>
>
Borderlands 3 : On a semé le chaos avec FL4K et en coopération, nos impressions

Borderlands 3 : On a semé le chaos avec FL4K et en coopération, nos impressions

Par Eva Martinello - publié le
×

À un peu plus d'un mois de sa sortie, nous avons été accueillis à Londres pour découvrir les premières heures de Borderlands 3. D'abord en solo avec FL4K, puis à travers une petite session en coopération sur Eden-6, la planète marécageuse de la marque Jakobs, en compagnie de plusieurs personnages. Et après en avoir vu un peu plus, tout ce que l'on souhaite, c'est y jouer... jusqu'à la fin. 

Pour cette preview, nous avons été invités à essayer les quatre premières heures déjeuner, manette Xbox en main (et donc, un skill absent pour la disciple du PC) ainsi que le dernier Chasseur de l'Arche à avoir été révélé : le Roi des bêtes, le robot FL4K. Sa personnalité cynique et ses compétences très variées ont rendu ce temps de jeu très plaisante, tout comme la découverte de la suite de l'intrigue principale, elle aussi pleine de promesses.

Nous avons terminé par une courte session de jeu en coop' sur la planète marécageuse Eden-6. Si le système de coop' n'a rien d'original comparée à ce que l'on voit ailleurs, il est très grandement amélioré, comme promis par les développeurs. D'autant plus que chaque personnage a été pensé pour créer des synergies diversifiées entre eux. Plus que jamais, ce nouveau volet aura une valeur ajoutée en étant joué à plusieurs.

Les détestables Calypso Twins

Nous avons pu faire le début du jeu qui a déjà été montré, mais aussi la suite de l'intrigue principale. Nous avons retrouvé le tout premier boss, Mouthpiece, puis nous sommes rendus plus loin en remplissant le premier objectif majeur. Nous avons donc pu en apprendre plus sur les antagonistes de cette version : les Calypso Twins, qui vont s'en prendre à Lilith, Sirène et Commandante des Crimson Raiders présente depuis le premier Borderlands (à voir dans notre vidéo de gameplay). Pour rappel, les jumeaux ont créé un culte autour d'eux, celui des Enfants de l'Arche. Leurs disciples les vénèrent comme des Dieux et les aident dans leur recherche de nouvelles Arches.

On sait aussi que les jumeaux s'avèrent être des Sirènes, ce que les fins observateurs avaient déjà remarqué grâce aux différents trailers. Enfin, ils diffusent leur vie et leurs exploits à travers Pandore en streaming. En résumé, ce sont des super-influenceurs, mais version Black Mirror. On ne peut s'empêcher de penser à Handsome Jack, un antagoniste emblématique de la licence, qui a mis la barre très haut... et il faut avouer que les développeurs ont bien réussi à rendre ces personnages détestables : les pires des streamers ont été mis dans shaker pour obtenir une caricature plutôt réussie. Ils sont imbus d'eux-mêmes, cruels et réalisent des vidéos "putaclic" qui rappellent le pire de ce que l'on voit tous les jours en tendance YouTube. À voir quelle sera leur évolution au fil de l'histoire. Like, follow, and obey !

Déchaîner les bêtes de FL4K

Nous avons pu découvrir le dernier Chasseur de l'Arche qui a récemment eu sa vidéo de présentation : FL4K, le robot/maître Pokémon. Comme chaque protagoniste, il a trois arbres de compétences : Fade Away, qui joue sur l'invisibilité, Gamma Burst qui se focalise sur son acolyte, et Rakk Attack, utile pour des diversions. Il est possible de changer d'animal de compagnie actif à tout moment. Il a une barre de vie honorable et s'il tombe au combat, il peut être ranimé comme n'importe quel autre personnage. Fort utile en combat, on oublie facilement son existence puisqu'aucune interaction avec lui n'est prévue dans le feu de l'action, hormis sa réanimation et sa téléportation en choisissant la branche Gamma Burst (vous pouvez voir son arbre de compétences interactif ici).

C'est dommage, on aurait pu imaginer davantage de possibilités. Cela dit, son I.A. s'avère réussie ; on ne le voit pas faire de choses qui n'ont aucun sens. Bon, sauf dans les cas où l'on essaie de fuir une zone de combat et... qu'il court se suicider (sacrifier ?) au milieu de 20 ennemis. C'est là que l'on regrette de ne pas pouvoir lui donner des ordres. En dehors de ce détail, FL4K se révèle un personnage agréable à jouer. Gearbox a bien réussi son coup sur le fait de créer des compétences qu'il est possible de changer à tout moment ; cela donne plus de flexibilité au niveau gameplay, en fonction des ennemis à affronter, mais aussi simplement pour varier les plaisirs. Aucun doute : FL4K est destiné à devenir héros très populaire. Enfin, ultime détail : ses compagnons peuvent être caressés. Merci de leur offrir un peu d'affection dans ce monde cruel.

