Obi-Doo, la force vidéoludique.

Obi-Doo, la force vidéoludique.

Par Obi-Doo Blog créé le 25/12/14 Mis à jour le 15/11/19 à 22h23

Diplômé d'un Master en cinéma et grand amateur de jeu vidéo, je partage ici mon expérience de joueur, mon point de vue sur les titres, l'industrie et parfois au-delà...

Ajouter aux favoris
Signaler
(Politique)

 Bonjour à toutes et à tous !

Si vous fréquentez régulièrement YouTube, (en gros si vous êtes vivants en 2018) vous n'avez pas pu passer à côté de l'appel au secours lancé par de nombreux vidéastes contre un certain article 13. Oh le vilain !

 

Émanant d'une directive de l'Union Européenne, l'incriminé pourrait être responsable à terme, d'un blocage massif de vidéos sur le célèbre site de partage américain, mais également au-delà. Instagram, Twitter ou encore Snapchat se verraient aussi dans l'obligation de filtrer les contenus.

 

Inquiets pour leur avenir (et on peut les comprendre au vu du ton paniqué qu'emploie YouTube dans sa communication), les youtbeurs sont montés au créneau, et on ne compte plus aujourd'hui les capsules sur le sujet, accompagnées du hastag : #SaveYourInternet, un mot dièse fédérateur lancé par Google. la situation y est dépeinte comme extrêmement inquiétante, voir alarmante ; nos libertés sur internet seraient gravement menacées !

 

dv

 

Rassurons-nous tout de suite, il n'en est rien et les vidéastes de tous bords se sont emportés. Encouragés à le faire comme ils le sont par YouTube, on leur pardonnera cet élan de panique injustifié...

 

Je vais tenter dans les lignes qui suivent de clarifier autant que je le peux la situation, d'expliquer de la meilleure façon possible ce qui se cache véritablement derrière l'article 13 mais aussi de démontrer en quoi les arguments des youtubeurs sont faussés. Pour ce faire, je ne vais pas sortir les informations de mon chapeau, bien entendu.

 

Quentin Deschandelliers, juriste de formation et assistant parlement de l'eurodéputé Marc Joulaud a récemment pris la parole pour apporter un peu de nuance au milieu des messages de soutient à #SaveYourInternet. Il a gentiment accepté mercredi dernier de répondre à mes nombreuses intérrogations, ce qui me permettra ici d’étayer les faits du mieux possible. Parce qu'on est jamais mieux informé que par celles et ceux qui sont au plus près de l'action.

Je tiens à nouveau ici à le remercier pour ses précieuses réponses !

Commençons par le commencement ! L'article 13 mis en lumière par les différents détracteurs de ce texte fait partie d'une directive de l'Union Européenne qui a pour but de mieux encadrer le droit d'auteur dans le marché unique numérique. À l'heure actuelle, il s'agit en fait de trois versions du texte : la proposition de la Commission Européenne, la position du Conseil Européen sur la question, et celle du Parlement, qui a été adoptée en septembre dernier et qui avait fait alors grand bruit. Je vous laisse les liens si vous voulez vous amuser à décortiquer tout cela vous-mêmes, mais inutile de vous prévenir qu'il vous faudra une certaine persévérance...

 

work

 

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'actuellement, le texte est encore en négociation entre ces trois institutions qui vont rédiger ensemble, une sorte de version définitive. Ce sont dans ces négociations que YouTube cherche actuellement à interférer puisque le texte a été voté en septembre dernier.

L'article 13 de cette directive est donc encore susceptible d'être modifié, même si comme me le disait Quentin Deschandelliers : « aucune des 3 positions ne remet en cause l'article 13 dans ses fondamentaux, donc il y a un certain nombre de chose qu'on sera à peu près sûr de retrouver dans la version finale. ».

 

Dis m'en plus...

 

 

On y vient, « en gros l'article 13 vise à corriger les abus qui existent aujourd'hui sur le marché, notamment dans la relation entre les plate-formes et les auteurs » m'explique Quentin Deschandelliers.

 

À l'heure actuelle Google, via Youtube, profite d'une situation particulière. Les plates-formes de diffusion (pas uniquement Google, mais c'est vrai qu'ils cristallisent un peu le problème), use d'un « régime d'irresponsabilité juridique (qui n'a pas été conçu pour eux) pour refuser de passer des accords avec les auteurs ou leur imposer leurs conditions ». Le but est donc de rééquilibrer les forces pour obtenir des négociations plus justes entre les diffuseurs et les propriétaires des œuvres, évitant ainsi les abus. D'un côté comme de l'autre, il faut le préciser. L'objectif n'est pas non plus d'inverser le rapport de force et de rendre les ayants-droits surpuissants.

 

« Il y a donc un consensus pour dire que certaines catégories de plate-formes ne pourront plus se servir du régime d'irresponsabilité juridique et auront donc l'obligation de passer des licences avec les auteurs qui le souhaitent (pour qu'ils puissent être rémunérés) ou alors de coopérer avec les auteurs pour les aider à lutter contre les usages non autorisés de leurs œuvres. ».

 

Et d'ailleurs, au-delà des acteurs majeurs de l'industrie culturelle (majors, éditeurs de jeux vidéos, boites de production...) la directive a aussi vocation à aider les petits créateurs, souvent ennuyés par des strikes intempestifs dus notamment, au système utilisé par YouTube pour reconnaître automatiquement du contenu tiers, Content ID. Je vous invite une fois cet article parcouru à faire vos recherches sur le sujet, mais une chose est certaine, le pauvre robot n'est pas très apprécié des youtubeurs. Une fois la directive mise en place, le géant d'internet devra réviser son algorithme.

 

« On impose aussi la mise en place de mécanismes de recours, pour que les consommateurs puissent se défendre face à des applications injustifiées du droit d'auteur […] si la manière dont il doit exactement être construit est encore à négocier, l'idée sera quand même d'avoir un système plus protecteur que ce que Content ID offre aujourd'hui » m’écrivait Quentin Deschandelliers en prenant soin d'ajouter qu'aujourd'hui, lorsqu'une vidéo se fait striker par YouTube, il ne s'agit pas d'une politique relative au droit d'auteur, mais d'une décision prise intégralement par le service et surtout son algorithme impitoyable.

 

hold me

 Se retient de glisser un gif du générique de Dallas...

 

Tout n'est pas noir ou blanc, et les propriétaires des droits peuvent aussi être à l'origine d'abus. Par exemple lorsqu'ils prennent l'intégralité des revenus publicitaires alors que seule une poignée de secondes est diffusée dans l'ensemble d'une vidéo. Malheureusement, la directive ne pourra pas régler ce problème, « Il faudrait des accords de branche pour encadrer tout cela, ce qui sera peut-être facilité lorsque les youtubeurs auront mis en place leur association représentative ». Une sorte de syndicat des vidéastes d'internet peut-être, étape qui semble assez indispensable au fur et à mesure que l'activiter se professionnalise.

 

En tant que créateurs de contenus, les youtubeurs bénéficieront également grâce à cette directive d'une meilleure rémunération de la part de leur network ainsi que d'une protection accrue pour leurs réalisations qui sont, au même titre qu'un épisode de série télévisée par exemple,  soumises au droit d'auteur et susceptibles d'être volées et exploitées par des tiers (sur YouTube ou d'autres services).

Youtubeur, à l'attaque !

 

 

Dans ses différentes campagnes de sensibilisation, qu'elles soient directes ou indirectes, YouTube avance de nombreux arguments afin de rallier l'opinion public à sa cause. Cherchant à user du capital sympathie des youtubeurs, l'entreprise les avait déjà contacté le 22 octobre dernier, via un poste sur son blog signé par Susan Wojcicki, la PDG de YouTube en personne, pour les encourager à prendre la parole et sensibiliser leur public sur les difficultés qu'ils pourraient rencontrer à l'avenir en cas d'adoption du texte. Depuis, des mails ont été envoyé, des coups de téléphone donnés afin d'informer (ou d'effrayer) les créateurs avec plus de certitude.

 

De nombreuses vidéos sont dès lors apparues sur le site et beaucoup de célèbres vidéastes ont abordé le sujet face caméra, le visage grave et l'argumentaire soufflé par Google. Celui-ci se revèle souvent approximatif, quand il n'est pas tout simplement faux. Vous me direz, ils peuvent bien faire des erreurs, ils ne sont pas juristes. Moi non plus d'ailleurs, c'est vrai. Mais j'en ai interrogé un ! ^-^

Approximations, mensonges et conséquences.

 

L'argument le plus alarmiste évoqué par les opposants serait qu'avec cette nouvelle législation, le service pourrait être contraint, à plus ou moins long terme, de bloquer un grand nombre de vidéos, celles déjà disponibles comme les futurs uploads. Selon le géant américain, l'application de cette législation serait impossible étant donné la quantité astronomique de minutes de vidéo envoyée sur leurs serveurs à la minute (on parle de 400 heures de vidéos toutes les 60 secondes). Alors pour éviter tout problème, on coupe tout !

 

shut down

 

Pourtant, si une telle mesure inquiète nombre de youtubeurs qui verraient alors leur revenu s'évaporer, elle paraît plus ridicule qu'autre chose. YouTube n'a aucun intérêt à se priver volontairement de millions d'internautes Européens. Car rappelons-le, s'ils se risquaient à bloquer l'accès aux vidéos, ils le feraient de leur propre chef. C'est d'abord une perte de revenus sèche, mais également l'ouverture d'un carrefour formidable pour une éventuelle concurrence. Dailymotion par exemple, (on ne rigole pas dans le fond...) qui dans le même temps ne bloquerait rien parce que la directive ne le lui demande pas, et pourrait récupérer tout ce trafic. Dans la position de leader incontesté qu'a actuellement YouTube, jouer un coup aussi maladroit au risque de perdre ce leadership paraît peu probable.

 

La directive peut naturellement s'adapter en fonction des acteurs, de leurs marchés ou de leurs moyens, l'idée générale reste donc « d'imposer une coopération [entre ayants droit et hébergeurs, N.D.R]. Cette coopération doit évidemment être proportionnée et être adaptée aux spécificités de chaque service. Donc on ne demandera pas l'impossible, et il n'y aura pas de censure. Et tout est envisageable. Si les ayants droit et une plate-forme considèrent que le mieux est de passer par un système de notification au cas par cas, ils pourront parfaitement le faire. s'ils considèrent que la masse de contenu rend une application full manuelle impossible, alors il faudra envisager l'usage d'outils (comme YT et d'autres services le font déjà aujourd'hui de manière volontaire) pour faciliter le process encore une fois, ce qu'on impose c'est que les gens coopèrent ensemble. Ensuite, ce en quoi cette coopération doit consister, c'est à eux d'en décider, tant qu'ils respectent les garde-fou (proportionnalité, respect des droits fondamentaux, etc.) ».

 

Malgré tout, dans l'intervalle, l'article 13 de la directive européenne est bel et bien accusé de censure. Youtube menace de bloquer, mais c'est l'Union Européenne qui censure...

Une campagne autour du hastag #SaveYourInternet, tente à grand renforce de messages de soutient volontaires (surfant parfois sans honte sur le sentiment anti-européen ambiant), de jeter le discrédit sur la mesure, comme sur les élus. Une pétition est même en ligne est a pratiquement atteint son objectif de 3 millions de signatures à l'heure où ces lignes sont écrites.

 

Le site https://saveyourinternet.eu/ se veut être le portail de la lutte. Evidemment très orienté, on peut notamment y trouver cette page, sur laquelle les députés européens sont regroupés selon qu'ils aient voté pour ou contre l'article 13

Quatre catégories sont représentées, « Abstentionnistes », « Absents », mais aussi et surtout « l'Equipe Liberté » contre « l'Equipe Censure ». Le choix des mots n'est pas anodin et n'est qu'un des rouages de la machine visant à faire passer la mesure pour une legislation de liberticide.

 

C'est nous les gentils !

 

Au dela d'accuser l'Union Européenne de vouloir porter atteinte aux libertés fondamentales, YouTube et les youtubeurs émaillent leur discours de mensonges. Cette « censure » pourrait ainsi s'appliquer, si on les croit, à tout ce qui est sujets au copyright, les photographies, la musique, les films, les jeux vidéos mais aussi les monument historiques allant même jusqu'aux logos de marque, qui pourraient bloquer une vidéo par leur simple apparition !

 

Tout cela est aussi faux que ridicule : « C'est ce que Youtube raconte pour faire paniquer les gens. Le logo d'une marque est effectivement protégé par le copyright, mais Coca ne va pas se servir de la Directive tout simplement parce que leurs revenus ne viennent pas de l'exploitation de ce logo mais de la vente du produit associé. Donc à moins qu'un youtubeur se serve du logo de Coca comme du logo de sa chaîne, Coca n'interviendra jamais au titre du copyright. et s'ils le font, ils le feront par le biais d'une simple notification, pas via l'article 13, tout simplement parce qu'ils n'ont pas besoin d'une protection systématique au titre du copyright. Morale de l'histoire, on peut boire du coca, avoir une peluche Sonic et une statuette Star Wars dans sa vidéo, personne ne viendra vous mettre une cagoule noire et vous fusiller dans les bois. ».

 

Il n'est, donc aucunement question de censurer quoi que ce soit grâce ou à cause de ce texte. Simplement parce que la directive n'a pas vocation à réguler le contenus des sites de streaming. Du moins, pas celui qui est mis en avant par Google comme étant menacé, les cours de langue, ou les vidéos fitness par exemple (comme si la majorité du contenu sur YouTube était de cet ordre, coucou les théories du complot !) sont à l'abris.

 

À noter aussi que dans le but de contenter un peu ses « employé.es » vidéastes, et possiblement les encourager à prendre la parole, YouTube, qui d'ordinaire n'est pas le premier à s’inquiéter de la bonne rétribution des revenus publicitaires leur déclarait le mois dernier : « le système de rémunération de leurs vidéos a été amélioré. YouTube annonce enfin la création d'un fonds de 20 millions de dollars (17 millions d'euros) pour "soutenir les créateurs et les organisations spécialisés qui créent et organisent des contenus éducatifs de qualité" sur la plateforme. » comme l'indique cet article du site d'Europe 1.

 

En conclusion...

 

 

Voilà, nous avons fait ici un petit tour rapide des contre-vérités et réels enjeux de la directive européenne relative au droit d'auteur. J’espère que la situation est plus claire pour vous comme elle l'a été pour moi après mes recherches. J'espère également qu'on cessera bientôt d'accuser le texte et les institutions de tout les maux.

 

Le plus triste dans cette histoire, c'est sans doute de voir que nous faisons aujourd'hui plus confiance à une entreprise privée américaine pour défendre nos libertés qu'à nos propres élus. Les accuser d'être déconnectés, inconscients de ce qui se joue avec cette directive, ou à la solde des lobbys (lol) c'est un peu les prendre pour des imbéciles mais aussi leur manquer de respect. Ils ne sont pas nés de la dernière pluie, eux aussi savent ce qu'ils font, ils connaissent leur boulot, et leur métier c'est le juridique.

 

Les Youtubeurs pris de panique se trompent d'ennemie et le public, qui leur fait naturellement confiance, suit le discours consistant à tout reprocher à l'UE et louer Saint YouTube pour son éternelle générosité. Ceux et celles qu'on appelle parfois "des influenceurs", ont aussi la résponsabilité de verifier leurs informations avant d'adopter une position malheureuse qu'ils vont ensuite transmettre à leur audience.

 

Vous êtes bien evidemment libres de faire ce qui vous chante, mais vous vous doutez bien qu'après ça, je ne vous invite pas vraiment à signer la fameuse pétition qui tourne un peu partout, évitons de faire ce beau cadeau à YouTube. Mais je le redis, cela ne regarde que vous.

 

Même si l'Union Européenne est une atroce dictature, nous le savons tous. Je l'ai appris sur YouTube perso... ▲

 

 

Je tiens à nouveau à remercier Quentin Deschandelliers qui a accepté de répondre à mes questions ! Si vous en avez vous aussi, il se fera je pense, un plaisir d'y répondre ! Vous pouvez également remonter cette page pour retrouver ses threads qui pourront, j'en suis sûr, apaiser bien des craintes.

 

Je vous laisse aussi cet article très interessant de Chloé Woitier pour le Figaro.fr publié hier en début de soirée : «Ils m'ont dit qu'Internet était en danger»: Comment Google mobilise les youtubeurs contre l'article 13.

 

Un grand merci également à Tihmoty qui a réalisé l'image d'entête de cet article !

 

Je précise à toutes fins utiles que les propos tenus ici n'engagent que moi et moi seul !

 

Promis, la prochaine fois je reviens avec du jeu vidéo, probablement Red Dead Redemption II...

 vge

 

MISE À JOUR

Rebonjour à toutes et à tous !

Vous avez été nombreux à réagir et je vous en remercie, tout comme pour l'accueil que vous avez reservé à cet article ! Merci beaucoup !

C'est pour illustrer, en vrai je suis bien plus beau.

Face aux nombreuses interrogations portant entre autre sur le statut juridique de YouTube une fois l'article 13 fixé et adopté (ce qui n'est toujours pas fait je le rappelle), je suis retourné en quête de réponses auprès de Quentin Deschandelliers. Je vous les ramène toutes chaudes sortant du four, dans cette mise à jour, en espérant qu'elles puissent donner satisfaction à votre soif de savoir.

Et que je puisse aussi passer à autre chose ! Je sais, je sais, j'ai voulu lancer le truc, j'assume ! 😅 

 

YouTube responsable devant la loi.

 

Faisons d'abord le point sur ce que l'article 13 souhaite véritablement modifier par rapport à YouTube. Le service sera t-il réellement considéré comme responsable juridiquement du contenu mis en ligne sur sa plate-forme une fois la directive adoptée ? La réponse est, comme dans tout problème complexe, un peu plus nuancée.

