>
>
Apex Legends : Le joueur Oraxe nous parle du Preseason Invitational et du futur de la compétition

Apex Legends : Le joueur Oraxe nous parle du Preseason Invitational et du futur de la compétition

Par Eva Martinello - publié le
Image

Comment les joueurs d'Apex Legends s'entraînent-ils pour le tournoi ? Que faut-il pour être meilleur que les autres ? Le joueur Matthieu "Oraxe" Ribière, pour PENTA Sports, nous en parle dans une interview.


À voir aussi : Apex Legends : Un tournoi Invitational majeur annoncé pour septembre 


Après être devenu joueur compétitif à plein-temps sur PUBG, Oraxe a changé de battle royale pour se tourner sur Apex Legends. Recruté par PENTA Sports peu après la sortie du jeu, ce dernier s'est envolé à Berlin pour faire un bootcamp avec son équipe, une semaine avant le Preseason Invitational. Ce sera le premier tournoi esportif d'envergure sur Apex Legends, avec 500 000$ de cashprize et 80 équipes participantes.

Un entraînement de neuf heures par jour

Gameblog : Merci de répondre à nos questions. Quel est votre planning d'entraînement dans ce bootcamp ? 

Matthieu "Oraxe" Ribière : On se lève vers 10 heures, on mange, on commence à jouer vers 13 heures, sans entraînement particulier : on va faire de la solo, des classées ensemble.... on fait un peu ce qu'on veut ! Ensuite, on fait une pause et on commence les scrims, les entraînements avec les autres équipes, vers 17 heures. En général, ça se finit vers minuit. On fait ça pendant une semaine. On va faire ça jusqu'au 12 septembre, où on ira directement à Krakow.

L'un des défis du genre battle royale est l'adaptation au format des scrims. Comment les équipes font pour s'entraîner, concrètement ?

Pour l'instant, on n'a toujours pas de serveur privé. Donc on est obligés de se rassembler dans un channel de Discord, où on amène un bot qui fait un décompte et tout le monde lance en même temps ! C'est un peu rudimentaire, mais ça marche. À chaque partie qui se lance, certains se retrouvent seuls dans une autre partie, mais on en fait tellement ; on enchaîne les parties de 17 heures à minuit, que ça laisse largement le temps à tout le monde de s'entraîner. En général, dans 60-80 % des cas, tu te retrouves dans la bonne partie.

On est souvent ensemble, mais le problème c'est que dès qu'il est un peu tard, les américains viennent s'entraîner sur notre serveur, et dès ce moment-là, la qualité des scrims... laisse à désirer, car beaucoup viennent pour faire n'importe quoi !

Des équipes du monde entier s'entraînent sur le même serveur ?

En fait, on commence sur le serveur de Londres, de 17h à 19h. Ensuite, on passe sur le serveur de New-York, et ça devient l'enfer jusqu'à 23 heures. Le ping n'est pas très agréable pour nous...

Les équipes viendront du monde entier au Preseason Invitational. Est-ce qu'il y a de grandes inconnues concernant les adversaires que vous allez affronter ?

En Corée du Sud, il y a une équipe qu'on connaît et qui s'entraîne avec nous. Mais il y a aussi beaucoup d'équipes dans le tournoi qui ne sont jamais venues s'entraîner. En Corée du Sud, il y a l'air d'y avoir un niveau correct, voire très bon. Il y a justement une équipe qui joue beaucoup avec nous, même en ayant beaucoup de ping : les MVP. Ils sont très bons. Il y a aussi beaucoup d'équipes nord-américaines qui sont fortes, comme TSM, Sentinels et d'autres.

Un début de partie, c'est du 50/50 ; c'est celui qui va trouver un bon équipement, le premier qui tuera l'autre.

Quelles sont les qualités essentielles d'un bon joueur sur Apex ?

Déjà, il y a le skill, la visée. Car si tu gagnes ton duel, ça te permettra peut-être d'obtenir la position qui te fera remporter le Top 1, et il y a beaucoup d'affrontements sur toute la partie. Il y a aussi l'intelligence, mais ce n'est pas spécifique à APEX... disons qu'il en faut assez pour ne pas prendre de décisions débiles, rester en vie. La communication est aussi très importante sur le jeu. C'est pas comme sur PUBG où il est possible de temporiser un affrontement : il faut tout le temps rester ensemble et les actions se déroulent très rapidement. La mort peut vite arriver, il faut être très réactif et écouter ses coéquipiers. 

Il faut aussi connaître la carte. Il y a un peu toujours les mêmes zones qui sont des positions fortes sur la carte. On commence à bien connaître toutes les zones, et chacune d'entre elles a toujours une power position, celle où c'est plus facile de remporter un duel. Si tu te trouves sur cette position et que ton équipe tient, il y a des chances que tu gagnes la game.

Est-ce que ça se passe comme sur PUBG concernant la zone d'atterrissage, où chacun a son lieu dédié ?

