Intrigue

Intrigue

Par Snake_in_a_box Blog créé le 14/12/10 Mis à jour le 18/10/16 à 17h43

Look up at The Sky...
There must be a fantasy.

Ajouter aux favoris
Signaler

Berserk et la figure du berserk: Contextualisation historique et place du mythe dans la culture visuelle moderne.

L'arrivée du 36ème tome de Berserk (quoi si peu?!) va me permettre de vous parler d'un sujet mythologico-historique, à savoir les berserkir et leur représentation dans les oeuvres de fiction.
Au passage, je parlerai de mon ressenti sur le manga Berserk car 36 tomes (a priori on partirai sur 100 volumes) ça commence à faire.
Le berserk est une figure qu'on a désormais l'habitude de voir dans notre culture visuelle moderne.
Attaché à l'idée de fureur guerrière incontrôlable, le concept actuel du berserk fait écho à une catégorie de personnes qui ont réellement existés pendant une période allant du VIème siècle (ce qu'on appelle l'Age de Vendel) et le XIème siècle.

Cependant les recherches sur les berserkir  et la réalité de leur fureur laisse la part belle aux interrogations et les historiens sont perplexes face au manque de sources et à leur imprécision. Poèmes, sagas tardives, pierres et stèles runiques, il est y a chaque fois question de berserkir mais aucune description précise et détaillée de leur mode de vie, de leur statut. Les raisons de cette fureur, voire transe guerrière, est laissé aux bons soins des spécialistes qui essayent de trouver toutes les raisons possibles à la furie des « guerriers-fauves ».
Cette présentation que je vous propose maintenant est tiré de l'ouvrage « Les Berserkir: Les guerriers-fauves dans la Scandinavie Ancienne » de Vincent Samson, Docteur en Histoire spécialiste en histoire médiévale et philologie scandinave.

Nous avons, je pense, tous en tête l'image d'un viking très énervé, qui s'acharne sur ses ennemis dans la fureur du combat. C'est juste, mais pas très précis. Alors quand on étudie les sources qui nous montrent des guerriers-fauves, attaquons nous déjà à son étymologie.
Et elle divise pas mal cette étymologie, car deux origines au mort sont probables. La première nous donne: berr-sekr. Berr étant la nudité et sekr, l'armure (Lexicon Poeticum). Le berserk serait alors un guerrier qui ne porte par d'armure au combat. La chose semble se confirmer par Tacite qui écrivait que certains celtes et les germains avaient l'habitude de partir au combat « nudus corporibus ». Pas la peine de vous faire un dessin...

Ca colle avec notre image du berserk. Celle d'un guerrier très fort, violent, qui ignore l'armure et fait barrage de son corps face aux coups.
Mais berserk viendrait peut-être aussi de l'étymon ber- qui voudrait dire « ours ». Cette interprétation nous vient de Sveinbjorn Egilsson qu'il s'agit d'une forme archaïque de bjorn (ours en islandais et suédois) et qui se rapproche de bear en anglais... En ce cas, -serkr devient non plus une armure/tunique mais une pelisse. Le berserk devient alors le guerrier qui porte une peau d'ours au combat.

Représentation de berserk sur les matrices de Torslunda.

Bon, là vous allez me dire « et alors? Il peut être à moitié à poil avec une peau d'ours sur lui... Qu'est-ce qu'on s'en fout? ».
C'est vrai. Mais il faut savoir que si le berserk est lié au l'ours, alors il faut s'intéresser à une autre figure guerrière scandinave, le ulfhednar. Ce dernier, c'est en gros la même chose que le berserk mais avec un loup. Le terme signifie pelisse-de-loup et désigne donc des guerriers qui « portaient des sarraus de loup en guise de broignes » pas d'armures donc. Dans ce court extrait de la Vatnsdoela saga ci-dessus, on voit le roi Harald à la Belle Chevelure (850?-933) qui doit se battre sur mer. On y apprend que les ulfhednar se battaient à la proue et donc en première ligne. Ils forment donc une sorte de troupe d'élite, homogène voire même une caste spécifique de guerriers. Cette image cadre bien avec notre perception du berserk. Notre imaginaire actuel est friand de classifications précises qui font écho au jeu de rôles et aux jeux vidéos. Cependant, il n'y a pas d'un coté les berserkir et les ulfhednar de l'autre. Ils forment un « groupe » qu'il vaut mieux englober sous le terme de guerriers-fauves.

Motif de casque découvert en Uppland, Suède.

Cette confusion rend alors le guerrier proche non pas d'un animal-totem mais de l'animal lui-même. Il devient une bête féroce dans le combat.

Cette idée de transformation est centrale dans le monde nordique car elle fait appel à la croyance de l'hamr. L'hamr est en quelque sorte un « corps astral » animal qui existe chez les gens. Les berserkir ont la faculté de faire sortir l'hamr de leur corps qui leur donne alors le comportement de l'animal associé à cet hamr.

Cette croyance fait écho à des pratiques shamaniques. Le berserk devient alors une sorte de shaman qui invoque un esprit tutélaire qu'il a en lui. Ce comportement décrit dans plusieurs sagas peut d'ailleurs se rapprocher du mythe de la lycanthropie. Si le berserk est aussi un shaman ou une modalité de ce dernier, cela fait de lui un magicien. Et en effet, le berserk est parfois appelé « homme d'Odin » Odin qui est le dieu de la magie (acquise grâce aux runes). Le berserk est non seulement impressionnant au combat mais en plus sa transe de combat s'accompagne de plusieurs faits extraordinaires. On rapporte ainsi que le berserk est insensible au feu. La Gesta Danorum rapporte des berserkir qui mangeraient des charbons ardents! Si il y a l'exagération du texte, on peut être néanmoins a peu près certain que les berserkir se livraient dans les banquets et les fêtes à des démonstrations en relation avec le feu comme marcher sur des charbons, franchir un feu, prendre des brandons à main nues...

Ce genre d 'exploits rappelle encore un peu l'aspect shamanique du berserk. SI le berserk ne craint pas le feu, il ne craint pas non plus le fer. Différent de l'insensibilité à la douleur, il s'agit carrément d'un sortilège qui serait lancé par le berserk! En effet, dans le Havamal, recueil de poèmes issu de l'Edda Poétique, Odin nous explique en s'adressant au lecteur qu'il connait des sortilèges et des charmes. Dix-huit en tout, dont le troisième nous dit ceci:

J'en sais un troisième:
Si je suis en pressant besoin
De mettre à mal mes ennemis
J'émousse le fil des épées
De mes adversaires.
Ne mordent plus leurs armes ni leurs engins.

Au moins c'est clair, Odin maitrise le debuff... Cette faculté venue d'Odin serait transmise aux berserkir lors de la sortie de leur hamr. En gros, pendant la transformation en fauve du berserkr celui-ci gagne des « pouvoirs » pour garder une image rolistique.

A ces pouvoirs s'ajoutent aussi des transformations mentales et physiques: Epuisement presque fatal après le berserkgangr (le fait d'être berserk), pâleur de cadavre, goût pour le sang et les morsures, force décuplée...

Tous ces éléments semblent pas nécessairement concorder avec une « folie » mais une sorte de transe shamanique.

Les différentes sources et textes nous permettent de dire que le berserk n'est pas un fou que l'on exclurait de la société pour le faire le faire combattre à part. Si certains chercheurs voient en eux des pathologies psychiatrique, cette idée semble reculer de plus en plus car le berserk serait une sorte de guerrier sacré qui appartiendrait à une congrégation d'élite qui suppose un rite de passage voire même un don qui serait transmis. Loin d'être des exclus, les berserkir sont aux cotés des rois dont ils forment la troupe d'élite. Un schéma qui peut s'apparenter au lien qui unit Odin aux Einherjar dans le Walhalla. A part, mais pas exclus, les berserkir et leurs « magies » ne seront pas vu d'un bon oeil avec la christianisation du Nord de l'Europe. Le berserk sera un symbole du monde païen à abattre. Deux berserkir seront combattus par l'évêque Fridrekr dans la Vatndsoela saga. Les berserkir apparaissent même dans la Hjàlmthés saga ok Olvis, où ils sont accompagnés de trolls, géants et nains...

La vision du berserk dans le jeu vidéo et berserk de Kentaro Miura.

Le jeu vidéo reprendra l'image du berserkr. Tout ce que j'ai expliqué dans ces colonnes semblent s'accorder avec l'image classique que l'on se fait du berserk. Dans  Final Fantasy, le berserk est une classe de personnage a part entière qui reprend à son compte la fureur du guerrier. D'une force physique supérieure, il est souvent incontrôlable en combat. Dans Final Fantasy X-2 il est très faible face à la magie, paradoxal avec ce qui fut décrit plus haut mais nécessaire à cause de l'équilibrage indispensable au jeu.

  

Grôu! Grôu!  Craignez la fureur des berserkir de Final Fantasy!

Le même effet peut se retrouver d'ailleurs avec l'altération d'état « Fureur », ce qui fait d'elle la seule altération d'état qui ne soit pas vraiment handicapante. On s'accommode, on instrumentalise ce berserk qui vient d'arriver dans son équipe car il peut bénéficier d'un bonus de vitesse gratuit. Classe présente mais un peu  à part avec son gameplay aléatoire, il devient une sorte de bonus un peu désespéré, un soutien que l'on s'adjoint pour son DPS. Plus contrôlable sera le berserk de Age of Empire 2 où il devient l'unité d'élite des Vikings. Logique et vrai pour une fois...

Pour une fois, pas trop de commentaires à souligner sur l'adaptation vidéoludique du berserk, ce qui me permets de passer à l'oeuvre Berserk de Kentaro Miura.

Sans doute mon manga préféré, pour la qualité de son dessin et la puissance qui s'en dégage avec une grande finesse de trait. Souci du détail, des textures et de l'armement qui donnent à ce monde de fantasy une assise réaliste renforçant notre implication aux cotés de Guts. Guerrier d'élite fonceur et brutal, il s'adonne, au climax des combats, à des accès qui rappellent les berserkir. Claquements de dents incontrôlables (les berserkir sont réputés pour mordre leurs boucliers avant un combat), tremblements dû à la fatigue extrême... Malgré toutes les épreuves subies, il ne devient pas fou mais transforme ces mêmes épreuves en rage ultime qui le porte au-delà des limites humaines. Il ne craint plus le fer et le feu.

Le berserk est intimement lié à la notion de hamr décrite plus haut. Dans Berserk, cette notion se retrouve très judicieusement au travers du graphisme: Voyez comment lors des accès de rage de Guts, Kentaro Miura dessine celui-ci avec des contours moins distincts. Sa forme, son corps devient flou, il extériorise son hamr de façon primitive. 

Plus loin dans le récit, alors que Guts gagne l'armure du Berserk, cette armure prend même la forme d'un loup quand elle est portée par Guts faisant de lui un ulfhednar. Forme qu'elle n'a pas de base! Démontrant que cette armure portée par Guts lui permet d'extérioriser son hamr qui prend la forme d'un loup. Guts est donc un guerrier-fauve. Un vrai au sens historique du terme.judicieusement au travers du graphisme: Voyez comment lors des accès de rage de Guts, Kentaro Miura dessine celui-ci avec des contours moins distincts. Sa forme, son corps devient flou, il extériorise son hamr de façon primitive.

Cette pertinence dans l'écriture de Berserk me permets de souligner la richesse créative des japonais dans leur inspirations.

Ces derniers puisent dans toutes nos sources, extrayant des personnages, des noms, des mythes en n'hésitant pas à les sortir, les transformer. Nombreuses sont les références caballistiques que j'ai apprise grâce à la série des Persona, la mythologie grecque a passionné beaucoup d'entre nous grâce aux Chevaliers du Zodiaque, et Valkyrie Profile puise allègrement dans les légendes du Nord pour nous donner une aventure unique.

Cette inspiration amenée de notre continent me permets de parler du changement de ton de Berserk
Trente-six tomes c'est long et j'ai pu lire des critiques qui reprochent le fait que Guts s'inscrive dans une aventure plus « Fantasy » classique. Il a des compagnons, la magie est réellement présente (au sens de sortilèges lancés, et non pas d' « enchantement » du monde)
Je ne reproche pas cette transition à Berserk et même je l'applaudis. 

Le hamr de Guts à la forme de loup. La manifestation de la fureur du guerrier-fauve.

