La pause critique

La pause critique

Par Maniax Blog créé le 25/04/10 Mis à jour le 18/09/14 à 18h59

Un blogger en Suisse, qui joue sur PC et PSVita et qui cherche à rencontrer des gens pour discuter jeux vidéo.

Ajouter aux favoris
        
Signaler
Manicoup de coeur (Jeu vidéo)

Si vous êtes possesseur d’une Playstation Vita, vous avez forcément déjà passé un peu de temps sur le Playstation Store pour voir tous ces jeux absents de ces rayons très vides des magasins généralistes ou de jeux vidéo. Ainsi vous êtes sûrement déjà tombé par hasard sur un RPG japonais mettant en avant une jeune fille avec une courte robe et répondant au nom d’ « Atelier (insérer un nom bizarre avec deux syllabes identiques) Plus». Puis ensuite vous avez regardé quelques screenshots, lu la description et certainement zappé au suivant. Eh bien vous avez eu tort !

 

Pour ceux qui ne le savent pas, les 3 épisodes Atelier Totori Plus, Atelier Meruru Plus et Atelier Rorona Plus sont les trois épisodes de la trilogie Arland, sortie auparavant sur PS3 avant sans la mention Plus, et se déroulent chronologiquement les uns après les autres même s’ils sont faits pour être jouables individuellement. L’épisode préféré des Japonais étant Totori, c’est le premier qui a été réédité sur Playstation Vita, alors même qu’il est le deuxième épisode de la trilogie. Meruru, le troisième épisode, a suivi suite au succès du premier pour garder une sorte de logique. Et ce n’est que début juillet que sortait donc Atelier Rorona Plus, le premier épisode de la trilogie.

 

"Sur quoi est-ce que je suis encore tombé..." 

 

Que l’on soit bien clair, si vous débutez c’est à celui-là qu’il faut jouer en premier, même si des bonus (costumes pour Rorona) sont offerts si vous avez des sauvegardes des 2 autres jeux sur votre carte mémoire. C’est le seul épisode qui a bénéficié d’un véritable « remaster » dans sa version Plus, avec des graphismes plus poussés (avec un remodelage complet des personnages) et une bonne couche de contenu supplémentaire.

 

Vis ma vie d’alchimiste

Atelier Rorona Plus narre l’histoire de Rorolina Frixell dite « Rorona », une jeune alchimiste de 17 ans en apprentissage dans l’Atelier d’Arland, la capitale du royaume où se déroule le jeu, sous les ordres d’Astrid, une alchimiste de longue date réputée pour sa fainéantise et pour ne pas être d’une grande aide pour le royaume. Si bien que l’Atelier qu’elle dirige n’a pas de clients et que le royaume prévoit de le supprimer pour utiliser autrement l’espace occupé par celui-ci. Cependant le royaume va laisser une chance à l’Atelier de prouver qu’il peut rendre service au royaume en lui donnant trois années de répit, pendant lesquelles l’Atelier devra remplir des tâches trimestrielles pour le service du royaume. C’est à vous maintenant !

 

 

Vous partez donc dans l’accomplissement de vos tâches en temps limité. A chaque nouveau trimestre s’ajoute un nouveau compte à rebours de 90 jours et ce jusqu’à la fin du jeu. Chaque « assignement » se constitue d’une mission obligatoire principale et de 10 missions annexes avec des objectifs différents. Pour remplir ces objectifs vous devrez récolter des ingrédients, synthétiser des objets à partir de ceux-ci, explorer de nouvelles zones et tuer certains monstres puissants. A la fin de chaque trimestre vous êtes finalement évalués sur les objectifs remplis. A cela s’ajoute la jauge de popularité, il vous faudra remplir des quêtes proposées par les habitants du royaume pour augmenter la popularité de l’Atelier et provoquer une fin heureuse à cette histoire.

 

Au-delà des clichés

Le principe du jeu ainsi que son histoire et son univers paraissent simples au premier abord. Pendant les quelques premières heures, et les premiers assignements tout est facile, l’histoire n’est pas très intéressante, on peut même dire que l’on soupire d’ennui quand le troisième assignement arrive, tellement l’action est lente. C’est pourtant dans la longueur que l’intérêt du jeu se précise, une fois les cinq premières heures de jeu passées, on se retrouve confrontés à une difficulté grandissante, à un univers et un gameplay qui s’étoffent au fur et à mesure et surtout à un effet addictif qui fait que les sessions de jeu se ralongent petit à petit.

 

 "Contre toute attente, ceci est bel et bien un monstre."

 

Il y a un plaisir à jouer à Atelier Rorona Plus que j’ai rarement (si ce n’est jamais) retrouvé ailleurs. Le plaisir de voir le monde autour de nous se construire selon les fruits de nos actions. D’abord il y a l’aspect RPG, on monte en niveaux, on tue des monstres plus forts, on a de meilleurs équipements. Puis il y a aussi le côté alchimie, on monte en niveau et on produit des objets plus intéressants. Et puis il y a la ville de Arland qui elle aussi s’agrandit au gré de nos trouvailles avec de nouveaux marchands. Ca et puis les relations avec les personnages tous hauts en couleur et charmants, avec qui on a envie d’établir de meilleures relations afin d’en savoir plus sur eux et débloquer une fin du jeu leur correspondant. Et enfin le monde s’agrandit, de deux zones explorables on avance à plus d’une dizaine à la fin, toutes découpées en une dizaine de sous-zones, ce qui rend le monde finalement très grand.

Tout cela fait que le jeu se révèle être très riche et récompense énormément le joueur en fonction de ce qu’il fait. Si votre intérêt est de développer les relations avec les personnages ou votre niveau d’alchimie plutôt que d’explorer et de combattre beaucoup, vous pourrez vous en sortir malgré tout.

 

 

Mais si le jeu récompense le joueur et semble s’adapter à sa demande, la difficulté et les attentes qui sont données au joueur sont aussi croissantes, ce qui fait qu’à la fin du jeu on se retrouve réellement à calculer et planifier toutes les actions pour être certain d’avoir le temps de tout faire. Pour accéder aux dernières zones par exemple, il faudra parcourir plus de chemin et donc « dépenser » plus de jours pour le voyage, de même pour l’alchimie, les objets plus avancés prennent plus de temps et consomment plus de ressources que les premiers. Tout cela fait que le jeu attend réellement de vous que vous vous amélioriez quitte à être parfois punitif.

 

Une aventure non-linéaire et GamesFAQ

Atelier Rorona Plus se veut non-linéaire, il vous laisse libre choix de faire ce que vous voulez du moment que vous accomplissiez un objectif toujours simple à réaliser. Cela engendre aussi des difficultés pour le joueur. Par exemple, à un moment donné, une des missions qui vous sera demandée sera de synthétiser un objet dont vous n’avez pas la recette et dont vous n’avez aucun moyen de savoir comme l’obtenir. C’est alors qu’en surfant sur le web, vous découvrez qu’il vous faut explorer une nouvelle zone que vous n’avez pas débloqué parce que vous n’avez pas encore discuté avec tel personnage à tel moment du jeu. Ce sont des situations fréquentes dans le jeu et il faut accepter d’avoir son ordinateur/tablette/téléphone toujours dans les parages pour vérifier l’information manquante, sous peine de perdre du temps à chercher sans trop savoir ce qu’il vous faut.

 

"Ne pas se fier aux apparences" 

 

Et puis vous serez bien aise de savoir que le jeu attend en fait de vous beaucoup plus qu’il n’y paraît, avec un système de fins à débloquer nécessitant de votre part une attitude exemplaire lors de tous vos assignements et une popularité importante auprès du peuple et des autres protagonistes. On peut ainsi se retrouver avec une fin en demi-teinte, montrant que finalement tout ce que vous avez fait n’a servi à rien. Renseignez-vous donc un petit peu avant de vous lancer à l’aveuglette ou vous pourriez bien être déçus du résultat car le jeu ne s’est pas assez bien expliqué lui-même.