 

Tout d'abords, ils n'ont une responsabilité que par rapport au contenu soumis au droit d'auteur. Tout ce qui ne rentre pas dans cette catégorie n'est pas concerné par la directive. En d'autres termes, et pour prendre un exemple concret, le contenu produit par David Loarpe de l'excellente chaîne Science Étonnante, qui réalise lui même ses vidéos, sa musique, ses animations etc. n'a en théorie, pas à inquiéter YouTube.

 

Et ensuite, « La responsabilité ça ne veut pas dire qu'ils doivent tout vérifier eux-mêmes, mais que si jamais un ayant droit veut quelque chose par rapport à son contenu, c'est YouTube qu'il doit aller voir » et le service ne pourra plus dès lors refuser une négociation. Parce qu'on en revient toujours à là. Le but, c'est de responsabiliser Google, pour éviter qu'ils refusent de répondre à leurs interlocuteurs. Comme dit dès le départ donc, de mettre tout le monde autour de la table, en laissant des marges de manœuvres à tous les partis.

 

Mais alors, comment ça va se passer tout ce bazar ? Est-ce que ça veut dire que YouTube pourra être attaqué en justice de toute part, par n'importe quel ayant droit ?

Là encore, c'est plus compliqué.

 

L'article 13 à l'épreuve.

 

Faire du service de vidéos made in Google un responsable juridique ne veut pas dire que cela va provoquer (comme une sorte d'effet pervers) une augmentation drastique du nombre de poursuites pour atteinte au droit d'auteur. Pour mieux illustrer, Quentin Deschandelliers m'a fourni quelques exemples théoriques, je vais ici énormément le paraphraser pour rester le plus juste possible.

 

Retenons quand-même, et ce n'est pas sans importance, que l’affinage de la directive étant toujours en cours, les choses peuvent encore changer. Mais voilà un peu comment l'Union Européenne voudrait que les choses se gèrent désormais.

 

Exemple n°1 : Vous êtes un ayants droit et vous souhaitez rédiger une licence pour l'exploitation de vos œuvres. Une autorisation d'utilisation si vous voulez, qui se fait en général par contrat. Vous en informez donc YouTube qui désormais, est obligé de négocier cela avec vous. Une fois que la dite licence est établie, si chacun l'applique convenablement, il n'y a plus de problème de responsabilité car tout est définit dans le cadre de cette licence.

 

Exemple n°2 : Vous êtes toujours ayants droit, mais cette fois, vous n'avez pas envie de passer une licence avec le service. Pour des raisons qui vous regarde. Cependant, vous voulez tout de même protéger vos œuvres. Dans le carde de cette coopération obligatoire, YouTube et vous-mêmes allez vous entendre pour protéger des œuvres spécifiques (pas un catalogue, mais bien des titres en particulier) de manière spécifiques également. Cela peut être l'interdiction de mettre l’entièreté d'un film, n'autoriser que des extraits de tant de secondes, etc.

Ensuite, tant que YouTube appliquent cette coopération dans les critères définis, ils ne risquent rien. Au cas où certains contenus violeraient les conditions établies, là encore pas de poursuite judiciaire, mais probablement une notification de la part des ayants droit à YouTube (j'ai constaté telle vidéo, je vous la signal et vous la supprimez). Le service ne craint rien tant qu'ils répondent correctement aux demandes.

 

Exemple n°3 : En cas d'absence de tout accord entre YouTube et les ayants droit (licence, notifications...), une vidéo qui utiliserait du contenu tiers n'aura rien à craindre, et YouTube non plus. Ils n'auront alors rien à faire. C'est en quelque sorte à l'ayant droit de lancer les négociations, de reclamer son dû.

 

C'est assez clair ? :S

 

Dans tous les cas, même si YouTube a une responsabilité juridique vis-à-vis du contenus déposé sur son site, cela ne leur donnera pas le droit de devenir à la fois juge, juré et bourreau : « Il [YouTube] ne doit agir que dans le cadre très précis où les ayant droits lui demande d'agir. Parce que s'il allait plus loin (par exemple en bloquant tout contenu qu'il pense sous copyright), ça ne serait pas légal car il se substituerait à l'ayant droit […] et agirait de manière disproportionné par rapport à ses obligations réelles, ce qui serait susceptible d'engager sa responsabilité (pour cause d'abus). ».

 

Pour résumer, le blocage abusif ou systématique serait illégal, et rappelons-le, à l'initiative intégrale de YouTube (non de l'article 13). Ce n'est pas à eux de juger seuls le contenu, en tout cas pas pour des soucis de droit d'auteur.

 

Si ce n'est pas YouTube qui censure, ce seront les autres !

 

Monsieur Disney devant une parodie de Star Wars.

 

Ce qui nous amène naturellement aux inquiétudes vis-à-vis, non pas de YouTube, mais des ayants droit. Vous avez en effet manifesté une certaine crainte quant au fait que, devenus plus forts sur le plan juridique, les détenteurs des droits pourraient procéder à une certaine censure sur le service de vidéo en ligne américain. Par exemple, pourraient-ils user de l'article 13 pour bloquer une vidéo très critique envers leur produit ? Pourront-ils mieux invoquer le droit d'auteur de façon abusive ?

 

« Ils pourraient essayer d'utiliser le copyright pour faire ça en effet (ça existe déjà, mais surtout pour des entreprises de biens pas des artistes) »

 

Aaaaahhhhh !!! C'est la fin ça y est !!!

 

Sauf que... « ça serait dans de nombreux cas de l'abus donc illégal. »

Ah... me voilà partiellement rassuré...

 

« Dans tous les cas, la Directive ne permet ni ne facilite cela (car pour ce genre de cas les boîtes utiliseront le système de notification tel qu'il existe déjà, étant donné qu'ils voudront bloquer un contenu spécifique). Au contraire, le fait qu'on impose un système de plainte (qui n'est pas obligatoire aujourd'hui) pourra potentiellement faciliter les recours contre ce genre de méthodes. ».

 

Ce qu'il faut retenir de ces éventuelles abus, c'est qu'ils ont malheureusement toujours lieu. Mais on ne peut pas accuser la directive européenne de l'encourager ou de la facilité. C'est peut-être dommage, mais elle n'est pas rédigée dans l'optique de réssoudre ce problème particulier.

En donnant des recours aux vidéastes, elle permettra peut-être tout de même de freiner des ayants droit qui seraient pris de l'envie d'user du copyright pour stoper un bad buzz (J'ignore si c'est quelque chose de fréquent, mais vu le nombre de critiques ciné, musique, JV... un peu partout dans le monde, on peut se dire que ça ne doit pas être très répandu non plus).

 

Voilà, cette fois je crois que c'est la bonne, on devrait avoir fait le tour de la question maintenant ! ✌️

 

Rassuré ?

 

Je remercie à nouveau Quentin Deschandelliers d'avoir supporté mes trop nombreuses sollicitations ! Promis c'est terminé ! ^-^

Ajouter à mes favoris Commenter (40)

Commentaires

Moule Zebra
Signaler
Moule Zebra

 

CedricGiraud
Signaler
CedricGiraud
Super article ! Mais dommage que vous n'ayez pas mentionné le site FR https://savetheinternet.fr/

Sinon très complet !
HermitPurple
Signaler
HermitPurple
Donc pour moi tes arguments ne tiennent pas la route.
HermitPurple
Signaler
HermitPurple
@Bakaarion comment des sanctions entamées avant l’élection de Trump sont des réponses au hausses de taxes de Trump un an après sont élection ? Si les géants du web américains fraude ça n’aide effectivement pas à bien les considérer. Mais c’est un risque de réputation en plus du risque financier qu’ils ont librement choisi de prendre. Pour finir les Panama papers font suites au lux paper qui avait fait du bruit à l’ep. Et aujourd’hui il y a un perquisition chez deutsche bank suite au Panama papers.
Bakaarion
Signaler
Bakaarion
@HermitPurple Ben ça me paraît évident qu'on est dans une guerre économique, sourtout que ça serrait des mesures logiques en réponse aux taxes d'import de mister Trump. En tout cas ça aide pas à bien considérer les géants américains.
Puis pour les panama papers, cette liste noir avait soulevé le problème des paradis fiscaux Européen, qui eux, était pas trop inquiétés par cette liste. Cette remarque avait d’ailleurs fait un peu de bruit. :

