La nostalgie ne ferait-elle plus recette auprès des joueurs ? Les deux structures Tokyo RPG Factory et Studio Istolia, créées ces dernières années, n'ont vraisemblablement pas fait les affaires du géant japonais.

Lancé en 2014, Tokyo RPG Factory avait pour mission de proposer du J-RPG "à l'ancienne", histoire de combler un vide parmi les joueurs qui n'auraient pas trouvé leur compte dans les derniers opus de Final Fantasy (au pif, hein). Après les relativement quelconques I Am Setsuna, Lost Sphear et Oninaki, le compte n'y est, puisque les pertes du studio s'élèvent aujourd'hui à 154 millions de Yen, soit environ 1,2 millions d'euros.

Si Square Enix ne précise pas le sort qu'il réserve à cette nouvelle entité, rappelons-nous de la déclaration du PDG Yosuke Matsuda à l'été 2015 :

Vous avez besoin d'au moins trois jeux avant de pouvoir dire si une nouvelle licence peut devenir une franche réussite ou non. J'appelle ça ma "loi des trois titres". Avec le premier et le second épisode, vous expérimentez. Vous cherchez jusqu'à quel degré vous pouvez être flexible, et si la série a assez grandi pour être capable d'être un gros hit avec le troisième jeu, alors vous pouvez étendre l'échelle. Si le troisième jeu est un succès, alors tout va bien.

La situation est encore plus sombre pour le Studio Istolia : l'entité qui s'était offert en 2017 les bons soins d'Hideo Baba avait vu l'ex-Tales of la quitter en 2019, sans avoir pu terminer le mystérieux Project Prelude Rune. Un mois plus tard, Square Enix annonçait la fermeture pure et simple du studio, et nous découvrons aujourd'hui que les pertes se chiffrent à ¥592 millions, soit la coquette somme de 4,7 millions d'euros sur la dernière année fiscale.

Espérons que ces deux contre-coups n'entament pas la stratégie volontariste de Square Enix, qui peut heureusement compter sur quelques valeurs sûres pour équilibrer l'ensemble.

Qu'avez-vous pensé des jeux de Tokyo RPG Factory ? Aimeriez-vous voir Square Enix poursuivre sa stratégie de diversification ? Faites-nous part de vos avis sans nostalgie dans les commentaires ci-dessous.