La Casa De Gounta

Par Gounta Blog créé le 13/12/09 Mis à jour le 06/05/10 à 11h07

A la découverte Poulpix.

Ajouter aux favoris
Signaler
Contre-Expertise

Tel un espoir pour l'avenir, il existe des associations de studios de développement et d'édition qui permettent à des adaptations de qualité de voir le jour pour le plus grand bonheur des fans concernés et les autres. Avec Batman : Arkham Asylum, Rocksteady Studios et Eidos Interactive nous permettent de mettre la main sur une perle trop rare. Mais brille-t-elle pour autant de tout son éclat ?

 

Adulé comme l'adaptation parfaite de l'univers de DC Comics, apprécié à outrance comparativement aux adaptations vidéoludiques antérieures, cet opus nouvelle-génération des aventures de Batman n'est pas pour autant dénué de qualités qui lui permettent d'accèder, d'elles-mêmes, au statut de référence. Affichant un niveau tehcnique impressionnant qui permet de retranscrire fidèlement l'atmosphère des comics, instaurant un système de gameplay qui allie action pêchue et infiltration sournoise, mettant en scène une réalisation digne des derniers épisodes cinématographiques, délivrant un scénario ficelé à la perfection, Batman : Arkham Asylum rivalise d'ingéniosité. Il serait difficile de lui disputer cette couronne. Aux qualificatifs de simplicité, efficacité et variété, il faut également rajouter l'intégration de défis annexes qui permettent de rallonger une durée de vie qui paraîtra tout de même trop courte tant l'expérience se veut intense. Difficile de trouver à redire et pourtant...

 

Il faut avoir un léger penchant pour la douleur ou un cheat-code contre les coups quand vous avancez des critiques face à un héros de la carrure de Batman. Et il semble logique, quelque part, que la consensualité soit privilégiée pour ne pas égratigner ce dernier. Tous les subterfuges sont alors trouvés pour maquiller les assauts, quitte à ne plus ressembler du tout à des reproches. Par exemple, en matière de gameplay, les phases de combats sont jugées au premier abord comme très/trop simples. Or, il leur est immédiatement rapproché une technicité plus profonde par le biais d'un timing nécessaire pour réaliser des mouvement de plus en plus décisifs. A la durée de vie principale assez courte, il lui est ajouté une multitude de bonus à rechercher, des modes défis à parcourir et des contenus informatifs sur la vie des différents intervenants pour mieux comprendre le pourquoi du comment. La véracité des propos empêchent concrètement de les affronter de front d'autant plus que les qualités parlent d'elles-mêmes. Seulement il est des faits qui ne sont que très rarement, voire absolument pas, rapportés.

 

Aussi prenant et intense soit-il, Batman : Arkham Asylum est avant toute chose un jeu dont la quintescance n'est accessible qu'à un niveau de difficulté élevé. C'est le prix à payer pour mieux saisir les efforts réalisés, pour mieux prendre conscience des moyens à la hauteur d'un héros sans pouvoirs, mais néanmoins surpuissant. C'est la condition sine qua non pour savourer l'expérience et la prolonger un peu. C'est aussi l'impératif particulier qui gommera un tant soit peu le manque de diversité dans les rangs ennemis et la ridicule résistance des boss rencontrés. Après tout les sbires peuvent bien s'enchaîner comme des petits pains tant que les véritables challenges se profilent à l'horizon. Or, ce n'est pas du tout le cas et la fameuse fête est alors un peu gâchée. Les grandes figures sont bien présentes, mais ces super méchants n'ont de fidèle que l'aspect, car ils mordent la poussière sans grande résistance. Vraiment dommage pour un jeu qui se veut fidèle à ce point. Il reste à espèrer malgré tout que la suite annoncée s'efforcera de corriger ces points pour au moins transcender l'aventure à venir.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Neuro
Signaler
Neuro
Belle approche.
Je viens de finir le jeu, et je reste un peu sur ma faim, dans le sens ou j'ai la sensation d'avoir joué à un putain de titre, complet, maîtrisé, mais qu'il me manque un je ne sais quoi pour en faire un de mes jeux préférés...Du lourd quand même.
La Casa De Gounta

Édito

Un blog... Certes, certes. Mais pourquoi ? Sur un site comme Gameblog, les initiatives sur les thèmes fondamentaux que sont les jeux vidéo, le cinéma, la musique ou les mangas vont pleuvoir. Chacun voulant y aller de sa touche personnelle, parfois maladroite. Alors pourquoi ne montrerai-je pas aussi personnel et maladroit ? Et si la liberté des uns commence là où s'arrête celle des autres, c'est ici que prend effet ma juridiction. Il ne reste plus qu'à trouver une idée pour exploiter l'opportunité. Quoiqu'elle est dores et déjà toute trouvée. Voici donc une fenêtre ouverte sur le site que je développe. Je le crois original, détaché de toute concurrence dans sa manière d'approcher le sujet. Et, du coup, je me permets de penser qu'il a sa chance au milieu de tant de sobriété et de classicisme. Je vous présente donc Poulpix, un autre site sur les jeux vidéo (et pas sur la diffusion d'images et de vidéos holé-holé sur la reproduction des céphalopodes comme pourrait le laisser penser son nom). Bah oui, pas le choix, quoi.

Archives