>
>
E3 2018 : Shadow of the Tomb Raider nous a replongé en pleine jungle, nos impressions

E3 2018 : Shadow of the Tomb Raider nous a replongé en pleine jungle, nos impressions

Par Thomas Pillon - publié le

Rapidement propulsée icône du jeu vidéo au milieu des années 1990, alors que la scène était manspreadée à l'envi par les héros masculins, Lara Croft ne s'était plus trouvée nez à nez avec un grand dino depuis un bon moment. Après sous retour sous les projecteurs à la faveur d'un reboot en 2013 et d'une suite en 2015, voici que la trilogie des origines s'apprête à refermer une page sombre du passé de l'exploratrice...


A voir aussi : Shadow of the Tomb Raider : On y a joué, nos impressions éclipsées


C'est après avoir remis les mains sur la démo d'une demi-heure que Plume avait déjà eu le loisir de vous détailler que nous avons pu assister à deux hands-off nous présentant de nouveaux environnements. La première partie nous a permis de découvrir Paititi, la cité perdue qui fera office de hub pour ce chapitre conclusif des origines de Lara Croft. Cette ville d'inspiration Maya en autarcie mélange néanmoins plusieurs civilisations, comme nous l'explique Jill Murray, scénariste du jeu :

Beaucoup d'aspects de la culture Maya me fascinent, que ce soit en termes de navigation, d'astronomie... Si vous remontez à l'époque de cette civilisation, tout ce que vous trouverez dans le jeu est authentique. Nous ne pouvions pas non plus ignorer le fait que les Maya aient vécu au Pérou.

Les pluies torrentielles, la famine et la compétition entre les différentes cités Maya ont poussé une partie de la population à émigrer, rejoints par les Aztèques et les Incas, ce qui leur a permis de trouver refuge et de se protéger des Conquistadors.

Vêtue d'une tunique qui la ferait presque passer pour une autochtone, Lara ne va pour une fois pas tirer sur tout ce qui bouge, mais plutôt aller à la rencontre des habitants, qui font preuve d'une étonnante connaissance des langues étrangères, surtout pour une cité encore jamais mise à jour par les explorateurs dans le genre de la fille Croft. Avec une carte que l'équipe n'hésite pas à présenter comme trois fois plus grande que celle de Rise of the Tomb Raider, les missions risquent d'être nombreuses.

Paititi sans laisser d'adresse

Au détour d'une ruelle, Lara rencontre non sans casser au passage quelques poteries d'une valeur sans doute inestimable un petit garçon en pleurs. Et pour cause : celui-ci s'est fait voler son jouet par un mort, une forme de racket peu banal, même dans ce coin du globe. Après avoir mis en doute la version du bambin, Lara se met en quête de l'item et quitte Paititi pour explorer la luxuriante jungle qui la borde.

Le changement de ton est alors radical, puisque les hommes en arme de Trinity ont investit les lieux inhospitaliers. Ce nouveau décor permet surtout d'illustrer la promesse de ne faire qu'un avec la jungle, comme nous l'explique le level designer Arne Oehme :

La jungle est un environnement très organique, très dense, et nous souhaitions donner l'impression que Lara était perdue en pleine jungle sans toutefois perdre le joueur lui-même. Nous ne savions pas forcément où nous allions atterrir lorsque nous avons commencé à travailler, mais nous avons finalement opté pour des marqueurs identifiables.

Nous avons également développé un outil de navigation qui permet à Lara de s'orienter sous l'eau, ce qui explique la présence de ces nouvelles phases sous-marines. Il y a comme un sentiment de progression : dans le premier reboot, Lara se contentait de surnager, puis elle a pu se déplacer à la surface, et la voilà désormais capable de se déplacer sous l'eau.  

Dans les faits, Lara joue les pantomimes d'un certain Snake en pleine Guerre Froide en se fondant dans le décor. Les joueurs habitués au bourrinage du reboot devront sans doute poser leur gun avant que ne sonne le glas. Heureusement, l'arsenal de l'exploratrice s'enrichir des fear arrows, une feature sur laquelle cette démo va longtemps insister. Plutôt que de transpercer l'épiderme d'un troufion delocalisé malgré lui dans la jungle péruvienne, ce nouveau type de flèche va générer chez lui une angoisse qui n'a d'égale que celle de votre serviteur lorsqu'il doit se cumuler les messages de retard lors de ses trajets rendus plus qu'aleatoires par la SNCF.

Grâce à ces flèches, la pauvre victime va ainsi être en proie à une angoisse qui va tout simplement le pousser à faire usage de son arme contre ses compagnons, nettoyant ainsi pour vous le terrain. Si l'astuce est de longue date utilisée à tour de bras par les Assassin's Creed et autres AAA du même calibre, elle colle bien à la dimension infiltration qu'entend apporter Eidos Montréal à ce nouvel épisode.

Avec une Lara majoritairement cachée dans les hauteurs des arbres, on se rapproche bien plus de la trilogie Arkham que des aventures de Nathan Drake. La perspective de pendre au feuillu votre pantin meurtrier ne fait qu'ajouter cette impression de jouer le pendant féminin de Batman en pleine jungle. Il est encore impossible de prédire en l'état quelle sera la part de ces séquences d'infiltration qui voient l'ex-ingénue se métamorphoser en Predator longiligne, mais elles devraient réduire un peu les occasions de sortir pour un oui ou pour un non le fusil à pompe, et c'est tant mieux.

L'ombre du mort dort

La seconde démo qui nous a été présentée va à l'extrême limite inverse faire la part belle aux explosions qu'elle ferait passer Michael Bay pour un garnement de cour d'école adepte des claque-doigts. Attirée dans une embuscade par la tête pensante de Trinity, Lara va tenter de secourir Jonah avec qui elle avait pourtant eu le loisir de se prendre la tête dans la première séquence jouable.

Ce guet-apens qui la met rapidement nez-à-nez avec un blindé l'arrosant copieusement va rapidement dégénérer en célébration du film d'action hollywoodien, faisant se succéder à des esquives de tir miraculeuses des gerbes de flammes qui finiront par embraser la raffinerie vers laquelle Lara se dirigeait précédemment. Après avoir chuté dans une étendue d'eau enflammée, la jeune aventurière sort de l'eau plongée dans l'ombre, avant de froidement assassiner le sbire de Trinity qui a elle malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Un meurtre de sang froid qui en dit à lui seul long sur le caractère bien sombre pour lequel semble opter Shadow of the Tomb Raider.

Lara est face à un réel danger : celui de devenir ce qu'elle pensait combattre. Le trailer est basé sur ce conflit, ce qui explique que l'enfant que l'on aperçoit à la fin de méfie naturellement d'elle. 

Faute d'avoir pu poser nos petites mains curieuses sur ces deux démos, il faudra encore patienter jusqu'à la sortie définitive du jeu, prévue comme vous le savez sans doute déjà pour le 14 septembre 2018, sur PC, PlayStation 4 et Xbox One.

 

Galerie photo Shadow of the Tomb Raider - 8 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

8 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (8)