Army of TWO : Le Cartel du Diable sur PlayStation 3, le test de BlackLabel

Publiez votre test
Signaler
BlackLabel
1
BlackLabel PS3

Changement foiré

Por El Cartel del Diablos, yé pourré vous fère toute oune critique avé l'assent mericain, mais en fait ce serait vite super lourd, un peu comme ce jeu.

En fait dans l'idée le jeu n'est pas si nul, il est surtout foiré. Visceral Games, habitué à faire des jeux génériques avec Dante's Inferno et Dead Space, a retiré le seul truc intéressant d'Army of Two, à savoir la coop basée sur la diversion. Un mec attire les tirs sur lui pour permettre à l'autre d'avancer. Là ce sera encore le cas que pour des tourelles, mais le reste du temps c'est du pur bourrinage non-jubilatoire, et c'est bien là le souci. Ça explose tout le temps, mais on s'ennuie.

Les décors sont destructibles, les corps ennemis sont mutilés par les grenades, le système de couverture dynamique façon Ghost Recon Future Soldier ou Splinter Cell Blacklist rend les déplacements fluides.

Mais le reste est générique à souhait, basé sur le TPS générique par excellence, Gears of War. Faut être face à l'abri pour se mettre en couverture, de biais ça marche pas. La caméra coupe le perso au niveau du bas du dos et donc c'est moche. Ajoutons à ça que chaque fois qu'on vise, il y a deux parenthèses très laides à l'écran symbolisant les jauges d'Overkill qui, une fois remplies, permettent de tirer à l'infini pendant un temps limité des munitions super puissantes, mais avec un filtre sur l'image donc on comprend pas grand-chose.

Tout pousse à foncer dans le tas ; un auto-aim se plaçant sur les ennemis proches, l'IA est conne et les ennemis sortent de n'importe où, d'où une confusion frustrante. Alors que le jeu est plutôt joli, et les persos bien faits, la gueule des héros des jeux précédents, Rios et Salem, est méconnaissable et affreuse (!?).

Pour être honnête je pense que le jeu part sur une bonne intention ; le gros fun régressif façon Stranglehold. C'est juste que ça ne fonctionne pas, principalement à cause de sa base Gears of War avec déplacement lourd du personnage. En somme on a un personnage fait pour un rythme de jeu posé qui doit faire face à un gameplay réclamant de la vitesse et de la souplesse. On déplace un tank dans un jeu qui gagnerait à être frénétique. De même le level-design cherche à offrir des possibilités via des chemins détournés qui ne sont pas en adéquation avec l'IA des ennemis.

J'ai l'impression que le jeu a été pensé pour être une suite fidèle au second épisode, avant qu'un éditeur vienne tout gâcher avec ses objectifs de vente.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Vos tests de Army of TWO : Le Cartel du Diable

tous les tests