Si l'oeuvre à ses débuts est marquée par une violence, une rage perpétuelle qui pousse à chaque fois dans ses retranchements on aurait fini par faire tourner en rond le récit allant dans une surenchère de brutalité. Celle-ci atteint son maximum dans le tome 13 puis redescend sans tomber non plus dans la paresse. Guts affronte toujours des créatures improbables et gigantesques mais il souffre moins, il est moins en train de subir, ce qui prouve que le personnage évolue en bien. Il gagne en épaisseur même si il se résume souvent à trancher n'importe quoi (intéressant paradoxe). La surenchère laisse la place à la narration et par la même au développement de l'univers. L'ouverture de Guts aux autres étend le récit qui n'a plus à tourner en rond. Si l'arrivée de la fantasy dans Berserk est vécue comme une faiblesse, c'est limiter l'oeuvre à de la violence et du sang qui se déverse par hectolitres. C'est foutrement primitif. Berserk est une incursion formidable dans l'imaginaire: les monstres terrifiants aux multiples inspirations (Jérome Bosch), l'utilisation minutieuse de l'esthétique des 15-16ème siècle et de notre paganisme, le tout transformé et renouveler dans Berserk. 

Ce 36ème tome continue cette oeuvre qui fera de Berserk, une fois arrivé à son terme, l'une des plus grandes sagas de notre temps. Espérons que Kentaro Miura tiendra sur la longueur... 

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Commentaires

Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
T'as pas envie de savoir ce qui va arriver à Griffith? :)
On peut pas aller vers toujours plus de noirceur, le manga se scleroserai et ne résumerai qu'a toujours plus de sang et un Guts solitaire?
Allons ça ne mènerai à rien. L'oeuvre gagne un corpus de mythes, il devient plus tangible et par la même intéressant. Moins démembrement et de viol, c'est très bien. :yes:
MrPomme
Signaler
MrPomme
Miura atteindra jamais les 100 volumes vu sa lenteur de sortie. Ou alors qu'il avoue direct qu'il espère mourir avant d'avoir à avouer qu'il n'a trouvé aucune fin potable au manga.
Et si il continue avec de l'humour à 2 balles, les sirènes et pirates des Caraïbes il n'y aura plus personne pour le lire passé le 40ème volume (>_<)
Je suis un peu amer, mais depuis quelques volumes il n'y à plus grand chose de passionnant à lire Berserk. Avis perso bien sur.
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Super article (as usual dirais-je) qui m'a appris un paquet de détail que j'ignorais. A peu près tout en fait, vu que je ne m'étais jamais vraiment posé cette question ! :P
C'est amusant, je me faisais justement la réflexion hier en lisant les tomes 35 et 36 de Berserk que Miura avait été habile de faire cette transition entre le début beaucoup plus ancré seinen (tout l'arc de le troupe du faucon, qui reste à mon sens le meilleur passage de la série pour l'instant) à une ambiance plus shonen (avec une troupe de personnages plus ou moins comiques). Si je préférais légèrement le début, je pense également qu'il se serait retrouvé dans une impasse, et l'histoire est maintenant parfaitement relancée sur un autre mode !
Sans compter que ses qualités de dessinateur vont en s'améliorant... Le niveau n'est jamais descendu de toutes façons ! Hâte d'avoir la suite ! :)

(Sinon tu nous fais quoi la prochaine fois, les Kekkaishi ? Nan je demande, on ne sait jamais... :whistling:)
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Merci! :D
jinks
Signaler
jinks
http://mangafox.me/m...tless_dystopia/ c'est cadeau ;)
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
J'ai lu que c'était un visual novel, donc je n'ai pas cherché plus loin. Si c'est un manga je vais chercher. Merci du renseignement. :)
jinks
Signaler
jinks
Aaaaah Berserk <3 très bon article, d'ailleurs mon petit snake ton header de blog vient du manga beatless dystopia si tu connais pas tu devrais lire le premier chapitre c'est vraiment pas mauvais niveau design ;)
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Bel article.
Je te recommande chaudement la lecture de la saga d'Egill, fils de Grimr le chauve, où le personnage principal (ou son père) est un guerrier fauve. Très intéressant.

Celim.
Zalla
Signaler
Zalla
Très bon article, très instructif et agréable à lire. Berserk est un de mes mangas préférés même si j'ai un peu de retard. C'est le genre de livre où tu ne sors pas indemne de sa lecture!
Pour la légende du Berserk, étant fan de mythologie nordique, je connaissais les grandes lignes de sa légende mais ton article m'a permis de voir un peu plus loin.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Je ne sais pas ce qui s'est passé. Tout allait bien : comme d'habitude, je lisais, je prenais mon pied, je me disais "ce mec est une tronche" et puis tout à coup, patatra, une absence, mes yeux ont rippé sur une illustration et quand je me suis réveillé, je baignais dans le sang des équipes de production de Square Enix. C'est donc ça, le Berserkisme ?

