>
>
>
Le FPS militaire : entre immaturité et propagande néo-conservatrice
est à vous

Le FPS militaire : entre immaturité et propagande néo-conservatrice

Sarah Palin en maillot de bain inside...
Signaler
Par B!gBossFF - publié le
Image
Propos de l'article : genre vidéoludique a succès, le FPS militaire n'en est pas moins profondément immature. Voire idéologiquement formaté, empreint d'une idéologie neo-conservatrice pour le moins nauséabonde. Explications.

Il est habituel d'entendre que le jeu vidéo doit l'immaturité de son propos a son jeune âge. Après tout, le cinéma, déjà séculaire, a bien commencé avec l'histoire d'un mec qui se fait arroser la gueule, et qui arrose en retour. Vengeance primaire pour un propos primaire. Mais pour une première oeuvre cinématographique, les spectateurs étaient totalement comblés. Le jeu vidéo, quant a lui, a déjà plus de trente ans. Le FPS militaire, qui est devenu un genre très populaire au sein de ce média, a probablement atteint sa majorité si on devait en faire une allégorie. Pourtant... le genre se résume toujours a une histoire d'arroseur arrosé. Analyse d'un genre empreint d'une profonde immaturité dans son propos, et qui se met au service de la propagande néo-conservatrice américaine. Propos primaire pour une vengeance primaire...

La vision néo-conservatrice des relations internationales est somme toute assez simple a comprendre. Il existe des états libres, et des états oppresseurs. Le rôle des états libres est de répandre la liberté a travers le monde, alors que celui des états oppresseurs est de détruire l'idée même de liberté, jusqu'au sein des états libres. Les "gentils" combattent les "méchants" Dans sa version évangélique, l'idéologie néo-conservatrice est chargée de répandre la morale chrétienne, contre la barbarie islamiste ou communiste (athéiste). Le "bien" combat le "mal". "L'axe du bien" combat "l'axe du mal". Il s'agit là d'une vision binaire -et nécessairement erronée- du monde, qui détourne le concept de "choc des civilisations" pour servir un propos politique assez réducteur, destiné a soumettre les masses en inculquant aux citoyens la peur. A travers la désignation d'un ennemi commun, menaçant leur intégrité. Implicitement, dans le cadre de cette vision binaire, le citoyen n'a d'autre choix que de se ranger  dans le camp des défenseurs de la liberté... c'est a dire sous la bannière étoilée. Ami ou ennemi... il n'y a pas d'autre choix possible.

Or... le FPS militaire reproduit totalement ce schéma, profondément immature. Ce qui peut agacer dans un premier temps, c'est l'impossibilité d'incarner dans la majorité des FPS "l'ennemi", le camp adverse. De la même façon qu'il n'existe aucune alternative au "bien" selon les neo-con, le joueur se voit interdit d'appréhender le conflit du point de vue des ennemis. Ainsi, alors qu'il existe tant de FPS relatifs a la seconde guerre mondiale, aucun ne propose au final d'incarner un soldat nazi ou japonais. Alors que la littérature ou le cinéma a depuis longtemps levé ce tabou, en proposant d'appréhender ce conflit dans sa globalité et dans sa complexité. Dans son humanité, dirais-je. Car il n'y a pas de "bien" ou de "mal" au sein d'un conflit armé, juste des choix, des contraintes, et des nécessités. Chez tout les belligérants.


~~~ Le FPS militaire, tel qu'il est aujourd'hui... ~~~

 

Cette complexité, les neo-cons, et par ricochet, le FPS militaire, qui est imprégné de cette idéologie neo-conservatrice, la refusent. Pire même, ce tabou, plus qu'une fuite, constitue en fait une arme idéologique. Dès l'instant ou l'ennemi est placé sur un pied d'inégalité, puis exclu hors de la sphère d'humanité constitué du seul camp allié, il devient possible de le déshumaniser pleinement, a des fins de propagandes. C'est ainsi que le FPS moderne, incarné par Modern Warfare, propose d'affronter des nationalistes russes, ou bien des islamistes un peu trop barbus, réduits au simple statut de chair a canon. Rien n'est dit sur leurs motivations, ou sur leur cause. C'est l'absence même de motivations ou de cause d'ailleurs, qui leur ôte définitivement toute humanité, car en vertu cette absence, il ne reste a l'ennemi que l'irrationalité animale. Aucune once d'intelligence. Le dernier Medal of Honor va plus loin encore dans cette inégalité de traitement. Dans son mode multijoueur, vous pouvez incarner un soldat américain, et massacrer a la chaine des talibans. En revanche, il est impossible d'incarner un taliban pour massacrer a la chaine du soldat américain. Décision prise suite a quelques pressions subies par Electronic Arts de la part d'associations de défense des soldats américains. En conséquence, les talibans ont étés simplement renommés... "forces d'opposition" (sic). Chair a canon eut été moins hypocrite. En enlevant un trait d'identité majeur aux talibans, ces derniers sont encore un peu plus déshumanisés. En revanche, personne ne s'est bien évidemment offusqué que l'on puisse incarner un soldat US chargé de massacrer des talibans. Doit on en conclure que la vie d'un afghan vaut beaucoup moins que celle d'un soldat US ? L'empathie vis a vis du soldat est elle a géométrie variable, suivant le camp auquel il appartient ? Le simple fait que l'on puisse se poser ce genre de questions démontre la profonde immaturité du genre FPS. Indiscutablement.

~~~ Au sein de la chaine alimentaire, tous les hommes n'occupent pas la même place... ~~~

 

Une fois l'ennemi déshumanisé, le FPS militaire a la sauce néo-conservatrice n'a plus qu'une seule chose a faire : glorifier le camp néo-conservateur. Pour ce faire, en premier lieu, le FPS se débarrasse de tout scénario élaboré, afin que le joueur n'ait jamais à se poser de questions, ou ne trouve une justification aux agissements des ennemis qu'il devra affronter. Comprenez par là que le genre FPS n'est pas condamné a proposer des scénarios insipides (System Shock, Deus Ex ou bien encore Bioshock démontrent admirablement le contraire...) il s'agit là d'un choix délibéré et profondément teinté d'idéologie, afin d'éviter que le camp allié néo-conservateur voit son image égratignée. Ce qui arriverait immanquablement si le joueur devait se poser des questions. En second lieu, cette quasi absence de scénario est destiné a refléter au plus près le mode de résolution préféré des conflits inter-étatiques des neo-cons : le conflit armé, décidé de façon unilatérale. Pas de scénario, cela veut dire : pas de considérations d'ordre diplomatique, pas de négociations. Pas d'Organisation des Nations Unies. Juste la loi du plus fort. Coïncidence : les neo-cons noyautent l'état à la tête de la plus grande armée du monde (les USA) et, c'est généralement cette armée là que vous incarnez dans un FPS militaire. Le hasard fait bien les choses...

 

~~~ Mwawawawawawawah, C'EST MOI LE PLUS FORT... euh... désolé. Au fond, ce n'est pas la violence du FPS qui est dangereuse pour nos chères têtes blondes. Mais on contraire, son extrême aseptisation, qui déshumanise l'ennemi, et de façon plus large, minimise a l'extrême la valeur d'une vie humaine... ~~~

 

Enfin, le dernier outil de glorification du camp neo-conservateur, c'est... la censure. Le FPS militaire est en fait un genre très aseptisé, qui présente la guerre comme un simple divertissement, un peu a la manière de la Deuxième Guerre du Golfe (1990-1991 - Irak) : pas de civils tués a l'écran, pas trop de sang visible, pas de corps démembrés, juste une mise en valeur aseptisé de la toute-puissance de l'appareil militaire américain. Et lorsqu'un FPS militaire ne va pas dans ce sens là... il ne trouve tout simplement pas d'éditeur ! Il en va ainsi par exemple de Six Days in Fallujah, qui devait être initialement édité par Konami. L'éditeur, suite a de nombreuses pressions, a jeté l'éponge. Comment pouvait-il en être autrement ? En effet, Six Days in Fallujah devait relater un évènement qui a réellement eu lieu : la mission d'une escouade de US Marine pendant la Seconde Bataille de Falloujah (Irak - 2004), confrontée a l'enfer du combat urbain. Le jeu avait notamment pour ambition de faire vivre au joueur l'enfer vécu par cette unité, face a la détermination quasi suicidaire des insurgés irakiens. Un renversement des rapports de force qui allait a l'encontre de l'image de toute puissance de l'armée américaine habituellement véhiculée par le FPS militaire. La crainte ultime eut été la présence dans ce jeu des bombardements par l'état-major américain de quartiers civils au phosphore blanc... c'est a dire d'un crime de guerre patent. L'arroseur arrosé... une occasion manqué pour l'instant mais, jusqu'à quand ?

Conclusion : C'est en analysant le genre FPS que l'on s'aperçoit que le jeu vidéo est un média encore largement immature. Pour autant, cette immaturité quant a son propos ne doit surtout pas être interprété comme un strict cantonnement du jeu vidéo au rang de simple divertissement. Bien au contraire, un propos politique s'est déjà infiltré dans le genre FPS, de façon insidieuse. Le FPS a fait allégeance a la politique néo-conservatrice américaine ! Est-ce une démarche volontaire de la part des éditeurs, ou bien une entreprise inconsciente ? Cette vision binaire (les méchants vs. les gentils) du FPS militaire est elle simplement une simplification du genre, destiné a coller aux attentes des joueurs qui, pour la plupart, n'ont que faire des considérations idéologiques et des aspirations des peuples frappés par leurs munitions virtuelles ? Ou bien, les politiques américains essaient-ils dans l'ombre de manipuler les masses grâce aux jeux vidéo (cf. le cas du jeu America's Army) comme ils l'ont déjà fait avec le cinéma par le passé ? Cet article ne prétend pas répondre à ces interrogations, mais simplement à poser un constat. Ceci dit, vous pouvez tout a fait y répondre vous-mêmes, si vous avez un avis sur la question.

Addendum : le lecteur qui souhaite approfondir le sujet trouvera son bonheur en lisant Les Cahiers du jeu vidéo #1 : LA GUERRE aux Editions Pix'n Love

Source : article publié à l'origine sur mon blog, le 22/12/2010

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 492,97 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 299,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,91 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 699,00 €
Console New Nintendo 3DS XL Pokémon Sole…
Neuf : 199,90 €
21 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (21)