Rien de nouveau sur Pandore

Parlons de notre petite déception : Pandore, la planète que l'on parcourt depuis les débuts de la licence. On l'a visitée de A à Z au fil des jeux, et on se rend compte que dans Borderlands 3, rien n'a changé, hormis évidemment de nouveaux lieux nécessaires à l'intrigue. C'est tellement similaire aux autres volets que l'on en vient à remarquer que les cactus ne sont plus invincibles et électrisants, mais peuvent être défoncés avec notre véhicule. D'ailleurs, parlons des véhicules : ceux de Pandore, que nous connaissions déjà, restent les mêmes. Les batailles au volant apparaissent toujours aussi insipides.

Néanmoins, les véhicules pourront être améliorés plus tard. À voir si cela rendra l'expérience toujours plus intéressante. Et n'oublions pas que d'autres se montreront jouables, comme celui présent sur Eden-6, vu dans notre preview précédente. Quoiqu'il en soit, Gearbox reste sur ses acquis pour Pandore, ce qui peut décevoir les habitués de la licence, mais n'oublions pas que trois planètes supplémentaires (au moins) ont été créées. Nous avons déjà découvert Promethea, la planète urbaine de la firme Atlas, Eden-6 et quelques images d'Athenas, le fief des Sirènes, personnages que l'on découvre sous un nouveau jour dans ce chapitre. Le "déjà-vu" de Pandore laissera donc vite place à de nouveaux environnements.

Le chaos sera présent avec 4 joueurs

Pour le dépaysement nous avons pu fouler les terres marécageuses d'Eden-6, planète qui a déjà dévoilée à l'E3, berceau de la marque Jakobs et peuplée de dinosaures. Sur cette planète, la coopération en duo nous a donné un avant-goût de ce à quoi ressemblera le jeu à quatre joueurs. Au vu des armes plus folles les unes que les autres, en plus des capacités propres à chaque personnage, le chaos sera définitivement au rendez-vous. C'était particulièrement réussi dans Presequel, notamment avec un CL4P-TP dans l'équipe pour semer la zizanie, mais cela promet de l'être encore plus dans cette nouvelle version. Comme promis, plusieurs fonctionnalités améliorent grandement la collaboration sur ce Borderlands, qui laissait largement à désirer dans les titres précédents : équilibrage entre les niveaux (ce que l'on n'a pas pu tester), mais aussi récupération de butin ou encore un système de ping simpliste (pour signaler le loot, par exemple).

Côté gameplay, le plus intéressant a été de tester nos personnages au niveau 22. Au début de Borderlands 3, on trouve peu d'armes originales. Mais à ce stade de l'aventure, avec quatre emplacements d'armes débloqués et plus d'expérience accumulée, le tout prend une nouvelle dynamique. On se retrouve avec des lance-roquettes à dégâts élémentaires, les fameuses armes Tediore qui deviennent des petits sbires à pattes, ou encore des snipers qui deviennent des fusils à pompe en tir secondaire... l'expérience de shooter est clairement réussie.

Enfin, en visitant Sanctuary III, nous avons découvert de nouvelles personnalisations : skins d'arme, de système ECHO, emotes, porte-clés sur les armes style Rainbow Six Siege... toutes ces customisations s'échangeront contre de l'Eridium à Crazy Earl. L'Eridium, matériau historiquement incontournable pour faire évoluer son avatar, et lié aux Arches, devient donc une monnaie d'échange pour des cosmétiques. Et Crazy Earl se reconvertit en marchand de souvenirs ; d'un autre côté, les améliorations de stockage s'achètent désormais contre de l'argent classique à Marcus. On aurait préféré la création d'une autre monnaie d'échange plutôt que ce revirement (qui n'est d'ailleurs pas role-play du tout), mais cela ne devrait guère déranger les nouveaux arrivants sur la licence. 

ON L'ATTEND... AVEC UNE TRÈS GRANDE IMPATIENCE !
Borderlands 3 promet d'être une réussite autant sur son côté FPS, avec des armes déjantées et un nouveau souffle apporté à la coop', que pour son côté RPG avec des antagonistes détestables et la redécouverte des Sirènes. L'accent est mis sur l'authenticité pour les fidèles de la licence de Gearbox, un peu trop parfois, mais cet épisode est aussi pensé comme un jeu accessible pour les nouveaux venus. Nous verrons le 13 septembre prochain s'il est à la hauteur de ses ambitions, avec sa sortie prévue sur PC, Xbox One et PS4 !

Galerie photo Borderlands 3 - 13 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

5 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (5)