https://www.latribun...fam-759371.html
Pierrellllllll
Signaler
Pierrellllllll
Cette interprétation "gentille" ou les contenus doivent d'abord être signalé et ou l'hébergeur n'est pas responsable dès la mise en ligne; je n'ai vu que toi et Quentin Deschandelliers en parler. Alors que de très nombreux juristes et journalistes disent que l'hébergeur serait responsable dès la mise en ligne. Je sais bien que tu vas me dire qu'une directive doit être floue pour s'adapter au différents pays. Mais quel est l’intérêt de laisser possible une telle interprétation ? C'est pour les gouvernements d’extrême droite ou qui désirerait une censure massive ? Avec toute la pression et les rapports de force qu'il y a dans les négociations et face à l'opinion publique ça serait vraiment absurde de laisser place à une telle interprétation !!! On s'en fout de l'opinion publique à l'ue ? On n'a pas de pro de la communication et du marketing ? Il y a pas des élections bientôt ? Et après vous allez cracher sur youtube, tu m'étonne vu vôtre méprit qu'ils préfèrent envisager le pire, comme tout le monde !!! J'ai vraiment du mal à croire qu'on puisse faire une telle erreur de communication et de négociation à l'ue. Mais si c'est bien une erreur cela montre un amateurisme inacceptable face à de tels enjeux ! Et devrait décider quiconque de refuser cette directive !
HermitPurple
Signaler
HermitPurple
@Bakaarion le propos sur lequel j’ai réagi est celui où tu dis que l’UE est anti américaine et c’est pour cela qu’elle poursuit les Gafam mais est laxiste avec les entreprises européennes. Je t’ai juste dis que c’est faux. Ce n’est pas parce qu’il existe encore des fraudes en UE par des companies eu que tu prouves quoi que ce soit.
Concernant les Panama Papers je t’invite à approfondir tes recherches car des poursuites sont en cours le Panama a été remis sur la liste noires des pays en termes de fraude fiscale et mosseck fonseka n’existe plus suite à la fuites/disparition de ses clients. Quant au kestuvafair comme tu le nommes. La réponse est simple. Tu mets des amendes. Même si l’entreprise s’appelle Apple. Et c’est bien ça qui t’a fait réagir en premier lieu.
geraldlebo
Signaler
geraldlebo
Merci au rédacteur de l'article pour les mises à jour et éclaircissements.
Le noeud du problème il est où en fait ?
Ben que Youtube devra ou devrait (ça dépendra des évolutions juridiques de ce qui se trame) vérifier à la mise en ligne d'une vidéo qu'elle respecte les droits d'auteurs et que le service a l'autorisation préalable de l'ayant droit.
Maintenant on nous dit ça ne s'applique que si y a une demande d'un ayant droit bon ok c'est un léger mieux (pas à vérifier que tout contenu culturel est titulaire d'un droit d'auteur mais seulement sur demande de l'ayant droit) mais dans l'application ça ne change pas hélas grand chose.
La dirigeante de Youtube a bien dit que vérifier au moment de la ligne que toutes les vidéos respectaient les droits d'auteur était techniquement impossible.
Et c'est en effet une évidence même avec le meilleur algorithme au monde.
Les auteurs de cette directive s'imaginent peut être qu'il suffit de demander à des informaticiens de concevoir un algorithme et que tout dans l'absolu est possible comme vérifier que 400 vidéos à la minute mises en ligne contiennent tout ou partie d'une oeuvre culturelle titulaire d'un droit d'auteur.
La réalité c'est juste que c'est totalement inapplicable.
Le seul progrès à enregistrer dans ces éclaircissements est qu'une vidéo ne serait pas susceptible de violer un droit d'auteur si on montre une canette de soda ou une figurine d'un personnage de jeux vidéo ou tout autre contenu du même type.
Que cela ne puisse plus faire l'objet d'une démonétisation abusive est un progrès à mon sens la seule chose positive à ce jour de cette directive européenne.
Quant à imposer une obligation de négocier à Youtube ça revient à dire que la plateforme refuse aujourd'hui toute discussion économique avec les ayants droits ce qui n'est évidemment pas le cas.
Croit on que sur le continent américain les ayant droits ne négocient jamais la rémunération de la mise en ligne de leurs contenus culturels ?
Bien évidemment que si mais c'est juste que c'est pas corseté par des réglementations tatillonnes et bureaucratiques.
Bakaarion
Signaler
Bakaarion
@HermitPurple Hé on se détend, je suis entièrement pour que l'UE taxe les GAFAM sur ce qu'ils doivent via les paradis fiscaux.
Mais la frilosité de l'UE à faire de même pour les géants Européens, ou pire, leur tolérance aux paradis fiscaux Européens, ainsi que leur légèreté vis à vis de la fraude fiscale, me font constater que le bien de tous n'est pas leur priorité.
C'est pas le mois dernier que les Européens ont découvert un montage "légal" de détournement de taxes à hauteur de 55 milliards d'€ ? Dont un préjudice de 17 milliards pour la France ?
https://euobserver.com/economic/143162
Je te laisse imaginer ce que pourrait faire de cet argent des secteurs en crise comme l'hospitalier, l'éducation, la SNCF, etc...
Juste sur une seule fraude Européenne.

Sans compter que les mutliples fuites de comptes de sociétés écrans des entreprises Européennes qu'on a vu ces dernières années (Panama papers par exemple) ont donné suite à .... Peanuts.
C'est à un point où on nous dis implicitement : Ouais ils trichent, et alors ? KESTUVAFER ???

Après ça, foutre des taxes contre les GAFAM, c'est super cool moi je dis, je suis pour à fond, mais ultra hypocrite. Et donc ça me parait évident pour le moment qu'ils sont dans le viseur de l'UE. Les taxes imposées à Google news en Espagne par exemple a fait quitter à ce dernier le marché Espagnol. Résultat, la presse coule en Espagne, et ils sont bien emmerdés. En France heureusement que la presse à le soutient de l'état et des citoyens avec... Des impôts.

@Obi-Doo : Lobbyisme il y a des deux côtés, on voit rarement les parlementaires Européens motivés par la seule soif de justice.
http://www.creativit...d-juri-mandate/
Mais j'ai tendance à croire pour l'instant, que même si rien n'est parfait dans aucun des camps, mes intérêts personnels penchent plus du côté de youtube que du côté de TF1.
C'est pas parce qu'ils nous ont pris pour des cons toutes ces années qu'au final on ne peut avoir un intérêt en commun.
Quentin Deschandelliers étant un des artisants de cette loi, ce qu'il fait n'est pas si différent de yourube au final. Je trouve que pour des non-experts comme nous, on a vite fait de se faire embobiner techniquement par l'un ou l'autre.
On a que des soirées/week-ends nous, c'est pas notre métier !
Wellington
Signaler
Wellington
Très beau travail, merci pour cet article !
PesteMojo
Signaler
PesteMojo
En général quand tu es politicien ... tu invente une lois qui à 0 chance de passer ....
comme ça les gens on les yeux rivé sur cette loi ....
et la tu fais un tour de prestidigitateur et tu fais passer une autre loi que personne ne regarde .....

de vrai magiciens .....
HermitPurple
Signaler
HermitPurple
Mais qu'est-ce que ca m'énerve les commentaires du style de celui de Bakaarion qui dit que l' Union Européenne n'aime pas les GAFAM. S'ils se prennent des grosses amendes c'est peut-être simplement parce c'est les plus gros fraudeurs. Et les société Européennes se font aussi allumer. Les laboratoires Servier, Telefonica, même Airbus l’avionneur made in Europe se sont fait attraper. Sauf que ca n'imprime pas autant dans l'esprit des gens c'est sur. Les L'oreal, Total et compagnie s'en prennent aussi en France.
Et puis bon pour ma part j'aurais toujours du mal à défendre les pratiques d'Apple qui pendant des années a fait de l'optimisation plus que border line tout en margeant sur des téléphones de luxes en ne rapatriant pas les bénéfices aux US car ils aurait été taxés aussi. Ca n'est pas comme si toutes ces entreprises ne pouvaient pas se permettre de se mettre en conformité.
En anglais on dit "if you think compliance is expensive try non-compliance". Je ne comprends pas pourquoi les gens pleurent quand on veut faire respecter la loi.
geraldlebo
Signaler
geraldlebo
@Obi-Doo Merci pour ces longues explications une fois encore.
Moi ce qui me pose problème dans cette fameuse directive c'est pas ce que ça coûterait à Youtube non sa maison mère Google est la plus grosse capitalisation boursière au monde.
C'est la monstruosité de bureaucratie que va générer l'obligation pour Youtube de vérifier que toute vidéo avant mise en ligne respecte le droit d'auteur et en plus l'autorisation préalable de l'ayant droit même partiellement un GIF quelques secondes d'un morceau musical etc..
Une obligation de moyen et de bonne foi après mise en ligne aurait été bien plus applicable et intelligente.
La patronne de Youtube l'a clairement dit dans sa vidéo c'est inapplicable et impossible à mettre en oeuvre non pas sur le plan économique mais sur le plan pratique et technique tout simplement.
Surtout quand on sait le nombre de vidéos mises en ligne sur Youtube et je suis assez d'accord avec elle.
Moi je crains fort que ce type de décisions ait pour conséquences de faire partir de Youtube une grande partie de l'internet indépendant et amateur et que ça devienne un mass media pour les grands firmes du cinéma de la musique etc..
C'est peut être le but recherché quelque part.
Obi-Doo
Signaler
Obi-Doo

Me revoilà !

 

Alors,  j'ai contacté à nouveau Quentin Deschandelliers pour essayer de répondre au mieux aux craintes qui se sont exprimées ici par rapport à ces histoires de "YouTube responsable légal" et tout et tout. Et donc notamment tes questions Bakaarion !

Il va falloir que je compile ça, donc je donnerai une réponse plus détaillée probablement demain (je ferai peut-être carrément une MàJ de l'article si nécessaire). Ne t'attend pas non plus à une réponse à tes questions de façon littérale hein ! ^_^

 

Je peux quand-même te répondre sur 2 ou 3 points.

