À lire aussi : Cyberpunk 2077 : Gabe Newell donne son avis sur le jeu et CD Projekt RED


Thomas Mahler, le PDG de Moon Studios et réalisateur d'Ori and the Blind Forest et sa suite, a pris l'étonnante décision de créer un topic sur le forum ResetERA dans lequel il vide son sac et s'en prend directement à plusieurs créateurs de jeux vidéo pour ce qu'il présente comme des déclarations mensongères. Morceaux choisis :

C'est quelque chose qui me dérange depuis un moment et qui me met à cran à chaque fois que je le vois se produire. Et à chaque fois que cela arrive, les gens continuent de se faire avoir...

Tout a commencé avec Molyneux. Il était le maître du "plutôt que de vous dire ce qu'est mon produit, laissez moi m'enflammer au sujet de ce qu'il pourrait être afin de vous enthousiasmer !" Et cela ne posait pas de problème jusqu'à ce que vous dépensiez votre argent et que vous vous rendiez compte que le jeu n'avait rien à voir avec la hype diffusée par Peter.

Il y a ensuite eu Sean Murray, qui a de toute évidence tout appris du livre de cours de Peter Molyneux. Il semblerait que ce mec adoooooorait tout simplement être sous la lumière des projecteurs. Dans la période qui a précédé la sortie de No Man's Sky, il hypait le multijoueur du jeu qui n'existait même pas et était bien content de laisser les gens penser que No Man's Sky était "Minecraft dans l'Espace," un jeu dans lequel vous pouvez littéralement faire n'importe quoi (la possibilité de faire n'importe quoi est généralement un thème utilisé par les charlatans du jeu vidéo car cela attire tout le monde).

Ils ont sorti tout un tas de mises à jour donc oublions tous les mensonges et les tromperies et noyons-le sous les récompenses car il a d'une certainement manière respecté ce qu'il avait dit au sujet de son jeu des années auparavant. Merci Geoff Keighley. Récompenser ce type de comportement va certainement aider l'industrie à se renforcer.

Et il y a ensuite eu Cyberpunk 2077. Vu qu'il était créé par les mecs derrière The Witcher 3, il allait forcément être bon. "Voici notre univers Cyberpunk et, faites-nous confiance, vous foutrement faire ce que vous voulez ! Ici, le département relations publiques de CD Projekt RED a réuni tout ce qui avait marché pour Molyneux et Murray et s'en est donné à coeur joie. Ils se sont arrêtés juste avant d'affirmer que leur jeu allait soigner du cancer. Cette stratégie a mené à un total sensationnel de 8 millions de précommandes. Le produit final était une fraction de ce que les développeurs avaient promis qu'il serait et, cerise sur le gâteau, il tournait à peine sur les consoles sur lesquelles il était supposer "tourner étonnamment bien !"

Je dirais que ces trois cas sont d'évidents exemples dans lesquels vous (les joueurs) avez été pris pour des cons. Et même les "journalistes" de cette industrie ont suivi le mouvement chaque fois. Et laissez-moi vous dire que du point de vue d'un développeur, tout ceci craint. En 2014, je me souviens qu'un journaliste d'un grand magazine m'a dit qu'Ori avait presque eu le droit à la couverture d'un magazine que je lis fréquemment mais qu'ils avaient en fin de compte choisi No Man's Sky car c'était le "plus gros jeu" des jeux.

Je me suis vraiment senti roulé dans la farine quand No Man's Sky est sorti et qu'il est apparu évident que toute cette hype avait été construite sur des mensonges et que le type honnête (autrement dit lui-même, ndlr) qui s'était contenté de vraiment montrer son jeu s'est pris un coup dans les couilles car le menteur a été capable d'inventer une histoire fabriquée de toutes pièces.

Je sais que tout ce message va peut-être donner l'impression que je suis amer et que certains vont trouver que je chier sur d'autres développeurs. Mais ce n'est pas ce que je fais. Je "chie" sur les menteurs et les gens qui ne voient pas de problème avec le fait de tromper ouvertement les autres. Je pense que nous devrions tous être d'accord avec le fait que ce n'est pas tolérable.

Et pourtant, les joueurs et les journalistes n'ont pas l'air d'être trop gênés. Alors oui, le retour de flamme arrive généralement, mais vous voyez souvent une tonne de personne réagir à ce dernier en disant qu'ils ont aimé le jeu en question malgré tout. Mais là n'est vraiment pas le problème. Cela n'a pas d'importance si le faux remède miracle a bon goût. Ne me vendez pas des fonctionnalités qui n'existent pas. Ne vendez pas un tableau que vous n'êtes pas capables de vraiment peindre. Contentez-vous de ne pas me mentir. Vous enculez les joueurs, vous enculez les journalistes (qui devraient pourtant connaître vos manigances donc honte sur eux) et vous enculez d'autres développeurs.

Voilà, j'ai dit ce que j'avais à dire. J'avais besoin de vider mon sac et je pense que c'est un problème que nous devons rectifier de manière à ce que cela ne se reproduise pas.

Colère justifiée ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Thomas Mahler ne mâche pas ses mots. De nombreuses personnes en prennent ici pour leur grade. Et que l'on soit d'accord ou pas avec ce qu'il dit, cette manière de prendre la parole est suffisamment rare dans le monde du jeu vidéo, où le secret défense et la langue de bois règnent, pour être soulignée.

On apprécie au passage l'utilisation des guillemets pour parler des journalistes, un grand classique habituellement réservé aux fanboys et autres complotistes. À propos de ses remarques concernant les journalistes justement, Thomas Mahler doit, de par son poste, pourtant bien savoir que lors des présentations de jeux à la presse, la communication est totalement verrouillée (avec des embargos qui empêchent par exemple d'aborder certains points dans les previews) et que la moindre question potentiellement gênante est systématiquement évitée par des développeurs ou éditeurs media trainés.

Sans surprise, ces déclarations ont provoqué de nombreuses réactions sur ResetERA y compris de joueurs qui ont souhaité souligner ce qui est, selon eux, l'hypocrisie du PDG de Moon Studios en évoquant des problèmes dont souffrent Ori and The Blind Forest et Ori and the Will of the Wisps. À noter que face à la direction prise par la conversation, les responsables de ResetERA ont pris la décision de clore le topic.

À l'heure où sont écrites ces lignes, ni Peter Molyneux, Sean Murray ou CD Projekt RED n'ont répondu aux déclarations de Thomas Mahler.

Que dites-vous de cette tirade du PDG de Moon Studios ? Êtes-vous d'accord avec lui ? Quelles solutions existent selon vous pour remédier au problème qu'il évoque ? Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous.