La guilde obscure

Par Masahiko666 Blog créé le 07/09/12 Mis à jour le 02/12/16 à 12h53

Bonjour à tous !! Ici, je traiterais de différents sujets, notamment de Jeux de Rôles sur consoles de salon, souvent en version oldies.
Alors, prenez un bon coussin pour y déposer votre postérieur délicat, et écoutez, commentez, poussez des coups de gueule... Faîtes comme chez vous, quoi...

Ajouter aux favoris
Signaler
Oldies, but goodies. (Jeu vidéo)

Salut à tous les p'tits loubards pluvieux ! C'est un fait, je ne suis vraiment pas fan de la saga des Legend of Zelda, en cause un scénario toujours un peu cousu de fils blancs, un bande son qui se renouvelle peut-être, mais reste dans l'ensemble un peu toujours la même, et surtout une princesse qui m'énerve au plus haut point. Avec toute la thune qu'elle peut avoir, jamais n'a-t'elle songé à se payer les services de quelques mercenaires bien armés ? Et pourtant, voici sans-doute l'opus qui m'a le plus scotché au pad, outre l'épisode Game Boy...

UN MONDE QU'IL EST BEAU

Dans le royaume d'Hyrule, tout est superbe. Les arbres sont verts, la prairie chantonne, les maisons sont jolies comme tout, les habitants respectent un tant soit peu la nature... Bref, tout va bien dans le meilleur des mondes. Mais c'est aussi un royaume qui se dépeint de légendes anciennes, dont celle de la Triforce. Il est question d'un pouvoir d'or, caché dans les entrailles de la terre, qui se réveillerait un jour. Et, lorsque cela arriva, une foule de personnages, plus avides les uns que les autres, se sont engouffrés dans la brèche, pensant au seul pouvoir gigantesque que cette force pourrait leur conférer. Comme personne n'en revint sauf, le roi d'Hyrule ordonna aux septs sages de sceller l'endroit le mieux possible, afin que ceci ne se reproduise plus. Bien plus-tard, un sorcier du nom d'Agahnim put rouvrir le passage, tua le roi, s'empara des septs sages et surtout de la princesse Zelda. 

Votre maison, où vous vivez en paix avec votre oncle, et qui ne comporte qu'un seul lit...c'est légèrement glauque non ?

Nous retrouvons Link, un jeune garçon aux oreilles pointues, en prise avec des cauchemars récurents, dont l'un consiste aux appels de détresse d'une jeune fille du nom de...vous avez deviné, Zelda. Comme l'oncle de Link a entendu aussi cet appel, il décide de partir pour le château où la noble en détresse est retenue (son propre palais en fait). Et comme Link est un garçon obéissant (sigh), il décide de partir à la suite de son parent, bravant la tempête dehors, et surtout sans arme aucune. Arrivé au château, trouvant un passage secret (que son oncle a aussi découvert, mais a pu recaché par la suite, bizarre non), il se retrouve devant son aîné à terre, blessé mortellement. Ne pouvant mener à bien sa mission onirique, il se voit obligé de donner son épée au gamin pour qu'il essaie de poursuivre la mission. Et voici un jeune Link, peut habile de ses mains, progressant dans un palais dont il ne connaît rien du tout, face à des gardes envoutés le poursuivant sans relâche, tentant de chercher une princesse prisonnière dans les cachots.

 

FORT BOYARD INSIDE

Le jeu va se dérouler de cette manière. Entrer dans un donjon, résoudre des énigmes plus ou moins rétorses, détruire des ennemis, trouver des clés pour ouvrir des portes, et, à la fin, se battre contre un boss (et un boss de mi-parcours aussi, qui révèlera un téléporteur, histoire de ne pas tout se retaper si l'on tombe KO).

Outre le maniement de l'épée, Link aura le droit à quelques objets (enfin beaucoup d'objets), qu'il achètera dans une boutique (bombes, flèches...) ou qu'il gagnera dans chaque labyrinthe (boomerang, grappin, arc...). Ces derniers se manient, en général, de la même façon, en appuyant sur l'un des boutons de la manette. Le seul vrai petit soucis, est que le vaillant chevalier à l'essai ne peut en choisir qu'un à la fois, ce qui demandera de nombreux allers-retours dans l'inventaire. Et croyez-moi, cela reste méchamment rébarbatif au bout d'un moment...

Bien que pas vraiment compliquées, certaines énigmes vous demanderont tout de même de vous creusez le cortex...

Les énigmes sont relativement simples à comprendre, puisqu'il s'agit pour la plupart d'appuyer sur un bouton, de tirer un bloc, d'utiliser un item sur un élément du décor...par contre, la manière pour se faire restera assez complexe, voire quasiment impossible quelquefois. Oui, la difficulté est au rendez-vous, mais reste très progressive, heureusement.