 

Je reste dans le conditionnel parce que de une, je ne suis pas juriste, donc je préfère éviter de dire une bêtise plus grosse que moi, et ensuite parce que le texte n'est ni complet, ni appliqué. Partant de là, on ne peut parler qu'en suppositions. En tout cas, je trouve ça plus correcte.

Mais Quentin Deschandelliers m'a donné de petits exemples qui je pense, répondront mieux à tes interrogations.

 

Tu as raison en effet, la paperasse, ça se délègue et c'est un secteur d'activité à part entière que de gérer tout ça. Donc oui, on peut imaginer que ça ne leur fasse pas peur même si pour le cas de YouTube, à la vitesse à laquelle se font les uploads, ça pourrait vite devenir ingérable pour tout le monde de poursuivre de manière systématique, même en imaginant payer des intermédiaires. Surtout que ça a un coût et il ne faudrait pas non plus que ça revienne plus cher que de négocier une licence, qui en plus rapporte de façon pérenne sur les revenus publicitaire.

Mais là on part sur un terrain à mon sens trop spécifique et peut-être même étranger à l'article 13. Et aussi en dehors de mes compétences de simple blogueur. Je t'invite à te tourner vers des professionnels du droit si vraiment ça te turlupine qui sauront mieux te dire si on constate des cas fréquents de recours au droit d'auteur abusifs et comment ça se règle.

 

J'ajouterai aussi que la directive n'a pas pour but de soigner TOUS les problèmes de copyright qu'on peut connaitre au niveau européen ! Certains soucis seront toujours là après. Des litiges injustifiés malheureusement, c'est inévitable, ça dépend de l'irritabilité de chacun, des failles qu'on peut exploiter...

 

 

 

"Et leur lobbyisme auprès de l'UE pour faire passer cette loi ne m'incite pas à penser le contraire."

En revanche, les accusations de Lobbyisme vont bon train sur cette histoire, mais il faudrait un moment avancer quelques exemples concrets. Parce que c'est confortable d'imaginer que tout cela est piloté en surface par la SACEM en partenariat avec les Cinémas Gaumont et la GEMA mais où a t-on vu ça exactement ?

Dans ce cas précis hein, pas dans l'Histoire de l'humanité...

 

Après s'il s'agit de dire que ce sont les ayants droit qui ont motivé la rédaction cette directive... Ben c'est bien possible. Ce serait normal après tout, ce sont eux pour l'instant qui sont lésés.

 

Et ça ne veut pas dire que ce sont eux qui l’écrivent hein !

Il y a un constat de situation commerciale déséquilibrée, le droit vient tenter de remettre de l'ordre, c'est l'arbitre, pas le juge ou le bourreau.

 

Voilà, je reviendrais demain ! Ou après demain... Enfin bientôt pour vous faire la synthèse de ce qui m'a été dit :)

Bakaarion
Signaler
Bakaarion
@Obi-Doo Alors là ça part un peu de traviole, le débat. Je reste plutôt sur des faits et tu me réponds par des suppositions, j'ai l’impression qui tu as vraiment pris parti pour aller jusque là. Je suis ouvert à modifier mon avis, parce que je suis très loin d'être un expert et que je m'autorise le droit de me tromper. Mais je ne peux pas le faire pour tes arguments qui me semblent assez friables car ne répondent pas à l'ensemble des questions que je soulève. Je le dis sans aucun mépris.

Pourtant j'ai essayé de ne pas m’étendre sur les autres réponses des autres commentaires que je ne trouve pas non plus satisfaisante, surtout en insinuant que l'on ingurgite les revendications de youtubeurs et de youtube sans réflexion, en considérant des grands méchants et des gentils.
J'essaye de rester concis sur ce qui me pose le plus problème :

Tu supposes donc que la paperasse arrêtera les ayants droits pour déposer des réclamations. Je n'en suis vraiment pas convaincu. Tu ne le sais peut être pas, mais actuellement il existe un marché pour la traque de contenus copyright. Oui tu as bien entendu l'absurdité, des sociétés sont payées pour faire des procès ou/et acheter des droits, ou faire des claims sur youtube. la paperasse n'est pas un problème pour ce genre de prestataires dont c'est dorénavant le juteux métier.
En admettant même que les juristes des ayants droits aient la flemme de faire de la paperasse ce dont je doute déjà fortement. Les procès dans le vent juste pour espérer réclamer des dédommagements, ça existe de partout, bien avant cette loi (nintendo, sony, epic games, ils en savent quelque chose).
Maintenant des procès pour simplement supprimer un contenu parodique qui ne plaît simplement pas à l'ayant droit et considère que ça lui fait de la mauvaise pub, ça existe aussi.

Je ne doute pas que les intentions de certains, avec cette loi, n'est pas de tuer qui que ce soit (et encore, il y a eu du lobbyisme des deux côtés, donc il y en a aussi pour qui ces lois arrangent bien les affaires).
Mais ça ne veut pas dire que les conséquences seront inexistantes ou forcément bénéfiques pour nous. Là en l’occurrence, je ne vois pas comment responsabiliser youtube, permettrait de faciliter le droit à la parodie, c'est complètement l'inverse.
Sans pression juridique, youtube bloquait déjà les contenus très abusivement en faveur des ayants droits. Maintenant qu'ils ont une responsabilité juridique, pourquoi ils ne durciraient pas encore plus leur politique ?
Je n'y vois aucune raison sensée d'y croire.

Si ce que je dis là est vrai, alors effectivement les ayants droits n'auront aucun problème de copyright eux, et seront bien favorisés avec leur contenu.

Il y a effectivement un aspect juridique en faveur des créateurs de parodie, c'est que dorénavant, l'ayant droit ne serra plus à la fois juge et plaignant.
Ce qui n'a pas beaucoup d'importance, si youtube prends les devant et se protège de toutes plaintes en amont en bloquant les contenu copyrightés pour les raisons citées plus haut, et dans mon petit scénario d'hier.

Contrairement à ce que tu dis, ils ont un intérêt à bloquer : Ils sont responsable de tout maintenant. Ils ne peuvent pas se permettre de perdre des centaines (pour minimiser) de procès pour violation de copyright. Procès qui tomberont pour les raisons que j'ai expliqué dans mon 3ème paragraphe.
Et ça ne leur fait pas peur de bloquer, ils le font déjà alors que rien ne les y oblige actuellement.

D'ailleurs, j'avoue ne pas comprendre pourquoi ils font autant chier les youtubeurs depuis des années avec des problèmes de droits, alors que rien les les y obligeait légalement... Tu as une idée ? C'est assez paradoxal, un suicide comme tu l'a évoqué. Peut être prenaient-ils les devant pour ne pas se faire descendre à la megaupload ? Curieux.

Je voudrais terminer par un autre point, je crois que tu n'as pas bien saisi la logique d'un ayant droit. Je pense comme toi que le partage est dans leur intérêt, mais il faut croire que depuis l'avènement d'internet, ils en ont conclu que non.
Les seuls qui ont vraiment compris ça sont les éditeurs de jeux vidéo, qui ne réclament jamais les droits sur un let's play (mis à par nintendo qui carbure à la même logique que les autres ayants droits apparemment, tu vois bien que ça existe). Je trouve ça stupide aussi, mais c'est leur fonctionnement. Tu veux, tu payes. Le jeu vidéo est plus intelligent, et monte même un modèle économique basé sur le partage gratuit, le free-to-play. Et parfois des free-to-play où 100% du gameplay est disponible en jeu immédiatement ! C'est dire (dota 2, pour rappel, des tournois à 25M$) !!
Mais bon, tu as l'air d'en être aussi convaincu que moi. Par contre tu as l'air de penser que tous les ayants droits résonnent comme ça, ce qui à priori est faux. C'est surtout dans le domaine du JV qu'ils ont ce raisonnement.

Je pense expliquer ça par la méconnaissance des têtes pensantes des ayants droits vis à vis d'internet. Alors que dans le JV, les têtes pensantes viennent aussi d'internet, et connaissent ce système d'information. Mais là dessus c'est qu'une hypothèse dont je ne suis absolument pas certain.

Pour ces raisons, les ayants droit, continueront faire des procès pour atteinte aux droits d'auteur à tort et à travers (pour rappel, j'ai déjà expliqué que c’est même un métier à part entière maintenant).
Et leur lobbyisme auprès de l'UE pour faire passer cette loi ne m'incite pas à penser le contraire. Ça leur donne une sacrée arme ! En effet, quel est l'intérrêt de poursuivre Jean Michel Parodie, 15K€ par an, si on peut poursuivre youtube. Tu la vois venir leur démarche ?

Pour eux, soit youtube bloque les parodies, et ils sont content (c'est leur logique), soit youtube se mange leurs procès, et ils sont content.

Voilà en gros le détail de mes craintes. Si tu décèles des absurdités dans ce que je dis, je serrais bien content de savoir lesquelles, comme ça je n'en serrait que plus averti.
Obi-Doo
Signaler
Obi-Doo

Rebonjour tout le monde !

