Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Par Vicporc Blog créé le 29/04/12 Mis à jour le 31/12/14 à 16h33

Ajouter aux favoris
Signaler
L'art japonais (Art)

Aujourd'hui, petit article un peu hors série de cette catégorie sur l'art japonais, car cet artiste est tellement formel et son procesus tellement minimaliste que je ne souhaitais pas le mettre au même rang que d'autres artistes comme Kawamata ou encore Kusama. 

Shinichi Murayama utilise des techniques de peinture ancestrales japonaises, a savoir le sumi-e et la calligraphie, tout en restant dans une pratique très contemporaine, car centrée sur la photographie. Le sumi-e est une technique chinoise exportée par les moines boudhistes zens au Japon, qui consiste en des dessins monochromes a base d'encre, très énergiques et le plus souvent abstraits. Les peintures du sumi-e s'incarnent autant dans le procesus, quasi mystique, que dans le résultat final. Murayama travaille sur les liquides et le mouvement, en photographiant les contacts entre l'eau et l'encre. Sa peinture est basée sur l'exercie physique, le changement de dimension, l'exaltation. 

A mon avis, cet artiste, présent dans de nombreux livres traitant d'art contemporain japonais, est surcoté. Du moins, la description de son procesus créatif, alléchante, ne se transmet pas dans ses oeuvres. Mais j'apprécie tout de même son travail pour sa force esthétique, ce n'est pas pour rien que je les ai utilisées pour la banière de ce blog. Mais je ne le considère pas comme un grand artiste. D'ou la non catégorisation avec les autres. 

A vos avis.

Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Commentaires

Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
J'aime bien, ces calligraphies aériennes.

Celim, qui se tait parce qu'il ne sait rien.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Rendez-vous est pris. B)
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Ouais, donc vos gueules.

Rendez vous pour la troisième partie sur Kawamata ;)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Ben voyons. Personne ne peut répondre, donc c'est un sophisme.
Joli, le sophisme, Waldo.

Non, ce discours n'est pas un sophisme (pas pour moi, en tout cas) : si tu le perçois ainsi, peut-être est-ce juste que tu ne l'as pas compris. Mais de toute évidence, tu n'es pas près de remettre ta sacro-sainte et INFAILLIBLE (de toute évidence) compréhension des choses en question.

Comme tu le disais, on peut se renvoyer à l'infini la balle comme ça. Vachement intéressant.
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Mouais. Sauf que ce discours reste un sophisme et tu le sais aussi bien que moi. Et personne n'est capable d'y répondre, par définition (c'est comme l'existence de Deu où seuls des convictions s'affirment). Le sortir en point ultime de ta réflexion ne donne pas particulièrement envie de poursuivre un dialogue de sourd.

Pour ce qui est de choco, "ne confonds pas ta perception des choses et leur réalité, STP. ça aussi, c'est de la philo obvious et déjà-vu, tu n'as donc pas d'excuse." Ah ben oui, c'est le souci, ce n'est pas un problème pour toi de troller de manière maladroite, mais c'est un scandale que je puisse faire une remarque sur une faute d'orthographe. Dans un cadre légèrement plus privé qu'au milieu du fil d''actu au passage...

Et comme je le disais, on peut se renvoyer à l'infini la balle comme ça. Vachement intéressant.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
J'ai jamais tort. C'est dans mon profil de poste. B)
Ceci étant, je l'ai lu, c'est bon. Bien que j'affectionne ce genre de portraits à la "Lie to Me", je n'en ai pas besoin pour ma collection personnelle non plus. Comme tu le suggères très finement, en la matière, je suis déjà bien servi. ;)

EDIT (puisque tu t'en permets) :

- Juste au cas où : ce n'est pas parce qu'un discours de philo est obvious ou déjà-vu qu'il este erroné. Ou que tu es capable d'y répondre, du reste. Ceci étant, et c'est très amusant, cette seule saillie de ta part démontre objectivement que tu es ce que je fais semblant d'être sur internet, là où je suis ce que fais, de toute évidence, semblant d'être. Mais las. Mettons plutôt ça sur le compte de ton emportement, et restons-en là. B)

