CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Tests


Ce test se focalise sur le mode solo du jeu. Les screens viennent essentiellement de JV.com et les détails de la partie techniques sont, comme mentionnés, relatifs à ma version Xbox360 installée sur un DD.

Alors que je fulmine devant l'arrogant crédit de fin que l'on ne peut pas zapper pour arriver à l'épilogue du jeu, ma manette éreintée par deux vols planés fort heureusement amortis par mon canapé et ma voix exténuée par une série de brailleries qui, sans doute, n'aidera pas mes voisins à comprendre que le jeu vidéo ne rend pas violent, je décide de retirer Assassin's Creed III de ma console, de le foutre dans sa boîte et d'effacer une à une toutes mes sauvegardes de la série. Comment en suis-je arrivé là ?

Remontons le temps à quelques mois. En Mars dernier, Ubisoft lançait les hostilités marketing en montant crescendo dans les annonces. D'abord un artwork de celui qu'on connaît aujourd'hui sous le nom de Connor, puis quelques images dévoilées par Game Informer, puis un premier trailer, puis des previews très engageantes. En un mois, Assassin's Creed III est devenu l'un des jeux les plus attendus de 2012. Pour les déçus des deux précédents opus dont je faisais parti (et ça n'a pas changé d'ailleurs) ce qui ressortait de ce premier tabassage médiatique, c'était une idée de changement, de renverser la table de thé ; prendre Assassin's Creed et en refaire quelque chose de neuf, en restant scénaristiquement dans la continuité pour quand même voir le bout de cette méta-histoire. Je me souviens même avoir lu certains détracteurs de la série, qui avaient lâché cette affaire après le premier épisode, reprendre confiance et vouloir s'essayer à l'Assassin's Creed nouveau. Pour ma part, j'avais carrément refait la décoration de mon blog pour l'occasion.

Ma première réaction à l'annonce des informations sur Assassin's Creed III.

Nous voilà un peu moins de huit mois plus tard et je suis dans un état de nerf qui dépasse l'entendement. Assassin's Creed III m'a pris au corps, mais pas dans le bon sens du terme. Ce n'est pas ce qui me rattachera de nouveau à une série dont j'adule le second épisode, mais dont je n'apprécie pas la redondance entraînée par les deux suivants, ce sera simplement mon dernier denier versé à Ubisoft pour cette licence. Comme toujours, je propose un procès en bonne et due forme, avec déballage classique de ce qui va en premier, pour enquiller sur ce qui ne va pas pour finir par la bonne vieille conclusion qui, vous l'aurez deviné, ne sera pas des plus réjouissantes. C'est parti pour la thèse, antithèse, synthèse.

 

Même les plus fervents défonceurs (jeu de mot) de la saga d'Ubisoft lui ont toujours reconnu une chose ; le choix de ses époques et de ses pays est tout à la fois toujours judicieux et dans le même temps original. Alors que l'on nous a habitué dans notre microcosme de quelques millions de joueurs à évoluer dans des jeux d'heroic/fantasy pas toujours inspirés, de science fiction un peu prétexte ou de Seconde Guerre Mondiale revisitée ad nauseam (des univers que j'apprécie cependant, ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit) Assassin's Creed a été, dès sont premier épisode, une valeur sûre dans le choix artistique. Explorant la vaste histoire de l'humanité (occidentale quand même plus qu'autre chose) les différents épisodes nous ont quand même permis de revivre les Croisades ou la Renaissance, deux époques traitées au cinéma ou dans la littérature mais carrément absentes jusqu'à lors de notre univers vidéoludique.

Assassin's Creed III ne déroge pas à cette règle. Bien qu'évidemment, notre chauvinisme nous pousserait à soupirer devant le choix de la Guerre d'Indépendance Américaine plutôt que celui de la Révolution Française, si l'on arrête de faire la fine bouche une seconde, on constatera qu'une fois de plus, sur le plan de la reconstitution historique, Ubisoft n'a pas raté son coup. Entre Boston et New York, ma foie très convaincantes dans leurs modélisations très détaillées ou la Frontière, cette fameuse zone forestière à flan de montagne, bordée de mer et que l'on aura l'occasion de voir dans diverses ambiances visuelles, on a au moins cette satisfaction ; le dépaysement est toujours au rendez-vous.

On saluera encore une fois la qualité de l'univers et de la reconstitution historique.

Au rayon des qualités artistiques, on notera également que les personnages sont généralement de bon goût et même si je trouve la tenue initiale de Connor (avec son manteau blanc) un peu surchargée pour un natif américain qui courre dans les arbres, je reste très convaincu par les différentes variations vestimentaires de l'ensemble du casting. Dans un autre domaine, la musique est une fois de plus exemplaire. Je ne lui ai pas trouvé de thème aussi marquant que Ezio's Family (thème récurrent des trois derniers volets) mais les musiques accompagnatrices sont toujours justes et adaptées au moment présent.

