"Le Passavant", le poste de Fusain

"Le Passavant", le poste de Fusain

Par Fusain Blog créé le 21/01/11 Mis à jour le 24/10/13 à 18h34

Ajouter aux favoris
     
Signaler
Quelques notes sur des bandes-son

Flower: Original Soundtrack from the Video Game - crédits : vgmdb.net

Flower est un titre qui, je crois, est à faire au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour se forger son propre avis sur ce titre si singulier. En effet, il est possible de lire ici et là des commentaires assez sceptiques sur le jeu. Flower, à mon sens, ne peut s'apprécier via une vidéo de promotion, ou un témoignage. Il s'apprécie la manette en main. Encore faut-il que pour l'apprécier il faille se débarasser des poncifs habituels : "durée de vie; rejouabilité; etc", qui sont caducs pour l'occasion.

Mais ce billet ne se veut pas être une critique du jeu.

Il en existe des sympathiques que l'on peut retrouver sur la page dédiée au jeu et je vous invite à les lire. Ce qui me semble intéressant à traiter, c'est l'aspect sonore de Flower. « Entreprise ambitieuse! » me direz-vous. Je prends toutefois le risque, en sachant que malgré tout je ne serais ni exhaustif ni pointu. Ce billet n'est pas une analyse technique absolue, il se veut agréable et retranscrire les sentiments que j'ai eu quand j'ai pris part à ce voyage; que m'évoque la musique de Flower, afin de partager le bonheur que j'en ai tiré.

Avant de commencer, souvenez-vous, vous avez sans doutes déjà vu votre petite amie ou une parfaite inconnue dans un parc, enlever avec un visage rayonnant un à un les pétales d'une marguerite en fredonnant « un peu...beaucoup...passionnément... », chaque pétale étant un sentiment. Et bien, la bande-originale de Flower c'est un peu cela: 8 morceaux qui ont chacun une identité; qui évoquent chacun des couleurs, des sentiments, des ressentis, et qui s'apprécient au fil de l'écoute, le visage... souriant.

(Nota bene : Si vous n'avez pas fait Flower, ce billet comporte des « spoilers » qui peuvent vous gâcher le plaisir de la découverte.)

Flower - crédits : thatgamecompany.com

La bande-originale de Flower s'apprécie, je trouve, encore d'avantage une fois le voyage effectué. Beaucoup de couleurs, de souvenirs reviennent en effet en écoutant les morceaux de l'album. Prenons le premier morceau que l'on entends et qui se trouve être le dernier de l'album. A mon sens, Lazy Daydream se veut être le thème principal du jeu et de la bande-originale, la mélodie se retrouvant dans quasiment tous les morceaux par la suite. Concernant sa composition, les cordes sont du meilleur effet et l'ambiance très planante.

L'écoute de ce thème me rends à chaque fois nostalgique. Du jeu oui, évidemment. Mais pas seulement. Du temps qui passe trop vite, des moments que l'on a pas assez apprécié. L'illustration qui accompagne Lazy Daydream au lancement du jeu (et qui est aussi la couverture de l'album) est assez juste: on l'apprécie vraiment couché dans l'herbe à rêvasser... essayez...

La « vraie » première piste, Life as a Flower, est un peu le « frère jumeau » de Lazy Daydream je dirais, à savoir un morceau tout aussi ensoleillé et léger mais avec peut-être plus d'espiéglerie. Elle est doublement marquante car c'est d'ailleurs avec celle-ci que l'on découvre, dans un endroit charmant (et vert!), les mécanismes du jeu et son cachet. La guitare est ici formidable et le piano qui suit est très aérien et lumineux. A l'écoute pure, on se sent bien, on se sent en confiance et pour un peu on sentirait le vent sur notre visage. Cette impression dûe aux différentes sonorités qui traversent cette piste est très exaltante. Et retrouver de plus le thème de Lazy Daydream à la 02:23, ce n'est que du bonheur.