- Au sujet de mes trolls, je n'ai jamais dit qu'ils ne reflétaient pas le fond de ma pensée. Aurais-tu pris le temps de lire ma réponse là-bas (c'eut été courtois, encore) que je n'aurais pas à me répéter. Ces statuts sont troll dans leur forme, pas dans leur fond (une fois encore, tu prends mes mots et tu les interprètes de la manière la plus pauvre et la plus immédiate qui soit : c'est vexant). Mais ô surprise, je n'étais pas capable d'en développer le fond de manière convenable dans la limite de caractères impartie par le format statut. Et puis si je l'avais fait, ça n'aurait pas été du troll. Forcément. Quant à m'imposer d'écrire des statuts plus subtils et moins (soi-disant) insultants (ne confonds pas ta perception des choses et leur réalité, STP. ça aussi, c'est de la philo obvious et déjà-vu, tu n'as donc pas d'excuse), je trouve ça très indélicat de ta part. Une fois de plus, tu te poses en garant du bon usage et de la morale, comme si tu étais le nec plus ultra de ce que l'être humain doit devenir. Mais las. Mettons plutôt ça sur le compte de ton emportement, et restons-en là. :(

- Pour ce qui est de Choco, tu es, ce me semble, assez intelligent pour savoir que ces choses-là ne se font pas, que la personne en face te le fasse remarquer ou non. CE ME SEMBLE (bis).
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Mouaip, t'as pas tort pour le coup. Je te l'envoie en MP à la place donc.

Et je n'ai effectivement pas envie de discuter d'art avec toi, parce que retrouver des discours déjà vus et totalement obvious de philo, ça ne m'intéresse pas spécialement.

Quand à tes statuts, si c'était du troll il fallait le faire de manière plus subtile et moins insultante. Parce que troller sur des comportements que tu as effectivement, ça ne laisse pas voir un second degré ou une possibilité d'amusement formidable... J'y voyais plus le fond de ta pensée curieusement ! Et je n'étais pas le seul, tiens donc...


(Ah et je redis tout de même ce que je disais à choco -outre le fait qu'il est assez grand pour se défendre seul, blablablabla- si jamais je l'avais heurté dans sa sensibilité par maladresse, il n'aurait qu'à le faire savoir pour recevoir de plates excuses. Surtout qu'il a en peu de lignes lancé autant de sujets "qui font sens" que nous en 3 pavés.)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
@Victor :

Aussi, oui. :lol:



@Waldo :

Bien, bien, bien.
Je vois que je n'ai pas à épiloguer plus longuement, par chance.
Rien, dans ta précédente réponse, ne fait sens, à aucun moment.

Pourquoi crois-tu que je les ai postés, à ton avis, les statuts dont tu parles, si ce n'est pour provoquer l'agacement ?
Ce n'est pas comme si je n'avais pas une longue carrière de troll derrière moi.
C'est toi et toi seul qui a décidé de les prendre plus au sérieux que nécessaire. L'agacement subséquent, il est unilatéral et uniquement dans ton "camp", comme le prouve la longue réponse dépassionnée que j'ai posté hier sur le second.

Si quelqu'un en fait une affaire personnelle, ici, c'est donc toi, d'autant qu'à aucun moment, tu ne remets le couvert sur le seul sujet qui vaille vraiment ici : l'art. Or si c'était juste pour régler tes comptes avec moi sur des trivialités, je te renvoie à tes propres lignes : tu aurais été plus inspiré de le faire en MP. Je te retourne donc l'intégralité de ton message en l'état, puisqu'il s'applique mieux à ta personne qu'à la mienne, et je me dispense de faire ce que tu as fais avec Choco sur un autre plan : relever toutes les aberrations logiques et les arguments fallacieux de cette longue diatribe ad personam.

Débattre de l'art m'aurait vachement plus intéressé quand même. Mais au moins, maintenant, je sais à quoi m'en tenir. Mes fameux statuts m'auront au moins servi à ça.
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Ou alors vous pouvez faire comme au musée. Passer sans intérêt devant un tableau que vous n'appréciez pas pour aller voir celui qui vous attire ;)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Allez, c’est réparti comme en 40, chose promise chose indue, tant va la ruche à l’eau qu’à la fin les abeilles se cassent (pour citer un ami de collège).