 

Je vais essayer de rassurer à nouveau, YOUTUBE NE VA RIEN BLOQUER ! Rien du tout ! Économiquement, ce serait du suicide !

 

Ils racontent ça partout pour nous faire peur, mais ça n'arrivera pas ! Et dites-vous bien que les ayants droit  n'ont rien à gagner non plus à ce que le trafic sur le site disparaisse. Ils profitent aussi beaucoup de la formidable affluence et influence de YouTube. Pourquoi iraient t-ils dès lors faire du lobbying auprès de l'UE, comme on le prétend parfois, pour soutenir une proposition qui leur ferait aussi du tort ? Pour tuer un service qui leur profite aussi ?

Ça n'aurait aucun sens...

 

CQFD : personne ne veut la mort de YouTube !

 

Pour ce qui est des vilains médias traditionnels aigris par le succès d'internet, il serait temps de mettre cette légende au placard.

Ils ont déjà investis la toile, YouTube notamment, et en sont devenus aussi des acteurs influents. Et si YouTube passe pour le défenseur d'une certaine indépendance et fait passer internet pour un lieu d'expression libre pour tout les citoyens du monde, ils gèrent leur business comme n'importe quel groupe qui pèse plusieurs milliards. Ils ne sont pas bien différent de Fox télé en ce sens qu'ils répondent aux mêmes exigences, vendre des encarts publicitaires entre des programmes d'appel.

 

Internet c'est formidable pour vous, pour moi et aussi pour TF1 ou Disney, donc personne n'a d’intérêt à le tuer.

 

 

@Bakaarion : Tu exprimes la crainte de te retrouver avec plusieurs piles de procès pour atteinte au droit d'auteur. Alors, vu la quantité astronomique de vidéo mise en ligne chaque minute, effectivement ça pourrait vite arriver, si on part du principe que YouTube est bien responsable en cas de litige*.

Sauf, que même les ayants droit, aussi cupides soient-ils, n'ont pas envi de se retrouver avec autant de paperasse.

 

Comme me le disait Quentin Deschandelliers, le but c'est de forcer YouTube à négocier des accords pour pouvoir exploiter ce contenu tiers. Et geraldlebo rassure-toi, ils en ont largement les moyens !

Je ne sais plus si c'est ici que je l'ai dit, mais si YouTube doit dépenser de l'argent ce sera pour améliorer Contentent ID (et ça, n'allez pas dire que même les youtubeurs n'en ont pas envi).

Ensuite ce sera juste un manque à gagner, parce que les propriétaires des œuvres devront être mieux payés, prendre une plus grosse part sur les revenus publicitaires. Et ça, c'est normal et juste !

YouTube ne va pas couler pour si peu hein !

 

Je ne suis pas juriste, donc je ne peux pas entrer dans les détails, détails de la directive. Si j'ai bien compris, ça va se passer de la façon suivante "Vous, YouTube, accepté de passer un accord avec moi Pathé Frères, pour me rétribuer 10% (chiffre fictif hein) des revenus publicitaires lorsque du contenu m’appartenant est détecté par votre robot. Pour ce faire, voici des lignes de codes à ajouter à votre algo pour qu'il puisse reconnaitre mes œuvres.". 

 

Avant, passer ce genre d'accord était compliqué parce que si YouTube ne voulait pas, rien ne les obligeait légalement à être plus fair play. la rétribution c'était un peu selon leur bon vouloir.

Le but c'est donc de leur forcer un peu la main, puisqu'ils ne veulent pas le faire d'eux-mêmes.

Ce qu'il faut retenir aussi, c'est que si ça vous paraît floue cette directive, c'est normal, c'est pour laisser des marges de manœuvres à tout le monde, plate-formes d'hébergement, ayants droit, États.

 

@geraldlebo : Par rapport à cette histoire de discothèque, on veut surtout appliquer les règles du droit d'auteur tout court ! YouTube ne doit pas faire trop exception sous prétexte qu'ils sont arrivés récemment et qu'avant ça roulait très bien (pour eux) ! Surtout que dans l'intervalle, ils se font beaucoup, beaucoup d'argent comme les autres groupes audiovisuels qui eux, suivent les règles (la TV par exemple). Donc aujourd'hui, on peut bien leur demander de se mettre au diapason. Ce n'est pas déraisonnable.

 

Parce que comme le disait Tihmoty, à un moment, "la récré est finie". YouTube n'est pas au dessus des autres, et en qualité de diffuseur de contenu parfois sous copyright, ils se doivent de rétribuer correctement les auteurs, les créateurs, les artistes, les réalisateurs, les boites de production, les labels indépendant, les majors...

Vous êtes quand-même d'avis que la situation ultra privilégiée de YouTube ne peut pas continuer ?

Pas avec un internaute sur deux qui consulte son site régulièrement ! Il faut aussi des règles !

 

Et geraldlebo, désolé de te le dire mais si, l'Union a tout à fait raison d’interférer dans les relations commerciales, parce que si on les laisse faire, ça va vite être le foutoir. Un marché ça se régule, en l’occurrence le marché unique européen.

 

Pour conclure : inutile de craindre pour YouTube donc. Le service pèse énormément dans le game internet comme dans les caisses de Google et au-delà, dans des mesures identiques ou moindres, dans celles des annonceurs, des producteurs de contenu, des artistes...

L'Union Européenne n'a pas mis sur pied une mesure dangereuse, avec des effets pervers en cascade comme on peut l'entendre parfois. Les gens qui s'occupent de ça sont bien informés. Google ne sont pas les seuls à savoir comment internet fonctionne.

 

* Je vois beaucoup revenir cette interrogation concernant le fait que YouTube deviendrait responsable légal du contenu posté. Je vais interroger Quentin Deschandelliers à ce sujet et je reviens vers vous si j'ai une réponse !

 

 

Merci beaucoup Moule Zebra ! (drôle de pseudo... ^_^ )

 

Il y a aussi des abus du coté des ayants droit. Par exemple prendre l'entièreté de la monétisation pour 10 secondes du thème d'Indiana Jones, c'est abusé. Mais la directive a aussi vocation à donner un coup de pouce aux créateurs pour contester ce genre de chose. Ce n'est pas encore bien défini, mais c'est un objectif.

 

Perso, je pense que c'est un vrai boulot celui de youtubeurs, ou plutôt de vidéaste (c'est plus joli et plus général comme terme). Et je crois également qu'on est arrivé à un stade où c'est devenu trop important pour ne pas être professionnalisé comme il se doit, avec un vrai statut, de vrais droits, de véritables encadrements juridiques... Tout en permettant toujours aux nouveaux de se lancer !

 

 

C'est une balance compliquée à mettre en place avec quelque chose d'aussi jeune que le phénomène YouTube. Mais ce n'est pas impossible... :)

Moule Zebra
Signaler
Moule Zebra
Très très bon article !!
Comme quoi, les Youtubeurs racontent beaucoup de merde....bien sûr, je n'ai pas du tout pris pour argent comptant leur crainte....en fait, ils ont surtout peur de devoir chercher un vrai travail.

J'ai entendu des Youtubeurs pleurer car le méchant Youtube avait démonétisé leur vidéos à cause d'une utilisation frauduleuse de musique...ces derniers n'avaient qu'à acheter une licence d'exploitation/d'utilisation auprès de la SACEM...bizarrement, certains le font et n'ont aucun soucis.
geraldlebo
Signaler
geraldlebo
Je remercie le rédacteur de l'article pour cette longue explication qui je le confirme ne m'a guère convaincu.
J'ai signé ce matin la pétition saveyourinternet adressée au parlement européen qui recueille quand même plus de 3 millions à ce jour de signataires.
On dit en gros tout va très madame la Marquise tout va très bien se passer etc les déclarations de bonnes intentions rassurantes habituelles.
L'expérience nous as appris la méfiance.
Comment peut on affirmer que Youtube ne va pas devoir dépenser plus pour surveiller son service si sa responsabilité civile et pénale est engagée s'il n'a pas détecté ou bloqué toute vidéo avant mise en ligne violant un droit d'auteur et demandé l'autorisation préalable de l'ayant droit ?
Vérifier 400 vidéos mises en ligne à la minute et avoir l'autorisation préalable de l'ayant droit avant diffusion chacun peut aisément comprendre que même avec le meilleur algorithme du monde ça va générer une bureaucratie jamais atteinte et des coûts faramineux.
Et puis le fait de par une loi intervenir dans des rapports de force entre les géants d'internet et les ayants droits soit les majors maisons de disques studios de cinéma etc c'est juste absurde.
Ces compagnies détentrices de droit d'auteur n'ont qu'à défendre leurs intérêts par leur propres moyens faut laisser la loi de l'offre et de la demande la loi du marché fixer ses règles.
Le problème aussi c'est que l'on veut appliquer les règles de droit auteur aux plateforme de partage de vidéos sur internet comme à une discothèque des années 90 soit pour être si vous n'avez pas payé les droits d'auteur avant diffusion vous êtes coupables point.
Si cette directive passe ben la conséquence ne va pas se faire attendre des médias comme Youtube seront dominés par les vidéos sponsorisés les chaines Youtube de grands médias et de grosses compagnies le youtubeur indépendant sera marginalisé.
C'est sans doute le but non avoué du lobbying des grands médias et des majors du cinéma et de la musique tuer toute concurrence aux grands médias traditionnels.
Bakaarion
Signaler
Bakaarion
Ah merde, j'ai fait péter une soirée rocket league x)
Mais malheureusement c'est globalement tombé à côté, ça n'a pas bien répondu à mes inquiétudes. En fait je pense que le robot à des chance d'être paramétré sur "méchant", je m'explique (j'aurais ptetre du commencer par là).
Pour le fun, je vais scénariser un peu, et si vous n'avez ni le temps ni l'envie de répondre ce soir, aucun soucis, demain c'est dimanche !
J'aimerais juste savoir si vraiment j'ai tout faux dans ce petit scénario bien sympathique à la tête de youtube. Ça serrait sympa de me dire où, parce que c'ets probablement le cas quelque part, j'ai jamais lu l'article en entier, ni compris le peu que j'en ai lu. Le gros de ma compréhension, on me l'a expliqué avec des source que j'ai estimé assez fiable.

