Signaler
(Jeu vidéo)

Dans la première partie de ce dossier Resident Evil, je posais les bases de la série en parlant de son arrivée fracassante sur la PS1 en 1996. Le premier opus nous entraînait dans une aventure délicieusement oppressante au coeur du manoir Spencer où Umbrella menait ses recherches sur le virus T…

Dans cette seconde partie, nous allons nous pencher un peu plus sur les personnages de cet épisode, faire un point sur son univers et s’intéresser aux mécaniques du gameplay.

Un équipe de stars !

Jill Valentine, Chris Redfield, Barry Burton et Albert Wesker débarquent donc dans le manoir Spencer après une folle course dans la forêt de Raccoon city. Poursuivit par des Cerbères alors que leur pote Joseph Frost viens de se faire bouffer par l’un de ces adorables toutous, ils n’ont d’autre choix que de se cacher à l’intérieur de l’étrange demeure tandis que Brad Vickers passera la totalité du jeu à voler autour du manoir en hélico. Ce qui m’amène à une première et importante question : comment a-t-il eu assez d’essence sachant que l’histoire dure toute une nuit et qu’il se plaint dès le départ de ne plus avoir assez de carburant !? Non j’rigole on s’en tape. Allez, bienvenue chez les S.T.A.R.S !

Jill est née en 1974 et a fait ses classes dans l’armée américaine, plus exactement au sein des Delta Force avant d’intégrer les S.T.A.R.S. C’est une experte en explosifs et en crochetage et si vous avez fait le jeu avec elle, autrement dit en mode facile, nul doute que vous vous êtes rendu compte de son talent à manier le Beretta…C’est la meilleure amie de Chris.

Chris Redfield, la vraie star du jeu est né en 1973 et viens lui de l’US Air force. C’était un très bon pilote et un tireur d’élite. Avant de rejoindre les S.T.A.R.S  il fait des siennes au sein de son équipe car il a un caractère bien trempé. Il quitte donc son poste de pilote et se rend à Raccoon City un an plus tard. C’est là qu’il va retrouver son ami Barry Burton qui va lui proposer de faire équipe à ses côtés au sein de l’unité d’élite de la police locale…

Ce dernier est né en 1960 et sort du S.W.A.T de New-York. Il est père de deux petites filles et nous savons que son amour pour ces dernières le poussera à trahir ses co-équipiers…

Albert Wesker, la classe incarnée de ce Resident Evil, est né en 1960 et il est enlevé tout jeune par les fondateurs d’Umbrella (qui n’existe pas encore à cette époque) James Marcus, Edward Ashford et Oswell E. Spencer….Il est placé dans le projet Wesker avec d’autres enfants et subira diverses expériences. Il travaille au côté de William Birkin qui bosse sur le virus Progenitor qui deviendra le virus T que nous connaissons tous…Pour couvrir les agissements d’Umbrella Corporation il décide d’intégrer les S.T.A.R.S et en prend le commandement. C’tte classe quand même ;)

Lorsqu ’ils arrivent tous les quatre dans le manoir, Wesker disparaît tout de suite et on ne sait pas encore qu’il est un traitre. Il se contente de vous envoyer faire le tour du propriétaire, et c’est là que notre aventure commence…

A noter, la présence de Rebecca Chambers même si ce personnage n’est jouable que le temps d’une séquence lors de laquelle elle doit aller chercher le vaccin antipoison pour Chris, qui vient de se faire mordre par un boss au sang-froid inoubliable…

Cette jeune-fille né en 1980 fait partie de l’équipe Bravo des S.T.A.R.S au sein de laquelle elle tient le poste d’infirmière. Cette mission, qui pour elle était la première, tourne au cauchemar  et la petite junior de l’équipe est un peu trop kawai…Toutefois, nous la retrouverons bien plus tard dans Resident Evil Zero, pour comprendre ce qui lui est arrivé avant les évènements du manoir et surtout se rendre compte qu’elle est aussi courageuse que n’importe autre membre de la team.