Déjà, je persiste et je saigne : faute d’orthographe ou faute d’accord, ne pinaillons pas, c’est du pareil au même. Se permettre ce genre de saillies, je trouve ça franchement impoli, mais après, on le sait, je suis psychorigide dans bien des domaines. Peut-être parce que je suis conscient que moi-même, je n’écris pas parfaitement 24 heures sur 24 non plus et que, comme me l’ont appris mes parents, je ne fais pas aux autres ce que je ne voudrais pas qu’on me fasse. Sans compter que ça semble franchement mesquin. Ce qui me gêne aussi, c’est qu’en la matière, comme le veut la « tradition », tout le monde n’est pas logé à la même enseigne : on va laisser passer les fautes de ceux avec qui on est en accord, et pointer du doigt celles des gens avec lesquels on est en désaccord. Or quand on prône l’égalitarisme, ça le fait moyen.
Heureusement pour moi que je suis idiot : quand le sage auto-proclamé pointe la faute, je regarde le doigt. Et je calcule dans ma tête en combien de seconde je peux être dessus pour le mordre.

Comme quoi, être agacé par les comportements d’autrui sur internet, ça n’arrive pas qu’aux autres. Etre agaçant non plus.

Fin de la parenthèse.


Ouvrons-en une autre, c’est la maison qui régale. S’il y a bien une chose qui m’insupporte, sur le net autant qu’ailleurs, ce sont les gens pétris de certitudes et fiers de l’être. Oui. Oui, je sais, on pourrait penser que je fais partie de ce cercle pas fermé pour deux sous, mais personnellement, quoi qu’on puisse croire, je n’en ai aucune, contrairement aux apparences. Dans les meilleurs des cas, je n’ai que des « présomptions de » (ceci précisé pour m’éviter la lecture d’un long et fastidieux « toi-même d’abord »). La certitude est une pensée morte, stérile, narcissique. Là seule chose que nous devons savoir, disait l’autre, c’est que nous ne savons rien. Partant de là, j’ai vraiment énormément de mal avec les individus qui vont décréter sans ambages que ce qu’écrit la personne en face (que ce soit moi ou un autre) relève « de la connerie », comme ça, avec un aplomb désarmant, sans que la personne en question n’ait pris les devants en la matière. Ça aussi, je trouve ça grossier. Bien sûr on a le droit de le penser, chacun fait comme il veut, mais pour ce qui est de l’écrire, on peut faire preuve d’un minimum de tact, ça marche aussi (voire mieux). Malheureusement, un smiley n’est pas toujours suffisant. ;)

Par ailleurs, si convaincu soit-on, on peut aussi avoir l’humilité de laisser un peu de place au doute, à la possible sur-mal-sous-interprétation, à l’incompréhension crasse, etc, etc. Ne serait-ce que pour le principe. Ou, une fois de plus, par politesse.

Pour ma part, j’en ai laissé passer, des âneries, sur le sujet du sexisme (comme sur d’autres), de la part des soi-disant « spécialistes » (autoproclamés, comme la plupart des spécialistes). Et quand je n’ai pas laissé passer, j’ai mis de l’eau dans mon vin. Alors si le monstre de mégalomanie que je suis peut le faire, je serais surpris que ce ne soit pas à la portée de tout le monde.

Mais là encore, c’est à deux vitesses. Les conneries, c’est toujours chez ceux avec qui on n’est pas d’accord, c’est logique. Enfin, ça en a l’air, et c’est bien suffisant.

Partant de là, Waldo, le degré zéro de l’argumentation, il te fait la bise sur les deux joues. :D

Re-fin de la parenthèse.


Revenons ENFIN à l’art.


Il est amusant de lire que personne ne croit qu’il existe de vérités là où tout, dans ce qui précède, tend à suggérer le contraire. Les termes renvoyant à l’existence d’une élite, ou à des connaisseurs, en premier lieu. Plaisanterie ou pas plaisanterie.
Rien que la stupéfaction affichée en réponse à ma « préférence » tend à sous-entendre qu’il existe un ordre des choses qu’il n’est pas de bon ton de bouleverser.

Dans les commentaires, on apprend aussi qu’il n’existe pas de vérité, mais que, euuhhhh, enfin, il existe une « histoire » qui modèle notre perception et nous permet de mieux appréhender la chose artistique. Qu’on en soit conscient ou non, c’est jouer sur les mots et ce n’est pas loin de revenir au même. Car voilà déjà où elle commence, la charlatanerie : dès lors qu’on ne se contente pas d’appréhender l’histoire de l’art comme une fin en soi, pour ce qu’elle est (une histoire DE l’art, pour ceux qui n’auraient pas suivi), et qu’on s’en sert comme outil sophistique pour servir de caution à untel ou autretel (et, par extension, à celui qui les soutient envers et contre tous ceux « qui ne les comprennent pas » : soi-même). Connaître l’histoire de l’art permet, c’est vrai, de mettre en perspective, d’inscrire l’individuel dans un grand tout qui le dépasse et de lui ajouter du sens (du sens, pas de la valeur). Oui. Cela peut permettre d’apprécier différemment. Aussi. Mais ça s’arrête là. Il y a l’œuvre d’un côté, et tout ce qui gravite autour. Dans l’idéal, les deux se complètent, se répondent, se renforcent. Mais trop souvent, par commodité, on réduit l’œuvre à l’un ou l’autre (à l’œuvre pour les néophytes, ça permet de pas trop se casser la tête. A ce qui gravite autour pour l’esthète, histoire de pouvoir se la péter grave). Il n’empêche que l’un sans l’autre et l’autre sans un, c’est de l’art de petit Mickey, galvaudé et inconsistant. L’œuvre doit signifier par elle-même. Ce qui gravite autour ne doit exister que pour lui donner PLUS de valeur. Pas pour lui en donner tout court, sans quoi, au risque de me répéter, c’est trop facile. Mais comme signalé précédemment, ça n’engage que moi.

Quoi qu’il en soit, Choco a bien raison, quand il écrit qu’il y a matière à débat. Sa question est pertinente et met le doigt sur l’un des (nombreux) problèmes soulevés par tout ce qui précède. Victor, pour lui répondre, énonce ensuite des évidences qu’on pourrait croire imparables… mais qui n’en sont que pour lui (et ceux, ça va sans dire, qui partagent sa façon de voir). En tout cas, ce n’en sont ni pour Choco, ni pour moi. Et pas seulement parce qu’on est des gros noobs de l’art et qu’il suffit de nous filer des jolies couleurs rigolotes pour que l’on s’émerveille, non. Parce qu’on n’a pas les mêmes critères de références. Or s’il n’existe pas de vérité, il n’existe pas non plus de critère de référence véritable. CQFD.

Evidemment que tous les critères ne se vaudront pas. Evidemment qu’il faut pouvoir argumenter, justifier, légitimer nos choix en la matière. Mais ce n’est pas parce qu’on en est capable qu’on détient une quelconque vérité, ou que cela nous autorise à prendre ceux qui ne sont pas capables de le faire (ou le sont différemment) de haut. On pourra toujours trouver des individus qui sauront argumenter aussi bien que nous, mais dans un autre sens. Voire mieux. J’ai vraiment l’impression qu’aujourd’hui, on croit abusivement que dès qu’on est capable de justifier son opinion, on pense qu’on a forcément raison. Comme si on ne pouvait pas « mal » justifier, ou passer à côté de certaines choses. Et ça aussi, c’est un truc qui m’agace. Et là encore, on serait assez mal avisé de répondre « c’est celui qui dit qui y’est ».

Pour prolonger, je relève un choix de vocabulaire savoureux. Oui, l’apprentissage de l’histoire « modèle », c’est vrai. Le mot est bien choisi car on peut y substituer « conditionne ». Parce qu’il s’agit bien d’un conditionnement, au fond : il s’agit non pas de permettre de mieux percevoir, mais d’amener à percevoir dans UN certain sens académiquement/arbitrairement choisi. L’histoire n’a jamais été la transmission de vérités absolues non plus : quel que soit le domaine, elle constitue toujours une interprétation de la réalité. On peut, donc, penser que ces connaissances permettent à celui qui les possède d’être au plus près du sujet, alors qu’elles ne permettent que d’être au plus près de cette interprétation. Les deux sont loin d’être synonymes. Mais c’est un autre débat, propre à faire grincer pas mal de dents.