 

D'UN MONDE A L'AUTRE

Au début, vous vous pormènerez tranquillement (ou presque) dans le monde d'Hyrule, sans trop de difficulté. Mais, une fois les trois pendentifs obtenus (ceux-là même qui vous mèneront vers l'épée légendaire, qui est seule capable de vaincre le sorcier félon), vous pourrez changer de monde, et vous retrouver dans la partie ténébreuse d'Hyrule (enfin partie, c'est vite dit, ce serait plutôt un monde parallèle), et ce grâce à un miroir magique. Du coup, pour pouvoir résoudre d'autres énigmes, qui ne font partie de la quête principale, il faudra jouer avec les deux mondes justement. Car, s'ils sont très proches de prime abord, ils comportent pourtant des différences notables, comme des falaises déplacées, des échelles présentes, des obstacles qui disparaissent,...

Outre le drainage de votre énergie vitale, ces têtes de mort vous enlèvent également votre magie, et elles sont gavantes, surtout à plusieurs...

En utilisant ce miroir, vous créerez un portail qui vous ramènera automatiquement dans le monde "normal", ce qui vous demandera de vous téléporter dans un endroit peu encombré, car si vous vous retrouvez sur une pierre, un buisson, un obstacle quelconque, vous retournez illico à l'endroit d'origine. Peu ennuyant, cela peut tout de même devenir un peu énervant quelquefois, mais ça reste assez logique...

Heureusement pour vous, il y aura également des portails secrets, cachés ou obstrués pour revenir dans votre Hyrule idyllique. Et vous en aurez besoin, réellement...

 

LA COURSE AUX ITEMS

Outre la quête principale, il existe de petites quêtes annexes, notamment la poursuite de certains items plus ou moins intéressants, mais salvateurs quant à la suite de l'histoire. En premier lieu, et comme dans tous les jeux estampillés Zelda (du moins, il me semble), la récolte des portions de coeurs. Un peu partout, sont disséminés des quarts d'énergie vitale qui, après en avoir récupéré quatre (ouais, c'est pour ça qu'on parle de quart), forment un point de vie entier qui s'ajoutera forcément à votre énergie (et remplira le tout qui plus est, c'est pas cool ça ?) De plus, à chaque boss détruit, vous obtiendrez automatiquement un coeur en plus. Si ces derniers ne sont pas vitaux pour finir la quêtes, ils ne seront pas de trop quant au combat final, autant le chercher tous et fouiner partout.

La carte générale du monde d'Hyrule. Elle n'est pas très grande ni très précise, mais le zoom que l'on peut faire dessus et très pratique et très impressionant pour l'époque

Vous pourrez aussi trouver des magies surpuissantes, tout du moins plus puissantes que celles dont vous possédez les parchemins. Pas vraiment vital non plus, mais assurément confortable pour la suite de l'aventure. Votre épée pourra aussi être up-gradée en délivrant un certain personnage quelque-part, et tout joueur que je suis, je vous conseille fortement de le faire, surtout que la mission est assez simple, mais vous demandera de vous désarmer quelque peu...

S'ensuivra la poursuite des bocaux, pour y enfermer vos potions de soin, de magie ou des fées (tortionnaire va !), mais aussi la découverte de tous les passages secrets, des up-grades de certains items (plus de flèches, de bombes, d'argent dans votre bourse...), et de votre jauge de magie qui s'épuise en utilisant les objets magiques, comme les bâtons de feu et de glace, la lanterne,... Bref, de l'exploration en perspective, sachant qu'il existe toujours quelques petits indices en discutant avec les pnj...

 

ET C'EST BIEN CE JEU LA ?

Tu veux une claque dans ton tronche toi ?! Si graphiquement, la console ne crache pas non plus ses entrailles rouillées, il faut avouer que le jeu est magnifique, coloré et surtout très cohérent dans sa construction. Il y a quelques animations dans le décor, on reconnaît facilement les personnages principaux, les éléments divers et les ennemis. Bref, du bon boulot, c'est clair. Surtout que le jeu à le bon goût d'être traduit de fort belle manière, même si quelques raccourci de langage sont assez disgracieux. Mais nous connaissons tous les capacités limitées des boîtes de dialogues quelquefois, et puis, ça reste lisible et compréhensible, c'est bien là le principal. Et puis, le mode 7 de la console est bien utilisé, avec une carte en pseudo 3D, avec zoom qui arrache la rétine...et le tout, maniable par le joueur, pas juste automatiquement par la console...

La traduction française est exemplaire...

Les musiques, quant à elles sont vraiment jolies. De l'orchéstration symphoniques, avec les capacités sonore de la machines certes, mais ça reste épique tout de même. De plus, les thèmes collent bien aux divers situations. Calme dans le village, la musique devient épique lors des phases d'exploration, angoissante dans les donjons et même stressante lors des combats décisifs contre les boss. Et puis, les bruitages sont très corrects aussi, avec un Link qui crie lorsqu'il tombe, des ennemis qui hoquètent en vous aperçevant, et malheureusement, un bruit un peu chiant à chaque lettre s'affichant lors des dialogues... Mouais, il fallait bien trouver un truc à discréditer... Reste que l'alarme qui se déclence lorsque vos points de vie sont au plus bas est vraiment énervante, et vous incitera à elle seule à utiliser une potion ou une fée...même à la fin d'un combat qui vous redonnera toute votre énergie...

