Sid Meier's Civilization V : Gods & Kings sur PC, le test de radi0head

Publiez votre test
Signaler
radi0head
8
radi0head PC

Il revient, et il n'est pas content !

Les Opus passent mais la tradition reste : Un Civilization accueillera toujours une extension. Et elle aportera de nouveaux concepts qui affinerons encore et toujours vos strategies. Civ V accueille donc sa premiere extension, après quasiment 2 ans. Deux ans c'est long, et ça permet surtout de passer des centaines d'heures a massacrer l'IA, a survivre au cours de parties multijoueurs memorables et a surtout ne pas avoir envie de bousculer toutes ses petites habitudes de jeu ...

 

 « Le Pape, combien de divisions ? »

                                                                                                                                  Joseph Staline


 

Première nouveauté annoncée, le retour des religions. Extrêmement bien pensée, elle réussissent a se fondre dans le politiquement correct en n'ayant aucune caractéristique propre. En fait il faudra personnaliser sa religion selon 5 critères qui peuvent au choix vous rapporter de l'argent a chaque ville convertie, améliorer votre culture, votre bonheur, ouvrir la voie a de nouveaux bâtiment, ... Donc aucune caractéristique fixe (on peut choisir le nom et le symbole de sa foi) et 5 religions possibles. Quand on sait que les critères ne sont sélectionnables qu'une fois, on a intérêt a se grouiller de sortir un prophète illustre pour sortir sa propre croyance et choisir les capacités qui boosterons votre stratégie. Ajout extrêmement bien pensée et clair la religion apporte un vrai plus a vos stratégies les plus retorses.(contrairement au 4 ou elle ne servaient quasiment qu'a faire des sous jusqu'a que la dernière extension ajoute un bâtiment qui permettait de faire des actions commune avec tout les peuples convertis. Et la, question, il est ou ?). Diplomatiquement aussi la religion a ses effets, si vous convertissez un peuple qui n'a pas fondé sa propre religion, il embrassera de bon coeur cette croyance et les bonus qu'elle procure (il y'a des bonus pour le fondateur, et d'autre qui sont partagés avec les croyants).. Si il possède sa propre religion gare a vous car il prendra mal cette ingérence... Soyez donc prosélyte mais pas trop face a l'IA car ça peut vite se retourner contre vous ... En multi-joueurs on se prend a doubler tout le monde sur la fondation et avoir la religion la plus avantageuse pour que les autres joueurs vous suivent dans votre délire papal et payent une partie de votre entretien en serrant les dents. Mais bon protégez bien votre Ville sainte, à tout hasard.

 

« Pour faire le blocus de Monaco, il suffit de deux panneaux de sens interdit »

Charles de Gaulle

 

Ajout important de cette extension, les citées état prennent un rôle bien plus important car le système de quête qu'elles proposent a été revu et devient donc plus accessible au commun des mortels. Moins axé sur le payement de tributs, il faudra se battre pour les contenter et ainsi se faire offrir de précieux bonus afin de booster votre croissance, votre culture, votre foi et acquérir certaines ressources rares uniques. Et a l’instar d’une personne sure de ce qu’elle a offrir, elles sont exigeantes les bougresses ! Il va falloir bâtir des merveilles (souvent les moins puissantes) produire un maximum de culture ou de foi sur des périodes données, ... Le système nécessite quelques ajustements car il est encore trop puissant actuellement si l'on vise la victoire diplomatique. Par contre en multi-joueurs il fera a coup sur des merveilles. Le système d'espionnage une autre nouveauté est également très liés a ces dernières. Si il est possible de piquer des technos au autre joueurs, les James Bond du pauvre que sont vos espions peuvent truquer les élections pour vous favoriser et également renverser les alliances, mais prendre un martini au bar n'est pas dans les options ... Plutôt anecdotique, ce système d'espionnage n'est pas vraiment satisfaisant car il se limite aux actions sus-citées (on aurai aimé mettre un peu le boxon dans la production des villes et brouiller la diplomatie inter joueurs)...

 

« Rhum, Sodomy and the Lash »                             

Winston Churchill

 

Autre grand retour au vu des ajouts, la marine. Apparition de l'amiral illustre (qui offre un bonus de combat mais peu aussi se sacrifier pour réparer une flotte en pleine mer) et séparation des navires entre attaque a distance et au corps a corps. A vous les joies de la prise de villes côtières par vos flottes et uniquement elles ! L’ennemi les récupèrera surement dans les tours qui suivent mais vous aurez bien mis le boxon. La piraterie est également un élément de pression sur les citées état qui vous permet de remplir vos caisses. L'air de rien une bonne marine peut très vite dissuader quiconque de vous envahir. Le contrôle des mers devient donc un enjeu capital pour assurer votre survie. A noter aussi l'apparition des navires capables de capturer les esquifs qu'ils attaquent et qui offrent de beaux retournements de situations. Se faire voler 2 navires peut vite changer la donne au cours d'un conflit donc évitez d'abusez des forteresses flottantes, elle peuvent rapidement se retrouver dans le camp d’en face, a bombarder vos propres villes.

 

« Le futur sera meilleur demain »

                                                                                                                                                                                                             G.W Bush

 

Niveaux contenu, les concepteurs se sont pas moqués de nous, près d'une dizaine de nouvelles civilisations jouables, avec comme regret que Boadicée soit nettement moins sexy que dans le quatre et un petit bémol sur la surpuissance des Huns qui avec leurs unités uniques vont vous donner des sueurs froides (et oui un bélier qui attaque une ville, ben au revoir la ville …). De nombreuses nouvelles unités sont également apparues, notamment celles issues du redécoupage des ères (avec l'arrivée de l'ère atomique et celle de l'information, qui lissent la fin de partie). On a maintenant affaire aux unités de la première guerre mondiale avant la sacro sainte infanterie. A vous les triplans et les mitrailleuses, qui peuvent attaquer a une case de distance sans être aussi faible au corps a corps que les archers, un bon compromis en somme (Et une bonne façon de recréer cette bataille, oui j'ai osé). Arrivé en fanfare d'un archer faisant le lien entre l'archer de base et l'arbalétrier Médiéval, façon élégante de mettre fin a la toute puissante cavalerie en multi joueur. Et allez dernier changement pour la route qui n'a l'air de rien, il ne faut plus de fer pour construire des catapultes. Si vous n'avez pas de fer vous pourrez donc survivre. Avec les deux unités précédemment citées. Ouf et coucou les Romains… Un bon gros rééquilibrage par petites touches la encore, mais il faut bien connaitre le jeu pour s'en rendre compte. Pelle mêle de nouvelles ressources, (comme le très puissant sel et les ressources uniques aux citées état commerçante, Joailleries et Porcelaine) une IA sois disant améliorée et quelques scénarios comme un passionnant mod Steampunk qui ravira les amateurs de Château Falkeinstein (et je sais qu'il sont nombreux, non en fait j'avoue j'en sais rien).

 

 

« Le principal défaut de Civilization V, c’est le IV »

Arnaud Montebourg

(Un soir de doutes…)

 

Alors pour la partie défaut, l'IA en premier lieu qui s'illustre par son absence dans la partie militaire et surtout qui triche comme jamais dans les plus hauts niveaux de difficulté. Quelques bugs assez gênant pour rejoindre une partie en ligne qui espérons le seront vites corrigés et un problème de génération d'emplacement de départ avec les Pays bas (en gros vous n'aurez jamais de Marais près de votre capitale, alors que votre civilisation a un aménagement de case unique qui l'exploite). Autre point, si vous avez jouez au jeu de base 2 mois après la sortie et d'ajouts. Alors le jeu est donc beaucoup plus équilibré, l'accent a et mis sur les bâtiments multiplicateurs qui permettent de produire des villes spécialisées très puissantes, mais également de ne pas être dépendant d'un emplacement de départ ultime pour gagner une partie. Donc le  multi en ressort grandi car de nombreuses stratégies sont possibles. Par contre il y a encore de grandes lacunes dans certains concepts (la Diplomatie qui reste le parent pauvre, et de loin) car on aimerai toujours plus d'option retorses. Concernant la stabilité en multijoueurs, aucun problème (si on a réussi a rejoindre une partie), une compatibilité PC/Mac qui fait plaisir et qui permet de jouer avec la grosse communauté Mac de ce jeu. Pour les graphismes, ça reste toujours agréable a regarder, mais ce n'est vraiment pas le coeur du jeu. Donc niveau défauts cela reste pour beaucoup le fait que ce ne soit pas Civilization IV, et oui c'est vrai. Mais c'est pas moins bien. C'est diffèrent … (Une petite analysette ici http://www.gameblog.fr/article-lecteur_1243_et-si-on-se-prenait-la-tete-un-bon-coup ).

 

 

« Il faut mettre un frein à l'immobilisme »

Raymond Barre

 

Bon alors que conclure, je pense que cela a du transparaitre dans le test, CIvilization V Gods an Kings est vraiment un ajout de choix au très décrié Civilization V. Si il vrai qu'il n'offre pas un contenu énorme ce n'est quand même pas un bête DLC, et tout semble être réfléchi et pensé pour équilibrer l'expérience de jeu et l'enrichir par petite touches. On peut quand même reprocher une IA a la ramasse et un système d'espionnage qui devra s'étoffer un peu pour être satisfaisante. Pas de révolutions donc, mais de retouches, ça peut être considérer comme un défaut pour certains, mais selon la façon que l'on a de pratiquer le jeu c'est soit une déception, soit un grand pas en  avant. J'ai envie de conclure comme ça, et sans aucun mépris, "un petit pas pour le casual, un grand pas pour le gamer"

J'ajouterai quelque chose, ce test est surtout en réaction a ceux de Gamekult et Wargamer, car les reproches qui y sont fait me semble pour beaucoup venir d'une absence de pratique a haut niveau. Je ne suis pas un dieu vivant à Civilization V, mais je considère que si on ne joue pas dans les hauts niveaux de difficultés (a partir de Empereur) ou en multijoueur on ne peut pas comprendre la richesse du système. Et que certains reproches fait dans ces papiers montrent un certains manque de pratique sur le jeu. Donc effectivement ces tests s'adressent peut être a un autre public (je pense aux gens qui n'ont pas une passion pour la série), mais si vous avez pris le temps de mettre les mains dans le cambouis du système et de vous battre pour gagner en Immortel et en multi, cette extension ne peut que vous apporter une réelle amélioration de l'expérience de jeu. Et c'est vraiment tout ce que l'on lui demande ...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Sid Meier's Civilization V : Gods & Kings

tous les tests