Ha, et je sais que ce n'était pas le propos, mais j'aimerais quand même convoquer ici le berserkir le plus classe de l'histoire de l'animation japonaise (même si l'anglais ne lui va vachement pas au tein)...


Krystalwarrior
Signaler
Krystalwarrior
Snake_in_a_box : Tu m'as tué ! :wub:
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
@Krystalwarrior: Mais tout à fait! Savais-tu que Krystal se retrouve dans l'ancien norrois? Le mot est composé par le préfixe krÿz- qui signifie "mouvement de rotation" et le par le mot "szthal" qui signifie "membre long" Krystal peut donc se traduire par: "Celui qui fait tourner rapidement son membre long".
Tu vois l'étude de la langue le prouve, d'ailleurs Tacite l'aurait vu "nudus corporibus et togae habet" c'est à dire nu avec une cape, aux coté des celtes. oui, Super Krystal est un berserkr... :yes:
...
...
...
Mais qu'est ce que j'écris moi? :lol:
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Fixed:
Merci de votre vigilance :japh: C'est joli les images mais l'éditeur à bien foiré hier soir impossible de faire ce que je voulais...

@Multani et Kelun: Alors, je n'ai pas parlé de l'origine "chimique" du berserkgangr parce qu'a priori elle serait battu en brèche aujourd'hui. Si les transes shamaniques par absorption de produits sont réelles elles ne sont pas non plus une règle. Certaines transes sont provoqués par la musique et la danse notamment. Il arrive aussi que la transe puisse être provoquée volontairement sans altération préalable, juste avec un rituel.
C'est un peu dur à comprendre pour nous qui sommes entourés par les explications scientifiques mais pour les vikings de cet époque là, la magie était "réelle". Il y a donc une sorte de conditionnement psychologique et culturel, incompréhensible pour nous qui semble leur permettre de passer en berserk.
Si l'hypothèse chimique est intéressante car pratique, il ne faut pas oublier une chose:

Un berserk, et les sources le prouve, n'est pas exclu du combat il est mit en première comme élite. La consommation de stupéfiants est une chose aléatoire qui peut faire de toi un fou qui croit voler, un sanguinaire qui se blessera tout seul ou un apathique traumatisé par ce qu'il voit.
La consommation de stup' est trop aléatoire pour faire une troupe de soldats forts et unis en combat.
Je rejoins l'auteur du livre qui parle plutôt de compagnonnage guerrier, avec un conditionnement de berserk qui passent par des rites de passages qui se cristallise avec l’environnement culturel et sociologique ou une sorte de culture familiale (si on vous répète toute votre vie que vous êtes un berserk alors il a des chances pour que vous vous comportez comme tel.)
Sharn
Signaler
Sharn
Il y a comme un vide après cette phrase:
"Le berserk est intimement lié à la notion de hamr décrite plus haut. Dans Berserk, cette notion se retrouve très"

Ce qui me gène un peu dans la nouvelle tournure de Berserk (le manga) c'est que ça devient vachement plus lumineux comparé aux premiers tomes. En tout cas la noirceur est moins présente je trouve. Si Kentaro Miura pouvait sortir un chapitre par semaine ça serait le pied (certains auteurs ont réussi sur une période aussi longue il n'y a qu'à voir Hajime No Ippo pour s'en persuader).
Krystalwarrior
Signaler
Krystalwarrior
Comme d'hab', tes articles sont toujours aussi intéressants et je prends toujours un grand plaisir (j'allais dire mon pied mais ça suffit aujourd'hui, les 13 épisodes de Panty & Stocking m'ont épuisés XD) à te lire.