Pas pour l'instant. Il y aura 80 équipes dans le tournoi, et on ne sait pas encore avec qui on sera. Personne ne considère qu'une position est à lui, même s'il y a parfois quelques embrouilles sur le sujet. Mais personne n'a une position qui lui appartient. Nous, par exemple, on n'a pas de position définie où atterrir, car comme il y aura des rotations entre ces 80 équipes au tournoi, on ne saura pas quelle position prendront les équipes. Et le problème est que les premiers rounds ne se feront que sur 3 matchs, autant dire qu'il ne faudra pas les rater. 3 manches, c'est très peu pour un jeu battle royale : tu ne peux pas avoir ta zone et risquer une partie sur le fait qu'il y aura quelqu'un avec toi au début ou non. Un début de partie, c'est du 50/50 ; c'est celui qui va qui trouver un bon équipement le premier qui tuera l'autre. 

Sur les 80 équipes, certaines ne se sont jamais entraînées ou ne font pas de parties classées... donc je m'attends à un zoo au début ! Mais la finale sera différente, je pense. Les équipes qui ont leur zone, je pense qu'on verra ça plus tard sur Apex. Pour le moment, t'es obligé de t'adapter. Sur PUBG, c'est le cas car c'est difficile de faire des rotations, mais sur Apex, c'est beaucoup plus simple d'en faire. Tu ne meurs pas sur une rotation comme dans PUBG. Ce qui est important, ce n'est pas le lieu où tu te situes, mais la qualité du loot que tu peux récupérer. Certaines zones donnent plus de loot que d'autres, et c'est ça qui est important.

Est-ce qu'il y a des rôles définis dans l'équipe ?

Oui et non. Tout le monde peut jouer ce qu'il veut. Après, chacun a ses personnages de prédilection, qui ont tous leurs compétences uniques. C'est plus par rapport à ça. D'un autre côté, on peut dire que je prends un peu le rôle d'ingame leader, mais je ne suis pas le seul à parler : chacun donne son avis et c'est ce qui fait qu'on joue bien ensemble. Nehh a un rôle qui s'apparente plus à un support car il joue Wattson, Lifeline... ces personnages qui ont des compétences utilitaires. Mais on a pas de spécialisé dans les snipers ou de choses comme ça, on joue chacun de tout, par rapport à nos envies. 

Quel va être le défi principal au Preseason Invitational ?

Dans un battle royale, celui qui remporte les tournois est en général celui qui arrive à s'adapter le plus rapidement, à la meta du tournoi en question. Car chaque tournoi est différent, les joueurs ne prennent pas toujours le même style de jeu. Il y aura aussi le fait de bien lire le jeu : sur Apex, on peut prévoir où seront les zones 2 et 3, donc où se finira la partie. Je pense que ce n'est pas normal, mais pour l'instant, c'est comme ça que ça se passe. Ça change toutes les deux semaines à peu près, même si je ne sais pas à quoi c'est dû. Là-dessus, il faudra bien lire les zones.


Oraxe a commencé les jeux de tir sur Soldier of Fortune II, sorti en 2002.

Comment as-tu commencé à jouer en compétition ?

J'ai commencé très jeune, sur le jeu Soldier of Fortune 2. A l'époque, ce jeu se disputait la première place de FPS avec Counter-Strike 1.6. C'est là où j'ai commencé la compétition, mais c'était il y a longtemps donc il n'y avait pas encore d'argent en jeu pour les gagnants. Mais là où j'ai commencé plus sérieusement, c'était sur Battlefield 3 où j'étais dans la structure mythiX.

A l'époque, c'était l'une des premières structures françaises qui avait des financements, il y avait aussi Gotaga... ça date ! Ensuite, à haut niveau, ça a été sur PUBG. J'étais dans ma cinquième année d'école de commerce, et j'ai décidé de remettre cette année à plus tard pour passer à plein temps sur le jeu quand on m'a proposé de rejoindre Vitality. C'était après avoir remporté les IEM Oakland 2017. PUBG a fini par moins m'intéresser et quand Apex est sorti, j'ai adoré le jeu. J'ai entendu qu'EA avait des choses de prévues pour son battle royale, alors je me suis lancé dessus. 

Comment vois-tu le futur d'Apex ?

Ce ne sera jamais un Fortnite bis, c'est sûr. Après, je pense qu'Apex Legends pourrait être plus proche d'Overwatch si l'éditeur parvient à bien développer le côté esport. En gros, sur Overwatch, il n'y a pas beaucoup de viewers en journée s'il n'y a pas de compétitions, pas comme Fortnite. Mais quand il y a une compétition, le public est présent. C'est vraiment ce que je vois pour Apex plus tard. On n'aura jamais des personnes qui, comme sur Fortnite, décolleront avec 250 000 followers sur Twitter en deux semaines etc. Mais l'esport y'a moyen de donner quelque chose de bien, si EA Games le gère correctement. Après, on parle d'EA... ils ont un très bon jeu entre les mains et j'espère qu'ils feront le nécessaire pour l'emmener plus loin !

Merci à Oraxe de nous avoir accordés du temps. Le Preseason Invitational d'Apex Legends se lancera le week-end du 13 septembre. En attendant des informations sur une éventuelle retransmission en français, il pourra être suivi en anglais sur Twitch !

La rédaction vous recommande