>
>
Ubisoft : Cinq responsables accusés de délit d'initié par les autorités françaises

Ubisoft : Cinq responsables accusés de délit d'initié par les autorités françaises

Par Romain Mahut - publié le
Image

Le retard de la sortie d'un jeu AAA très attendu a souvent un impact négatif sur le cours en bourse de l'action de l'éditeur concerné par ce retard. Les responsables des éditeurs ont bien conscience de ces conséquences et pourraient être tentés d'utiliser les informations dont ils disposent pour en profiter. C'est justement ce que reprochent les autorités françaises à plusieurs employés d'Ubisoft.


À lire aussi : Ubisoft fait l'acquisition de l'éditeur de 2048


Le site américain Kotaku rapporte que l'Autorité des Marchés Financiers (AMF), autorité chargée de la régulation des acteurs et des produits de la place financière de l'hexagone (marchés financiers, société cotées, et conseillers en investissements financiers, etc.), accuse cinq responsables d'Ubisoft de délit d'initié.

Il est reproché à ce groupe, dont fait partie Yannis Mallat le PDG d'Ubisoft Montréal, d'avoir vendu des actions d'Ubisoft dans les semaines qui ont précédé le 15 octobre 2013. C'est à cette date que l'éditeur français avait annoncé le report à 2014 des sorties de Watch_Dogs et The Crew, annonce qui avait provoqué une chute d'environ 25% de l'action d'Ubisoft. L'AMF estime que ces personnalités haut placées chez Ubisoft avaient connaissance de ces reports avant leur annonce et ont donc profité de leur statut d'insider et ainsi violé la loi française en matière de délit d'initié. 

Dans un message envoyé au journal canadien La Presse, Yannis Mallat a affirmé qu'il n'avait pas connaissance de l'annonce de reports de ces deux jeux : 

Je ne disposais d'aucune information sur le report de Watch_Dogs, encore moins sur celui de The Crew et encore moins sur le fait que l'annonce ne fournirait pas de nouvelle date de lancement, ce qui, je crois, a probablement eu le plus d'impact.

Les cinq employés d'Ubisoft, qui doivent se présenter devant la Commission des Sanctions parisienne le 18 novembre prochain, ont déposé des motions de nullité d'enquête auprès des AMF françaises et québécoises. Les cinq accusés réclament par ailleurs des dommages et intérêts en raison de ce qu'ils présentent comme des vices de procédure. 

Ubisoft a de son côté tenu à préciser qu'il n'était pas directement visé par la plainte de l'Autorité des Marchés Financiers. L'éditeur insiste également sur le fait que les accusés contestent "vigoureusement" les faits qui leur sont reprochés et qu'Yves Guillemot, le PDG d'Ubisoft, soutien pleinement ses employés et ne remet pas en cause leur bonne foi. 

La prochaine étape de cette affaire est donc attendue pour la fin de cette semaine. 

[Sources : Kotaku/La Presse]

La rédaction vous recommande

Top ventes

Console Nintendo Switch noire avec manet…
Neuf : 329,99 €
Console Nintendo Switch avec une paire d…
Neuf : 329,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Mario Kart 8 Deluxe Nintendo Switch
donnée non spécifiée
Neuf : 49,90 €
The Legend of Zelda : Breath of the Wild…
donnée non spécifiée
Neuf : 56,00 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 899,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Manette P…
Neuf : 249,90 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 386,89 €
Injustice 2 PS4
PlayStation 4
Neuf : 51,77 €
Console Sony PS4 Slim 1 To
Neuf : 299,99 €
Casque de réalité virtuelle Oculus Rift …
Neuf : 589,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 179,99 €
Fire Emblem Echoes Shadows of Valentia E…
Nintendo 3DS
Neuf : 113,88 €
Farpoint PS4 VR + manette de visée Plays…
PlayStation 4
Neuf : 89,90 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 279,99 €
5 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (5)