À voir aussi : TEST de Thronebreaker The Witcher Tales : Le Gwent entre en guerre


L'accord initial (cessation des droits pour un peu moins de 9000 euros et pas de royalties) convenait à l'époque. Mais alors que les adaptations vidéoludiques prenant racine dans son oeuvre ont commencé à cartonner à l'échelle mondiale (plus de 33 millions de copies), Andrzej Sapkowski s'est finalement senti floué, l'exprimant à plusieurs reprises avant de passer à l'offensive.

Le romancier polonais l'avait fait savoir à CD Projekt par voie d'avocat, réclamant 14 millions d'euros. Le studio avait plusieurs fois exprimé son refus sans pour autant fermer la porte à une entente.

Selon le site Puls Biznesu, la compagnie présidée par Adam Kiciński serait sur le point de trouver un accord à l'amiable avec Sapkowski. Dans le but de "maintenir une relation saine" et de "faire preuve d'une reconnaissance vis-à-vis de son travail", l'auteur va se voir verser une compensation par CD Projekt. Aucune précision n'a été donnée sur la somme mais elle devrait être moins importante que celle exigée.

Tout est bien qui finit bien ?