Screenopathe
Signaler
Cinéma

                                                          Arthur-3-affiche-copie-1.jpg

Après un deuxième épisode extrêmement décevant en forme de cliffhanger géant, Luc Besson revient à la charge et clôt sa trilogie annoncée avec ce Arthur et les Minimoys 3 : La guerre des deux mondes. Et il faut bien avouer que ce dernier épisode est bien plus réussi que son prédécesseur!

Remarque : J'ai pu voir ce film sans l'effet 3D relief, je me garderai donc d'en parler. De même, j'ai vu le film en version française, qui est franchement convaincante (mention spéciale à Gérard Darmon qui prête sa voix à Maltazard.)



A la fin du deuxième épisode, le spectateur était laissé en plan sur l'arrivée de Maltazard (le grand méchant de la série) qui s'affranchit de sa petite taille et met les pieds dans la cour des grands alors qu'Arthur est toujours haut de trois millimètres. Après un bref résumé de la situation pour les néophytes, Arthur 3 reprend l'action exactement là où on l'avait laissé. Il s'agira pour Arthur d'arrêter son rival par tous les moyens possibles, à commencer d'abord par regagner une taille décente! Quant à lui, Maltazard s'amuse à mettre le monde à feu et à sang, après avoir convoqué son armée.

Vous l'aurez sans doute compris, ce troisième épisode a pour ambition d'être le bouquet final de la série, avec une suite quasiment ininterrompue de scènes d'action. Et il faut bien avouer que, de ce côté là, c'est très réussi. Ca ne s'arrête jamais! Mais le mieux dans tout ça c'est que l'univers est respecté (au début du film surtout, avec la scène d'introduction qui rivalise d'ingéniosité avec les épisodes précédents), on retrouve avec plaisir des personnages avec qui on a vécu de nombreuses aventures. On se demande vraiment comment Arthur va réussir à renvoyer Maltazard parmi les petits êtres que son les Minimoys!

Mais
Arthur et les Minimoys ce n'est pas seulement un monde d'images de synthèse, c'est aussi un film habituel, avec des acteurs en chair et en os. Et, par son scénario, ce troisième épisode permet d'être plus présent dans le monde réel et donne lieu à de nombreuses scènes comiques, grâce aux personnages bien benêts des parents d'Arthur. Notons d'ailleurs le soin qui a été porté aux enchainements entre les scènes en image de synthèse et les scènes en live action. Si certains enchainements sont parfois tirés par les cheveux, il faut bien avouer que, dans l'ensemble, le film gagne grandement en fluidité grâce à ce procédé.

Arthur-3-image-1.jpgArthur-3-image-2.jpg

Seul ombre au tableau, les gags qui sont utilisés et réutilisés jusqu'à ce que mort s'en suive. A force ça devient assez lourd, même si on comprend bien quel public était visé par ces gags. Le personnage de Darkos, qui devrait bientôt entrer dans le Panthéon des
punching balls du cinéma, en devient presque un personnage de dessin animé auquel on fait subir toutes les plus grandes atrocités. Ca finit par lasser, surtout que certains de ces gags surviennent à des moments où le personnage est en pleine introspection. Du coup, ça gâche un peu l'effet.

Finalement, Luc Besson se rattrape bien après un deuxième épisode qui se caractérisait par un trou béant en terme de scénario. Arthur et les Minimoys 3 : la guerre des deux mondes est tout ce que le deuxième épisode aurait dû être, à tel point qu'on se prend à imaginer telle scène du dernier épisode dans le deuxième et vice-versa. On comprendrait presque ce qui a motivé l'équipe dans le deuxième épisode pour réserver un véritable feu d'artifice pour clore la saga. Un film qu'il serait dommage de rater si vous avez aimé le premier épisode.

Réactions en salle : Deux salles étaient mises à disposition rien que pour Arthur 3, dans mon cinéma, c'est dire ce qu'on attend de ce film en termes commerciales! En ce dimanche matin, la salle était presque pleine, avec un âge moyen de 15 ans à peu près. Beaucoup de jeunes enfants de 5 ans à peu près. Et il faut avouer que le film leur est originellement destiné, notamment pour ce qui est des gags dont je parlais plus tôt. Mais, notons tout de même que les rires ne surviennent pas toujours aux endroits voulus et que le film a une portée beaucoup plus large que le seul jeune public. Je n'ai pas vu de parent fondamentalement dégoûté par ce qu'il venait de voir et les enfants, quant à eux, auraient presque voulu rester un peu plus longtemps.

Source vidéo et photos : Allociné

Et n'oubliez pas, retrouvez dès maintenant une news qui fâche sur vues-subjectives.fr!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Mordraen
Signaler
Mordraen
En effet, les deux épisodes forment un tout mais on voit bien que l'épisode 2 a été rallongé de façon outrancière pour pouvoir former un film et sortir une trilogie au lieu d'un diptyque. Mais, au final, ça paraît vraiment artificiel et je trouve qu'une version raccourcie du 2 aurait suffi pour constituer le début du 3. Ca aurait peut être fait un film de deux heures mais au moins je ne me serai pas senti floué par le deuxième épisode.
rhed308
Signaler
rhed308
Ne faut-il pas voir l'épisode 2 et 3 comme un tout qui aurait été salement coupé au milieu?
Jeuxvideo Import
Signaler
Jeuxvideo Import
Le premier fut une très bonne surprise, le deuxième était une perte de temps. Je pense pas aller voir ce troisième opus. C'est pas grave car le mois de novembre va être chargé !

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris