart ne sont même pas du pays) simplement parce que de jeunes filles y étudient l'écriture et la lecture?
Pour ta gouverne, le terrorisme a pour objectif de répandre la terreur dans les populations, tuant hommes femmes et enfants, et ce aveuglement!
Ananabowser
Signaler
Ananabowser
Imagine un jeu fait par des allemands dans une situation réaliste d’aujourd’hui ou le but est d'envahir la france car blabla chomage guerre civile, ils veulent nous prendre nos mercedes, nos porsches, nos blondes, vengeance car l'alsace veut retourner sous notre giron teuton ou je ne sais quel pretexte.
Le but dégommer cette horde de bouffeurs de grenouilles mal élevés, prendre paris, apporter notre savoir faire, notre mode de vie basé sur l'ordre et la rigueur absolue.
Décimer des villages entiers de résist...de terroristes emplies de haines jalouse contre la superiorité allemande.
Recevoir un trophée pour avoir purger strasbourg.



Moi ça me choque tout autant quand c'est des russes, des koréens, des vietnamiens etc...
Ce qui fait que je n'ai jamais fini un call of.
Première mission pour voir a quoi sa ressemble et pfiou poubelle.
La propagande américaine a travers les médias est une chose assumée par les instances dirigeantes américaines.
Ils le disent ouvertement. Bush a demander aux studios de ciné, de séries et au producteurs de jeux de participer a l'effort de guerre.
Ce qui était choquant en 2000 ne l'est plus en 2013.
Take Shelter
Signaler
Take Shelter
Attends mais s'il faut dans le walking dead de telltale, Lee ne tue que des zombies blancs, c'est raciste. :genre:
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
@Guanfei :

Des légions de blancs qui passent à la sulfateuse... d'autres blancs.
Tu la vois, la nuance, en terme de racisme ? :lol:

Comme quoi, il faut faire attention quand on parle de quelquechose, ça a souvent un double sens.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Guanfei: je le remarque quand ça ne va pas avec le contexte. Pourquoi tu aurais un niveau rempli de black au Mexique? Les afro-mexicain et arabo-mexicain (oui parce que ça existe aussi) il y en a pas tant que ça. Disons que le racisme est pas forcément à un même degré. Quand dans la plupart des films d'action des années 80 ou des jeux même de l'époque, les Russes sont mis en avant comme l'ennemi de base, c'est aussi raciste à mon sens. T'as peu de jeu qui s'en sorte à peu près bien sur le sujet. En l'occurrence, j'ai pris cet exemple parce qu'il est assez parlant. Débloquer un succès pour tuer 40 mecs (sachant que c'est le seul succès du jeu où tu dois tuer un certain nombre d'ennemi pour avoir un succès) et que ça tombe sur le niveau où il n'y a que des noirs, je trouve ça un peu suspect, surtout compte tenu des autres aberration du titre. Pour moi c'est juste la cerise sur le gâteau.

Évidemment que c'est à double sens.
Guanfei
Signaler
Guanfei
"Transcrit de but en blanc : on vous donne un succès pour avoir abattu x noirs dans un niveau."

La chose ne semble pourtant pas choquer quand c'est des blancs, des allemands, ou des russes. Pourquoi le relever pour les autres? Crier au racisme c'est facile, on pourrait te traiter de raciste aussi, en mettant en avant cet objectif en carton alors que tu ne parle pas de tout les jeux où des légions de blancs passent à la sulfateuse.

Il faut faire attention quand on parle de quelquechose, ça a souvent un double sens.
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Step 1 : mettre cet article en home
step 2 : appliquer ce que dit cet article

Non je déconne ça n'arrivera jamais.
Dr. Banane
Signaler
Dr. Banane
Tu ne parles pas Modern Warfare et Battlefield (du moins le 3), dommage car ça mérite aussi d'être soulevé. Je suis content que quelqu'un fasse remarquer la chose. Si le jeu vidéo a ce potentiel artistique, c'est bien parce qu'il peut toucher à tout, et tous les sujets. Un jeu qui balance des stéréotypes sans les ridiculiser ou les critiquer est pour moi un jeu à fond malsain. Merci pour ce développement :)
Zinzolin
Signaler
Zinzolin
Pourvu que ça passe en Home.
jinsayen
Signaler
jinsayen
Bon article comme d'hab'. Du coup ça me fait réfléchir sur la supposé subjectivité des tests. ils ne sont ni assez objectif car ilmanque de recul, ni assez subjectif car testé comme des produits aux critères invariables.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Je redoute très fort le passage de ce post en Home. A mon avis, va falloir te blinder.
Je ne sais pas si ce sont des portes ouvertes ou non (perso, je ne le pense pas, mais contrairement à ce que raconte ma légende, je n'ai pas la science infuse), mais si c'est bien le cas, alors il FAUT les enfoncer aussi souvent qu'on en a l'occasion, avec la même hargne, la même passion et la même objectivité.
Ce n'est jamais "que" du jeu vidéo, "que" du cinéma, "que" de la BD... et le spectateur n'est jamais capable d'autant de recul qu'il le proclame avec prétention. Les commentaires qui suivront le passage en Home le démontreront parfaitement.
On ne peut pas se dédouaner à bon compte sous prétexte que "ce n'est que de la fiction". "C'est juste une histoire, quoi. C'est pas la réalité". Un peu facile, et complètement faux. La fiction est une réalité. Il n'y a que son contenu qui soit fictionnel. Par conséquent, beaucoup de gens font l'amalgame, et souvent sans s'en rendre compte.
Mais bon, la fin de semaine se traîne, je suis HS, j'ignore si ce que j'écris à un sens.
Mais ce que tu as écrit toi en a un, c'est une certitude.
Et après, "on" viendra prétendre que tu te fais tes "likes" à coup de copinage... :ninja:

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris