PixelDope

Par pixelfruit Blog créé le 13/05/14 Mis à jour le 20/10/14 à 12h21

De la Daube, de la Dope.
LE GUIDE ULTIME DU SMART GAMER

Ajouter aux favoris
Signaler
Daube (Jeu vidéo)

La parodie, c'est bien. Cela témoigne d'un sens de l'humour libertaire, face à des normes criticables, ou a une simple envie de faire un truc "à la cool" et à ne pas prendre au sérieux.

Alors face à tous les "Simulator" tragiques existant, qui se targuent d'être justement sérieux ("Pelleteuse" Simulator, "Camion Bene" Simulator, etc.), Goat Simulator témoignait d'une certaine fraîcheur, en plus de faire grassement rire (pendant un temps très limité, pouvant justifier un prix qui n'aurait jamais dû dépasser les 5 euros).

La blague semble pourtant avoir été a moitié saisie du côté de certains développeurs, qui pour se faire connaitre ont choisi de renforcer le genre.

Emergeait alors, un 22 Juin 2014, Rock Simulator, qui faisait rire pour d'autre raison dans la communauté Greenlight de Steam. Oui, comment prendre au sérieux un tel jeu, qui ne propose rien de plus que d'être une vraie pierre ? Mais la communauté s'emballe, la mayonnaise de la blague prend, si bien que le jeu fait vite le tour de la toile.

Le 26 Juin 2014 était lancé Grass Simulator.

A l'heure actuelle, aucun de ces deux jeux n'a été publié et Greenlighté. Mais si cela se produisait, est ce que cela aurait l'effet catastrophique des Transformers vidéoludique (un excrément artistique reproduit encore et encore pour nourir les fans) ? Non. Car la blague n'est déjà plus drôle, et même ceux qui auraient pu vouloir donner un coup de pouce à Rock Simulator pour l'idée, pour le fun, auront forcément (espérons le) un petit sursaut d'intelligence pour se dire que la blague est de plus en plus lourde, de plus en plus awkward..

Mais qu'aurait on à perdre a avoir des jeux qui s'assument dans leur inutilité ? Dans un paysage contrôlé par les jeux AAA, mais où les jeux indépendants de qualité arrivent parfois à se faire une place, ces Simulator pourraient être une piqûre de rappel : si on ne fait pas attention à ce qu'on achète, si l'exigence des joueurs s'éloigne de plus en plus du gameplay, arrivera t'on à un jeu où il ne faut plus rien faire ?

Non. C'est encore de la sur-interprétation biaisée.

En réalité, il n'y a rien d'autre qu'une blague, qu'il faut prendre en tant que tel, avant de repasser aux jeux "sérieux", qui génèrent de l'émotion, de l'affect, mais ont surtout un fond sincère, ou un intérêt business sensé.

Mais au fond, j'aurais aimé trouver un jeu, avec la poésie des jeux "thatgamecompany", où le joueur serait amené à contrôler des petits éléments naturels "immobiles" pour faire vivre la nature. Envoyer le pollen d'une fleur à l'autre, faire tomber une feuille d'arbre, diriger l'eau vers une nappe phréatique, peu importe : créer de la poésie du "rien", incarner ce qu'on ne voudrait incarner en temps normal, suspendre le temps, le mouvement, pour faire vivre l'immobile.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Pixel Dope, un tas de certitudes, d’idées manichéenes tranchantes comme des rasoirs jetables émoussés qui auraient tous une histoire à raconter. J'essaie de faire dans l’idée qui investigue, parfaitement inquisitrice, mais qui dans le fond est mue par une petite flammêche pour le Jeu Vidéo et toute la sphère Digitale.

 

Attention : le contenu des articles de ce blog ne sont soumis à aucune auto-censure. Le langage employé pourrait heurter la sensibilité du public fragile. En continuant la lecture de ces articles, vous acceptez de prendre le risque de voir votre opinion torturée sans argument comme un pauvre Solid Snake.

Archives

Catégories