Screenopathe
Signaler
Cinéma

 

                                               La Famille Jones affiche

C'est bien connu, dans le monde capitaliste, tout se vend. La Famille Jones (ou The Joneses en version original) est un film qui va jusqu'à nous montrer une famille créée de toute pièce pour vendre un mode de vie.

Au premier abord, la famille Jones est une famille relativement commune, outre le fait qu'elle roule sur l'or. Mais, derrière cette façade, la réalité est tout autre. En effet, les Jones sont des vendeurs d'un nouveau genre. Ils pratiquent le stealth marketing, littéralement le marketing furtif. Pour faire simple, ce sont des acteurs qui font la publicité d'un certain mode de vie, dans le but de vendre tel ou tel produit.
Si bien que chacun des membres de la famille représente une catégorie d'acheteurs qu'il va devoir convaincre, par des moyens détournés, d'acheter une toute nouvelle voiture ou un certain parfum. Mais au-delà de cette cynique réalité, Steve, le « père » de famille, va mener la fausse famille à imploser, en laissant libre cours à ses désirs envers Kate, la femme au foyer absolument pas désespérée. Les temps vont être difficiles pour ces vendeurs un peu particuliers.



The Joneses étonne tout d'abord par son sujet pas forcément aisé à traiter. Ainsi, le long-métrage oscille entre comédie et drame, sans qu'on puisse réellement déterminer un genre particulier. On s'amuse à voir cette double vie qu'entretiennent les personnages mais on en devient vite dégoûté, à dessein évidemment, tout comme les personnages eux-mêmes. L'explosion de ce microcosme de fausseté est d'ailleurs assez surprenante et brutale pour faire un bon effet. Toutefois, on regrettera une fin qui arrive à un moment pas forcément très propice...

The Joneses permet aussi de retrouver David Duchovny dans un rôle beaucoup plus conventionnel que Hank dans Californication, ce qui ne l'empêche pas d'être bon. Demi Moore, que l'on ne voit plus assez, joue un personnage tiraillé entre sa vie « parfaite » et une vie sentimentale épanouie. Quant à Amber Heard, elle reste trop longtemps cantonnée dans son rôle de garce allumeuse, c'est un peu dommage.

Il m'est difficile de vraiment adhérer à La Famille Jones, un film dont le principe était étonnant et intéressant mais qui n'a pas réussi à tenir sur la distance. En effet, au bout du compte, le film se révèle relativement vide, même si un certain passage du film reste assez émouvant. Bref, je reste sur ma fin...

Réactions en salle : Le public n'était pas très réactif, mais certains passages ont bien fait rire les gens, tout comme la fin, beaucoup trop brutale, aura arraché à certain un « Ils sont pas sérieux, là?! ».

Source vidéo et photos : Allociné


Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Anfalmyr
Signaler
Anfalmyr
De toute façon la vraie famille Jones c'est Henry, Henry Jr, et Mutt. na!

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris