LE PIXEL VAINCRA!

LE PIXEL VAINCRA!

Par Cormag Blog créé le 25/10/12 Mis à jour le 23/01/15 à 13h40

BLOG FERMÉ. En cours de déplacement vers https://cormaglpv.wordpress.com/

Ajouter aux favoris
Signaler
Les dossiers!

Vous l'aurez compris, aujourd'hui ça dénonce. Et plutôt que de tirer sur l'ambulance en parlant de jeux nuls comme beaucoup de monde (dont moi-même), je préfère parler pour une fois de défauts dans des jeux que j'aime bien, voire beaucoup. Vous savez, ce genre de petit truc qui vous laisse un arrière-goût tenace dans la bouche...

 

 

NUMERO 3 : « Je propose 40000 armes, mais y'en a qu'une d'utile ! »


             


En général, les FPS n'ont pas des armes équilibrées entre elles. Ce qui est normal, vu que ça conditionne généralement la progression dans le jeu (à moins de faire tout DOOM avec juste le poing américain, mais là faut avoir un sacré grain). Sauf que les Bioshock, comme certains autres softs du même domaine, vous proposent d'améliorer vos armes sous certaines conditions, du genre trouver un item spécial ou se rendre à un magasin bien particulier. Sur le papier, c'est cool et ça diversifie l'action, en vous donnant plusieurs moyens fiables de progresser. Dans la pratique... c'est naze.

 

En effet, ces jeux vous permettent aussi de booster la condition physique de votre personnage. Ce qui fait qu'une arme de mêlée, par exemple, peut être upgradée en tant qu'arme, mais aussi indirectement puisque votre personnage devient un char d'assaut ambulant (quand il n'en est pas déjà un à la base, comme dans Bioshock 2).

Au final, à quoi ça sert de vider vos « précieux » chargeurs sur des ennemis apparemment coriaces, quand vous pouvez les maraver avec une simple clé anglaise ? Sans oublier le fait qu'ils deviennent ridiculement faciles à esquiver avec le temps, et qu'une attaque par surprise élimine du premier coup la plupart d'entre eux...

 

Pour finir, je parlerais de l'armée championne du monde de cheat toutes catégories depuis 2010 : le fusil à harpon de Bioshock 2. Dévastateur, précis, d'une portée sans égale... et dont vous pouvez ramasser les munitions qui vous venez d'utiliser sur les murs ! Bah oui, quoi de mieux que de faire 15 headshots avec la même munition, voyons.

 


NUMERO 2 : « un objet de résurrection ? Oui, mais pas quand t'en as besoin ! »



Il faut dire que ce jeu m'a particulièrement déçu (surtout à côté du premier sur Xbox, que j'adore et qui est un Beat'Em Up de génie), mais je ne parlerais que de ce point précis.

 

Dans ce genre de jeu, l'item le plus rare et/ou cher est celui qui vous ramène automatiquement à la vie si vous l'avez dans l'inventaire, et les Ninja Gaiden modernes en disposent. Du coup, pour des titres aussi difficiles que cela, on a vite un réflexe à l'esprit : conserver cet objet coûte que coûte pour le réserver uniquement aux boss de fin de niveau, quitte à reprendre une vieille sauvegarde si on l'a perdu bêtement. Et d'ailleurs c'est un très bon réflexe, étant donné que vous ne pouvez en avoir qu'un seul sur vous.

 

Posons donc la scène : vous êtes contre un boss bien galère (c'est un pléonasme dans Ninja Gaiden !), ce dernier comme vous est presque mort, et vous êtes à court de potions mais avec ce cher item de résurrection. Vous vous dites donc « ça va être tendu, mais si je claque mon respawn c'est pas grave, c'est fait pour ça ». Eh bien NON, dans le second opus votre objet préféré ne marche JAMAIS contre les boss, et en prime la plupart de ces derniers ont la fonction « double KO » : un fois leur barre de vie à sec, ils incantent une gigantesque explosion, qui vous tue automatiquement si vous la prenez dans les dents. Et comme vous passez 99.9% de votre temps au corps à corps, achever un de ces gaillards avec un combo long revient le plus souvent à se suicider comme un gros con.