Avec un Jesper Kyd toujours au top (on me soufle dans l'oreillette que ce n'est pas lui, mais c'est pas grave), ACIII peut se vanter d'avoir l'une des OST de l'année.

Pour finir sur une partie non négligeable en ce qui concerne la saga Assassin's Creed (croyez-en notre acharné de Yoyonoa), l'histoire est globalement pour ma part à mettre dans les vrais points positifs. Cela passe par la trame à proprement parler qui fait enfin avancer la fameuse ''méta-histoire'' et qui clos l'arc narratif de Desmond, certes pas de manière brillante mais au moins sympathique (je ne sais pas si ce sera suffisant pour tout le monde). Mais aussi, cela passe par la narration en elle-même. Cette dernière fait passé plutôt bien les transitions entre les séquences dans le présent, en 2012 et celles qui se déroulent dans l'animus 2.0. De même, quelques idées narratives sont très bien vues, comme l'introduction notamment. Dommage qu'elles soient si mal servies par tout le reste.

J'ai apprécié l'histoire de manière générale, même si certains points restent incohérents à première vue.

Parce que oui, une fois passée cette étape artistique cruciale, certes, mais pas suffisante, Assassin's Creed III perd complètement pied avec la réalité et s'embourbe dans un marasme de défauts non seulement déjà vu à répétition dans la série, mais surtout accompagnés de nouveaux qu'on attendait pas et qui sont intolérables pour une production de cette envergure qui prétend renouveler la série avec les moyens. C'est à ce point catastrophique, comme mon introduction vous l'a signalé, que le jeu est officiellement ma pire expérience ludique de 2012.

La première mauvaise surprise que nous réserve ACIII, c'est son introduction. Alors que je la mettais dans les points positifs au niveau narratif (et ça je le maintiens) en terme ludique, c'est une faute de goût qui m'a immédiatement touché. Le début du jeu, qui représente quand même cinq heures (un tier de la durée de vie si on fonce tout droit) est une repompée nette et sans bavure de ce qu'Ubisoft nous avait déjà donné à manger trois années d'affilées avec ACII, Brotherhood et Revelations. On démarre dans la peau de quelqu'un d'autre que Connor et on se rend compte que rien n'a changé, qu'on a les mêmes objectifs et les mêmes mécaniques à un ou deux détails prêts qui ne feront pas la différence. C'est lourd et répétitif et ça n'avait pas besoin d'être aussi long...mais ça reste une introduction. Soit.

Why would you do this to me?!?

Les vrais problèmes commencent à montrer le bout de leur nez lorsque l'on prend enfin les contrôles de notre nouvel assassin. Cette fois, le jeu promet la grande aventure, la Frontière avec sa faune sauvage, sa chasse et ses nouvelles activités en pagailles amenées progressivement par la trame. Malheureusement le tout est directement entaché par un premier souci qui ne scellera pas à lui seul le cercueil de la série mais qui, sans doute pour ma part, aidera à mettre de la terre par dessus. Techniquement, Assassin's Creed III est raté.

On nous avait annoncé un nouveau moteur, le AnvilNext, capable d'afficher des dizaines de soldats pour les batailles rangées. Je ne sais pas si c'est effectivement un nouveau moteur, tout ce que je peux vous dire, c'est que le jeu sur Xbox360, installé sur un disque dur, est certes assez jolie si on ne bouge pas, mais ce n'est pas la fête non plus. Le clipping parvient à être moindre que dans Assassin's Creed II (sorti en 2009, rappelons le) simplement parce que les étendues présentées sont rarement complètement ouvertes. Le jeu cache la misère avec des arbres, de la brume, de la neige et d'autres effets atmosphériques qui eux, en revanche, sont réussis. Les personnages apparaissent sur courte distance. Les textures sont, de temps à autres, instables. Les chargements sont nombreux et parfois sans raison particulière. Surtout, surtout. Le jeu est blindé de bugs en tout genre.

Le jeu se défend avec de belles ambiances (la neige <3) mais pêche par du clipping assez méchant et une instabilité des ombres ou des textures qui parfois clignottent.

C'est bien beau de faire un personnage principal qui bouge (sacrément) bien, mais si c'est pour que tout le reste en pâtisse, ce n'est pas la peine. Si vous n'avez pas eu la chance de voir les dernières vidéos postées sur le sujet, je vous conseille fortement de vous y mettre. Le jeu alterne entre bugs ''drôles'' avec Connor qui masturbe un garde pendant une cinématique, un PNJ qui saute en rond sur son tabouret dans un bar ou encore des animaux coincés l'un dans l'autre qui donnent l'air de copuler, à des choses beaucoup moins drôles comme les contrôles qui se coincent pendant quelques secondes, le personnage qui recharge son arme à l'infini, empêchant au passage de faire autre chose (comme parer les coups) ou encore, un PNJ important qui reste bloqué et oblige à recharger la partie. Seulement le plus grave, c'est que le vrai problème n'est pas là.

Je suis désolé de vous renvoyer à ça, mais rien ne vaut la preuve par l'image. Je vous conseille également ce post de Poufy.

J'ai joué à Red Dead Redemption que je considère comme l'un des meilleurs jeux de cette génération, et pourtant il avait son lot de bugs cosmétiques. J'ai joué à tous les jeux Bethesda sortis sur cette génération (Oblivion, Fallout 3, New Vegas et Skyrim) et de même, je les ai adoré alors que tous sont réputés pour être de vraies mines à glitchs graphiques et surtout de scripts. J'ai aussi adoré des jeux pas très beaux techniquement comme Alpha Protocol ou Alice Madness Returns. Pourtant, plus j'avançais dans Assassin's Creed III et plus je me crispais devant le manque de finition technique et ce pour une raison simple, ce n'est que le reflet de la paresse sans précédent dont Ubisoft Montréal a fait preuve. Au delà de sa partie artistique, Assassin's Creed III n'a rien fait de mieux que ses prédécesseurs.

Déjà, ACIII n'est pas du tout l'occasion de renverser la table de thé. Enfin ça l'était, mais c'est une occasion manquée. Le jeu reste collé sur les base de script qui sont présentes depuis le premier volet. On est toujours autant limité par les objectifs qui, s'ils ne sont pas fait dans des conditions très précises, nous « désynchronisent ». On a ainsi principalement droit à des meurtres, des combats et des filatures quand on est à pied. Pour le reste on a également des splendides batailles navales et quelques minijeux. La partie gestion n'a pour sa part strictement aucun intérêt.

Le combat a progressé mais semble toujours glissant et mou. Il manque vraiment de précision.

Pour les nouveautés, on a les batailles navales, une vraie fête qui fait plaisir, et les différentes variations de Dames, sympathique mais à l'IA facilement bernable quand on a compris sa façon de penser.

L'infiltration n'est ni plus ni moins une option de jeu qu'auparavant. Encore une fois, le jeu enchaîne aussi les incohérences dues aux scripts débiles ; entre Connor qui n'a pas la même tenue pendant les cinématiques que pendant le cours du jeu, les personnages qui repopent instantanément dès qu'on sort d'une zone d'attaque de fort, les réactions complètement débiles de l'IA qui ne voit pas le héros debout adossé à un angle de mur parce que le jeu considère que ce dernier est caché dans cette position, on a l'impression que les anciens tics qui datent de quatre ans sont toujours là, voire même que le jeu en a capté de nouveaux.

Non content de se reposer sur cette architecture de script acquise dans le second opus essentiellement, ACIII prend cette architecture, certes redondante depuis deux ans mais au moins fonctionnelle, et l'a rend frustrante de bout en bout par la combinaison d'une lisibilité affreuse et d'imprécisions de jouabilité impardonnables. En jouant à Assassin's Creed III, on a l'impression que les développeurs n'ont pensé à rien au niveau de l'ergonomie. Ça fait une génération qu'on a appris que le lock automatique, ça ne fonctionne pas quand on a des armes à distance ! Alors ACIII nous propose un indien avec un arc, des fléchettes empoisonnées, des bombes de fumées et un pistolet sans nous donner la possibilité de viser par nous même, donnant ainsi lieux à des moments d'intense solitude ou l'on cherche désespérément à tirer sur un crétin de soldat avant qu'il nous aligne avec son fusil à baillonette. Au passage, ça tue également le plaisir qu'aurait pu être la chasse puisqu'il faut attendre de voir le blanc des yeux de l'animal et que le jeu se décide à le cibler pour pouvoir l'abattre.

Au niveau des incohérences c'est le festival. Dans cette position, le héros est considéré comme "invisible".

La chasse perd tout intérêt parce qu'on ne peut pas sortir son arc ou son pistolet pour tirer soi-même. De plus la visée automatique a peu de portée et est imprécise...un calvaire. Les fusils sont pratiquement inutilisable à ce sujet.

Toujours au rayon des automatismes qui n'ont strictement aucun sens, pour quelle raison ne peut-on pas s'accroupir avec un bouton ? Il ne faut pas sortir du MIT pour comprendre que dans un jeu où l'on a un personnage qui peut chasser ou se déplacer en forêt un peu discrètement (sans parler d'en faire un jeu d'infiltration) le fait qu'il s'accroupisse tout seul est à la fois complètement con (et je pèse mes mots) et parfaitement inutile. Les trois quarts du temps, le personnage va s'accroupir dans une zone où ça ne sert pas à grand chose et si ça sert, on se rendra bien compte que les fourrés ont été installés justement pour un objectif de mission précis, cassant immédiatement l'immersion.

Cette séquence c'est juste de la torture. On croit qu'on peut improviser un peu d'infiltration mais que nenni. Si on veut faire les choses discrètement, on doit suivre précisément le chemin imposé, sinon c'est la baston interminable.

Pour finir sur la jouabilité pure, le fait de contrôler le personnage, la grimpette a toujours son lot d'errances assez agaçantes. Dans le déplacement sans objectif, ça ne pose pas de gros problème parce qu'on réclame rarement au jeu de la précision quand on ne fait que du free running. En revanche en mission, ça peut devenir un putain de cauchemar. Là j'en appelle à ceux qui ont finit le jeu. La dernière course-poursuite dans l'animus 2.0 est sans aucun doute LA PIRE COURSE-POURSUITE de l'histoire du jeu vidéo. Cette dernière séquence à elle seule est ce qui m'a amené à d'abord, crier de rage. Ensuite jeter la manette à deux reprises. Enfin à pleurer de rage...littéralement. Je ne sais pas si vous imaginez la quantité d'énervement qu'on doit emmagasiner pour pleurer de rage : ça fait un paquet.

 

Je n'irais donc pas par quatre chemins pour ceux qui ne veulent pas prendre le temps de lire mon pugilat complet : Assassin's Creed III est un plantage qui non seulement fait honte au reste de la série, certes pas toujours innovant mais au moins pas fini à l'urine de chat, mais surtout c'est un ratage qui fait mal tant on sent les ambitions sous-jacentes. Artistiquement le jeu est sans faute et conclu bien l'arc narratif de Desmond Miles, avec une histoire solide tant dans le présent que dans sa partie historique. Sans aucun doute, les fans absolus y verront une vaste source de nouvelles informations sur le riche univers de la saga.

En revanche, l'exécution oscille entre le sympathique et le catastrophique si on excepte les séquences de batailles navales vraiment épiques de bout en bout et les quelques mini-jeux assez drôles. Le jeu est perclus de bugs en tout genre, qu'ils soient purement cosmétiques ou qu'ils bloquent un objectif, obligeant à recharger la partie. L'aspect graphique a certes de beaux effets météorologiques et des lumières et modélisations soignées, mais le paye immédiatement avec un clipping mal dissimulé et certains détails manquants pour on ne sait quelle raison (le personnage est mouillé sous la pluie mais pas après avoir nagé, ou s'être traîné dans la neige). Mais surtout, ce qui gâche vraiment le plaisir de jeu, c'est ces imprécisions qui se payent aujourd'hui cash. Les mécaniques sont solides, mais leur exécution est poussive à cause d'un vrai manque de mise à jour de la jouabilité. La plupart des séquences qui devraient être épiques sont cassées par une imprécision (le perso qui ne grimpe pas au bon endroit par exemple) ou une débilité de script. Alors si je mets une note qui peut paraître très sévère (2/5) c'est tout simplement pour marquer ma déception sur ce qui aurait du être le jeu l'année s'il n'avait pas été réalisé en dépit du bon sens. Depuis Assassin's Creed, on a eu RDR pour apprendre à monter un cheval, on a eu Batman : Arkam City pour apprendre à se battre, on a eu Dragon's Dogma pour apprendre à grimper et à tirer à l'arc à la troisième personne. Alors si au bout de trois ans de développement et de quatre épisodes, Ubisoft Montréal ne veut pas avancer sur sa série, c'est moi qui avancerait sans elle, avec tristesse.

Ajouter à mes favoris Commenter (40)

Commentaires

Le-Hobbit-Ninja
Signaler
Le-Hobbit-Ninja
Pas d'accord avec ta critique ( Qui est au passage très agréable à lire ), je me ferais un plaisir de te contredire ( Gentiment bien sûr )lorsque je sortirais mon Pavé critique sur AC3.
Macehill
Signaler
Macehill
Salut à tous
SPOILER :

Perso, la fin m'a complètement déçu... on nous promettait la fin de Desmond, au final, on comprend très bien qu'Ubi nous prend encore pour des vaches à lait et j'attend les assassins creed 3 Brotherevelation... c'est tellement net que ça en est affligeant.

Sérieux, cette fin ne veut rien dire, encore un espèce de cliffhanger qui nous mène vers un autre épisode, pour contenir les sorties une fois par an.

