Ljubomir Peklar, réalisateur de SCORN, a donné cette semaine une interview à MSPowerUser, dans laquelle il a abordé, entre autres, les attentes générées par un Inside Xbox que beaucoup ont décrié. Pour lui, c'est vrai, il y a eu un peu trop de hype - ce qu'Aaron Greenberg, chef du marketing de Xbox avait lui-même reconnu :

Microsoft a un problème de message. Les gens attendaient des productions AAA de plusieurs millions de dollars de budget qui montreraient des graphismes Next-Gen et, plus important, des démonstrations de gameplay.

Ce qui n'empêche évidemment pas d'avoir apprécié certaines annonces, bien entendu. Dont celle de SCORN, sur laquelle il s'étend. Notamment sur le fait qu'il change de génération de consoles.

Nous ne le souhaitons plus car nous voulons que notre jeu soit pratiqué en 60 images par seconde. Cela aurait été presque impossible sans d'énormes sacrifices. La prochaine génération de consoles va permettre plus de réactivité, de fluidité et faire perdre beaucoup moins de temps. Le problème de ces fonctionnalités est qu'elles sont très difficiles à vendre en vidéo ou en images.

Et là où l'on a beaucoup entendu parler de l'importance du stockage sur SSD pour les jeux ces dernières semaines, le serbe insiste sur autre chose :

Tout le monde présente le SSD comme la prochaine grosse étape et, oui, les SSD aideront énormément pour les chargements et déplacements des assets. Mais le vrai "coupable" de cette génération, celui qui pose le plus de problèmes est le CPU. C'est de là que viendra la plus grosse différence avec la génération actuelle.

Une différence que l'on a hâte de ressentir manette en mains. Le processeur principal sera, sur PS5 comme sur Xbox Series X, prévues pour cette fin d'année, un AMD Zen 2 à 8 coeurs, cadencé à 3,4 Ghz chez Sony et 3,8 GHz chez Microsoft.