1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    On a joué à Mortal Shell : Un Dark Souls-like pour PGM ?

On a joué à Mortal Shell : Un Dark Souls-like pour PGM ?

Par Jonathan Bushle - publié le
×
vidéo : Mortal Shell - Announcement Trailer
vidéo : Mortal Shell - Official Gameplay Trailer (IGN)

Si tout se passe bien, Mortal Shell devrait pointer le bout de son nez avant la fin de l'année 2020 sur PC, PS4 et XB1. Marchant sur les plates-bandes d'un certain Dark Souls, le jeu qui nous intéresse aujourd'hui possède un potentiel certain, à même d'attirer à lui une certaine frange de joueurs. Et non, on ne vous parle pas des Professeurs de Génie Mécanique, même si les vrais savent qu'on n'en est pas loin.

Covid oblige, les éditeurs rivalisent d'ingéniosité pour nous faire découvrir leurs prochains projets. Pour Mortal Shell, premier jeu du tout petit studio Cold Symetry, c'est via une démo téléchargée sur l'Epic Games Store que nous y avons eu accès. Au programme, un tutoriel, deux niveaux, un boss et deux "coquilles". De quoi nous tenir occupés un peu moins de deux heures : Figurez-vous que cela fut suffisant pour attiser notre curiosité.

Vu que Plumo a merdé avec le logiciel de captures, vous avez droit à celles de l'éditeur. Ici, ce qui semble être les deux premiers mobs de la démo.

Pas si vide, la coquille

Tournant sur le PC de la rédac' qui a servi pour le TEST de Death Stranding, Mortal Shell s'est plutôt très bien comporté. 100 FPS dans les menus, et 60-70 de moyenne en jeu, sans failles. Dans les zones en extérieur, la profondeur de champ ne nous a pas paru folle, avec pas mal de brouillard, mais aussi du crénelage sur les parties les plus éloignées du décor. Reste à voir comment le jeu final se comportera, mais c'est plutôt encourageant : les modèles 3D s'avèrent assez convaincants, tout comme les textures, et surtout, sur ce qu'on en a vu, le design global est plus qu'aguicheur.

Le style dark fantasy utilisé n'est jamais très loin de celui de son maître à penser, avec des décors assez enchanteurs, très fouillés, notamment dans la forêt des débuts, tout droit sortie d'un vilain compte de fées. On ne vous parlera pas des grottes, bien plus basiques. Néanmoins, avec son mystérieux héros mort-vivant, des ennemis tous plus dangereux les uns que les autres, un boss qui a piqué son chapeau à notre bon vieux Pyramid Head, quelques PNJ modérément bavards et des descriptions d'objets à découvrir en les utilisant (attention à la couleur du champignon!), on pense bien évidemment qu'il faudra aller chercher soi-même le pourquoi de cet univers qui s'annonce bien cryptique et accrocheur.

La mort vous attend à chaque tournant.

La différence entre un bon Souls et un mauvais Souls

Après un tuto bien obscur et qui est passé un peu trop vite, nous mourons lors du premier affrontement un tant soit peu sérieux. Juste histoire de bien nous rappeler ou nous étions. Les choses avaient pourtant commencé plutôt tranquillement, à l'orée de la forêt, avec déjà, un combat contre deux ennemis qui jouaient de la guitare. Je vous parlais des descriptions d'objets à découvrir, sachez que l'on pourra aussi se familiariser avec les items au fur et à mesure de leur utilisation, comme va si délicatement nous l'apprendre notre premier loot : la fameuse guitare. Aussi, attention aux debuffs qui traînent ici et là. Une difficulté supplémentaire pour un jeu qui n'en manquait déjà pas.

En effet, la formule est bien celle d'un Dark Souls, avec jauges de vie, d'endurance et de magie, et deux types d'attaques au corps à corps, auxquels vient s'ajouter un dévastateur coup spécial. En cas de décès, vous perdez bien évidemment toute l'expérience accumulée qui n'a pas été sécurisée. Mais aussi vos consommables, ce qui ajoute une dimension Rogue-lite à la chose ! Vous avez toujours une chance, et une seule de récupérer le précieux. Pour vous aider dans votre tache, deux mécaniques bien utiles : un contre qui va consommer de la magie, et la possibilité de rendre son corps dur comme la pierre afin de déséquilibrer un ennemi qui passe à l'offensive. C'est même comme cela qu'il faudra procéder pour regagner un peu de vie. Dites adieu à la fiole d'estus ! Quelques consommables pourront vous sauver la vie mais la maîtrise des mécaniques de défense sera essentielle. En effet, pour vaincre les ennemis les plus coriaces, vous devrez interrompre un combo en durcissant afin de déstabiliser un ennemi, et pouvoir terminer votre attaque. Sans ça, c'est la fessée assurée.

Coucou toi ! J'ai affronté ton cousin il y a deux générations de consoles !

Coquille mortelle

On se retrouve donc avec une jouabilité très dure à digérer, plutôt lente mais aux timings serrés, avec beaucoup d'inertie dans les commandes et aux priorités pas évidentes au premier abord. Malgré tout, on se prend au jeu et on y trouve un certain plaisir. À voir ce que cela donnera en présence du jeu terminé, mais côté action, les amateurs de challenge seront probablement servis.

Niveau RPG, il y a davantage d'originalité. Notre mystérieux héros zombie pourra prendre possession de quatre Shells différentes, qui seront en fait les classes de combattants. On en a testé deux, un chevalier basique et équilibré, et une autre qui pourrait s'apparenter à un voleur ou un assassin. Plutôt amusant, une fois par vie, au trépas, le zombie sera éjecté de sa coquille, nu comme un ver tel Arthur de Ghosts n' Goblins, mais aura une chance de regagner sa coquille et de repartir là ou il en était, comme dans Sekiro !

L'arbre de skills était en partie caché dans la démo. A voir à la fin !

Melting-pot d'influences ?

Par contre, sur ce qu'on en a vu, le leveling nous à semblé un poil basique. Chaque Shell possède peu de skills différentes, mais là encore, on n'a pas pu tout expérimenter et le jeu pourrait nous réserver quelques surprises. Le système demeure étonnant et devrait pouvoir permettre de passer d'un build à un autre en fonction de ses besoins, un peu à la manière de Code Vein.

Et pour ce qui est du level design, il est là encore trop tôt pour se prononcer : si les deux niveaux visités étaient plutôt labyrinthiques et parsemés de zones qui semblent toutes raconter une histoire, ils étaient au final plutôt petits et indépendants, séparés par une porte et des temps de chargement. Malgré tout, au vu du challenge proposé, de la certaine originalité du projet et de son design prometteur, on a vraiment hâte d'en savoir plus.

On l'attend.. Avec curiosité et défi !

Mortal Shell devrait sortir avant la fin de l'année, et il marche ouvertement dans les traces de Dark Souls : difficulté exacerbée, ennemis mortels, et univers Dark Fantasy très mystérieux, à creuser soi-même... Mais une des petites particularités de Mortal Shell, c'est de rendre la formule encore plus exigeante pour le joueur, avec des combats rigides, des mécaniques de défense aux timings serrés et à l'utilisation indispensable, ou encore une mort bien plus punitive. Sachez aussi que vous aurez accès à quatre shells, soit autant de classes différentes, ce qui devrait permettre d'adapter sa façon de jouer en fonction de la situation. De quoi avoir envie d'en voir plus. Et ce n'est pas l'univers, très mystérieux et plutôt classe, qui nous fera dire le contraire. Rendez-vous est pris pour le TEST !

Galerie photo Mortal Shell - 11 images (cliquez pour zoomer)

Vu que Plumo a merdé avec le logiciel de captures, vous avez droit à celles de l'éditeur. Ici, ce qui semble être les deux premiers mobs de la démo. La mort vous attend à chaque tournant. Coucou toi ! J'ai affronté ton cousin il y a deux générations de consoles ! L'arbre de skills était en partie caché dans la démo. A voir à la fin !

La rédaction vous recommande