Un univers d’anthologie !

Le manoir spencer est probablement un des lieux les plus emblématiques du jeu vidéo ! Construit au coeur des montagnes aux forêts denses d’Arklay situées au Nord-Ouest de Raccoon city, il abrite le laboratoire ou sont menées les recherches d’Umbrella. Son architecte, Georges Trevor l’avait conçu sur la demande de Spencer dans le but d’y loger tous les scientifiques travaillant sur le projet du virus…Bonjour la coloc’ ! Le hall d’entrée est juste somptueux et on comprend tout de suite que la demeure est immense car en arrivant dans la nuit noire, obscure et sombre (ouais) impossible de distinguer davantage que la façade de la grande bâtisse. Et puis quand on se fait courser par un chien à moitié mort, bon si vous voulez on n’est pas dans la contemplation quoi…

A droite, deux portes et à gauche, une double porte menant à la salle à manger. Le bruit de l’horloge résonne encore dans ma tête au moment où je vous écris. Au fond de la pièce, une imposante cheminée…Mais devant les cendres, un détail vous attire. C’est une tache de sang. Le sang de qui ? Pour le savoir, il faut aller ouvrir la prochaine porte sur votre droite….Et c’est la première rencontre avec un zombie…Grand moment du jeu vidéo !

Dans la première partie de ce dossier, je parlais de scènes cultes comme l’irruption des chiens lors de notre passage dans le couloir du rez-de-chaussée ou encore de celle de l’arrivée du Hunter à notre retour de la maison du gardien mais cette première rencontre est peut-être la plus inoubliable. Souvenez-vous ! Nous ne savions pas à l’époque ! Et cette horreur dévorant la gorge de Kenneth qui tourne lentement la tête pour nous fixer de ses petits yeux morts…Intense ! Si vous aviez choisi le mode normal avec Chris, vous aviez dû faire appel à tout votre courage pour l’avoir à coups de couteau. Pour les moins suicidaires, il suffisait de revenir dans le hall principal et de récupérer le Beretta…Mais quel moment d’angoisse foudroyant !

Les pièces se succèdent alors dans une ambiance indescriptible où la terreur et palpable. La musique, signée Makoto Tomozawa, Akari Kaida et Masami Ueda pose une atmosphère pesante pour une progression qui baigne dans l’angoisse qui se mêle à l’excitation d’avancer davantage et de percer les secrets du manoir…Petit coup de coeur pour la musique d’ambiance des souterrains menant au bassin des Neptunes, des requins mutants. Grandiose et inoubliable !

Si le manoir et l’ambiance générale du jeu suffisait à nous faire trembler, les codes utilisés par Mikami et son équipe ont largement contribué à transformer notre peur en terreur. Les angles de caméra étaient vraiment pensés pour étouffer le joueur et lui coller une pression monumentale. Inspirée par le cinéma d’épouvante, l’équipe a tout misé sur les effets angoissants comme la vue en douche par exemple ou encore le fait d’avoir un plan serré de face sur notre personnage jetant un mystère total sur la pièce dans laquelle nous venions d’entrer…

Il y a une echelle. Prendre l'echelle ? 

Les fans des premiers Resident le savent : pour ramasser un objet, il fallait être devant. Oui mais bien devant. Pas à côté je veux dire. Et au millimètre près. Sans compter que nos héros étaient comme posés sur des pivots. D’ailleurs, la première prise en main n’a pas été aisée. En gros, on se prenait tous les murs. Ça n’était pas évident bon sang !

De plus, l'inventaire était vraiment restreint ! Jill pouvait transporter 8 éléments contre 6 pour Chris. Ca ne fait pas beaucoup, et comme je le soulignais dans la première partie les munitions ne courent pas les...couloirs ! On est loin de la malette de RE4 !