Quoi qu’il en soit, plus trivialement, je rappelle à toutes fins utiles que si l’on devait, a contrario, accorder la primauté de la parole à « celui qui sait », ça fait de moi, à ma connaissance, la première autorité sur Gameblog pour parler de littérature et de tout ce qui va avec (ce qui me permettrait d’avoir un champ de spécialisation relativement vaste, ce qui ne serait pas pour me déplaire :evil: ). Avouez que ça fait pas envie, comme perspective.
Mais c’est vrai que ça me rendrait bien service, de pouvoir répondre « TG, j’ai une maîtrise ». Je perdrais moins de temps à me justifier. B)




@Victor :

Ta réponse à la question de Choco est intéressante, en ce sens qu’elle amène d’autres interrogations derrière. Et non des moindres.

En premier lieu : le rapport entre art et mérite. Tu sembles (comme beaucoup de gens, sans doute), tenir pour acquis que les deux sont étroitement liés. Comme s’il ne pouvait exister d’art sans efforts. Ce qui semble de prime abord évident, je te l’accorde. Mais ce qui ne l’est que dans une vision « scolaire » des choses. Nouveau formatage ici, par des années d’enseignement primaire et secondaire, qui invite implicitement à croire qu’il n’y a pas de valeur sans mérite, ou plus exactement, pas de mérite sans efforts.

Pourtant, combien d’élèves ont pu rendre des copies brillantes « les mains dans les poches », là où combien d’autres auront travaillé des heures dessus pour un résultat médiocre, voire mauvais ?

Les seconds ont effectivement plus de mérite que les premiers. Mais ça ne donne qu’une valeur symbolique à leur travail, un peu comme quand on dit « j’t’ai mis deux pour l’encre dépensée ». De la même façon que l’absence de mérite des premiers n’enlève rien à la qualité de leur copie.

Pourquoi en irait-il différemment pour l’art ? Où est-il écrit qu’il fallait être « méritant » pour produire des œuvres portant l’estampille ?


Personnellement, tu l’auras compris, je ne partage pas ce point de vue. Je le comprends, parce que je suis passé par l’école, moi aussi, et je sais qu’elle formate parfois sans même le vouloir. Mais je me suis ensuite efforcé à séparer ce qui pouvait être légitime et ce qui ne l’était pas. Pour moi, donc, seul le produit fini compte vraiment. Le reste, ironiquement, « n’est que littérature ».

Parce qu’à l’opposé de ton discours, on peut (par exemple) avancer que Kawamata n’est pas capable de produire ses œuvres seul, qu’il lui faut une équipe (ainsi que des moyens financiers certain, le soutien de mécènes et/ou la reconnaissance préalable d’une communauté « artistique » ou auto-décrétée telle), et que si artiste il y a, c’est l’équipe entière, et non Kawamata (puisque seul, il n’est pas capable de produire ce qui fait qu’il est reconnu comme tel). Sans compter qu’on peut légitimement se poser la question du « comment ? ». Comme rapidement évoqué quelques lignes plus haut, de telles créations ont un coût certain (sans compter les autorisations nécessaires à obtenir), dont tout un chacun ne peut pas s’acquitter. Surtout si ce tout un chacun n’a pas, en amont, l’assurance de voir son travail reconnu comme « de l’art ». Personne de sain d’esprit n’investirait dans une telle entreprise à l’aveuglette, sans quelques garanties de voir ce travail reconnu pour ce qu’on voudrait qu’il soit. Or je me demande dans quelle mesure le fait que Kawamata soit Kawamata pèse dans la balance, au moment d’appréhender le résultat final. Je ne suis pas certain qu’un obscur anonyme, livrant une production identique, recevrait autant de louanges ou d’attention. Par conséquent, je perçois en arrière-plan de son travail et de sa reconnaissance une problématique pas très saine… peut-être à tort, je n’ai pas la science infuse non plus. C’est juste une intuition, et quelques questions (légitimes, par contre) supplémentaires.
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Celle qui demande une plus grande maîtrise technique, un travail plus conséquent, ou alors une réflexion et une démarche intellectuelle plus grande. Kawamata pratique un travail physique, avec de nombreuses personnes, il improvise, fait des construction monumentales, déplace de la matière, l'assemble, compartimente l'espace, le redéfini. Il gère le groupe, dirige, passe parfois des heures et des heures, voir des mois, sur une oeuvre qui sera détruite peu de temps après.
Le procesus de Murayama, c'est ça :
Un liquide, des appareils photos et des caméras super précises, tu balances ces liquides au hasard, tu photographie en rafale, et tu choisit celles qui sont belles.
Alors, aussi esthétiques qu'elles soient, les oeuvres de Murayama ne sont (a mon sens toujours) pas plus méritantes ni plus artistiques que Kawamata. Car chez les deux, le résultat est la.
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
@Liehd : Je te contredis partiellement, parce que je suis partiellement en désaccord, c'est logique non ? ^^

Sérieusement, toute ta partie sur les gourous et le charlatanisme, tu sais aussi bien que moi que c'est le degré zéro de l'argumentation. "Ils sont manipulés par des reptiliens vampires illuminatis, mon esprit pur est plus proche de la vérité vraie qu'eux !" (toute ressemblance forcée avec des débats passés sur ce site serait un pur hasard ! :P)

Après sur l'art, je ne vais pas te dire qu'il y a une vérité absolue connue des seuls initiés, je n'y crois pas une minute !

@chocolat : ne fais pas ton vexé, vilain garnement !
chocolat
Signaler
chocolat
@Vicporc:
Le pire c'est quand disant ça tu ne te rends même pas compte que ça mérite débat:
-Quelle œuvre ( en tant que travail, je parle) est plus méritante qu'une autre?


Bon, je vous laisse entre personnes qui savent de quoi elles parlent! ;)
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Mais je voulais pas partir dans un méga débat, je voulais juste dire que Kawamata, qu'on aime ou non son résultat, a plus de mérite, a mon sens, que Murayama.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
(mais j'réponds pour de vrai demain) ;)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Ben en même temps, si c'est pour me contredire en me donnant raison, c'est pas très efficace quand même... :)
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Je voulais te répondre, mais Waldo l'a fait a ma place ;)
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
C'est même pas l'orthographe, c'est une faute d'accord toute bête faite tout le temps... D'où ma remarque !

Pour ce qui est de l'art, effectivement on en apprend soit la technique (dans des cours d'atelier ou de dessin) soit l'histoire. Et jamais une vérité absolue comme tu sembles le croire. (d'ailleurs trouver un étudiant qui serait systématiquement d'accord avec ses profs relève d'une gageure absolue...)
Et effectivement, l'apprentissage de cette histoire modèle la vision que l'on a de l'art, tout comme la connaissance de l'histoire (de l'humanité s'entend) modèle notre vision de la société. Et quelqu'un d'instruit n'aura donc pas la même vision qu'une personne qui ne s'est jamais intéressée à cette question, cela parait logique (sans avoir nécessairement une vérité absolue, celle-ci pouvant même exister lorsque l'on parle de l'art, chose futile par essence ?).
Pour ma part, quand je vois ces images de favelas sorties de leur contexte, je me doute de la volonté qui s'inscrit en filigrane. Même si je ne trouve pas ça nécessairement exceptionnel.

Par contre en archi, on fait de la théorie également. Et notre vision de l'espace se modèle elle aussi, de la même manière, ce qui explique que les architectes aient rarement la même vision des bâtiments que le citoyen lambda. Et il y a aussi toutes les raisons que l'on connait d'expérience, et qui ne se voient pas et n'entrent pas dans la réflexion de quelqu'un qui ne s'y connait pas.

Par contre ton mode "totale annihilation" il serait temps que tu arrêtes un jour. C'est dans ces moments là que tu t'exprimes le plus mal et que tu laisses échapper le plus de conneries en plus ! :P
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Faut pas me provoquer quand je suis en mode "global annihilation", les gens, je croyais que vous aviez compris le principe, à force. :evil:

Alors si en plus, on reprend mon copain Choco sur son orthographe, ça va rien arranger.
Bref, je n'épilogue pas là-dessus, mais le cœur y serait.

Mais bon. Occupons-nous que de notre sujet et revenons aux fondamentaux. Parce qu'on peut être néophyte et avoir sa fierté quand même. ;)

En l’occurrence...

L'art, c'est un concept qui, par nature, ne renvoie à aucune réalité objective. Par conséquent, il n'existe aucune vérité absolue qui s'y rapporte. Pour preuve : il n'en existe aucune définition objective et satisfaisante, malgré des millénaires de fiévreux questionnements dans ce sens. Non pas parce qu'on n'a pas été fichu d'en trouver une, mais parce que c'est intellectuellement impossible. Partant de là, que peut-on étudier de l'art, s'il n'existe pas de vérités qui s'y rapportent ? Son histoire, ses techniques. Tout ce qui, précisément, ne relève pas de l'art proprement dit. Partant de ce principe, quiconque prétend pouvoir donner/enseigner/transmettre des vérités, dans ce domaine, n'est qu'un charlatan qui abuse de la confiance d'étudiants conquis pas anticipation. Un gourou, en somme.

Voilà pour l'élitisme et sa véritable nature.


Pour en revenir à l'affaire des cabanes en bois, pour moi, aussi triste que soit le constat, les vraies favelas sont autrement plus esthétiques, à leur tragique manière, que le travail présenté dans l'article précédent. La rouille, la tôle ondulée, les labyrinthes et enchevêtrements qui accrochent la lumière au point de l'écorcher, voilà qui, pour moi, est autrement plus artistique (en terme de résultat) que ces alignements lisses, artificiels et dépourvus de personnalité, une fois dépouillée d'une "intention première" visible dans les seules pages des livres. Pour qu'il y ait art, de mon point de vue, il faut qu'il y ait "démarche" et "résultat". La démarche seule ne peut suffire, ce serait trop facile. Tout comme le résultat seul ne peut suffire, ce qui implique que les favelas ne sont pas de l'art non plus.

Après, je ne détiens pas plus de vérité artistique qu'autrui. Mais pas moins non plus, vu qu'il n'en existe pas.
C'est toute la beauté et le drame de la matière.

Mais ce que j'en dis, moi...
Je suis qu'un néophyte, hein.

C'est juste que les cours de philo, ça peut servir aussi. :)
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Nonon, c'est toi, moi je sais ça à l'insu de mon plein gré !
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Waldo: Ça doit être ça ;)
Nous sommes élitistes, mon pauvre :lol:
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
"très visuel". C'est comme "joli" ça peut s'écrire au masculin... <_<

C'est surtout qu'on a pas du tout la même vision de l'art quand on l'a étudié que quand on est néophyte, j'imagine...
chocolat
Signaler
chocolat
Non, je suis comme Liehd, les cabanes je trouvais ça con, mais ça j'aime bien.
Je trouve ça très visuel. Il se joue de la physique, il utilise le mouvement des fluides et je trouve ça génial et super esthétique!
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Grave. Ce mec est étrange.
En même temps, c'est Liehd.

:D
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
La logique de Liehd... :lol:

Édito

Toi qui entre ici, abandonne tout espoir. Tu rentres dans le domaine d'un cochon aviateur au nom hybride, dont le pseudo a été crée par l'esprit de la diabolique Metyst. On y parle de jeux flashs, de jeux indépendants, de jeux plus connus, ou pas. On y parle d'art, japonais, chinois, ou international. On y parle parfois de musique, et aussi de grosses conneries. A tes risques et périls, lecteur.

Avatar par Zachula

____

 

____

ORIGINAL SOUND BLOGGERS, podcast sur les musiques de jeu vidéo animé par Poulpyblast, Onink et moi-même. (Et parfois, on a des invités qui transmettent une classe colossale par la voix. Si si.)

Egalement disponible sur Itunes dans la catégorie Podcast > Jeux et Hobbies > Jeu video

_____

Anfawards 2013

 

Krystaward 2013 du "Meilleur Hipster" et "Meilleur faux départ" :3

Archives

Favoris