Sinon pareil, je suis entièrement d'accord, avec en plus le fait que celui-ci ne m'a aucunement passionné, Connor n'a rien d'un assassin, juste un gros bourrin qui coule un navire à lui tout seul, en oubliant presque ce qu'était Altair et Ezio...

Rappelez vous les bandes annonce des premier assassin's creed, où on ne voyait pas l'assassin jusqu'à ce qu'il est tué sa proie... et cherchez l'erreur...
jack.boss
Signaler
jack.boss
Je rajoute la mise à jour prévu fin de semaine prochaine : http://forums.ubi.co...-Patch-Spoilers

Sans commentaires vu la liste...
jack.boss
Signaler
jack.boss
Moi aussi je suis globalement assez d'accord avec ton test (tu vois tout arrive :P ). Ce jeu je l'ai attendu depuis des mois et j'en ressort frustré, j'ai vraiment l'impression que l'on pouvait faire beaucoup mieux que ça, que ce soit sur l'histoire de Desmond, de Connor (on se demande d'ailleurs ce qu'il le pousse à enfiler la tenue des assassins tant il n'en a rien à foutre). J'ai aimé les phases navales, le domaine mais les bugs ont gâché mon expérience.

J'attendais aussi beaucoup de ces fameuses batailles à plusieurs centaines d'ennemis mais c'est de la poudre aux yeux, on fonce vers l'objectif et l'on profite même pas de ce que le jeu semble capable d'offrir, les missions sont trop courtes et utilises peu finalement la grandeur des maps. (20 séquences minimum et une narration plus poussé aurait été salutaire surtout avec un prologue qui n'en fini pas...)

Alors 2 étoiles me paraît un peu sévère mais je peux le comprendre vu que moi aussi j'ai été déçu sur beaucoup trop de points pour en faire mon jeu de l'année qui lui tendait les bras d'un fan qui avait réservé son jeu en Juin !
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
:lol: :lol: :lol:
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Si il n'y avait pas les deux blondes sur les coté, le gif de Scarjo dans l'édito, j'aurai cru lire un test de Blacklabel :lol:


Lorsqu'il aura joué à Hitman Absolution là on ne verra plus jamais la différence :lol:
Bartholomew
Signaler
Bartholomew
J'ai tellement eu la même expérience de jeu que toi, je me suis vraiment senti concerné par ton test.
J'ajouterais qu'en plus d'avoir un jouer un héros sans âme, sans charisme (une sorte de mercenaire somme toute), on a le droit à une fin d'une méta-histoire des plus mauvaises. Et dire que certains ont râlé pour la fin de ME3, j'espère que ceux-là ne joueront pas à AC III ils vont criser ^^.
Bref une grosse déception, un énorme potentiel et un ratage/ baclage des plus cinglants!

(moi aussi j'ai failli balancer ma manette plus d'une fois)
Zinzolin
Signaler
Zinzolin
Ça fait pas vraiment test de BlackLabel parce que là je vois plus le fan blessé que le monsieur super-exigeant. :D
J'attendais vraiment pas Assassin's Creed, mais le truc qui me parait le plus étrange c'est que presque aucun test de parle de Desmond et de la conclusion de la trilogie. Qu'est-ce qui se passe ? D'habitude on entend toujours un "les phases de Desmond sont inutiles" ou "la méta-histoire n'avance pas".
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Bon Black on est démasqué, vaut mieux qu'on avoue tout avant que quelqu'un ne diffuse la vérité au grand jour...
Martinman
Signaler
Martinman
C'est pas grave Liehd, on t'en veut pas...
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Breaking News :
Ce jeu, c'est Connor qui l'a programmé.
Du coup, il l'a assassiné.
Logique.


(oui, désolé, le vendredi soir, c'est toujours un peu difficile).
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

pour moi avant ça passait parce que t'avais pas vraiment de comparatif dans ces quartiers de jeu. Alors que maintenant...


Écoute Seb, je vais te parler en langage codé mais tu comprendras qu'il s'agit du prochain BGE de décembre... B)

Dans ce BGE ( B) ), le gameplay est bon et varié de base. Alors oui tu as des quêtes annexes photocopiées genre les tours Borgia de Brotherhood, mais comme le gameplay est cool c'est pas grave car tu peux changer chaque fois de tactique, ou disons que tu joues jamais deux fois de la même façon.

Dans AC2, le gameplay est simpliste. Donc t'as beau avoir quinze assassinats à la configuration différente, avec des ennemis différents, tu procèdes toujours de la même façon ; à savoir que tu rates l'infiltration parce que c'est pas au point, puis ensuite tu spammes contre-attaque pour buter des ennemis débiles.