Puisque je vous parle de vent, j'aimerais aborder Sailing on the Wind, la troisième piste et qui m'a vraiment marquée. Elle me semble être dans cette même optique que Life as a Flower mais elle pousse ce léger vent en force encore plus vive, plus enjouée (et notez toujours le thème principal repris vers les 04:33 à 04:40). C'est dans ce rêve que se trouvent les éoliennes et je dois dire que la vivacité qui caractérise ce morceau est en adéquation parfaite avec les interactions que l'on peut avoir avec celles-ci.Vers les 05:12 une transition s'opére stoppant net cette folie qui prévalait jusque là, grâce au piano qui revient, seul, puis rejoint ensuite par d'autres instruments pour clore avec quelques notes d'optimisme. Sailing on the Wind est une piste définitivement géniale.

Flower - crédits : thatgamecompany.com

Splash of Color et Nighttime Excursion au contraire des morceaux précédents sont plus ténus; mélancoliques et illustrent à merveille leurs deux rêves respectifs. La première fois que j'ai joué à Flower c'est avec le 2éme rêve que j'ai vraiment noté une reprise du thème principal (03:25 à 03:31) et celle-ci m'a vraiment enthousiasmé à l'époque! Si les deux rêves visuellement parlant sont sympathiques, je dois dire que ces deux pistes, certes agréables, ne m'ont pas transcendé.

Je m'aperçois que depuis quelques lignes j'évoque beaucoup la mélodie de Lazy Daydream. Si vous écoutez l'album, vous aurez peut-être noté que plus les minutes passent et moins le thème principal est présent. Enfin si, il est présent mais de manière plus diffue (Nighttime Excursion) ou plus froide. Par exemple, prenons Solitary Wasteland , ce morceau accompagne le 5éme rêve, le thème principal se retrouve effectivement de 01:50 à 02:13 mais quel contraste avec Lazy Daydream!

Le choix des instruments n'est évidemment pas étranger: à la guitare succèdent la flûte et le piano. Au soleil lumineux; au ciel bleu parsemé de nuages blancs et aux collines à l'herbe bien verte succèdent pylônes électriques, pluie battante et une Nature plus que parasitée. Les sonorités de Solitary Wasteland sont quelques peu effrayantes et symbolisent exactement le mal-être que bon nombre d'entre-nous avons eu en parcourant ce rêve. Dés 03:28 l'ambiance devient même glauque avec ce piano.

Mais c'est avec les 05:20 où la mélodie prends cette sorte de malice (l'opposé toutefois de Life as a Flower en terme d'espiéglerie) puis de lourdeur (07:06), qui n'est pas sans me rappeler le cynisme, l'opulence, le peu de cas, voir le délaissement, que l'on peut avoir de la Nature. Si ce 5éme rêve se trouve être complexe dans sa construction, sa musique l'est tout autant: 11 minutes et 39 secondes où apparaissent plusieurs phases comme je viens de vous le montrer. Soyons honnête, à l'écoute pure, Solitary Wasteland est longue. L'écouter d'une traite n'est pas évident. Et pourtant, longueur ne signifie pas lourdeur...

Flower - crédits : thatgamecompany.com

Accompagnant le dernier rêve du jeu (hors crédits de fin) avec une durée de 12 minutes 20 secondes Purification of the City est le point d'orgue de cette bande-originale. Soyons direct, la première partie est l'antithèse de Solitary Wasteland (toutefois si vous écoutez bien la dernière phase de cette dernière (10:18), Purification of the City en apparaît comme la suite logique)

L'antithèse car tout d'abord le thème principal revient de manière spectaculaire (01:55 à 02:39). Il revient plein d'énergie, plein de force. Ce que je considère comme la première partie (du début jusqu'à 04:50) m'évoque pleinement cela: cette fois ca y est, la luminosité (les pétales dorés), la couleur (les buildings, l'herbe), le bonheur (les balançoires) peuvent enfin reprendre leurs droits après avoir été confinés, chassés dans le rêve précédent. Tout cela soutenu par ce violon, cette flûte et ce piano enjoués au possible.

Si vous avez fait le jeu, le fait que les pétales, gorgées de lumière, puissent détruire littéralement les stigmates d'industrialisation, soutenu toujours par ce thème principal prenant des accents de moment décisif, de moment inéluctable (pour un peu cela paraît être une « force tranquille »...), m'a vraiment engendré de l'adrénaline, du bonheur, de l'envie d'accompagner ce mouvement de régénération jusqu'à son terme. Les cloches de la 5éme minute rendent même ce moment quasiment solennel voire religieux...

Je parlais de régénération voilà sans doutes le mot clef de Purification of the City. Tout converge vers ce mot. Et malgré les ultimes tentatives de bloquer cette force (voir fin du rêve), la reprise de la première partie du morceau sonne comme désormais irréversible et définitive ce retour de la lumière et de la Nature parmi la ville. Et la dernière image de ce rêve vient confirmer le tout...

En y repensant, en écoutant Peaceful Repose, ultime morceau de la bande-originale, il y a deux mots qui me viennent à l'esprit : « Et maintenant? ». L'énergie de prendre part à un moment unique est passée. Le rapport entre la ville et la Nature, devenu au fil des rêves défavorable à cette dernière, paraît de nouveau en parfait équilibre. Et maintenant? Le thème principal, si conquérant avec Purification of the City, prends une forme ici plus intime, plus calme, plus reposante, comme pour signifier que tout est maintenant terminé.

Et maintenant, que se passe t-il? Cela me semble être à l'imagination et à l'interprétation de chacun. Les quelques dernières notes de piano esquissent une dernière fois le thème principal, comme pour nous dire que cette force, que l'on a côtoyée pendant ces quelques heures, ne nous quittera pas, comme si un jour elle reviendra.

Flower - crédits : thatgamecompany.com

Vous l'aurez compris, Flower est pour moi plus qu'un moment poétique et zen ou un simple voyage écologique dans le but de se détendre. C'est pour moi prendre part à quelque chose d'unique, de nouveau, ce qui est assez inexplicable paradoxalement. Cette sensation d'être un compagnon de chemin de quelque chose de fort mais pas de bien défini. Frustrant mais comblant.

La bande-originale de Flower comme je le conseillais précédemment, ne s'apprécie totalement je crois qu'après avoir fait le jeu, mais ce n'est pas une condition sinequanone! Certains morceaux ne sont pas faciles d'accès (Solitary Wasteland...) mais elle vaut vraiment la peine d'être écoutée et partagée, ne serait-ce que pour Lazy Daydream, Sailing on the Wind ou Purification of the City.

Je tenais à écrire un billet sur l'aspect sonore de Flower. Pas une critique, pas une analyse pointue, juste l'envie de partager ces quelques notes, ces quelques sentiments qui me sont venus en jouant au jeu et en écoutant l'album. Et encore j'aurais put écrire encore et encore... mais toutes les choses ont une fin. J'espère que vous aurez apprécié mes quelques notes donc, tout en ayant une indulgence tant pour la forme que pour le fond pour celles-ci, car elles n'ont qu'un but, partager ces moments, ces souvenirs qui sont pour moi des moments de bonheur. De vrai bonheur.

 

Informations :

Nom de l'album : Flower: Original Soundtrack from the Video Game

Compositeur : Vincent Diamante

Site internet : thatgamecompany

Format : Dématérialisé

Prix : 1.99 € (disponible sur le PlayStation Store)

Setlist :

01 Life as a Flower / 05:42

02 Splash of Color / 09:15

03 Sailing on the Wind / 07:30

04 Nighttime Excursion / 05:35

05 Solitary Wasteland / 11:39

06 Purification of the City / 12:20

07 Peaceful Repose / 09:23

08 Lazy Daydream / 03:06

 

crédits images : vgmdb.net ; thatgamecompany.com

Voir aussi

Jeux : 
Flower
Plateformes : 
PlayStation 3
Sociétés : 
thatgamecompany, Sony Computer Entertainment Europe
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives

Favoris