Tout ça pour dire que la jouabilité de Resident Evil était rigide et exigeante. De plus, pas de visée automatique sauf pour les joueurs ayant fait le jeu sur Saturn (ce qui a été mon cas avant de le refaire sur PS1) et impossible de tirer en courant. Il fallait donc se contenter d’avancer à un rythme plutôt lent et de s’arrêter pour viser et tirer ce qui permettait toutefois d’être en totale adéquation avec l’ambiance du jeu… Après, oui, il vaut mieux courir quand on a un Hunter dans son sillage mais quoi qu’il en soit, ce premier volet de la saga n’est certes pas un jeu d’action. De plus, l’exploration est un des éléments les plus importants dans le gameplay de Resident Evil et ce rythme offrait la possibilité de se poser pour visiter tranquillement (ou presque) tous les recoins du manoir et de mener son investigation. J’en parlais dans mon précédent article, de nombreux objets, des clefs et des documents sont disséminés partout dans la demeure et ils sont nécessaires non seulement pour résoudre les énigmes du jeu mais aussi pour être totalement immergé dans l’histoire et en apprendre plus sur le scénario.

D’ailleurs, on garde le souvenir impérissable de certaines de ces énigmes : le blason de la cheminée de la salle à manger et son horloge, la Sonate au clair de lune de Jill ou encore le couloir aux corbeaux... Et vous, quels sont vos meilleurs souvenirs de ce premier épisode ?

 

Dans la prochaine partie, nous nous intéresserons à l’épisode Director’s Cut, une édition qui nous avait réservé un très bon lot de sombres surprises ! Tellement bon de se replonger dans cette saga atemporelle !


 Retrouvez-moi sur www.carolequintaine.com

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Commentaires

Frag
Signaler
Frag
Je crois que c'est le première fois, lors de sa sortie, que je me suis dis "ok, donc ça va ressembler à ça les jeux de la nouvelle génération: des films !". Ce jeu a été un kiff absolu, du début à la fin.
Brad, il est pas reparti pour faire le plein justement ? Mouai t'as raison on s'en fout Caro... très bon article, qui m'a rappelé une époque bénie. Celle de mes 20 ans. :)
FR_Gunmm
Signaler
FR_Gunmm
En plus il y avait plusieurs fins possible, je me rappelle d'une partie où Barry meurt et il nous donne la photo de ses gosses
KENAVO
Signaler
KENAVO
J'ai envie dire que dans un sac à main on met plus de chose que dans des poches de pantalons... :genre:
k2wax
Signaler
k2wax
Wesker était le vilain le plus badass Sephiroth pour moi à l'époque, un peu comme Sephiroth pour d'autres. Alors quand je l'ai vu dans le 5 en tenue Neo façon Matrix... -_-
Piniaoki
Signaler
Piniaoki
Ils m'ont bien traumatisé aussi les Crimson Heads,la version GC à été pour moi une vrai redécouverte du mythe!
KENAVO
Signaler
KENAVO
Pour moi le pire ce sont les Crimson Heads dans Rebirth...

Quelle horreur! Quand tu sais qu'il y a un zombie que tu n'as pas cramé faute d'essence dans un couloir et que tu es obligé de repasser par ce maudit couloir... Affreux! Pire encore quand c'est le couloir aux miroirs...
franckiflowers
Signaler
franckiflowers
Magistral! A l’époque j'avais vraiment pris une baffe de terreur et fascination. Les décors , le scénario et surtout les musiques... un de mes souvenirs marquants c'est le retour au manoir après le poste de garde quand on rencontre le premier Hunter ! Déjà le passage est chaud mais une qu'on la passé on se rend compte que quelque chose a changé...c'est la musique!!! Bien plus stressante et la on s’aperçoit qu'il y a des Hunter partout! On croyait etre tranquille en ayant tué la plupart des zombies mais non il ya les autres a la place, double stress!!!
alphonse
Signaler
alphonse
Pareil, je vais rallumer la GC, ça donne envie de s'y remettre. Merci pour ce dossier sur ma série préférée, bien que je connaisse RE par cœur, ça fait plaisir à lire.
funysefty
Signaler
funysefty
Pfiou je crois que je vais rallumer ma ps1 et me refaire les trois premiers parce que quand je vois ton article ça donne méchamment envie
Cosmic
Signaler
Cosmic
C'est culte. Quand je lis ce genre d'article je me remémore mes parties et j'me dis qu'on a quand même de la chance d'être fan d'une saga aussi riche. Même si les récents épisodes divisent, les précédents opus resteront à jamais des valeurs sûres.