Alors qu'il n'y ait pas de comparatif avec AC2, perso je m'en fous. Pour moi c'est pas une excuse. Je veux dire... ces gars-là sont des professionnels, ils le voient que leur jeu marche pas, quoi... Y'a forcément une volonté derrière, consciente ou non, qui veut pas ouvrir les yeux. Surtout quand tu fais ça sur 5 épisodes.

Les joueurs, ils voulaient juste le 1 avec un gameplay affiné quoi... o_O ! Ils demandaient rien d'autre, et c'est probablement ce qu'il y avait de plus facile à faire pour Ubi. Et là t'as du RDR du pauvre, du "T'as coulé mon porte-avion !", du Tower Defense dans l'autre. Ça doit prendre plein de ressources en personnel, en budget et en temps alors qu'osef total... Mais tu peux toujours pas sauter d'un toit dans la direction que tu veux... Mais... o_O !!?

:lol: :lol: :lol:
Martinman
Signaler
Martinman
Et bien moi j'aime ! J'aime parce que je trouve ton test super bien argumenté et je comprends exactement ce qui te dérange !
Je suis totalement d'accord sur certains points comme les problèmes de gameplay qui cassent certaines séquences épiques, j'ai aussi un petit problème avec la mise en scène qui n'est pas toujours réussie...

Mais personnellement ça ne me gâche pas le plaisir global, l'histoire est accrocheuse, les phases avec Desmond sont bien foutues, en sachant aussi (je le répète pardon) que je n'ai pas joué aux Revelations et Brotherhood, je suis donc moins habitué à ces problèmes...

Mais ça ne change pas le fait que le jeu reste globalement bon et que je l'aime franchement !
Et je te retourne ma question: As-tu testé le multi ?
Cronos
Signaler
Cronos
En fait, je pars d'un constat. Par rapport au 2, les obejctifs, les éléments de gameplay sont sensiblement les mêmes. Franchement, je n'ai pas constaté de différences au niveau des objectifs qui rendaient le gameplay imputables. Le jeu est quand même sacrément permissif et je n'ai pas cette impression de précision dont tu parles: les combats sont quand même relativement simples et sauter de toit en toit et enchainer avec un assassinat aérien est quand même pas compliqué.
Après, c'est clair qu'il y a des bugs de collision, mais ce sont les mêmes que dans le 2. Autant je peux comprendre tes arguments que je trouve complètement valable, autant je suis surpris que le 2 t'ait autant plu parce qu'il y a vraiment les mêmes défauts.
Après, de mon côté, depuis le 2, j'ai arrêté de prendre la série comme un jeu à challenge, puisqu'il n'y en a aucun. J'ai toujours pris la série comme un trip, où je me balade, je tombe sur une petite quête, je saute de toit en toit, en enchaînant les missions sans moments cultes mais en ayant la sensation d'évoluer dans un univers intéressant et pasionnant, sans jamais m'ennuyer. Et le 3 fonctionne aussi dans ce sens là
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Au sujet de la dernière course-poursuite, pour montrer à quel point elle est catastrophique, j'ai constaté que la cible attendrai gentiment qu'on arrive dans le 2ème environnement pour continuer à fuir. Le scriptage à son meilleur !
Je reconnais les énormes lacunes techniques du jeu, mais avec du recul, le positif l'emporte sur le négatif.
Martino
Signaler
Martino

@Martino: tu cours et escalade avec une seule touche maintenant alors qu'avant tu avais gachette+B pour t'accrocher, gachette+A pour sprinter, gachette+X pour exécuter. Maintenant t'as la gâchette et je t'assure qu'à moins d'avoir beaucoup de patience et de prendre gravement le temps, tu finis toujours par faire un truc que tu ne voulais pas faire, genre te laisser tomber d'une corniche alors que tu voulais simplement descendre de un ou deux mètres ou grimper sur un truc alors que tu voulais l'enjamber.


je verrai quoi en penser quand je l'aurai dans mes mains mais à la lecture je trouve ce que tu dis là spécieux. Quand je me rate ce n'est pas volontaire sans être la faute du jeu même si c'est la première chose à laquelle je vais penser.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Bbali:

Citation
il me semble tu n'as pas évoqué le fait que Connor semble littéralement aimanté à certains éléments de décor

Non mais ça c'est juste lourdingue au possible. Le pire c'est que, il n'y aurait pas ça, j'aurais aimé le jeu. Parce que ça m'aurait évité un paquet de galère.

