Le Blog de Leobiwan, ou l'Eloge de l'Interactivité Emotionnelle
Signaler
Dossier - La Série Silent Hill

 

PLUS ANXIOGENE, TU MEURS !

Dans le monde du jeu vidéo, si Alone in the Dark a inventé le survival-horror, et si Resident Evil a inventé le stress, et bien Silent Hill a inventé la peur. Car avec le recul, on peut clairement affirmer que la série des Silent Hill fut la seule à aller aussi loin dans la viscéralité de son atmosphère. Davantage redevable à la folie mentale de ses créateurs qu'à une quelconque influence cinématographique, l'univers cauchemardesque d'un Silent Hill est unique. Organique, métallique et putréfaction charnue forment les monceaux d'immondices à travers lesquels on évolue, et lorsque ce n'est ni le sang ni le pus qui nous escortent, c'est un néant brumeux, une sinistre et silencieuse solitude qui s'en charge. Cette rivalité entre le calme inquiétant de la ville de Silent Hill et la violente atrocité de son homologue obscure, est d'ailleurs représentée régulièrement dans chaque volet, par l'intermédiaire d'un délabrement progressif du décor qui nous entoure. Une descente aux Enfers littérale, qui la plupart du temps, est clamée par le retentissement d'une sirène à couvre-feu. L'artifice parfait pour créer en nous une inexorable appréhension, et de plus, rendre évident l'adage : «Le cauchemar ne fait que commencer»...

Une petite sélection des scènes les plus effrayantes au sein des trois premiers opus :

 

 

LE MALAISE POST-JEU

Mais ce qui fait sans doute à la fois le charme et la rudesse d'un Silent Hill, c'est le fait qu'il n'ait aucune pitié envers le joueur. En effet, il n'est pas rare que toutes les formes de peur nous arrivent en plein faciès, qu'il s'agisse de la peur surprise, de la peur panique, ou de la peur constante, permanente. Car en mêlant des scripts mis en scène à la seconde près, un bestiaire imprévisible et insolite, ainsi qu'un fond sonore âpre et immuable, les développeurs ont donné vie à une peur quasiment borderline, tellement l'habileté du joueur à l'encaisser, est sans arrêt remise en question. L'expérience, basée sur notre résistance psychologique, peut même se propager au-delà du jeu lui-même, car comme vous le confirmera à peu près toute personne ayant tâté du Silent Hill, il existe bel et bien un malaise «post-jeu». Oui, hanté et souillé par les pensées les plus morbides qui lui trottent dans la tête après avoir éteint la console, tout joueur désespèrera ensuite s'endormir paisiblement...

Voir aussi

Jeux : 
Silent Hill
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Dedale
Signaler
Dedale
Super dossier, j'ai vraiment hâte d'y jouer !
umbakrail
Signaler
umbakrail
Merci pour le dossier, excellent travail.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Et en même temps, le plus beau (et ce qui est propre à cette série), c'est que ça n'empêche pas une certaine poèsie, façon romantisme noir...

Le Blog de Leobiwan, ou l'Eloge de l'Interactivité Emotionnelle

Par Leobiwan Blog créé le 10/01/12 Mis à jour le 22/07/13 à 11h40

Quand Art, Philosophie, Psychologie, Musique, Humour et Emotions se rencontrent, moi j'ai qu'une envie, c'est de l'écrire !

Ajouter aux favoris

Édito

En espérant ne pas trop bousculer les plus conservateurs des gamers, je tenterai à travers ce blog de véhiculer ma vision du jeu vidéo. En témoignant de toutes les monstruosités artistiques que l'on peut trouver dans le média, ainsi que des émotions les plus débordantes de puissance que j'y eusse ressenti, je ferai tout mon possible pour que le nom d' "Expériences Interactives" s'adjoigne à celui de "Jeux Vidéo".

 

Archives