Link se manie habillement, avec une certaine dextérité et très rapidement en plus. Seuls quelques items demandent un petit temps de latence, comme l'arc par exemple, essentiellement dû à l'animation de ce dernier. Sinon, la jouabilité reste exemplaire de simplicité. Seuls les innombrables passages dans l'inventaire vont rebuter les moins patients, heureusement que cela ne demande pas de temps de chargement (cartouche oblige, quoique...), ni d'animation lourde. Bref, du tout bon aussi, ou presque... Car Link n'est pas très rapide tout de même... Et puis, les quelques animations sympathiques, comme lorsqu'il va tomber d'une falaise ou dans un trou, restent amusantes et très bien faites...

Certains boss sont énormes, mais la stratégie pour les vaincre n'est pas toujours très compliquée, il suffit souvent de les regarder...

Côté scénario, il s'agit là du premier opus de la série qui comporte une véritable histoire, et ce, dès le début. Bon, il faut dire qu'on reste dans les standards du genre, avec le monde en perdition, la princesse à sauver, le héros légendaire qui s'ignore, la prophétie qui se réalise... Mais, pour l'époque, il a le bon goût de nous raconter une belle histoire, qui, avant le commencement du jeu, existe déjà et nous est contée avec simplicité et brio... Un background général travaillé donc...

Et la durée de vie, bien que longue, reste dans le standard du genre. Mettez une bonne quinzaine d'heures en ligne droite et avec beaucoup de dextérité. Rajoutez quatre à cinq heures pour ceux qui veulent fouiller un peu le monde, voire deux fois plus pour les aventuriers en mal de découverte...

---------------------------------------------------

Un bon Zelda ? Assurément, peut-être même l'un des meilleurs. Graphismes de toute beauté, musiques entraînantes et bien choisies, animations détaillées, background et scénario principal travaillé... Bref, un grand jeu, que tout pocesseur de Super Nintendo se doit d'avoir...Et vous savez quoi ? Je ne l'ai pas (honte à moi), outre sur GBA, qui est le même, avec une quête en plus, mais rien à voir avec le jeu en lui-même... Et ben, pour un détracteur fidèle de la série, je dois dire que cet opus m'a séduit, et dès sa sortie en plus. J'irais même jusqu'à dire que je me le refais de temps en temps, histoire de ne pas perdre ma nostalgie grandissante... En un mot, il vous le faut...ABSOLUMENT !!!

Epée légendaire : graphismes au top, musiques magnifiques, scénario travaillé, maniabilité simple et intuitive, durée de vie correcte, minis-jeux marrants.

Plumeau poussiéreux : quelques longueurs, les allers-retours dans l'inventaire, difficile de décrocher et c'est tout...sinon, ça va vous, la forme ?

 

Graphismes : 18/20

Sons : 19/20

Jouabilité : 17/20

Scénario : 18/20

Durée de vie : 18/20

Sentence

19/20

 

Machines : Super Nintendo, GBA.

Date de sortie : Japon, 21/11/1991 ; USA, 13/04/1992 ; Europe, 24/09/1992.

Genre : action-aventure-RPG.

Développeurs : Nintendo.

Editeur : bah Nintendo aussi.

Difficulté : over 9.000, mais progressive.

Prix : ouh là, moins drôle là... Dans les 45 euros en loose, mais proche des 100 ¤ complet... Je peux l'avoir pour 90 ¤, mais en allemand...

Qui se ressemble : Alundra (PS1), Secret of Mana, Monkey Hero (PS1)... Et sans-doute d'autres que vous n'hésiterez pas à mentionner en commentaires...et dans le calme s'il vous plaît...

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Donald : Ah, parce-que te souvenir d'un bon jeu comme celui-là, ça fait mal ?

huit8 : je l'aime bien, c'est un fait, mais je dois dire que Zelda Dx me convient mieux, sans parler des deux Oracle...
huit8
Signaler
huit8
Il est sur mon podium concernant la saga Zelda.
Donald87
Signaler
Donald87
Tu ravives de vieilles blessures ... Je ne l'ai pas (ou plutôt plus) ... C'est fou, quel jeu ... INCONTOURNABLE.

Édito

 

Vous aimez vous battre contre une horde de gobelins amateurs de chair fraîche ? Les labyrinthes du Baron de Sukumvit ne vous effraient nullement ? Vous dépeceriez une brigade entière de trolls des cavernes pour quelques piècettes d'or et pour sauver une jeune fille en détresse ? Et en plus, vous vouez un culte sans borne et sans faille au grand Nyarlathothep ?

 

Alors, rejoignez le pire personnage de jeux de rôle possible et inimaginable...

Archives

Favoris