@Cronos:

Citation
C'est sur que le gameplay est simple, épuré, mais ce n'est pas condamnable

Quand c'est le cinquième épisode à sortir et qu'il a (soit disant) été fait en trois ans, si c'est condamnable. Et c'est précisément pour ça qu'on est pas d'accord sur ce point. C'est qu'une jouabilité doit répondre dans au moins 90% des cas pas à moins de 80%. Tu prends RE5 par exemple, il est raide comme un piquet (autant que le 4) le level design est nase, mais au moins quand tu fais 15 fois la même action, t'as 15 fois le même résultat. Je suis pas en train de dire que c'est un meilleur jeu que ACIII (même si je l'aime énormément en coop) mais ACIII t'as pleins de moments où t'essaye de faire un truc qui par hasard à marché il y a dix minutes mais qui là va foirer parce que l'IA veut pas, parce qu'une motte de foin est au mauvais endroit etc...

Dragon's Dogma, j'en parle parce que c'est un jeu à la troisième personne qui te permet de bouger vite, de grimper et de tirer avec des armes de jets à l'ancienne à la troisième personne. Certes la grimpette ne serait pas adaptée à ce que demande ACIII, mais la grimpette de ACIII n'est pas non plus adaptée à ce que demande ACIII et c'est bien là le problème pour moi. AU bout d'un moment si t'arrive pas à trouver une façon fluide de faire ce que demande ton game design, bah tu changes le game design.

Moi aussi j'ai joué à InFamous et à InFamous 2, moi aussi j'ai ragé quand je voulais faire un peu de grimpette un peu précise, mais globalement ça ne m'a pas gêné. Pourquoi? parce que le Game Design me demande rarement d'être précis. La plupart du temps il faut juste enchaîner les sauts de super héros et défoncer les ennemis avec des attaques aériennes. Et donc ce gameplay un peu imprécis (pour dire un euphémisme) marche parce que le gamedesign ne lui demande pas de la précision.

ACIII te demande constamment de faire des trucs (course poursuite dans des ruelles, assassinat depuis des hauteurs, rester cacher pour écouter une conversation sur un bateau) qui ne sont pas complètement réalisables avec cette jouabilité là. C'est aussi pour ça que je dis que quand on est en free running et qu'on va où on veut, c'est pas trop problématique. D'ailleurs, j'ai vraiment l'impression que c'est aussi ce qui fait la différence pour moi entre ACII et ACIII, c'est que le II ne te demandait pas tant de trucs de "grimpette discrétion" ou de grimpette très précise.

Encore une fois, ça n'est que mon ressenti de jeu et peut-être que je joue comme un pied, mais sérieusement, j'ai eu très peu de moments de kiffe intense pour la frustration globale et ça pour moi ça veut dire que la jouabilité ne marche pas ou plus.

@Black: :lol: pour moi avant ça passait parce que t'avais pas vraiment de comparatif dans ces quartiers de jeu. Alors que maintenant...
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Là la grimpette après Dragon's Dogma, ça passe pas. Le cheval après RDR, ça passe pas. Et le combat après Batman ou même Sleeping Dogs ça passe plus non plus.



Non mais avant ça passait pas non plus en fait :D
Cronos
Signaler
Cronos
C'est sur que le gameplay est simple, épuré, mais ce n'est pas condamnable, c'est juste comme ça a toujours été. La grimpette, je vois pas de différence avec des jeux comme infmaous ou dragon's dogma: on s'accroche et on bouge, la façon dont on arrive sur le mur chacun fait comme il veut. Certes, il y a de problèmes de collision, dans toute la saga AC, mais infamous 2 en avait aussi et DD n'allait jamais aussi loin. C'est le prix à payer pour arriver à s'accrocher partout. Je vois pas comment ils pourraient régler le problème, mis à part en réduisant les détails ou en mettant moins d'éléments pour s'accrocher.
Pareil pour les combats, pour le cheval, pour le genre de jeu que c'est, je trouve qu'il s'en sort vraiment pas mal, et qu'il réussit à garder le coeur du gameplay des autres. Ceux qui attendaient une refonte complète seront certainement déçu, le jeu reste très proche de la série, et j'ai eu ce que je voulais, mis à part quelques couacs, j'ai retrouvé ce que j'aimais dans la série.
facaw
Signaler
facaw
Cette satanée course poursuite finale m'a fait rager comme pas possible également. Du die and retry dans le mauvais sens du terme, quand c'est pas les ennemis qui te bousculent, c'est les bugs à foison et a peine remis sur pied, t'as a peine 5 secondes maximum pour revenir dans la course, sous peine d'être re-synchronisé... :(

Le genre de passage qui te pousse à croire que tu vas vraiment arrêter le jeu avant la fin et poursuivre le reste en visionnant les "Game Walkthrough" sur Youtube.