Berr-sekr - Berr étant la nudité et sekr, l’armure (Lexicon Poeticum). Le berserk serait alors un guerrier qui ne porte par d’armure au combat. La chose semble se confirmer par Tacite qui écrivait que certains celtes et les germains avaient l’habitude de partir au combat « nudus corporibus ». Pas la peine de vous faire un dessin…

Si on suit la première définition que tu donnes du Berserk, est ce que Super Krystal est une sorte de Berserk ? :)


Le berserk est intimement lié à la notion de hamr décrite plus haut. Dans Berserk, cette notion se retrouve très

Je ne sais pas si c'est une erreur d'affichage de l'article ou si tu n'as pas terminé ta phrase. En tout cas, je te le fais remarquer. C'est juste au dessus de la première image de Guts en mode vénère-j'vais-tout-casser ! ;)


Et puis comme toi j'adore le manga Berserk qui est surement un des meilleurs mangas que j'ai pu lire (après City Hunter, faut pas déconner non plus). C'est une de mes exs qui m'avaient fait découvrir il y a maintenant... 7 ans (ouah ça remonte @_@) et du coup j'avais commencé à en faire la collection. Mais les mangas c'est cher et j'ai arrêté rapidement d'en acheter.
Je suis en train actuellement de redécouvrir la série (j'en suis au T20) et plus j'avance, plus je trouve que l'auteur s'améliore aussi bien sur le plan graphique (il faut avouer que les scènes de baston ou d'armée étaient moins lisibles avant) que sur le plan scénaristique. Bref c'est vraiment une belle oeuvre à découvrir absolument. Et aussi parce qu'il y a plein de boobs et de cul ! @_@
Kelun
Signaler
Kelun
Au delà de toute magie (Attention, je ne dis pas qu'ils n'en utilisaient pas), il y a de fortes chances pour qu'avant chaque combat, ils mangeaient/sniffaient/whatever des plantes ou des champignons qui faisaient voir des choses incroyables.

Sans parler de certaines plantes, qui une fois ingurgitées augmentent le taux d'adrénaline, rendent insensibles à la douleur etcetcetc...

Sans oublier la ferveur des batailles.
Karas
Signaler
Karas
Il s'agit d'Erik le Viking ! :)
Image IPB
Film réalisé et écrit par Terry Jones avec lui-même, Tim Robins, John Cleese.
Ipik
Signaler
Ipik
J'ai jamais dit que c'était un problème @___@
Maintenant je sais que pour vaincre Sirtank je dois sortir mon hamr !
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
@Karas: :lol: Ca sort d'où ce truc!?
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
@ipik: C'est pas gentil! Tout le monde sur ce site se moque de mon accent... :( Oui je suis du sud-ouest et je vous em..bête!!
Karas
Signaler
Karas
Il existe un reportage d'époque nous montrant un berserk dans toute sa fureur, il s'agit de Svein ^_^
Ipik
Signaler
Ipik
Mon dieu j'ai tout lu avec ton accent :phear:
Multani
Signaler
Multani
Je ne sais plus où j'avais vu ça, mais il me semble que les épisodes de fureur animale et autres exploits masochistes impliquant le feu provenaient de mixtures que les berserkers ingéraient avant les combats.

Ils étaient comme tu l'as dit des chamans, avec le stock de produits stupéfiants et composés qui vont avec. Ils étaient visiblement capables d'entrer dans des transes chimiques suffisamment puissantes pour atténuer voire annuler toute sensibilité à la douleur.
Tobitake
Signaler
Tobitake
Courage Papy Miura !

Édito

L'actualité trépidante du jeu vidéo oblige à la plus grande prudence.
Le but de ce blog est donc de proposer à tous les joueurs en quête de la vérité des news de qualité, vérifiées et objectives.
Mais la rigueur de ces articles n'empêche pas néanmoins d'exposer des avis affutés et des critiques constructives qui ne manqueront pas d'élargir l'esprit des gameblogueurs ouverts aux thèses le splus audacieuses.

Si ce blog reste un oasis d'où jailli une source intarrissable de savoir, il n'en reste pas moins un havre accueillant où les sens seront nourris d'illustrations de qualité, bien que portés plutôt sur un look en particulier.

Quand l'actualité (toujours trépidante, rappelons-le) me laissera quelque latitude, je parlerai aussi d'animation et de sujets autrement plus graves comme... Euh... Le jeu vidéo, tiens. Ou les mechas.... (c'est important les mechas, vu les  films de merde qui sortent en ce moment...)

Sur ce...

Il faut pardonner à ses ennemis mais pas avant de les avoir vu pendus. (Heinrich Heine)

Archives

Favoris