 

On se retrouve donc avec le premier item de résurrection qui ne sert à ... rien ! Et malheureusement, ce n'est pas le seul point énervant de ce jeu, mais j'en reparlerais plus en détail une autre fois.

 

Ah, et accessoirement, je suis introuvable et je coûte la peau des joyeuses.

 (Ah, et accessoirement, je suis introuvable et je coûte la peau des joyeuses.)

PS : comme je ne suis pas un ingrat, voilà la petite astuce (qui relève presque du bug exploit selon moi, enfin bref), qui va bien. Arrangez-vous pour toujours finir les boss avec au moins un point de Ninpo : au moment où ces derniers s'apprêtent à exploser, lancez simplement une magie, n'importe laquelle. Vu que Ryu est invincible le temps qu'il prépare son sort, ça permet de finir les niveaux en s'évitant des sueurs froides...

 

NUMERO 1 : « Le boss de fin ? Dix secondes avec une main dans le slip ! »

 

(Et peut-être même d'autres, qui sait...)


S'il y a bien un point commun entre le jeu vidéo et le cinéma, c'est l'importance de la fin. Et pour les RPG, la dernière partie est souvent composée d'un dernier donjon gigantesque, où le simple troufion vous met des baffes de compétition et où on crâme ses meilleurs sorts à tout bout de champ (bien souvent par simple esprit de vengeance, après avoir battu les même généraux quatre fois chacun et tapé les mêmes monstres avec 14 swapcolors pour les rendre plus retors pendant plus d'une centaine d'heures, enfin moi je dis ça...) , avec en guise de final plusieurs boss enchainés dont un dernier aussi gigantesque que balèze.

 

Un peu dans ce genre-là...

 (Un peu dans ce genre-là...)

 

Sauf que pour Baten Kaitos, et SURTOUT pour Secret of Mana, boss de fin rime avec pétard mouillé. Et la raison est bête comme tout : même sans grinder (à savoir, taper des monstres à la chaine uniquement pour prendre des niveaux), vous êtes juste trop forts pour eux ! Donc, pour ce dernier, vous finissez l'aventure après un dernier niveau de pas loin d'une heure, trois mi-boss dont un dernier devenu carrément légendaire, une intro au grand final à vous arracher une larme et... une bouse qui se torche en 30 secondes, avec une stratégie ridicule et qui prend des dégâts monumentaux avec une simple attaque de base !

 

Quid du card-RPG de chez Namco, me direz-vous ? Ce n'est pas aussi ridicule que Seiken Densetsu 2 (en version jap, ça chie la classe), mais c'est plutôt blasant. En effet, si certains boss du milieu de l'histoire sont très balèze à cause du manque de patate de vos héros, le rapport de force s'inverse complètement arrivé à la fin du jeu. Pourquoi ? Parce que vous pouvez faire des combos selon l'enchainement de vos cartes, et qu'arrivé au bout de l'aventure vous avez quasiment à coup sûr un bonus de... plus de 300% par tour. Autant dire que lors des derniers affrontements, on commence à éprouver une sérieuse sensation d'inachevé, comme si on n'avait pas débloqué la vraie fin ou qu'on avait changé le niveau de difficulté sans s'en rendre compte.

 

 

C'est tout pour cette fois ! Cormag (qui aime bien Secret of Mana quand même !)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Dans beaucoup de rpg, le boss de fin est minable. Regardons Grandia 1 et 2, sans parler d'autres jeux d'aventure de type Tomb Raider. Mais le mieux reste Diver's Dream où, comme seul boss, il faut affronter un requin qui revient plusieurs fois dans les niveaux.
Cormag
Signaler
Cormag
Aucune idée, j'y ai pas joué! :P
Kyalie
Signaler
Kyalie
FFX !
Sérieux, qui n'a pas éclaté Seymour et Jecht en 2 temps 3 mouvements, et sans les chimères s'il vous plaît !
Cormag
Signaler
Cormag
Oui enfin, c'est un peu frustrant de se faire pulvériser pour leur avoir laissé une seule petite seconde de répit... :s
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Ah. Je n'ai jamais galéré sur un boss autre que Tigror dans Secret of Mana. Après, la magie règle tous les problèmes ! (du coup je jouais avec le guerrier, histoire de compliquer un peu ! :P)
Cormag
Signaler
Cormag
@Pedrof : je voulais mettre Kefka à la base, mais il fait trois écrans à lui tout seul!

