Tales of Graces F sur PlayStation 3, le test de -Ash-

Publiez votre test
Signaler
-Ash-
10
-Ash- PS3

Un excellent RPG, Faute de concurrence.

Excellente série de rpg old school made in Japan, les « Tales of » ont attiré quelques nombreux fans autour du globe et notamment en France ou « Grace F » était attendu de pied ferme .

 

Namco-Bandai la célèbre boite de jeu de combat 3D (Soul Calibur/Tekken) est aussi connu des amateurs du genre RPG (mais surtout au japon) pour leurs séries plus intimiste, nommée à juste titre « Tales of » (souvent suivie par le nom d’une référence aux jeux en question) littéralement « Le compte de ».

Si en France, nous avons eu droit plus facilement à la série dérivé (crée par des anciens de chez Namco) Star Ocean, les « tales of » sont arrivé tardivement dans nos contrées.

Pourtant tout comme chez le concurrent Square et ses 13 Final Fantasy, Tales of Grace f celui qui nous intéresse aujourd’hui, est lui aussi le numéro 13 de la série principale, mais contrairement à d’autres ce numéro lui porte chance.

Les connaisseurs seront donc aux anges de retrouver un univers dans les mêmes tons que les épisodes déjà paru eu Europe (Phantasia,Symphonia,Eternia,Vesperia) Mais qu’en est -il des autres ?

Un peu de Spoil pour parler du scénario

Tout commence avec l’enfance de nos héros, dans la contré de Lhant et surtout la découverte d’un personnage amnésique, qu’ils renommeront Sophie par la suite. Ce début d’aventure, plutôt original (quoique ca rappel un peu Fable) fait office de didacticiel, nous faisant découvrir les principaux personnages, comme Asbel le héros qui n’a de cesse de vouloir aider sont prochains et surtout ses amis : Cheria la petite fille malade, secrètement amoureuse du héros, Hubert le frère peureux et pleurnichard ainsi que Richard le prince héritier (amen pas de princesse prise de tête pour une fois) qui n’aime pas être considéré comme un privilégié.

Un début d’aventure plutôt atypique et ne proposant pas vraiment d’énorme fil conducteur, qui aurait justement du être un tout petit peu plus étoffé histoire de s’imprégné d’avantage de l’amitié qui lie nos héros. L’aventure comme pour tous les « tales of » met du temps à démarrer, pourtant ici contrairement aux autres, ce temps passé en compagnie des héros à l’âge pré pubère nous offre une idée sympathique et les rend tout de suite plus attachant. Ce n’est qu’après une 10ene d’heure (on est loin des 20 interminable de Final Fantasy 13) que vous devenez « Adulte » et découvrait les premiers indices sur le scénario du jeu.

Un mal « nouveau » fait son apparition lors d’une mission confié à Asbel, alors que le pays est aux portes de la guerre avec le royaume voisin.

Un scénario qui ne fait pas dans l’original, mais qui a le mérite d’être mis en place rapidement et surtout réserve son lot de surprises, d’émotions, de scènes dramatique et tout autant d’humour.

Qu’est-il advenu de nos héros à la fin de leurs enfance, qui est Sophie, comment Richard va-t-il géré son royaume. Autant de questions que l’on prend du plaisir à en découvrir les réponses.

Un RPG Japonais à l’ancienne.

Le style « old school », peut souvent attirer les joueurs de l’ancienne école, comme repoussé les nouveaux qui ne jure que par du gameplay neuf.

A ce niveau Tales of Grace F est un petit paradoxe, mais rassurez-vous c’est pour notre bien.

Initialement développé pour les Wii Japonaise, « Grace F » est donc un portage sur PS3.

Comme pour la série Dragon Quest, il garde son côté « a l’ancienne » pour ne pas déstabilisé les fans, tout en développant au mieux le gameplay qui n’a de cesse d’évolué depuis le début.

Il faut donc compter sur une aventure vraiment linéaire, ou l’on explore des couloirs, la plus part du temps avec un ou deux embranchement, fermé pour les besoins du scénario. Etrangement avec une carte sympathique, mais qui au final ne vaut pas les vrais carte du monde à l’ancienne (sans oublier qu’elle est plutôt petite) 

Pourtant de mon point de vue, ce n’est pas vraiment un défaut, bien sûr j’aurais préféré avoir un tout petit peu plus de liberté, mais cela ne m’a pas vraiment dérangé. Car le plaisir du jeu est ailleurs, dans tout ce qu’il y a à côté.

A commencer par les titres qui font moins office de gadget que dans Tales of Vesperia, ici ils proposent non seulement certains bonus (augmentation de statistique, mais aussi costume) mais surtout c’est le principale moyen de gagné des compétences. Une foi un titre équipé il permet grâce aux PC gagné pendant les combats, d’apprendre les Artes ou les amélioré mais encore des bonus permanant comme plus de PE, point de vie, défense etc.

Tout ce qu’il faut pour améliorer votre équipe et vous préparé aux mieux pour les combats.

