>
>
Modifier sa sauvegarde au Japon, c'est risquer 5 ans de prison et une grosse amende

Modifier sa sauvegarde au Japon, c'est risquer 5 ans de prison et une grosse amende

Par Vincent Elmer-Haerrig - publié le
Image

On sait très bien que dans les CLUF interminables des éditeurs il est interdit même de penser à approcher un tournevis d'une console de jeu, sous peine de damnation éternelle. Bien sûr, le piratage est une plaie pour le jeu vidéo. Notre loisir n'existe que parce que des gens travaillent et vivent des revenus qu'ils en retirent. Mais un amendement vient de taper très fort au Japon, même pour une modification de sauvegarde.


À lire aussi : Nintendo Switch, des modèles Pro et/ou Lite en 2019 ? L'avis d'analystes


Le document original est accessible ici (pour ceux qui comprennent le japonais, comptez-vous) et c'est un moddeur habitué des consoles Nintendo qui nous l'apprendvia Twitter.

Modifier les données de sauvegarde est maintenant ILLEGAL au Japon en raison d'une nouvelle loi gouvernementale. Si vous utilisez SplatHex au Japon soyez en conscients.

Illégal et surtout très sévèrement puni. Vous risquez une peine de 5 ans de prison, et un peu plus de 40 000€ d'amende ou le mega combo avec les deux. Tous les systèmes d'accès et de modifications de sauvegardes sont concernés. Les tricheurs sont donc prévenus. Ils auront tout le loisir de poncer leurs jeux pendant 5 ans et de devenir imbattables à The Escapists.

Que pensez-vous de cette loi ? Trop sévère ou juste par rapport aux préjudices possibles avec des sauvegardes de jeux vidéo ? Dites-le nous dans les commentaires, juste ci-dessous !

La rédaction vous recommande

7 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (7)