 

Vous reprendrez bien une petite louche ?

Amis perfectionnistes ! Ce jeu va vous rendre fous ! Le contenu d’Atelier Rorona Plus est vraiment immense. S’il est possible de terminer le jeu en ayant une fin correcte en 25 heures de jeu, vous serez peut-être tenté de débloquer chacune des 30 fins disponibles dans le jeu. Et s’il est possible d’en voir une bonne partie lors de votre premier run, il vous faudra passer par la case New Game + pour débloquer ce qui vous manque.

 

De même le jeu propose une mission annexe d’une année complète (c’est donc un gros morceau) qui ravira les fans en faisant intervenir les héroïnes des opus suivants et en proposant là encore un challenge qui nécessitera un New Game +. On pourra s’en plaindre, moi je trouve au contraire que le jeu sait récompenser ceux qui s’y consacrent pleinement sans diminuer l’expérience de ceux qui veulent en finir plus rapidement.

 

"Une scène qui a provoqué des réactions de plaisir étranges chez les fans."

 

Cette version Plus propose également de changer les musiques du jeu par une bibliothèque de musique IMMENSE qui regroupe les anciens jeux Atelier et même quelques autres franchises Japonaises comme Trinity Universe ou Deceitful Wings, ce qui est vraiment appréciable. Non pas que les musiques soient mauvaises, mais qu’à force de les entendre on a plaisir à les changer un peu et puis personnellement j’ai un petit faible pour la musique de combats d’Atelier Meruru. Sinon vous pouvez changer la tenue de Rorona aussi (et la rendre hyper sexy ou ridicule, à vous de voir).

 

Achetez-le !

Atelier Rorona Plus est un RPG vraiment original qui dépaysera la plupart des joueurs de RPG et JRPG traditionnels. Il est loin d’être aussi simple et innocent que les visuels et la simplicité de l’histoire le laissent paraître, c’est un jeu vraiment impliquant qui saura vous récompenser pour peu que vous lui accordiez le temps qu’il mérite. C’est aussi selon moi le meilleur point d’entrée dans la trilogie Arland et peut-être même dans la série Atelier en général. J’espère vous avoir donné un peu envie d’essayer. En tout cas pour mon cas je peux dire que Rorona et le royaume d’Arland vont me manquer. Sur ce je vous laisse, je dois faire Meruru maintenant.

 

Merci de votre lecture,

 

Maniax.

 

Ma note : 8/10 coup de coeur

 

(PS: Ce jeu n'est disponible qu'avec sous-titres anglais avec voix anglaises/japonaises au choix, et uniquement en dématérialisé sur PSVita)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Maniax
Signaler
Maniax
Toi aussi tu l'avais pris en soldes à 20 euros sur le PSN ? :)
En tout cas la première étape est faite. Mais attention quand même, ce qui vaut pour Rorona ne vaut pas forcément pour Ayesha. Comme c'est le début d'un nouveau cycle (le cycle Dusk), l'accent est mis sur d'autres aspects comme la profondeur du monde, l'exploration, le design beaucoup plus pastel et original, au détriment notamment de la difficulté. Mais il vaut lui aussi largement la peine (je crois que c'est mon préféré des 4 auxquels j'ai joué).
Kurokami
Signaler
Kurokami
C'est en lisant de telles critiques, que cela me donne envie de lancer Atelier Ayesha que j'ai acheté il y a plusieurs mois ^^

Édito

Bienvenue sur le blog d'un passionné de jeux vidéo.

Vous trouverez ici fréquemment les critiques des jeux que je fais, surtout mes coups de coeur, je ne m'étends pas sur les jeux que je n'ai pas aimé en général.

Dernièrement j'avais très envie de vous parler de Lightning Returns Final Fantasy XIII, mais les circonstances ont un peu changé alors, attendez-vous à un peu de surprise !

Bonne lecture à tous !

Maniax

ID PSN : Gnagnagnax

Twitter : @Maniax_FR

 

Archives

Favoris