J'ai bien aimé le jeu dans l'ensemble mais à mes yeux c'est sans doute le moins réussi de la saga au niveau de l'ambiance. Dans le sens où tous les Assassin's Creed, même le premier que j'ai détesté, j'avais cette sensation d'être un véritable assassin, de faire partie d'une confrérie d'assassins. Et même si à l'instar d'Ezio, Connor n'est pas né Assassin, il est devenu tel quel en étant d'abord motivé par la vengeance sauf que cette fois je n'ai pas ressenti cette ascension, cette ambiance particulière qui montait en puissance au fur et à mesure jusqu'à en dépasser l'ampleur de sa quête initiale. Ici, c'est comme si j'avais contrôlé un indien qui fait sa vendetta pour lui et son peuple tout le long du jeu, en portant un costume d'assassin. Un cosplay revanchard quoi, histoire de montrer qu'on joue bien a un jeu AC.

La trilogie Ezio dans son ensemble reste à mes yeux, le coeur de toute la saga.
Bbali
Signaler
Bbali
seb > C'est juste. Et encore avec tout ça, il me semble tu n'as pas évoqué le fait que Connor semble littéralement aimanté à certains éléments de décor. Il y a une scène de poursuite à pieds, j'ai dû la recommencer 8 fois parce qu'à chaque fois le perso grimpait sur des tonneaux, allait dans des bottes de foin ou simplement grimpait à un mur perpendiculaire à ma trajectoire (véridique) alors qu'en toute bonne foi je faisais rien pour.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Martino: tu cours et escalade avec une seule touche maintenant alors qu'avant tu avais gachette+B pour t'accrocher, gachette+A pour sprinter, gachette+X pour exécuter. Maintenant t'as la gâchette et je t'assure qu'à moins d'avoir beaucoup de patience et de prendre gravement le temps, tu finis toujours par faire un truc que tu ne voulais pas faire, genre te laisser tomber d'une corniche alors que tu voulais simplement descendre de un ou deux mètres ou grimper sur un truc alors que tu voulais l'enjamber.

J'ai joué à tous les épisodes et je me souviens parfaitement du second qui avait déjà des galères comme ça mais que j'avais adoré quand même à sa sortie (et que je porte toujours très haut dans mon coeur). Je trouve vraiment que le 3eme est une version encore plus lourde, parce qu'elle cumule ça avec un level design un peu moins carré, des automatismes encore plus lourds et idiots et surtout donc des mini bugs de collisions. Donc tu me diras comment tu l'as ressenti en y jouant, mais bon je confirme ce que je dis dans mon texte et ce qu'on ajouté mes très chers Choco et Nemesis.
Martino
Signaler
Martino
Moi j’ai eu d'autres sons de cloche ..des gens qui n'aimaient pas le coté assisté et trouve la gameplay meilleur car le jeu l'est beaucoup moins surtout en free running...du coup les imprécisions sont plus sanctionnés dans cet épisode.
Par contre je n'ai pas vérifié ces dires par moi même (la version pc à pas cher n'étant pas pour de suite)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Waltrius et Cronos: je parle vraiment pas des mécaniques. Ce que j'appelle une mécanique c'est dire "le joueur peut grimper, se taper avec des armes, voler les poches des gens monter à cheval etc...". Moi j'ai rien contre la formule en elle-même, la recette me plait. Mais faut des ingrédients neufs sinon le plat est dégueulasse. Là la grimpette après Dragon's Dogma, ça passe pas. Le cheval après RDR, ça passe pas. Et le combat après Batman ou même Sleeping Dogs ça passe plus non plus.

J'ai rien contre le fait que pour cette série on privilégie l'histoire aux évolutions de gameplay. Mais il y a un moment donné quand ta façon de faire elle est antique et surtout ANTI-ERGONOMIQUE, il faut faire un travail dessus, tu peux pas te permettre de dire que tu fais un gros épisode canonique de ta saga en sortant un truc aussi bancale.

D'ailleurs j'en profite pour bien rappeler que la finition c'est pas un problème si je prends du plaisir à jouer et la preuve c'est que vous y prenez du plaisir et du coup les bugs, le clipping, le framerate tout ça vous passe au dessus (encore une fois tant mieux pour vous, c'est cool). Moi j'ai plein de jeu que je hais d'amour parce que quand j'y joue ils me rendent dingues mais j'ai des moments de kiffes très intenses; genre Far Cry 2 ou The Saboteur. Mais là j'ai juste crisé comme un gamin devant une manette cassé.

Je le répète donc une dernière fois, il y a eu trop de titres géniaux avec des mécaniques proches mais bien mieux foutues dans la prise en main pour que je puisse excuser la paresse de cette réutilisation des contrôles.
Nemesis-8-Sin
Signaler
Nemesis-8-Sin
c'est bien pour ça que ça me fait très étrange de le ressentir, pour une fois :D

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris