>
>
Childen of Morta non-conforme aux lois iraniennes, son développeur convoqué par la justice

Childen of Morta non-conforme aux lois iraniennes, son développeur convoqué par la justice

Par Gianni Molinaro - publié le
×

Si le jeu vidéo est avant tout un divertissement et qu'il s'inscrit bien souvent dans le cadre de la fiction, il peut arriver que des contenus inventés et inoffensifs dérangent la morale dans certains pays. En Iran, le dernier jeu du studio Dead Mage a été la cible de plaintes qui viennent de déboucher sur une convocation.


À voir aussi : GTA 6 : Remonté, le doubleur du héros de San Andreas insulte copieusement Rockstar Games


Rogue-like en pixel art ayant reçu un accueil chaleureux de la part des joueurs, et nous ayant bien plu aussi (TEST de Children of Morta : Le Rogue-Like familial), Children of Morta est l'oeuvre des "texans" de Dead Mage. Guillemets obligatoires car ce studio est composé en majeure partie d'anciens de Fanafzar Sharif Game Studios, une équipe de développeurs de Téhéran qui ont décidé de partir s'installer aux États-Unis durant le développement de Garshasp : The Monster Slayer.

Leur pays d'origine a quelque chose à leur reprocher. Il y a quelques heures, le programmeur Amir-Hossein Fassihi, a laissé échapper sur de ses deux comptes un tweet rapidement retiré, avec rappel que l'affaire devait finalement rester demeurer privée, mais néanmoins capturé par les yeux vigilants d'un membre de ResetEra :

Le développeur de Children of Morta est convoqué par la Cour suite à des plaintes concernant le jeu, indiquant qu'il contient de la danse, une absence de hijab, l'absence de louanges à Dieu, l'usage de magie dans le but d'affronter des démons et des funérailles non conforme aux lois islamiques.

L'Iran est une république théocratique islamique, dont les institutions et lois se basent sur la charia, et dans laquelle, par exemple, une femme, Viva Movahédi, a été condamnée à un an de prison pour incitation à la corruption et à la débauche en 2019 pour ne pas avoir porté le voile en public. Disponible sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch, Children of Morta prend place dans un univers fictif, heroic-fantasy, plutôt typé occidental. Ce qui semble constituer un délit, si ce n'est un crime, pour le régime iranien.

Si l'on imagine comme première répercussion un retrait de jeu dans l'État présidé par Hassan Rohani, on ignore quelles autres conséquences cela pourrait avoir pour Dead Mage dans sa globalité et sur ses projets en cours. On ne sait pas non plus si des membres du studio sont en Iran à l'heure actuelle, au moment où, comme vous le savez probablement, les tensions entre le pays du Golfe Persique et les États-Unis s'avèrent plus vives que jamais.

[Source]

La rédaction vous recommande

9 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (9)