Le Lagomorphe
Signaler

Cet article fait parti d'un ensemble composant une rétrospective sur la série des Metroid. Si vous êtes tombés ici par hasard, je vous conseille de cliquer ici pour revenir à l'article central ;)

  Lorsque Nintendo a lancé sa première véritable console, la Famicom (plus connue chez nous sous le nom de NES), de nombreuses légendes du jeu vidéo son née des différentes personnalités qui composait déjà les rangs du géant nippon.

Le plus connu des créateurs de chez Nintendo restera bien sûr Shigeru Miyamoto, à qui l'on doit la création du plus célèbre des plombiers moustachus : Mario. Lorsque Super Mario Bros. sorti, les bases du jeu de plate-forme furent ainsi posées, et nombreux furent ceux qui s'en inspirèrent.

Shigeru Miyamoto a beau être l'une des têtes pensantes les plus connues de Nintendo, il est loin d'être le seul créatif à bord.

Environ un an après la sortie de Super Mario Bros. sorti uniquement au japon une extension à la Famicom : le Famicom Disk System. Pour résumer, il s'agissait d'un lecteur de disquette qui se connectait à la console. Ceci permit à l'époque deux choses: la première étant la possibilité de sauvegarder sa partie. En effet, les disquettes sur lesquelles étaient stockés les jeux étaient réinscriptibles. La seconde chose rendue possible par le FDS était de pouvoir faire des jeux beaucoup plus grands, puisque les disquettes offraient deux faces de 56 Kilo-Octets pour un total de 112 Kilo Octets de stockage. Cela offrait plus de possibilités que les premières cartouches NES qui dépassaient rarement les 8Ko, et qui coûtaient pourtant plus chers à produire.

Le Famicom Disk System ne sortira jamais hors du Japon. Les jeux majeurs qui y sortirent furent finalement converti pour des cartouches standards (celles-ci ayant été améliorées au fil du temps). C'est ainsi que Zelda et Metroid purent sortir en Europe et aux US.

Grâce au FDS est né une seconde légende : celle de Zelda, qui posa les bases du jeu d'aventure. Zelda offrait ainsi l'un des premiers monde ouverts du jeu vidéo, ce qui donna des idées à d'autres. C'est dans ce contexte que l'idée d'un jeu nommé « Space Hunter » germera dans l'esprit de différentes personnes travaillant au département Recherche et développement 1 de Nintendo. Parmi elles, Satoru Okada, Gunpei Yokoi (L'homme qui plus tard imaginera la Game boy !), et Yoshio Sakamoto, à qui l'ont devait déjà Balloon Fight sur NES, et plus tard la série des Wario Ware.

Créatif discret de Nintendo et ami de Miyamoto, Sakamoto est très impliqué dans la conception des Metroid et en est l'un des principaux fondateur. Il reste un mystère pour Satoru Iwata qui est impressionné que l'homme puisse travailler aussi bien sur des jeux sérieux comme Metroid que sur des jeux débiles comme Wario Ware.

D'abord décrit par Sakamoto comme un jeu où « il est question de courir et de tirer », il s'avéra à la sortie du jeu que « Space Hunter » était plus qu'un simple jeu de shoot et de plate-forme. Si « Space Hunter » ne vous dit rien, c'est normal. C'est parce que le jeu sortira sous un nom autrement plus original.

Et c'est ainsi que le 6 Août 1986 naquit Metroid, et avec lui, la légende de Samus Aran.

 

Voir aussi

Jeux : 
Metroid
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le Lagomorphe

Par lerenwe Blog créé le 08/05/13 Mis à jour le 08/06/14 à 08h59

Apprenti Game Designer, Video-maker amateur, râleur, grande-gueule, rêveur, et mi-homme mi-lapin.

Ajouter aux favoris

Édito

Ça se prononce « lèrènewai ». Ça se prend pour un lapin. Ça se pose des questions philosophiques. Par exemple, des fois, ça se demande ce que ça fait d'être une femme. Et des fois ce que ça fait d'être une femme-lapin. Ça mange pas souvent des carottes. Ça passe le plus clair de son temps sur son PC. Quand c'est pas sur son PC, c'est sur une de ses consoles. Et quand ça joue pas, ça étudie le Game Design dans une école.

Et tout le reste du temps, ça vient dans son terrier et ça vous y invite pour partager pensées, conneries, et vidéo-reviews faites avec des petits oignons. Parce que les oignons, franchement... C'est quand même meilleur que les carottes.

 

J'ai une chaîne YouTube avec des vidéo-reviews faites avec amour !

J'ai une page SensCritique, starring Motoko Kusanagi !

J'ai un twitter qui sert à qu'dalle !

 

Archives