@RetroBob : si je dois résumer ce que je n'aime pas sur Ninja Gaiden 2, surtout par rapport au 1... je dirais une esthétique pas exceptionelle (alors que le 1 était une bonne claque en son temps), un système de caméras foiré sur certains niveaux et SURTOUT sur les derniers boss, et aussi un panel d'armes pas vraiment equilibré. Sorti de la faux et de la Dragon Sword, on a pas l'impression de pouvoir se défendre efficacement.

@Waldotarie : Tigror est chiant par la simple absence de magies quand on l'affronte, sorti de ça si on économise les objets de soin il est faisable. Par contre, le Megafeu et surtout le Megatonerre (à Puritas) sont de véritables PURGES. A moins d'abuser du stun des magies, ils font des dégats atroces.
Pedrof
Signaler
Pedrof
L'image de NeoExdeath :lol:
Scratosorus
Signaler
Scratosorus
Ou sephirot de FfVVII si on prends la peine d'aller chercher la materia chevaliers de la table ronde, c'est du 4minutes 30 montre en main ! Encore faut-il le savoir...!
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Tigror. C'est Tigror le vrai boss de Secret of Mana, tout le monde sait ça !! :P
http://www.gameblog....-secret-of-mana

Par contre je ne suis pas à 100% d'accord sur BioShock (le 1, le 2 je ne l'ai pas encore fait :blush:), où j'avais plutôt le sentiment de me servir d'un peu toutes les armes, surtout que je n'avais développé aucune compétence en discrétion, donc quasi impossible de surprendre des ennemis sur la fin du jeu. Et dans mon cas, il fallait se servir de toutes les armes, ne serait-ce que pour pallier au manque de munitions, et la logique était globalement respectée (une balle dans la tête avec le pistolet ou un sacré paquet de balles de mitraillette quand on a de la distance, et du fusil à pompe de près. Et les grenades pour les protecteurs, bien entendu.)
Justement je trouve que ça marche bien mieux qu'un certain nombre de FPS où on oublie même qu'on a un flingue tellement on arrête de s'en servir passé le 2ème niveau ! ;)

Et sinon, Worst boss ever : celui de Mystic Quest, version SNES. Absolument écoeurant de facilité quand on connait la méthode. Vraiment. Pire encore que pour Seiken Dentetsu.
RetroBob
Signaler
RetroBob
Itagaki a bien une gueule de masochiste, alors tu t'attendais à quoi sur Ninja Gaiden 2? (qui pour moi est surtout décevant techniquement)
Le monsieur sait que les hardcore gamers aiment les vilaines fessées! Mmmh...
Quant à Secret of Man, lorsque tu découvre le jeu à 12 ans, je peux te dire que la première fois tu n'imagines pas une seule seconde devoir utiliser le sort Mana pour dérouiller le boss... donc j'ai ramer pendant de loooongues minutes en lui faisant des dégâts à 10 points! ^^

Édito

Une présentation un peu plus développée s'impose...

23 ans, amoureux du jeu vidéo (et des pixels qui tâchent, mais ça vous l'aurez déja compris!) depuis toujours. J'ai commencé ma carrière de bloggeur de mauvaise foi sur le défunt JVN.com, devenu le site du magazine JVM.

Mon crédo? Parler d'un jeu, mais pas que. L'univers du jeu vidéo est vaste et connecté, et c'est un peu dommage a mon goût de se borner à un simple sujet de test. Et comme je suis passionné et que j'adore faire partager cette passion, quoi de mieux que de prendre la plume pour ça!

A part ça... Je commence depuis quelques temps, ou plutôt plusieurs mois, à m'imposer différents défis sur certains de mes titres favoris, qu'il s'agisse de speedrun ou encore de parties à handicaps. C'est une façon différente de jouer, ainsi que de voir les jeux qu'on à aimé sous un angle nouveau.

 Cormag.

Quelques haut-faits perso :

 

 

Pour garder le contact :

ask.fm/CormagLPV

Licence Creative Commons
Mes textes personnels (images et vidéos exclues) sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 3.0 France. (Faites juste un c/c du blog + un petit MP si vous les diffusez, ça ne mange pas de pain.)

Archives

Favoris