Ce fameux système de combat (pour ceux qui connaisse, il rappelle celui des Star ocean, crée par d’ancien de chez Namco)

Amélioré au fil des années, ce système est ici un tout petit peu diffèrent. De premier abord il parait plus limité, car nous n’avons plus de point de magie, mais il n’en est rien. Contrairement aux autres jeux, il ne propose plus de simplement mettre des coups d’épée basique (descendant, ascendant, estocade) pour réaliser des combo, mais directement utilisé les Artes (technique secrète/magique propre aux personnages) pour réaliser des combat à la limite aussi magistral que ce que l’on peut voir dans Naruto Ultimate storm. Les MP ayant disparu, il faut faire désormais avec les PE, point qui servent à utilisé le déplacement et les Artes. En nombre restreints au début de l’aventure, ils permettent de réalisé de petit combo, sans oublier dans gardé pour les esquives, au risque de ce retrouvé avec des contre-attaque punitive de la part des ennemies. Il est possible d’augmenter le nombre de point, via de nouvelles armes mais aussi la synthèse (j’en parlerais après) et d’ainsi laissé libre court à notre imagination, pour réaliser des enchainements monstrueux, digne d’un jeu de combat.

Le système de combat est tellement prenant, que contrairement à d’autre RPG, ou des fois les joutes nous lasse, ici on recherche l’affrontement.

Ses affrontements qui nous octroient des bonus non négligeable comme les points de compétence, qui servent à augmenter les statistiques de nos personnages, mais aussi des objets pour la synthèse.

Cette fonction, est des plus intéressante, car elle permet depuis n’importe quel commerçant, de réalisé objets divers et variés comme des plats cuisiné, objets de soins, objet précieux  destiné à la vente et aussi des améliorations d’armes. On prend un réel plaisir à collectionner une multitude d’item pour ensuite en confectionner tout autant. Sans oublier que chaque marchand propose une carte de fidélité, ou plus vous achetez/vendez, plus vos points augmente, permettant ainsi de débloqué d’autres articles en magasin. 

Pour terminer sur le gameplay il faut aussi noté que le jeu dispose de petites énigmes pas compliqué du tout, mais qui apporte un peu de fraicheur, après des heures de combats.

Mais aussi plusieurs mini jeu, plutôt sympathique et des quêtes annexes qui servent a en apprendre plus sur les sentiments des personnages ou à gagné des objets intéressant.

Deux ou trois petit soucis.

Un souci qui me déplait un peu, c’est le faite de pouvoir raté les quêtes, dans le genre revenir à l’auberge spécialement avant d’entré dans un donjon, après une scène, alors que l’on venait juste de la quitté (l'auberge) pour continuer l’aventure. Résultat, quête voir scénette disparu définitivement.

Mais aussi plusieurs bonus non parametrable dans le new game + 

et Finalement tres peu de quetes annexe qui utilise la carte du monde, vu sa taille réduite.

 Car il faut en parlé, le reste.

 

Si vous n’êtes pas encore convaincu que ce jeu est fait pour vous, c’est que vous êtes de ceux qui regarde attentivement les graphismes et que ce Grace F n’est peut-être pas à la hauteur de vos attentes.

Comme dit plus haut, le jeu est à l’origine sur Wii, de ce faite les graphismes ne sont pas du tout a la hauteur d’un jeu Playstation 3 et on peut ce demandé si a l’origine les capacité de la Wii on t’elles etaient exploité au maximum. Par exemple en comparaison avec un Xenoblade ou encore même un Dragon Quest 8 sur PS2,.

Pourtant l’ensemble est plutôt jolie et regorge de petit détails, sans oublié le lissage des textures et quelques améliorations par rapport a l’ancienne version.

Mais c’est surtout sur le point des animations, car si l’on prend « Versperia » l’opus sur 360, il reste certes beaucoup plus beau, mais lui est complètement à côté de la plaque au niveau de l’animation. Dans TOV tout est figé hors combats, les « cut scènes » sont peu nombreuses et elles ne sont pas tous entièrement doublé. A tel point que même si le jeu est disponible sur une « console HD » je le trouve largement moins abouti que Tales of Grace.

Ici on a droit à de la mise en scène pour plusieurs dialogue important, mais surtout les animations des personnages sont excellente, que ce soit pendant les scènes en combat ou encore les PNJ, cela compense grandement le faite qu’il ne soit pas au niveau de l’épisode 360.

Pour l’ambiance sonore, il y a certains thèmes plutôt sympathique comme la ville de Barona ou encore celle des combats ou de la carte du monde. Mais dans l’ensemble ça reste plutôt diffèrent du travail habituel de Motoi Sakuraba, le compositeur de la série. Personnellement j’apprécie sans les trouvés inoubliable.

Par contre aux niveaux des doublages, même si ce ne sont pas ceux d’origines, les Américains ont choisi des habitués du doublage de jeux Japonais et ont réalisé quelque chose de très prenant, les héros on des voix qui correspondent plutot bien à leurs personnalité.

En conclusion, car je pense avoir fait le tour d’une bonne partie du jeu, Tales of Graces F est donc le JRPG old School que beaucoup attendez, il ne se repose pourtant pas sur ses lauriers et propose des nouveautés vraiment sympa, une aventure prenante avec ses personnages attachant, une durée de vie excellent surtout si vous le jouez en mode de difficulté élevé (recommandé pour les joueurs habitué) un New  Game+ des bonus sympathique comme l’ost ou un artwork, et d’autre encore que je vous laisse découvrir. Un jeu qui ravira les adeptes du jeu de rôle à la Japonaise, mais aussi les amoureux du monde du manga. Il démontre que l’on n’est pas obligé de trop simplifier un gameplay, pour le rendre accessible, qu’il ne faut pas non plus sacrifier des éléments de jeux essentielle à une saga, pour la  « casualisé ».  

 

Et surtout que c’est rare un Tales of en France, qui plus est entièrement traduit.

Assurément le meilleurs JRPG de cette console, et peut etre le meilleurs de la série. Comme quoi votre futur jeu préféré sur PS3 est un jeu Wii.

Alors ne vous privez pas.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Tales of Graces F

tous les tests