>
>
Test de Kotodama : The 7 Mysteries of Fujisawa (PS4)

TEST de Kotodama The 7 Mysteries of Fujisawa : Le visual novel Japonais "made in England"

Par Jonathan Bushle - publié le
×

Kotodama : The 7 mysteries of Fujisawa vient de sortir sur Switch, PS4 et PC, et on a joué à une version digitale à destination de la console de SONY. Son cas est assez unique comme nous allons le voir par la suite. Mais cela suffira-t-il à en faire un bon jeu ? Rien n'est moins sur...

Kotodama est une petite révolution dans le business du jeu vidéo. D'une manière ou d'une autre, si votre sensibilité vous amène à lire ces quelques lignes, vous connaissez probablement l'éditeur londonien PQube. On leur doit en effet pas mal de sorties de jeux bien nippons-fripons sous nos latitudes, avec des traduction compréhensibles par la plupart. En parlant de ça, ici, c'est des textes en Anglais et des voix Japonaises.

Les illustrations sont assez stylées !

Secrets d'histoire

Et bien figurez-vous qu'ici, Pqube abandonne sa casquette d'éditeur pour endosser celle de producteur ! C'est lui qui a passé commande chez Art Co. Ltd, un studio bien japonais, pour le développement d'un jeu : Kotodama. C'est un peu le monde à l'envers, et pour se procurer le jeu en boite, nos amis asiatiques vont devoir passer par l'import américain ou européen, un comble ! Et même la copie digitale vendue sur Steam ne propose que les textes anglais ! En parlant de la version boite, veuillez noter que le jeu est généralement 10€ moins cher en version digitale, ce qui rend la note moins salée : En effet - spoiler - malgré quelques qualités, Kotodama n'est pas un chef-d'oeuvre...

Le reste du jeu est plus classique visuellement parlant.

Qui c'est qu'on appelle ?

Pas de jaloux, dans Kotodama, on commence en choisissant le sexe de son héros, un(e) lycéen(ne) qui débarque dans le club de recherches occultes local, et qui cherche à mener l'enquête sur les 7 mystères qui entourent l'endroit, au rythme d'un chapitre, avec quelques petits twists des familles. L'ambiance globale vire fortement sur un mélange entre du shojo et du shonen, plutôt bon enfant, assez mystérieux mais plutôt doux. Les chapitres à la Scoobi-doo vont traiter de la délicate légende urbaine à des choses un peu plus inquiétantes, et globalement, ça fonctionne. L'expérience est tout de même assez courte, malgré quelques fins bonus à déverrouiller, ce qui implique de recommencer même si un certain procédé scénaristique rend la chose un poil plus agréable. Au cours de nos aventures, on va rencontrer tout un tas de personnages secondaires tout droit tirés d'un manga, avec quelques secrets bien cachés pour certains. Pour les mettre à jour, notre héros dispose d'un pouvoir qui permet de mettre les pensées des gens à nu, assez littéralement comme nous allons le voir plus loin, afin de lire à travers de leurs mensonges.

Quelques choix scénaristiques....

Le club des 7

Niveau scénario, Kotodama rend une copie honorable, et visuellement, c'est assez similaire. Adoptant un design plutôt classique, très typé manga et presque rétro, qui colle vraiment à l'ambiance shojo/shonen un peu jeune évoquée plus tôt. Dans les phases de gameplay, on retrouvera même un peu de fan service, mais malgré tout, l'ambiance reste bon enfant, le PEGI 12 du jeu l'atteste. Le tout est illustré par des dessins qui semblent faits main, au doux parfum d'artisanat vidéoludique, et quelques illustrations de grande qualité, pour la plupart très jolies. Le jeu dispose aussi d'une surcouche de menus fluo et graphiques à la Persona, qui ne colle pas trop avec le style un peu classique du jeu, mais qui reste cool. Les musiques sont assez inégales, avec quelques thèmes qui se démarquent parmi d'autres plus insipides. La résolution de certains sprites nous à semblé parfois basse lors des zooms pour un 55' en jouant sur PS4. On imagine moins de problèmes de ce côté-là sur Switch en mode portable, même si on n'a pas pu le tester.

... Et des phases de puzzle-fan-service pour les deux sexes !

Kandydama

Dans Kotodama, pour avancer dans l'histoire, on va bien évidemment avoir à faire des choix de dialogues. Selon la réponse ou le lieu choisi, on pourra déverrouiller des bonus pour le mini jeu de lecture de pensée. Car oui, pour lire dans l'esprit des gens, on joue à un puzzle game genre columns  ou Candy Crush où l'on doit aligner 3 gemmes de la même couleur... Quand on fait disparaître des lignes, cela envoie des étoiles sur les sprites des personnages qui se trouvent à côté de la grille, un peu à la Gal*Gun, et cela déclenche une animation un poil sexy. Aussi, plus on avance dans le score d'un niveau, plus cela déshabille notre "menteur" qui perd ses vêtements un à un en mode dress up doll !

Les puzzles pas forcément super durs ni palpitants, et restent un prétexte pour toutes ces scènes grivoises ? On aurait aimé voir autre chose de plus original. Ah, et niveau fan service, encore une fois, pas de jaloux ; Il y en a pour tous les sexes.

Satisfaisant
6
Où acheter :
Kotodama est un visual chapeauté par un éditeur Londonien, Pqube, en association avec un studio Japonais. Cette première collaboration voit là la naissance d'un OVNI : un Visual Novel principalement dédié et destiné au marché occidental. Le style reste bien évidemment très Japonisant, mélange d'univers shojo et shonen, avec des illustrations de grande qualité et des sprites un peu plus amateurs, et le scénario, qui fait la part belle à une enquête en 7 chapitres sur les mystères de l'école dans laquelle notre héros vient de débarquer. Tout fonctionne plutôt bien de ce côté-là, avec une ambiance plutôt édulcorée, presque enfantine. Quelques scènes de fan service sont de la partie mais le jeu reste PEGI 12. Question gameplay, par contre, ça fait un peu tache : On a droit à des puzzles de type Candy Crush ou l'on va déshabiller son adversaire - femme ou homme - mais qui restent peu palpitants et que l'on sent surtout être là uniquement pour proposer lesdites scènes de fan service. C'est un peu dommage, on aurait pu attendre mieux et plus original, surtout après le pitch de Pqube sur "le pouvoir des mots", qui donne son titre au jeu. Kotodama est donc un premier essai assez intéressant, mais loin d'être parfait. On reste malgré tout curieux pour la suite des aventures de l'éditeur désormais développeur, et on ne conseillera Kotodama qu'aux curieux, adeptes d'univers un peu légers.
par
+ On aime
  • Un aspect visuel assez charmant.
  • Une ambiance classique et bon enfant qui peut séduire.
  • Du fan service pour les deux sexes, pas de jaloux.
  • 10€ moins cher en digital (ce devrait être une norme).
- On n'aime pas
  • Les puzzles peu attractifs, un prétexte au fan service.
  • Les musiques de qualité inégale.
Donnez votre note
note
--

Ce jeu n'a pas encore été noté

Ma collection sur PS4
Je l'ai 1
J'y joue 0
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Kotodama : The 7 Mysteries of Fujisawa - 19 images (cliquez pour zoomer)

Les illustrations sont assez stylées ! Le reste du jeu est plus classique visuellement parlant. Quelques choix scénaristiques.... ... Et des phases de puzzle-fan-service pour les deux sexes !

La rédaction vous recommande

3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)