Je me lève demain matin, je reçoit une lettre d'Alphabet qui m'annonce que je suis le nouveau big boss de youtube, parce que là c'est la crise totale et Susan Wojcicki a démissionné.

L'article 13 passe en l'état, je suis donc responsable de ce que les youtubers uploadent sur ma plate-forme. Je suis assez cool perso avec le droit à la parodie qui m'amuse beaucoup, donc je demande à ce que le bot ne bloque que les uploads pirates, comme les films et autres épisodes des séries, ou que sais-je (en vrai j'étudie mon dossier plus que ça, mais globalement je ne fait la chasse qu'aux pirates).

Tout va bien, les youtubers sont aux anges, plus de claims, plus de blocages, tout le monde en bas chante mes louanges, je suis le grand défenseur des petits, et le pape de la création sur internet, toujours prêt à se battre pour la liberté, on me voue même des cultes, je reçoit des cadeaux au bureau par palettes.

Et puis là le service juridique m'apelle, catastrophe, on a un procès au cul par Disney parce qu'une vidéo de piewdaillepaille a utilisé des extraits de star wars, plusieurs fois de suite. En plus ça spoil un peu alors ils sont pas content du tout et demandent réparation.
J’appelle Disney, je leur dis de bien aller se faire voir parce que c'est de la parodie, donc je ne fais rien.
A peine terminé mon mail, je reçoit un autre appel du service juridique qui me fait part de 36 plaintes pour attente au droits d'auteur. En plus pour le coup le bot qui n'est pas parfait a laissé passé un pirate, parce qu'il a mis un film en miroir dans une boîte avec une qualité de merde, juste pour faire du clic étant donné que j'ai rétabli un salaire décent pour les créateurs.

Bon alors je demmande aux 35 autres d'aller bien se faire voir chez leur mère et je leur envoie un extrait de la loi sur le fair-use relative à leur propre pays (je demande aux pauvres juristes de le faire en fait).
Par contre faut s'occuper du cas où le bot s'est gouré, je leur fais donc un offre pour éviter la poursuite en justice.

"Ah ben voilà, je savais que j'étais à la hauteur pour diriger youtube, en plus j'ai une super vue" me dis-je. Je pense à prendre ma journée, tout en imaginant tout ce qui m'est désormais économiquement accessible.

Au moment où je prends ma veste, un juriste débarque dans mon bureau, essoufflé et tout tremblant, comme s'il allait décéder. Il m'annonce que la société a accepté le deal et ne déposera pas plainte si on retire le film. Il m’annonce aussi que 52 068 plaintes ont été déposées pour violation de copyright par des prestataires dont c'est dorénavant le métier.

Bon en panique, je met youtube hors ligne pour éviter de me bouffer d'autres plaintes, puis je me dis, "ah mais nan, c'est impossible de faire ça, ça serrait un suicide. Je vais mettre le robot sur grand méchant en attendant de régler ce problème".

Après ce jour, le robot youtube ne ferra que se durcir à cause des plaintes incessantes, et des centaines de procès perdus dans le monde, et surtout par ces enfoirés d'Européens qui salent bien la note avec leur justice Européenne, qui me mettent tout sur le dos.
Tout ça pour quelques heures à vouloir jouer le défenseur des créateurs... Avec la parfaite intention de rester dans le cadre des lois du fair-use de chaque pays. Mais apparemment personne chez les ayants droits ne connaissent cette loi. J'aurais du me douter je suis trop con aussi, l'ancien youtube permettait déjà de laisser passer des vidéos avec du contenu copyright, mais ils s'en servaient bien pour claim déjà à cette époque. Bien avant que le bot ne claim automatiquement.
J’aurais dû le voir venir...

Ah si y a bien les éditeurs de JV et les indés qui ne déposent pas plainte parce qu'eux on compris la force de cette pub inespérée. Ah j'ai rien dit, on a 168 plaintes de Mr Nintendo.

Impossible de dédommager tout le monde, les procès à l'encontre de youtube, responsable aux yeux de la loi par la suite pleuvront, la très grande majorité seront perdu en Europe, et aujourd'hui, je fais la manche parce qu'on m'a viré, et qu'Alphabet m'a également intenté un procès pour faute grave, et destruction d'entreprise.

Bordel, c'est arrivé si vite... Mseur, z'avez une pièce ?
franckdotmail
Signaler
franckdotmail
Excellent article! Evidemment c'est trop long pour que 80% des internautes le lisent, et dans les 20% restants il n'y avait sans doute une immense majorité qui venait uniquement se faire confirmer ce qu'il pensait, à savoir que Youtube et Google nous prennent bien pour des baudets, mais c'est quand même réjouissant de voir que c'est en première page de GB!

Pour résumer et faire ultra-court (et probablement un peu trop d'ailleurs) je dirais que dans notre échelle de valeur, même si le parlement européen ou la commission, enfin bref l'Europe nous semble à juste titre noyautée par les lobbys et donc pas forcément fiable, on peut quand même estimer que les plus grandes compagnies, surtout américaines, chinoises, mais européennes et françaises aussi (Lafarge, Areva, Thalès, Dassault... des humanistes ^^) sont encore plus directes dans la préservation de leurs propres intérêts au détriment des nôtres...

EN encore plus bref :

Peuple >meilleurs que> Nos élus >meilleurs que> Multinationales
Obi-Doo
Signaler
Obi-Doo

Alors, je reviens ! (je ne la ferai pas ce soir ma partie de Rocket League...)

 

Pour les petits hébergeurs qui voudraient tenter de se faire un place parmi les grands, la directive s'adapte. On ne demande pas la même chose à une PME qu'aux GAFAM ! C'est l'évidence.

Ensuite concernant ce vilain robot qui va tout bloquer, c'est de la foutaise ! Je pense que tu as lu l'article et c'est écrit dedans, YouTube, n'a aucun, mais alors AUCUN intérêt, économique ou autre, à couper l'accès aux vidéos. Ce serait du suicide technique et commercial, donc ça n'arrivera pas. Ce sont des menaces pour faire peur aux utilisateurs comme aux créateurs et manifestement ça fonctionne.

Rassure-toi, YouTube contraint d'aller négocier avec les ayants droit, ils vont y aller plutôt deux fois qu'une au risque de perdre leur marché. Ils vont y aller à reculons certes, mais ils iront.

 

Ce qui va se passer, c'est que pour la première fois dans son histoire, YouTube va devoir aller rencontrer la SACEM sans être dans la position du dominant tout puissant, qui veut bien te concéder quelques miettes pour l'exploitation de ta propriété.

 

Et autour de cette table, YouTube va passer un accord du genre, "pour toutes utilisations de chansons de votre catalogue détectée par notre algorithme, nous vous reversons tel pourcentage plus juste, des revenus publicitaire". Et c'est comme ça qu'on négocie proprement et équitablement. Le rapport de force ne s'inverse pas avec la directive, je le redis.

 

Concernant le droit à la parodie, si tu ne fais pas confiance aux lois de ton pays... Que veux-tu qu'on te dise...

Ce sont pourtant elles qui ici, te permettent de dire ce que tu veux, qui te le garantissent et elles fonctionnent aussi bien sur Gameblog que dans la rue ou sur YouTube, directive ou pas. Si tu ne crois pas en elles après, tant-pis hein.

 

Je ne sais pas à quoi tu fais référence en évoquant des cadeaux fiscaux faits aux entreprises européennes par l'Union, mais s'il s'agit  d'avantages (et non de fraudes) on peut en discuter sur la forme que ça prend, mais il ne me parait pas absurde d'aider nos entreprises maisons. 

 

Les aides de l'UE aux créateurs sont une fable, ça je te l'accorde...

 

Oups, j'ai fait tomber quelque chose : https://eacea.ec.eur...s-jeux-video_fr

Obi-Doo
Signaler
Obi-Doo

Merci à tous pour vos réponses, vos félicitations, et à Gameblog pour la home ! :wub:

 

Vous avez été nombreux à dire plein de choses très intéressantes, c'est super cool !

Mais ça va être difficile d'apporter une réponse à tous ^_^

 

Déjà merci Tihmoty, tu m'enlèves une petite épine du pied. Je n'ai effectivement pas abordé le cas du droit à la parodie. Le fait d'avoir parsemé mon poste de gifs en tout genre est d'ailleurs totalement volontaire, histoire de jouer avec le feu ! :metal: 

 

Le droit à la parodie est effectivement garanti dans le droit français, et je pense mais je ne peux pas trop m'avancer, dans le droit européen également. Donc, comme le dit Tihmoty, ABSOLUMENT rien à craindre de ce côté-là.

 

Quelqu'un prenait l'exemple du gifs de Pokémon, ça revient au même que pour le logo de Coca. The Pokémon Company n'exploite pas ce gif, mais la série animée dont il est tiré. Et la directive ne leur donne pas d'avantage de recours pour venir nous embêter à ce niveau-là.

D'autant que n'importe quels ayants droit seraient très mal avisés de faire quoi que ce soit contre ce qui est en quelque sorte de la publicité gratuite. En terme d'image, aujourd'hui ce serait très mauvais ! Il n'y a qu'à voir comment Nintendo étaient passés pour des vieux cons avec leurs restrictions, et elles ne concernaient que les vidéastes !

 

A titre personnel, je n'avais jamais entendu parler de la série The Office par exemple, avant de me rendre compte que beaucoup de gifs en étaient tirés. Je ne la regarde pas pour autant, mais je la connais, et ça niveau marketing c'est important !

 

C'est pour cette raison qu'en dehors de Nintendo, les éditeur de jeux vidéos ont toujours été très laxistes quant à l'utilisation d'images de leur produits. Parce que ça leur profite !  Si Big N est plus frileux que les autres, c'est parce qu'ils essaient aussi, dans le même temps, de protéger l'image de la marque en ne laissant pas n'importe qui en parler, mais j'y reviens un peu plus loin.

 

 

La directive n'a pas vocation à remettre en cause quelque liberté d'expression que ce soit, elle mettra même en place des mécanismes de recours pour contester les abus. Vous savez, les strikes intempestifs de YouTube ou des ayants droit (et eux tout seuls hein, quand c'est bloqué, ce n'est pas une décision de justice) qui font râler les youtubeurs ? Et bien l'Europe prévoit de les aider, en renforçant même leur droit sur leur propre travail.

 

Vous allez me dire, "mais pourquoi ils ne le disent pas eux alors ?", parce que YouTube se garde bien de leur communiquer que ça peut aussi leur être profitable. Surtout que plus de droit d'exploitation pour les créateurs = moins d'argent pour YouTube puisqu'il faudra mieux distribuer les revenus publicitaires =)

 

Le truc, ce n'est pas que YouTube va devoir dépenser plus pour mieux surveiller son service, c'est surtout qu'il vont devoir redistribuer plus et mieux. Et c'est ça qui les ennuie juste un peu. 

 

Il ne s'agit pas uniquement d'une question d'argent, même si ça reste le nerf de la guerre. Derrière les droits d'auteur, on aime toujours voir de gros magnats pleins aux as, le cigare à la bouche, qui exploitent grassement les œuvres des autres.

On oubli souvent l'artiste, le créateur, la créatrice, qui veut aussi protéger son travail et recevoir une juste rétribution. Pensons aussi à eux.

Et on ne fait pas du cas par cas hein ? Pas la peine de me dire que Maitre Gimms mérite quand-même moins que Depeche Mode !

 

Nintendo, pour en revenir à eux et leur restriction, ils cherchent aussi à éviter d'associer l'image de la marque à des personnalités tendancieuses. Souvenez-vous de PewDiePie et ses propos racistes qui lui avaient valu de perdre certains partenariats publicitaires. Les papas de Mario veulent d'une certaine manière éviter d'avoir à agir après un dérapage.

 

C'est plus là une question de droit d'auteur sur un plan moral et je crois qu'on sort un peu des limites de la directive qui nous intéresse ici.

 

Mais vous êtes peut-être créateurs vous-mêmes. Imaginez-vous, voir tout ou partie de votre travail exploités par un vidéaste qui utilise vos œuvres pour illustrer son propos de platiste convaincu (ceux qui pensent que la Terre est plate) avant de s'en prendre gratuitement aux Suédois ou de remettre en question la réalité du programme Apollo. Ne seriez-vous pas un peu tristes et n'auriez-vous pas envi d'empêcher l’odieux personnage d'associer ses idées nauséabondes à votre travail ?

Perso en tant que compositeur, oui, j'aimerai beaucoup avoir un recours.

 

Fin de la parenthèse que je n'avais pas ouverte, pour en revenir à la directive...

 

Il y a aussi quelque chose de plus grand qui se joue dans tout ça, c'est la professionnalisation des youtubeurs. Plus le temps passe, plus l’audience du service augmente, et ce faisant, la qualité et la quantité de travail nécessaires pour créer et gérer ce contenu grandit aussi. Ça devient naturellement, de plus en plus alléchant pour les grand groupes de médias, qui ont déjà depuis un moment investi le terrain.

Ça ne veut pas dire qu'on ne verra plus l'émergence de concepts ou de personnalités, ils vous est toujours possible de faire vos vidéos comme vous le souhaitez, et peut-être réussirez-vous à obtenir une certaine audience. Simplement que tout cela va et doit aussi à un moment s’inscrire dans la légalité et être d'une certaine manière sur le même plan que tout le monde en qualité de média diffuseur.

Même pour les créateurs. On ne peut pas dédier plus de 45 heures de travail dans la semaine à la création d'un contenu vidéo de qualité en étant payé au lance pierre par une plate-forme qui, dans le même temps, engrange beaucoup d'argent. Tout cela doit se professionnaliser.

Il ne s'agit pas d'un formatage, mais d'un encadrement, plus juste pour tout le monde...

 

Voilà, c'est tout ! Profitez bien, ça m'a pris deux heures de rédiger cette réponse ! :P

Bakaarion
Signaler
Bakaarion
@Tihmoty Aucune crainte ? Sérieusement ? J'y crois pas vraiment.
Comment on fait si les vérifications sont faites par des robots qui ne comprennent pas le droit à la parodie ? Il fudrait que n'importe quelle plate forme fasse vérifier le moindre upload de contenu par un juriste, on est d'accord que ça n'est pas possible. Même faire des vérifications manuelles est très loin d'être possible. C'est donc un bot qui s'en chargera, et L'UE aura donc possiblilité de niquer n'importe quel hébergeur en cherchant la moindre trace de © sur n'importe quel hébergeur pour le poursuivre en justice et le couler sous le poids d'autant de procès que nécessaire (youtube est très loin d'être seul concerné, n'importe quel plate forme d'hébergement d'image aussi).

En fait ça fait un moment que l'UE essaye de niquer les Américains, ils détestent les GAFAM, et ont même tenté de leur faire payer les taxes auxquelles ils échappent par les paradis fiscaux Européens.
Sinon les autre multinationales, si elles sont Européenne, l'évasion fiscale ne pose aucun problème.

Cette loi c’est juste le prolongement du durcissement de l'UE vis à vis des Amerlocs, sans doute en réaction aux actions de mister Trump. Une guerre économique, et on est en plein milieu. L'aide aux petis producteurs (musique, vidéo, dev, ...) c'est de la fable, pour le moment.

J'ai bien compris l'exagération de youtube et des youtubeurs sur le sujet, mais cette loi, c'est juste une loi anti GAFAM qui va les obliger à être ultra strict là dessus pour ne pas se bouffe de procès.

Ou si j'ai mal compris expliquez moi, mais personne ne semble réagir, là.
Nirtug
Signaler
Nirtug
Quand je vois ton papier j’ai hâte de te lire sur Red Dead 2. Merci et félicitations.
Tihmoty
Signaler
Tihmoty
Bravo Obi-doo pour cette home et le travail quasi-journalistique ;) Je suis content de voir que les gens sont quand même sensibles aux contres arguments face aux attaques de Youtube. Depuis une décennie touts les youtubeurs savent qu'ils enfreignent le droit d'auteur, on a juste sonné la fin de la récré.
@Bakaarion Dans le droit français il existe une, très longue, liste exhaustive d'exceptions au droit d'auteur et la parodie en fait évidement partie (comme l'usage privé, la courte citation, la critique, etc.). Il n'y a donc aucune crainte à avoir à ce sujet. https://www.legifran...RTI000006278917
@geraldlebo Attention aux chiffres : on parle de 400 vidéos à la minute dans le monde ! Il faudrait, pour que ce soit viable, recentré les estimations sur l'Europe et la France.

Édito

Bonjour à vous peuples de la Terre !

 

Vous pouvez me rejoindre sur Twitter, ici https://twitter.com/ObiDooBenoobi. Je fais des tweets sur mes propres articles de blog, vous allez voir c'est génial, et je partage aussi des photos et vidéos de mes parties sur PS4. Ah ben y a un bouton Share, je m'en sers !

 

Archives

Favoris