Mais c'est dingue comme le premier jeu a su proposer autant d'idées (comme Tomb Raider à l'époque). Je veux dire que les idées ne sont pas venues peu à peu au fil des épisodes, non, "bam !" on te balance un concentré tout simplement extraordinaire. Et la recette continuera et fonctionnera ainsi pendant pas mal d'années jusqu'au renouvellement avec RE4 (un nouvel épisode qui marquera l'histoire du jeu vidéo).
Maplou
Signaler
Maplou
J'ignorais que la version saturn avait une visée auto! sinon à l'époque mes deux meilleurs potes m'avait forcé à acheter la version director's cut car eux avaient joué à la version censurée et voulaient voir les différences. Grosso modo la director's cut est la seule et unique à retenir puisqu'elle remet la couleur à l'intro (so kitch!) et les scènes qui avaient été supprimés au montage. Cela dit, j'ai hâte de voir dans ta troisième partie les différences qu'on aurait manqué à l'époque et que tu as pu trouver^^
Par contre c'est marrant mais j'ai jamais considéré chris comme le héro de cet épisode, il pourrait même ne pas exister dans la saga que je ne verrais pas le manque (pas tapé please je sais que c'est ton chouchou). Mais c'est un perso que j'ai toujours trouvé plat et peu intéressant (surtout comparé à d'autres fortes personnalités comme Wesker, barry ou jill et je parle même pas des persos qui apparaitront dans l'épisode suivant). J'ai fait RE1 six fois dont seulement une seule fois avec chris... (peut-être pour ça que RE5 m'a paru si fade d'ailleurs).
bref, un super moment dans RE1 ( y en a trop) ==> la caméra en vue 1ere personne du premier hunter....la porte qui s'ouvre, puis un pas lourd sur le plancher sans voir ce que c'est...puis un truc qui saute...game over.
REB1RTH
Signaler
REB1RTH
J espère que tu feras référence aux différences des version saturn ( que tu as faite donc ) et ps1 ?
REB1RTH
Signaler
REB1RTH
Dans RE 1 j adore les ennemis qui se trouvent à la fin dans les gaines d aérations : les chimeres , particulierment réussies . dans la version rebirth : jeme faisais bouffer par Neptune expert car il était juste magnifique .
Brag
Signaler
Brag
J'trouve qu'on à tendance à enterrer RE un peu trop vite, j'ai cru en Dead space (si si le premier) mais au final, cette saga à une vraie profondeur et une vraie histoire avec des hauts et des bas...et j'crois que si les critiques sont si virulente à envers le 6 par exemple (qui est pas si mauvais) c'est peut être juste parcqu'on en attend beaucoup...peu de séries tiennent autant sur la longueur...perso, j'suis sur RE mercenaries en c'moment (que j'adore) sur 3DS, y'a du challenge et franchement c'est un jeu qui fait son job... super dossier on attend la suite ..:)

Le Blog de Carole Quintaine

Par Carole Quintaine Blog créé le 05/01/14 Mis à jour le 22/07/15 à 11h21

Salut à tous,

Je partagerai ici, mes coups de coeur et impressions sur ma passion du jeu vidéo et du Japon.

A bientôt !

Ajouter aux favoris

Édito

Vous pouvez aussi me suivre sur www.carolequintaine.com

 

Archives

Favoris